L'Hebdo Magazine Liban Actualité Politique Economie Reportage Confidences Lebanon News
<
Marwan Farès, député de Baalbeck-Hermel. «Les extrémistes sont aveuglés par la haine»
Marwan Farès affirme que «le terrorisme n’a pas de religion et peut toucher toutes les régions. C’est pourquoi les musulmans autant que les chrétiens constituent des cibles pour les extrémistes…
Bachir Khodr, mohafez de Baalbeck-Hermel. «Les habitants se sentent en danger, ils veulent se défendre»
«Le festival débute dans un mois à Baalbeck, située à une heure du Qaa. En principe, sur le plan sécuritaire, rien n’empêche les concerts de s’y dérouler. Conjuguons tous les…
Liban-Jordanie. Face au terrorisme un même combat
Des observateurs arabes estiment que la Jordanie et le Liban sont appelés à subir le même sort que l’Irak et la Syrie et à connaître les mêmes effondrements au niveau…
Les trois jours de dialogue de Berry. Fouad Siniora ne veut pas d’un «Doha libanais»
La dernière séance du dialogue, qui s’est tenue à Aïn el-Tiné le 21 juin, n’a enregistré aucun progrès sur le plan de la loi électorale qui était, pourtant, le thème…
Iran vs Arabie saoudite. Regain de tension sur tous les fronts
Entre l’Iran et l’Arabie saoudite, tous les indices annoncent un regain de tension. Le fossé se creuse, la scène du conflit s’élargit et les foyers de friction se multiplient. De…
Sami Nader, chercheur. L’Allemagne sortira renforcée
Sami Nader, directeur du Levant Institute For Strategic Affairs, pense qu’après le Brexit, la balance en Europe va pencher en faveur de Berlin. Quelles sont les causes réelles à l’origine…
Roger Melki, consultant économiste. «L’Europe des nations est envisageable»
Enseignant à la Faculté de sciences économiques de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth, consultant économiste, conseiller auprès de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) et ancien conseiller des ministres des…
Le Vendôme: Bank Audi nouveau propriétaire
Il n’y a pas de garantie de résultat à la clé ou de rentabilité sécurisée à cent pour cent pour un quelconque actif, surtout dans le secteur des services, en…
Fête de la musique 2016. Que Beyrouth résonne autrement
Organisée par l’Institut français du Liban, Solidere et le ministère libanais de la Culture, la 16e édition de la Fête de la musique a ravivé la ville, les cœurs et…
Metropolis célèbre ses 10 ans. Avec la 55e Semaine de la critique
L’association Metropolis et l’Institut français (IF) du Liban organisent, du 4 au 13 juillet, comme chaque année durant ce mois, la reprise de la Semaine de la critique du Festival…

 

Éditorial
Terrorisme sans frontières

Nul ne peut accuser, sans être de mauvaise foi, l’Armée libanaise de négligence ou de laxisme permettant aux criminels de frapper à mort les régions libanaises. La France, les Etats-Unis et bien d’autres pays n’échappent pas au fléau du terrorisme et malgré toute la technologie et les moyens de contrôle qu’ils possèdent, dont les forces de sécurité libanaises sont toujours privées, n’ont pas réussi à sécuriser leurs pays. Les attentats suicide, les derniers en date, ont fait à deux jours d’intervalle au Qaa et à l’aéroport Atatürk d’Istanbul, presque autant de victimes, morts et blessés, au nom de cette même liturgie ou doctrine qui les motive. Même si chaque analyste défend sa thèse concernant le choix des cibles, il n’en reste pas moins que celles-ci ne se ressemblent pas et que, le plus souvent, seules l’innocence et la malchance de se trouver sur le terrain de la tuerie rapprochent.
Entre-temps, la caste politique continue à se lancer des accusations de tous genres bloquant toute action constructive dans le pays. L’affaire des déchets reste peut-être un des plus flagrants délits de corruption. Mais ce n’est pas le seul. Dieu sait s’ils sont nombreux. Le drame que les citoyens vivent est de ne pas savoir à quel saint ou imam se vouer alors qu’ils paient de leur santé, et de celle de leurs enfants le prix de la pollution aussi bien matérielle que morale qui envahit de plus en plus, hélas, le pays et ses semblants d’institutions publiques dont la carence est dénoncée par le chef du gouvernement lui-même.L’économie du pays, fragilisée par une fuite de capitaux financiers et humains, est menacée sans cesse par des lois internationales et ne doit sa survie qu’à l’intelligence et à l’honnêteté avérées des dirigeants des banques et notamment du gouverneur de la Banque centrale.Aux dernières pressions exercées sur la Banque centrale concernant les financements douteux, le secrétaire général du Hezbollah, se sentant visé, affiche sans vergogne et avec une franchise frisant l’arrogance que lui octroie son pouvoir, sa source de financement. Tout, dit-il, nous est fourni par l’Iran: salaires de tous les membres du parti, besoins vitaux et quotidiens sous toutes leurs formes, équipements militaires, soins médicaux… Le sayyed déclare sans détour que ses rentrées ne proviennent que de Téhéran. On le savait, ou plutôt le devinait, mais nul n’ignorait le lien de son parti et de sa politique alignée sur ce pays. Mais cette confirmation lançait, de toute évidence, un défi à ceux qui doutaient encore de la provenance de ses moyens. Les Libanais, les moins politisés et les moins informés, le savent déjà. Ils sont conscients à quel point le Liban est rendu, de ce fait, tributaire de la politique du parti chiite, mais ils n’en furent pas moins pris de court par cette déclaration sans vergogne. Ceux qui tentaient de se cacher encore derrière leur petit doigt, continuaient à l’occulter. Les ténors de la politique se sont trouvés contraints d’admettre sans l’avouer, pourquoi et combien il leur était inutile, de continuer à frapper aux portes des pays amis pour tenter d’obtenir un soutien et un déblocage des institutions, paralysées depuis plus de cinq ans.Toujours renvoyés à leur propre responsabilité, ces quémandeurs d’aides n’ont peut-être pas encore compris l’inutilité de leurs requêtes. Ils continuent à plaider une affaire perdue d’avance, en cherchant, désespérément, une roue de secours. Ils sont désormais bien obligés de rester sur leurs terres et de tenter de s’entendre courageusement les uns avec les autres. Mais en sont-ils capables? Ne trouvent-ils pas leur intérêt dans cette stagnation politique? Ne se cachent-ils pas derrière la triste comédie de ces dialogues de sourds qui ne trompent personne? Accepteraient-ils de renoncer aux intérêts individuels qu’ils trouvent dans un «pouvoir» qu’ils défendent avec autant d’acharnement? Réalisent-ils les crimes qu’ils commettent contre une population qui, à un moment ou un autre, leur a fait confiance?A toutes ces questions, la réponse est la même: les Libanais ont toujours fait preuve de leur capacité à réagir face à la faillite de la plupart des gestionnaires du pays. Ceux-ci ont donné toutes les preuves de leur incompétence et de leur manque de courage dont le peuple paie le prix.


 Mouna Béchara
   
 
 

Santé

L’activité physique. Bénéfique pour l’Alzheimer
Une corrélation positive existe entre l’exercice physique et l’alimentation sanguine de régions du cerveau, où les premiers signes de maladie…

 
Bannière