Go Home, de Jihane Chouaib. Histoire d’une Antigone libanaise
Logo

Nº 3077 du vendredi 5 mai 2017

Go Home, de Jihane Chouaib. Histoire d’une Antigone libanaise

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Go Home, de Jihane Chouaib. Histoire d’une Antigone libanaise
    Projeté en clôture du Festival du film libanais 2016, Go Home, le premier long-métrage de Jihane Chouaib, mettant à l’affiche l’actrice iranienne, Golshifteh Farahani, sera bientôt sur nos grands écrans. Dès...
  •  
Notez cet article
(2 votes)
A- A+

Projeté en clôture du Festival du film libanais 2016, Go Home, le premier long-métrage de Jihane Chouaib, mettant à l’affiche l’actrice iranienne, Golshifteh Farahani, sera bientôt sur nos grands écrans.

Dès les premières minutes du film, le spectateur repère sons et bruits, avant de distinguer leur provenance par l’image: une jeune femme, des pas déterminés, les roues traînantes de sa valise, une route, un camion qui passe. Nada est revenue au Liban. Dans quelle région du pays, on ne le saura pas, ce n’est seulement pas Beyrouth. Dans le flou de l’image, comme une mémoire qui se déverrouille, des souvenirs qui s’embrouillent, elle distingue la maison familiale, désormais en ruines. La porte s’ouvre seule, sans aucun recours à la clé qu’elle tient à la main. Ce n’est plus chez elle ici, Nada est devenue une étrangère dans son propre pays.
De détail en détail, visuels et sonores, chacun enclenchant l’autre et augmentant progressivement sa symbolique et sa portée, Jihane Chouaib réussit d’emblée à accrocher son spectateur, avant même qu’aucun mot ne soit prononcé. Elle les suspend au visage de son actrice principale, Golshifteh Farahani, aux traits pétris dans l’éclat de la douleur, au regard fier, déterminé et interrogateur. Un regard de défi. Défi par rapport à un pays dans lequel elle ne se reconnaît plus, à une communauté qui tente de l’enfermer dans son étau, à une réalité quotidienne qui ne cherche pas à savoir, à se poser des questions, à une famille où l’on se refuse à parler de ce qui est arrivé, où «on ne parle jamais de rien», surtout pas de «Jeddo» mystérieusement disparu pendant la guerre civile. Pareille à Antigone, une sorte d’Antigone inversée, Nada veut déterrer le passé, déterrer le mort. «Quelle bataille? Tu te bats toute seule!», lui lance son frère Sam. «Tu ne peux pas nous juger!», lui assène sa tante.

Un retour dans la mémoire
Dans sa colère, ce sont les compromis qu’elle refuse à épouser, les compromis acceptés comme des ornières. Dans sa colère, venue du plus profond d’elle-même, il y a l’attachement à la vie, à la mémoire, à l’enfance. Les souvenirs qui remontent, qui s’imbriquent à son présent, qui s’entortillent aux fantômes qui sembler hanter cette maison, à la violence dont cette bâtisse a été témoin, et qui grouille dans un borborygme toujours présent. Jihane Chouaib parvient à merveille à mettre à l’écran les souvenirs de Nada, au cœur d’une sensation indicible qui emporte le spectateur une nouvelle fois dans une danse chatoyante de couleurs, de formes et de sons. Et cette rengaine qui revient, qui s’incruste dans la mémoire de Nada, dans la nôtre, dans celle de tout un pays: «Yalla tnam, yalla tnam, ladbahla tayer el hamam». («Qu’elle dorme, qu’elle dorme, je lui tuerai un pigeon»).
Nada ce n’est pas seulement l’histoire d’une immigrante revenue dans son pays natal, c’est l’histoire de tout Libanais, parce que les multiples couches du film s’y prêtent. Tissé dans la complexité et la subtilité, porté par la sensibilité du casting qui regroupe autour de Golshifteh Farahani, Maximilien Seweryn, Wissam Farès, Julia Kassar, Mireille Maalouf, Nasri Sayegh, Charbel Iskandar, Michel Adabachi... Le cinéma libanais emprunte de plus en plus fort cette voie, celle de l’Histoire qui se constitue d’autant d’histoires, d’autant de vérités multiples. Le passé est à fouiller, oui certes, mais comment le remuer, il semble que telle est la question, une question que s’est déjà posé le film Rabih (Tramontane) projeté actuellement en salles, et que se pose de nouveau Go Home, prévu en juin. Sans jugement, ni doigts pointés, ni reproches, dans la colère retenue, dans la détermination à se tracer sa propre voie.
Dans Go Home, il s’agit moins d’une recherche d’identité que d’une appartenance. Une appartenance à soi avant tout, qui ne peut s’acquérir que par la responsabilité assumée d’un passé tenu sous clé, pour le dépasser, espérer la liberté. Vouloir la liberté.

Nayla Rached

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des pressions sur la livre

Dans son dernier rapport trimestriel sur le Liban, paru le 27 avril, la Banque mondiale tire la sonnette d’alarme: le modèle économique libanais n’est plus viable et doit être remplacé par une formule capable d’assurer les besoins financiers et économiques du pays.Le rapport de l’institution internationale regorge de chiffres et d’indicateurs négatifs. Les plus alarmants sont le déficit de la balance commerciale, qui a atteint 15,7 milliards de dollars, fin 2016, et le volume des importations, qui ont grimpé à 26% du produit intérieur. Cela signifie que plus du quart de la richesse produite par les Libanais est utilisée pour importer des produits de l’étranger.Ces mauvaises prestations macroéconomiques s’accompagnent de mauvaises nouvelles pour les ménages: une hausse des prix de 3,13%, selon l’Association des consommateurs. Cette hausse, qui intervient alors que l'érosion du pouvoir d’achat se poursuit, serait due à deux facteurs: le débat parlementaire sur la grille des salaires dans le secteur public et la nouvelle batterie de taxes et d’impôts envisagée pour la financer. Le vote de la grille a finalement été reporté sine die mais les commerçants en ont profité pour majorer les prix de certains produits de consommation, comme les boissons alcoolisées, les produits de luxe et les cigarettes.Cette conjoncture, couplée à la crise politique larvée qui menace d’exploser à tout moment, s’est traduite par des pressions sur la livre libanaise. Selon des sources bancaires, la Banque du Liban (BDL) a dépensé entre 1,5 et2 milliards de dollars en deux mois pour intervenir sur le marché des changes afin de soutenir la monnaie nationale. Par conséquent, les réserves en devises de la BDL sont tombées sous la barre des 40 milliards de dollars.Les pressions sur la livre seraient dues au débat politique concernant la loi électorale, qui a montré combien le fossé était profond entre les forces politiques, et l’incertitude quant au renouvellement du mandat du gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé.       Pendant ce temps, la présence d’1,5 millions de réfugiés syriens continue de peser sur l’économie, en l’absence de toute aide internationale sérieuse, susceptible de réparer une partie des dégâts causés aux infrastructures.En parallèle, les milieux financiers s’attendent à un durcissement des législations américaines et internationales relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent sale et le financement du terrorisme. Cette transformation des lois internationales limite les capacités du secteur bancaire libanais et le prive de certains de ses atouts, principalement le secret bancaire, réduit à sa plus simple expression.Face à ces réalités inquiétantes, la classe politique continue de se chamailler autour de la loi électorale et d’autres sujets, alors que chaque jour qui passe, la BDL dépense entre 20 et 30 millions de dollars pour soutenir une livre dont plus personne ne veut.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

La facture de la circulation: Un milliard de dollars par an
Une étude menée conjointement par les universités de Louisiane et de Harvard avec des entités libanaises a porté sur les répercussions du problème du trafic routier au Liban. Cette étude…

Bannière

Combien ça coûte

Tout savoir sur les taxes successorales au Liban
Calculer les droits de succession lors d’un héritage, comprendre la procédure de déclaration, les abattements et les barèmes à appliquer pour évaluer le montant de ces droits n’ont jamais été…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved