60 solutions face au changement climatique. Jusqu’au 27 juin, à l’Institut français de Beyrouth.
Logo

Nº 3006 du vendredi 19 juin 2015

60 solutions face au changement climatique. Jusqu’au 27 juin, à l’Institut français de Beyrouth.

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    60 solutions face au changement climatique. Jusqu’au 27 juin, à l’Institut français de Beyrouth.
    Cette exposition, réalisée en partenariat avec Yann Arthus-Bertrand et la fondation GoodPlanet, présente 21 photos tirées du livre 60 solutions face au changement climatique, solutions proposées lors du sommet international...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Cette exposition, réalisée en partenariat avec Yann Arthus-Bertrand et la fondation GoodPlanet, présente 21 photos tirées du livre 60 solutions face au changement climatique, solutions proposées lors du sommet international sur le climat organisé par les Nations unies en septembre 2014 à New York. Le but est d’offrir des solutions concrètes à la lutte contre le changement climatique et de proposer un modèle de croissance faible en carbone. Cette exposition fera pratiquement le tour du monde cette année. Elle est présentée dans 70 pays. Au cours de l’année 2015, les pays doivent travailler ensemble pour lutter contre le changement climatique afin de conclure un accord international à Paris en décembre 2015.

C.T.D.
 

Rim el-Jundi
Resurrection
Jusqu’au 25 juin, à la galerie Janine Rubeiz
Rim el-Jundi a réalisé ses toiles avec une idée de désordre et de chaos «qui lui ressemble, qui ressemble à Beyrouth, la ville martyrisée et détruite». A travers ses œuvres, l’artiste au talent certain exprime la relation d’amour et de haine qu’elle vit avec son pays: «Une appartenance viscérale à cette terre et un désir puissant de la quitter». Elle exprime en couleurs ce qu’elle n’ose dire en paroles. Dans cette exposition, Rim el-Jundi montre la puissante attraction exercée par Beyrouth. Rim el-Jundi est née en 1965 à Beyrouth. Elle est diplômée des beaux-arts de l’Université libano-américaine (LAU) et est détentrice d’un DEA en art religieux de l’Université Saint-Esprit de Kaslik. Depuis 2002, elle participe à plusieurs expositions à travers le monde. Elle a remporté le prix Cheikh Zayed en 1991 et le prix Triangle Art pour une résidence artistique au studio Vermont en 2005.

C.T.D

Agenda
Mouna Bassili Sehnaoui. Survivre.
Jusqu’au 25 juin, à la galerie Aïda Cherfan (Antélias).
Exposition permanente d’artistes contemporains internationaux.
Jusqu’au 15 septembre, à la galerie Les Plumes Galerie.

Asaad Arabi. Return to Abstraction.
Jusqu’au 18 juin, à la galerie Ayyam.

Exposition collective. Gallery 3010.
Jusqu’au 2 juillet, à la galerie Sfeir-Semler.

Rosie Nassar. Abwab.
Jusqu’au 25 juin, à Dar el-mousawwir (Hamra).

 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
L’enjeu druze dans l’Orient de la barbarie

