Magazine Le Mensuel Actualité Economique Politique et Lifestyle
Logo

Nº 3072 du vendredi 2 décembre 2016

Trump et le Moyen-Orient. Bye-bye America?
L’élection surprise de l’Ovni politique qu’est Donald Trump à la Maison-Blanche a surpris. Les questions se multiplient autour de sa politique étrangère, particulièrement au Moyen-Orient. Eléments de réponse. Le 20…
Joseph Torbey président de l'association des banques. L'inflation est sous contrôle
Joseph Torbey est persuadé que Le Liban traverse «une opportunité en or», qui marque une page pleine d’espoir pour une reprise de la croissance. Rencontré par Magazine au lendemain de…
A la Résidence des Pins. La culture à l’honneur
Organisé par l’Institut français du Liban sous le thème Lire ensemble, le 23e Salon du livre francophone de Beyrouth a eu lieu, du 4 au 13 novembre 2016, au Biel.…
Comment fidéliser le client. A l’heure de l’inclusion financière et de la FinTech
La démarche du banquier, qui consiste à attirer et convaincre le client que l’établissement doit demeurer «sa banque principale», n’est plus facile. La fidélisation à la banque devient un défi,…
Pas de reprise avant 2023?
Inadéquation entre l’offre et la demande, baisse des transferts en provenance de la diaspora ainsi que du pouvoir d’achat des locaux, retrait des propriétaires arabes, chute des prix des matériaux…
Prostitués homosexuels dans les rues de Beyrouth
Phénomène en pleine expansion au Liban, du fait de la pauvreté et du nombre accru de réfugiés syriens, la prostitution homosexuelle masculine ne se cache presque plus. Reportage. Ahmad arpente,…
Université Saint-Esprit de Kaslik. Quand les étudiants voient vert
Pour «positiver» la crise des déchets qui frappe le Liban, il suffit de se tourner vers l’initiative verte lancée par l’Usek. L’idée du Comité Vert est née le 2 janvier…
Nocturne in black, de Jimmy Keyrouz. Rencontre avec un talent libanais
Nocturne in black, du Libanais Jimmy Keyrouz, a obtenu la médaille d’or, le 22 septembre 2016, des Student Academy Awards et a été nominé pour la 89e Nuit des Oscars.…
Synkers. Connecter étudiants et tuteurs
A seulement 22 ans, Sibylle Nakad, co-fondatrice de Synkers, imagine un moyen de mettre en relation directe les étudiants et des tuteurs disponibles pour du soutien scolaire. Rencontre. Comment est…
Éditorial
Pour inverser l’effet papillon

Certes, le facteur psychologique est important pour la relance de l’économie. Le sentiment de sécurité des ménages, l’optimisme de la jeunesse et la confiance des entrepreneurs peuvent inciter à la consommation et booster l’activité commerciale à la veille des fêtes. La normalisation des relations entre le Liban et les Etats du Golfe (le président Michel Aoun a déjà reçu neuf invitations pour visiter des pays arabes et étrangers) pourrait annoncer le retour prochain des touristes arabes, après quatre ans de boycott. Le montage financier de Riad Salamé a permis à la Banque centrale de consolider ses réserves en devises, et les mesures qu’il a récemment prises (l’émission de certificats de dépôts à 5%) ont absorbé l’excédent de liquidités en livres libanaises, né de cette ingénierie et qui menaçait de faire monter l’inflation. Toutes ces bonnes nouvelles, couplées aux mesures de la BDL, ne sont cependant pas suffisantes pour redresser une économie frappée de plein fouet par la crise syrienne, en partie responsable de la baisse des exportations libanaises vers les pays arabes et de l’activité de transit, et par la chute des prix du pétrole, qui a provoqué un tarissement des flux de capitaux entrants. Ces facteurs, ajoutés, entre autres, à une conjoncture internationale défavorable, ont freiné la croissance et paralysé l’économie. Pour stopper l’effet papillon et inverser la tendance baissière de la plupart des indicateurs, il est impératif d’encourager le retour des investissements, afin de relancer l’économie réelle. L’Etat peut, dans ce domaine, jouer un rôle de premier plan, en offrant aux investisseurs un environnement plus propice aux affaires. Il doit, pour cela, assurer les services élémentaires, comme l’électricité, l’eau et un réseau de télécommunications performant. Ces projets peuvent être lancés sans attendre les inévitables réformes structurelles, qui nécessitent un vaste chantier législatif, afin de moderniser les lois ou en élaborer de nouvelles. Pour atteindre ce modeste objectif, il faut d’abord former un gouvernement. Chaque jour de retard dans la naissance du Cabinet assombrit le climat positif observé depuis l’élection présidentielle, replonge les Libanais dans l’état d’esprit qui prévalait avant le 31 octobre et fait disparaître les faibles signaux d’espoir apparus ces quatre dernières semaines. Il est inadmissible que le Liban manque l’opportunité de relancer son économie, une question de survie pour quatre millions et demi de Libanais, à cause de tiraillements autour de l’attribution d’un portefeuille ministériel à telle ou telle personnalité.    Paul Khalifeh


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

32 postes
Dans les administrations publiques, 32 postes de la première catégorie sont vacants. Par ailleurs, 5 postes ont été créés et n’ont jamais été occupés. Il s’agit du médiateur de la…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved