Au Carleton Curatorial Laboratory. L’art décortique «la ligne verte de Beyrouth»
Logo

Nº 2993 du vendredi 20 mars 2015

Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 328

Au Carleton Curatorial Laboratory. L’art décortique «la ligne verte de Beyrouth»

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Au Carleton Curatorial Laboratory. L’art décortique «la ligne verte de Beyrouth»
    Art on a green line se tient actuellement au Carleton Curatorial Laboratory. Johnny Alam, derrière cette exposition, revient sur le travail varié d’artistes libanais qui se sont intéressés, après 1990,...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Art on a green line se tient actuellement au Carleton Curatorial Laboratory. Johnny Alam, derrière cette exposition, revient sur le travail varié d’artistes libanais qui se sont intéressés, après 1990, à «la ligne verte» séparant Beyrouth-Est de Beyrouth-Ouest. On y découvre des photos, des vidéos, des livres, des cartes postales… de la vie quotidienne de la population locale lors de la Guerre civile.

Quels sont les points communs entre des artistes comme Lamia Joreige, Hassan Choubassi, Zeina Abirached ou Joumana Medlej?
Chacun d’eux fait revivre à sa façon la «ligne verte» dans son œuvre artistique. Revenons un peu sur ce concept de «ligne verte» et ses définitions. Dans la présentation de l’exposition, Johnny Alam parle de divers sens et attributions. Certes, il s’agit d’un «lieu de mémoire», mais c’est aussi un «symbole de l’atrocité» et de «l’emplacement des batailles impitoyables, des enlèvements et des crimes». Il renvoie à une «crise d’identité nationale». Cette démarcation a donc un sens particulier et surtout assez subjectif, puisqu’elle est inspirée par le témoignage de tout un chacun. Prenons d’abord le documentaire de Lamia Joreige, Houna Wa Roubbama Hounak, produit en 2003. La ligne verte occupe une place primordiale dans ce film. C’est ici que la réalisatrice va à la rencontre d’habitants de Beyrouth avec une seule question: «Connaissez-vous quelqu’un qui a été kidnappé ici durant la guerre?». Dans son synopsis, elle explique qu’elle «enclenche le processus de mémoire» et montre «la multiplicité des discours existants sur la guerre», ainsi que «la présence et l’actualité de cette guerre à travers le langage».
Dans son film Beirut Map, l’artiste Hassan Choubassi dévoile un aspect spécifique de la ligne de démarcation. Il imagine les passagers à bord d’un métro obligés, lors de leur voyage beyrouthin, de s’arrêter brusquement à cette ligne verte. L’inédit c’est qu’à chaque point de passage, des anecdotes sur la guerre sont racontées. A part ces projections et ces films, l’exposition laisse au public le loisir de découvrir les livres de Zeina Abirached et de Joumana Medlej. Dans Un jeu pour les hirondelles, c’est sur la ligne de démarcation que se trouvait l’immeuble où habitait Abirached. L’auteure revient sur un souvenir bien ancré durant la guerre, celui de l’attente de ses parents à l’abri des obus.
Malak, l’ange de la paix de Medlej, qui lutte de toute sa force contre les violences, permet aux lecteurs de découvrir, dès la première page, cette ligne verte.
Quant à Jayce Salloum, il apporte cette ligne au premier plan en se positionnant à la place des Martyrs. Avec ses images et ses représentations dans Sniper’s hole (from inside the church), il montre comment il n’existe pas de manière objective ou détachée de considérer son sujet. Pour lui, le Liban est à la fois réel et imaginaire, un lieu d’exotisme.
En fait, Alam explique qu’il a essayé de montrer comment «ces œuvres variées nous aident à nous souvenir et, peut-être, commémorer les guerres au Liban». Mais il est tout autant important, selon lui, «d’examiner les façons dont ces œuvres font oublier certains aspects des guerres et des conflits plus récents».