Plus de quatre ans après le début de la guerre en Syrie, les druzes syriens ont subitement été propulsés sur le devant de la scène, il y a une dizaine de jours. Le 10 juin, entre 20 et 30 villageois druzes de Qalb Laouzé, à Jabal el-Sammak, dans la province d’Idlib, ont été massacrés par des extrémistes du Front al-Nosra, la branche syrienne d’al-Qaïda. Le lendemain, des rebelles, regroupés au sein du «Front sud», attaquaient l’aéroport militaire d’el-Thaala, le verrou de Soueida, bastion historique des druzes de Syrie. Cette région abrite près d’un demi-million de druzes, ce qui en fait la plus importante concentration démographique de cette communauté au monde. Le 17 juin, des rebelles islamistes encerclaient totalement la localité druze de Hadar, dans la province de Qoneitra, après de violents combats avec l’armée syrienne.Les chances que le timing de ces trois événements soit le fruit du hasard sont presque nulles. Il serait en effet curieux que les druzes, dont on a peu entendu parler ces quatre dernières années, soient impliqués par pure coïncidence dans trois incidents, en trois endroits différents de Syrie, en l’espace de dix jours. Il y a donc anguille sous roche.Sans être forcément liés, ces trois événements traduisent, vraisemblablement, une décision d’ouvrir le dossier druze de la part des rebelles et de leurs soutiens régionaux. En effet, dans la deuxième moitié de mars, une vaste offensive militaire et médiatique a été lancée contre le régime syrien, dans le but de lui arracher le contrôle de régions clés. Et pour accentuer son isolement, il est impératif de procéder à une coupure politique et géographique entre Soueida et Damas. Privé du soutien – même passif – de la communauté druze, le régime perdrait un de ses principaux arguments, celui de protecteur des minorités et défenseur de la Syrie laïque.C’est dans ce contexte qu’il faut placer les incidents des dix derniers jours. La bataille pour les druzes est un enjeu de taille aussi bien pour le régime que pour ses ennemis. Chaque partie veut essayer de tirer vers elle cette communauté, d’autant que la prise de Soueida par les rebelles ou sa neutralisation, menacerait les flancs sud et est de Damas, qui n’aura plus aucune continuité territoriale avec cette province limitrophe de la Jordanie.Dans ce jeu, les druzes ne sont pas des acteurs mais des pions, déplacés au gré des intérêts sur un grand échiquier par des puissances régionales et internationales. En effet, la situation n’est plus ce qu’elle était au XIXe siècle, lorsque chaque communauté religieuse dans ce Levant arabe pouvait se prévaloir d’avoir un protecteur étranger. L’Occident, mené par les Etats-Unis, a prouvé que la protection des minorités ne fait pas partie de ses priorités, sauf lorsqu’il s’agit des Kurdes. Le sort réservé par Daech aux chrétiens de Mossoul et aux Yazidis d’Irak en est la preuve vivante. Pour leur part, les puissances régionales ne se soucient pas du sort de ces minorités, car elles prétendent représenter les deux grands courants de l’islam, les sunnites et les chiites.Dans ce contexte, le sort des druzes est peu enviable. Ils sont confrontés à trois choix, moins reluisant l’un que l’autre. Walid Joumblatt prône une alliance avec les rebelles en Syrie, dans l’espoir de leur acheter une protection sunnite, garantie par la Turquie et l’Arabie saoudite. L’Iran veut les convaincre que leur salut passe par leur alliance avec le régime syrien, «protecteur des minorités». Leurs chefs religieux, connus pour leur sagesse, plaident pour une neutralité positive, c’est-à-dire que les druzes soutiennent l’Etat syrien, sans pour autant appuyer le régime.Dans les trois scénarios, le sort de cette communauté n’est pas garanti. Car à l’est de Soueida, Daech multiplie les attaques contre les villages isolés, à partir du désert syrien. A l’ouest, les rebelles islamistes, avec al-Nosra à leur tête, resserrent l’étau.Aux XIXe et XXe siècles, les minorités servaient de prétexte aux puissances européennes pour s’ingérer dans les affaires de l’Empire ottoman, dans le but d’affaiblir l’homme malade dans l’espoir de l’hériter. Aujourd’hui, la donne a changé et ces minorités constituent une source d’embarras pour l’Occident, qui, n’ayant plus besoin d’elles, n’est pas disposé à faire des guerres pour les protéger.Dans cet Orient de la barbarie, qui prend forme sous nos yeux, les choix des minorités et de tous ceux qui croient dans le pluralisme et la diversité sont limités. 



 Paul Khalifeh
   
Bannière

Santé

Trop de sel, mauvais pour le cerveau
Trop de sel nuirait à la santé du cerveau et des reins. Des niveaux élevés de sodium épaississent le muscle…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved