Magazine Le Mensuel

Nº 2868 du vendredi 26 octobre 2012

Santé

Infos santé

Traitement d’infertilité
Des progrès majeurs

Des scientifiques japonais ont progressé sur la voie d’un traitement pour certaines formes d’infertilité en créant des ovocytes viables dans des souris vivantes à partir de cellules souches. Ils avaient créé du sperme à partir de cellules souches. Ils ont retouché quelques gènes présents dans les cellules souches pour en faire des cellules très proches de celles qui génèrent le sperme chez les hommes et les ovocytes chez les femmes. Ils ont ensuite reconstitué un ovaire qu’ils ont transplanté dans une souris vivante, où les cellules ont évolué jusqu’à devenir des ovocytes totalement développés.

 

 

L’abus de benzodiazépines
Favoriserait la démence

Les benzodiazépines favoriseraient la survenue de démence chez les seniors. Ces molécules sont prescrites dans le cadre de symptômes anxieux et de troubles de sommeil. Les chercheurs établissent un lien entre l’utilisation de benzodiazépines et l’apparition de démence chez les plus de 65 ans. Les analyses des données recueillies sur des patients âgés de 78 ans en moyenne et suivis pendant 15 ans montrent que les sujets consommant des benzodiazépines présentent un risque accru de 50% de développer une démence, comparés à ceux qui n’en ont jamais consommées.

 

 


La vitamine D
Pas d’effet contre le rhume

La vitamine D n’a pas d’effet protecteur contre le rhume. Une cure orale de vitamine D augmente effectivement le taux de cette vitamine dans le sang. Cependant, elle n’a pas d’impact significatif sur la fréquence ou la sévérité des rhumes. Aucune différence significative n’a été trouvée entre le nombre d’épisodes de rhume chez les patients supplémentés et ceux ne l’étant pas. La durée des symptômes et le nombre des jours de congé maladie ne se sont pas non plus avérés moindres chez les consommateurs de vitamine D.

Les cerises
Bénéfiques contre l’arthrite

Les cerises réduiraient le risque de crise de goutte. La goutte, qui affecte environ 2% de la population, est un rhumatisme dû à un excès d’acide urique dans le sang. La goutte affecte souvent le gros orteil, mais peut affecter d’autres articulations comme le genou. La consommation de cerises réduirait de 35% le risque de souffrir d’une crise dans les 48 heures et des extraits de cerises, de 45%. Les bénéfices augmentaient jusqu’à 3 portions (10 à 12 cerises) dans les 48 heures. Les personnes qui combinaient cerises et médicaments présentaient 75% moins de risques de souffrir d’une crise.

 

 

 

Des vitamines
Pour prévenir l’Alzheimer

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont les niveaux de certaines vitamines antioxydantes plus faibles que les personnes en bonne santé. Les chercheurs ont comparé les niveaux sanguins de certaines vitamines chez les personnes atteintes d’Alzheimer légère et d’autres en bonne santé. Alors qu’aucune différence n’était constatée entre les deux groupes concernant les niveaux de vitamine E, le lycopène et la Q10, ceux de vitamine C et de bêta-carotène étaient plus faibles chez les personnes atteintes d’Alzheimer.

Consommation quotidienne d’alcool
Risques de fibrillation auriculaire

La consommation d’alcool augmenterait le risque de fibrillation auriculaire, une forme d’arythmie qui provoque des pulsions cardiaques désordonnées et accélérées, chez les personnes âgées de 55 ans ou plus, souffrant de maladies cardiovasculaires ou de diabète et consommant régulièrement de l’alcool. Sur 1000 consommateurs élevés, 20,8% ont ressenti des troubles d’arythmie en comparaison à 14,5% chez les consommateurs modérés. Ce risque augmenterait avec l’âge, et ce, pour une même consommation d’alcool.

NADA JUREIDINI

 

 


 

Campagne nationale de sensibilisation au cancer du sein
Le palais présidentiel se pare de rose

Lancée sur le thème Fais une mammographie et lève le doute, la campagne de sensibilisation au cancer du sein était sous le patronage et avec le soutien de la Première dame du Liban, Wafaa Sleiman. Le lancement a eu lieu, cette année, au palais présidentiel, éclairé en rose en guise de soutien aux patientes atteintes d’un cancer du sein.

L’évaluation primaire des campagnes de sensibilisation menées par le ministère de la Santé publique en collaboration avec Hoffmann-La Roche au cours des dix dernières années a démontré un succès record au niveau du recours à la mammographie pour le dépistage précoce du cancer du sein. Le nombre des femmes âgées de plus de 40 ans qui profitent de cette campagne et font une mammographie augmente sans cesse, d’autant plus que la participation a atteint 55% pour la catégorie ciblée. La campagne représente un moyen efficace pour sensibiliser aux diverses questions liées au cancer du sein.
La campagne nationale de sensibilisation s’étalera cette année sur trois mois, permettant aux femmes de profiter d’un prix réduit de la mammographie jusqu’à la fin du mois de décembre. Les hôpitaux privés et les centres médicaux prenant part à la campagne aux quatre coins du Liban proposent la mammographie au tarif de 40000 L.L. alors que les hôpitaux gouvernementaux l’offrent gratuitement. La campagne sera promue à travers les différents médias, y compris des liens sur les principaux portails et sites libanais de nouvelles, par le moyen de bulletins éducatifs. En vue de renforcer la sensibilisation, la hotline 1214 est ouverte tout au long de la campagne, pour répondre aux questions et guider les femmes au centre de mammographie le plus proche.
Le cancer du sein constitue 41% de tous les cas de cancer chez les femmes au Liban. On estime qu’une femme sur huit est à risque de développer le cancer du sein dans sa vie. 1,1 million de nouveaux cas de cancer du sein chez les femmes sont diagnostiqués annuellement dans le monde. La chance de guérison est de 90% dans les cas où le cancer est détecté à un stade précoce d’après la Société libanaise d’oncologie médicale.

Facteurs de risque
-L’âge: 78% de toutes les patientes atteintes de cancer du sein ont 50 ans ou plus. Cependant au Liban 40% des cas touchent les femmes de moins de 50 ans.
-L’obésité, en particulier dans la partie supérieure du corps.
-Les menstruations survenant à un jeune âge et la ménopause à un âge avancé.
-Un antécédent familial de cancer du sein.
-Des antécédents personnels de cancer ou de maladies non cancéreuses du sein.
-L’absence d’enfants ou une première grossesse tardive.
-Un traitement par radiothérapie au niveau des seins ou de la région de la poitrine.
-Des facteurs liés au mode de vie, y compris le tabagisme, une grande consommation d’alcool, un régime alimentaire très riche en graisses et un mode de vie sédentaire.

Les symptômes
-Un changement dans la taille ou la forme du sein.
-Des changements au niveau de la peau tels des fossettes, des écaillages ou une rougeur.
-Des changements au niveau du mamelon, la sécrétion de substances inhabituelles ou des rougeurs autour de la zone du mamelon.
-Douleur dans la région du sein.
-Un épaississement ou une enflure dans le tissu mammaire.
-Une nodosité dure dans le sein ou dans le creux de l’aisselle: typiquement indolore et unilatérale.
 

NADA JUREIDINI
 


Les traitements
Pour traiter le cancer du sein, les experts ont recours selon les cas, à la chirurgie, la chimiothérapie, la  thérapie hormonale, la thérapie ciblée ou la radiothérapie.

 

Related

Fausse couche. Le bisphénol A augmente le risque

admin@mews

Infos santé

admin@mews

La sédentarité plus meurtrière que l’obésité

admin@mews

Laisser un commentaire