Mireille Hayek. La cuisine, une passion devenue un métier
Logo

Nº 3073 du vendredi 6 janvier 2017

Mireille Hayek. La cuisine, une passion devenue un métier

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Mireille Hayek. La cuisine, une passion devenue un métier
    Son histoire, c’est celle d’une passion pour la cuisine. Une passion dont elle a fait son métier. Dix ans plus tard, Mireille Hayek est à la tête de plusieurs restaurants,...
  •  
Notez cet article
(8 votes)
A- A+

Son histoire, c’est celle d’une passion pour la cuisine. Une passion dont elle a fait son métier. Dix ans plus tard, Mireille Hayek est à la tête de plusieurs restaurants, dont La Parilla et Em Shérif.

Rien ne prédisposait Mireille Hayek à devenir la propriétaire de plusieurs restaurants qui figurent parmi les hauts lieux de la gastronomie libanaise. Assistante sociale de formation, cette femme au foyer, mère de quatre enfants, a un goût inné pour la cuisine. Pour elle, cuisiner est un plaisir. «Partager un repas, se réunir autour de la table en famille ou entre amis, c’est sacré pour moi», confie Mme Hayek. Elle passe son temps à prendre des cours de cuisine et invite des amis, rien que pour avoir le plaisir de leur préparer à manger. «Tout le monde aimait ce que je faisais et me disait constamment qu’il fallait absolument que j’ouvre mon propre restaurant». C’était alors un hobby, jusqu’au jour où son frère, Dany Chaccour, lui propose sérieusement de se lancer dans ce projet. «Tout a commencé avec La Parilla. Le local était à louer. C’était le moment ou jamais. Mon mari et mon frère étaient présents et nous avons décidé de tenter l’aventure tous les trois».
Perfectionniste jusqu’au bout, Mireille Hayek est toujours présente au restaurant. «Pendant quatre ans, je n’ai pas quitté La Parilla. Midi et soir, j’étais toujours là», se souvient-elle. Lorsqu’un client rendait sa viande, elle accueillait les remarques avec plaisir; mais cela ne l’empêchait pas de pleurer! Depuis dix ans, le succès est ininterrompu. Cet été, La Parilla Summer Edition, situé au rooftop du Palm Beach Hotel, a vu le jour.

L’expansion d’Em Shérif
Sa réussite ne l’a pas éloignée de ses enfants. «Ils n’ont pas souffert de mon absence, parce que, tous les après-midi, j’étais présente à la maison et, lorsqu’ils entraient se coucher, je repartais au restaurant». Aujourd’hui, sa fille Yasmina suit une formation en restauration et gastronomie à l’école Paul Bocuse. Une femme qui travaille est un exemple pour ses enfants, estime Mireille Hayek. «J’ai appris à ma fille que le travail est obligatoire pour une femme. En outre, je ne pense pas qu’une femme n’accorde pas suffisamment de temps à ses enfants. Tout est question d’organisation», dit-elle.
Ses premiers goûteurs sont son mari, Salim Hayek, et son frère, Dany Chaccour, qui s’occupe du développement de la franchise Em Shérif. La marque se trouve désormais à Dubaï, au Koweït et au Qatar, et des négociations sont en cours pour Londres.  
Passionnée, bourrée de talents, Mireille Hayek ne dort pas sur ses lauriers. Après deux années et demie passées à La Parilla, il ne lui restait plus grand-chose à faire, à part assurer une certaine présence. «Je me suis alors dit pourquoi pas un autre restaurant? C’est ainsi que Yasmina, qui porte le nom de ma fille, est né. Nous l’avons fermé, mais nous le rouvrirons bientôt».
Un peu plus que deux années plus tard, Mme Hayek décide de réaliser son rêve et d’ouvrir un restaurant libanais. Em Shérif (qui porte le nom de son fils) voit le jour. Six ans plus tard, l’endroit continue à être un incontournable et un haut lieu de la gastronomie libanaise. Le dernier nouveau-né de la chaîne est le Em Shérif Café.
Les projets de Mireille Hayek ne s’arrêtent pas là. «Je pensais qu’Em Shérif Café serait le dernier mais, bientôt, Em Shérif by the sea s’installera au Aïshti seaside, avec comme spécialité le poisson et les fruits de mer. Avant, ça me prenait quelques années pour passer d’un restaurant à un autre. Aujourd’hui, quelques mois à peine me semblent suffisants», confie Mireille Hayek.
Ses 150 employés sont comme sa famille. «Je suis sévère et stricte avec eux. Je les traite comme mes enfants. Quand ils gaffent, je les réprimande et, quand ils font bien leur travail, je les récompense». C’est un travail d’équipe qui lui permet de créer des recettes. «En dormant la nuit, je pense aux recettes et, le matin, j’arrive au restaurant avec de bonnes idées». Le secret de sa réussite? «Le soutien de mon mari et de mes enfants». Pour elle, le succès, c’est savoir ce qu’on aime faire et réaliser son rêve. «Il faut chercher et découvrir en soi une passion pour quelque chose». Mais le succès, Mireille Hayek ne le voit pas et ne le sent pas. «Il n’est jamais acquis. Pour moi, chaque repas est un nouveau challenge».

Joëlle Seif

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Les privilèges, la plaie invisible de l’Etat

L'enquête, publiée dans cette édition de Magazine, sur le financement public des communautés religieuses et les exemptions fiscales et autres facilités dont elles bénéficient, lève le voile sur un domaine peu connu des Libanais. Elle révèle une infime partie du régime des privilèges accordés par l’Etat à de nombreux secteurs, catégories socioprofessionnelles ou, parfois, à des individus. Ces avantages alourdissent le budget de l’Etat et, surtout, génèrent un manque à gagner qu’il est difficile de chiffrer exactement mais qui s’élève, sans doute, à des dizaines, voire des centaines de millions de dollars. Telle est la triste histoire de l’Etat libanais, traité comme une vache laitière par ceux-là mêmes qui sont supposés protéger ses droits et gérer son patrimoine. Entre les privilèges financiers et fiscaux, la mauvaise gestion des biens domaniaux, le gaspillage des deniers publics, le détournement de fonds, les délits d’initiés, l’Etat n’est plus qu’un corps inerte, maltraité par une classe politique parasitaire.Face à cette réalité, on imagine que le redressement du Liban est une tâche titanesque, sinon impossible, tant que l’Etat est phagocyté par des hommes politiques corrompus, agissant comme des sangsues, qui pompent l’énergie de leur victime en prenant soin de la maintenir en vie.Pour que se perpétue le pillage des ressources de l’Etat, la classe politique a installé de multiples verrous, visibles ou dissimulés. Leur fonction est d’empêcher un véritable changement, pendant qu’elle se régénère. Ce cercle vicieux peut durer une éternité, si les Libanais n’en prennent pas conscience et décident de le briser.L’adoption d’une loi électorale assurant une représentation authentique des forces vives de la société est le meilleur moyen pour se débarrasser de cette classe politique et élire des députés méritants et compétents. L’inertie des Libanais et leur désintérêt contribuent à maintenir le système actuel en place. Il est de la responsabilité de chacun de faire pression sur les politiciens, afin qu’ils présentent des concessions au niveau de la loi électorale. L’ouverture d’une brèche dans le mur du système permettra, avec beaucoup de patience et de détermination, d’aboutir à un réel changement.En attendant ce jour, de nombreuses initiatives peuvent être prises pour faire reculer, progressivement, le niveau de corruption et juguler le gaspillage. L’informatisation à outrance des différentes administrationsen fait partie.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Indemnités de fin de service: 12 796 adhérents font valoir leurs droits
Les retraits anticipés des indemnités de fin de service continuent de grossir d’une année à l’autre. Ils ont été 12 796 inscrits à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) à…

Combien ça coûte

Un abonnement à la gym
Depuis 2014, les salles de gym prolifèrent dans la capitale libanaise, au point que le sport est devenu un véritable business. Il faut compter au moins une centaine de dollars…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved