Magazine Le Mensuel

Nº 2902 du vendredi 21 juin 2013

Événement

Des archives sur Youssef Bey Karam. Un legs à conserver

Le centre Phœnix pour les études libanaises de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (Usek) et l’association Youssef Bey Karam, ont annoncé l’accord de coopération entre les deux institutions. L’ancien ministre, Salim Karam, le secrétaire général de l’université, le Révérend Père Michel Abou Tacca, la directrice de l’association Youssef Bey Karam, Rita Karam, ainsi qu’une assistance formée des membres de l’association et de journalistes ont participé à cet événement.
 

La directrice de l’association Youssef Bey Karam, Rita Karam, a déclaré: «Youssef Bey Karam a intégré dans sa personnalité la foi spirituelle et la résilience. Il était le meilleur exemple du dirigeant politique et le parangon du militantisme religieux». Elle a ajouté: «L’association Youssef Bey Karam a été fondée pour perpétuer l’engagement envers les valeurs et les principes que Youssef Bey Karam a mis en vigueur durant sa vie et pour lesquels il a lutté. Elle œuvre dans les domaines culturel et social afin de revigorer l’esprit de piété et de lutte de Karam… Nous avons fortement besoin d’un homme de la même lignée que lui, a-t-elle ajouté, en raison de son important travail de documentation qui s’est inspiré de son parcours politique aussi bien que de son combat nationaliste, qui se traduit dans ses écrits, ses correspondances et son journal personnel à travers lesquels il défend ses opinions et sensibilise la sphère publique. Il fut l’un des pionniers de la Renaissance de son temps. C’était, à la fois, un homme politique et un homme de pensée […] De là, est née l’initiative de l’université à laquelle nous sommes très reconnaissants, étant donné que nous ne pouvons pas envisager notre présent et notre avenir en escamotant le passé. Youssef Bey Karam est une référence dans notre Histoire».
Le secrétaire général de l’université, le R.P. Michel Abou Tacca, a souligné que «l’université accueille toujours, à travers le Centre Phœnix pour les études libanaises, les initiatives qui contribuent à la préservation de notre patrimoine et de nos legs nationaux». Le père Abou Tacca a rappelé l’histoire du centre, créé en 2008, et qui signe, aujourd’hui, a-t-il dit, un accord de coopération concernant les archives de Youssef Bey Karam, stipulant que la collecte et la conservation de ces archives devraient être réalisées conformément aux normes scientifiques les plus récentes. Il a poursuivi: «Youssef Bey Karam vit toujours à travers la conscience de notre nation… sa noble lutte est toujours gravée dans notre mémoire, car il a réalisé l’impossible dans l’intérêt de sa nation».
Le centre Phœnix pour les études libanaises offre toutes les facilités nécessaires pour gérer et préserver l’intégralité de la collection des documents, dans des archives bien organisées. L’association Youssef Bey Karam projette de négocier avec les institutions médiatiques locales et internationales en vue d’avoir accès à l’archivage et de se l’approprier.

Les personnes qui désirent contribuer à l’enrichissement de ces archives peuvent contacter le centre Phœnix pour les études libanaises au (09) 600 071 ou l’association Youssef Bey Karam au (06) 667 857 ou au (06) 665 900.

Related

Journée pour la paix du Liban 2015. L’Armée libanaise à l’honneur

admin@mews

Violence conjugale. Nisrine Rouhana, nouvelle martyre

admin@mews

Collège Melkart. Un souffle d’humanité

admin@mews

Laisser un commentaire