Etats-Unis, Pauline Mouhanna
 

Art on a green line se poursuit jusqu’au 14 avril 2015, au Carleton Curatorial Laboratory. Pour plus d’informations: http://cuag.carleton.ca/index.php/exhibitions/259/
 

Qui est Johnny Alam?
Johnny Alam est un artiste et doctorant en médiations culturelles au sein de l’Université de Carleton. Il a déjà obtenu une maîtrise en histoire de l’art, un diplôme en arts visuels appliqués et en histoire. Ses recherches lui ont permis d’obtenir divers prix et bourses, dont celle du CRSH Canada (Social Sciences and Humanities Research Council). Ses centres d’intérêt sont la photographie, la guerre, la mémoire, la technologie et la représentation.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Netanyahu isole l’Occident

Israël a choisi «la voie du racisme, de l’occupation et de la colonisation» de préférence à celle des négociations. Ce commentaire de l’OLP, après le triomphe inattendu de Benyamin Netanyahu aux élections parlementaires israéliennes, mardi, est pertinent. Le Premier ministre sortant ne s’est pas embarrassé de gants de velours lors de sa campagne électorale. En authentique sioniste, il a cultivé, dans son discours, le sentiment de la peur, qui constitue le ciment de la société israélienne depuis la fondation de l’Etat, en 1948. La peur des Arabes, en promettant qu’il s’opposerait à la création d’un Etat palestinien, et la peur des Perses, en s’opposant résolument à un accord sur le nucléaire iranien, entre Téhéran et l’Occident. Qu’il soit dit en passant que le Premier ministre israélien n’a jamais eu l’intention d’accepter la création d’un Etat palestinien, qui n’est absolument pas sur son agenda ni sur celui de la communauté internationale dans un avenir proche. Les négociations entre Palestiniens et Israéliens sont de toute façon interrompues depuis des années. Pour ce qui est du dossier du nucléaire iranien, Netanyahu a joué toutes ses cartes au Congrès américain et ses capacités à empêcher un accord sont minces, sinon nulles. Barack Obama a clairement exprimé son intention d’user de son droit de veto pour neutraliser l’opposition des Républicains, et un éventuel accord entre l’Iran et les grandes puissances sera renforcé par une résolution au Conseil de sécurité des Nations unies. Un peu partout dans le monde, analystes et journalistes ont donné à peu près la même lecture des conséquences des résultats du scrutin israélien: Benyamin Netanyahu va accentuer «l’isolement» de son pays sur la scène internationale. Cependant, cette interprétation est soit naïve, soit hypocrite. Certes, les dirigeants américains et européens ne sont pas particulièrement contents de voir Netanyahu rempiler pour un nouveau mandat. Mais ce n’est pas parce qu’ils sont inquiets du blocage du «processus de paix», qui n’existe pratiquement plus, ou de ses modestes capacités de nuisance dans les négociations avec l’Iran. Le mécontentement de ces dirigeants vient du fait que la victoire du Premier ministre israélien les embarrasse au plus haut degré, car elle les place devant leurs responsabilités. Comment vont-ils réagir face à un homme qui annonce ouvertement son refus obstiné de la création d’un Etat palestinien et qui, de surcroît, navigue à contre-courant en militant contre un accord avec l’Iran? Comment vont-ils traiter avec un homme qui demande aux pays occidentaux de faire prévaloir la vision d’Israël sur les intérêts supérieurs de leurs nations respectives? Comme cela a toujours été le cas, ils ne feront absolument rien. Ils feront semblant seulement de dénoncer l’extrémisme de la direction israélienne; ils regretteront la lenteur du «processus de paix»; crieront victoire pour avoir obtenu de l’Etat hébreu, après d’âpres négociations et de honteuses supplications, l’allègement partiel des mesures prises à un check-point pour autoriser les femmes sur le point d’accoucher de se rendre à un hôpital; se frotteront les mains après avoir convaincu Tel-Aviv de restituer à l’Autorité palestinienne quelques misérables petits millions de dollars de recettes douanières… qui appartiennent de toute façon aux Palestiniens… Il est sans doute vrai que les dirigeants occidentaux détestent Benyamin Netanyahu, parce qu’à cause de lui, ils ont perdu la dernière feuille de vigne qui dissimulait leur impuissance.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Paracétamol. Des effets secondaires dangereux
La surconsommation du paracétamol serait néfaste pour la santé, selon une nouvelle étude. Prendre du paracétamol augmenterait de 20% le…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved