Législatives françaises. Pour qui et pour quoi voter au Liban?
Logo

Nº 3078 du vendredi 2 juin 2017

Législatives françaises. Pour qui et pour quoi voter au Liban?

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Législatives françaises. Pour qui et pour quoi voter au Liban?
    Les législatives françaises se tiendront les 4 et 18 juin 2017 dans la 10e circonscription des Français établis hors de France, qui comprend, entre autres, le Liban. Cette année, 11...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Les législatives françaises se tiendront les 4 et 18 juin 2017 dans la 10e circonscription des Français établis hors de France, qui comprend, entre autres, le Liban. Cette année, 11 candidats se présentent avec leur suppléant. Qui sont-ils? Que proposent-ils?


La 10e  circonscription englobe 49 pays du Moyen-Orient et d’une partie de l’Afrique. Cette zone comprend 147 997 Français inscrits sur les registres consulaires, dont 17772 rien qu'au Liban. Lors des législatives de 2012, c’est Alain Marsaud, candidat UMP – aujourd’hui Les Républicains, qui a été élu au second tour. Magazine a rencontré la plupart des candidats et/ou leur suppléant qui se présentent ces prochains jours dans la 10e circonscription.

Alain Marsaud/Laurent Rigaud
(LR et UDI)
Les priorités de Marsaud restent la sécurité, l’enseignement et la santé. «Leur perception est forcément différente selon les pays. Nombre de Français rencontrent des difficultés, raison pour laquelle je compte, grâce aux liens que j’entretiens avec le nouveau Premier ministre, mettre en place les actions refusées par le gouvernement de François Hollande», précise-t-il. Ancien magistrat et chef du service central de lutte antiterroriste au parquet de Paris dans les années 1980, Alain Marsaud souligne que pour affronter le terrorisme «il faut s’appuyer sur les actions passées, tant celles qui ont fonctionné que celles qui ont échoué (…). Le terrorisme est mouvant, année après année, les actes ne se ressemblent pas mais le fond du problème reste le même. L’anticipation est aujourd’hui quasi-impossible tant la menace est présente. Il nous faudra certainement imaginer de nouvelles actions comme, par exemple, la vigilance citoyenne que je souhaite mettre en place».


Amal Amélia Lakrafi/Joseph Moukarzel (LREM)
Spécialiste en cyber-sécurité et chef d’entreprise, Amal Amélia Lakrafi est investie par La République En Marche, aux côtés de son suppléant, Joseph Moukarzel, Doyen de la Faculté d’Information et de Communication de l’Université Antonine. «La victoire de Macron constitue un regain d’espoir pour la France, surtout que la gauche et la droite ont montré leur incapacité à gérer la scène politique», indique Moukarzel. Avec un président rassembleur, notre programme vise à améliorer le pouvoir d’achat, à créer de l’emploi, à accorder une plus grande importance aux écoles publiques, à donner à tous la chance de bénéficier de l’enseignement français à l’étranger. S’ajoutent à ces objectifs une meilleure protection sociale, une fiscalité équitable, une réussite économique doublée d’un soutien des entrepreneurs français à l’étranger et d’une lutte contre la montée du terrorisme. A la question de savoir comment le couple Lakrafi/Moukarzel abordent le scrutin, ce dernier répond: «On a toujours cru que le Liban était de droite. Les dernières élections ont montré que ce n’était pas tout à fait le cas. Le pays se centralise aujourd’hui. La grande force de notre dynamique c’est d’être au centre et de demander à tout le monde de nous rejoindre».
 
Stéphane Sakoschek/Fabienne Chauvet
(FN et RBM)

Avec 30 ans d’expérience professionnelle et politique dans la Xème circonscription à la disposition des Français expatriés, Stéphane Sakoschek souhaite «assurer une représentation juste et représentative à l’Assemblée Nationale des 10000 Français de la circonscription électorale qui ont voté soit pour le FN, soit pour le Rassemblement Bleu Marine (RBM)». Les 5 points essentiels de son programme sont: santé, sécurité, scolarité, défense des femmes expatriées et fiscalité. Sakoschek mise sur «le fait que 18,71% des Français dans la Xème circonscription se sont mobilisés pour notre parti plus que les autres, qui se croient déjà en territoire conquis». Il compte aussi sur le fait que «de nombreux Français peuvent encore minimiser les dégâts d’un parti monolithique, en votant pour une opposition saine et nécessaire dans une démocratie».

William Guéraiche/Sylvie Marchand
(FI)

Les circonstances de la vie politique française l’ayant poussé à se présenter candidat, William Guéraiche, de la France insoumise, explique que contrairement à l’idée répandue dans les médias, le clivage droite-gauche n’a pas disparu dans la politique française. «Je serai, le 4 juin, le seul candidat de la gauche dans la Xe circonscription des Français de l’étranger», assure-t-il. Le thème de sa campagne? La solidarité. Solidarité entre les membres de la communauté française à l’étranger, entre ces Français et leur pays d’accueil et entre les Français de métropole et ceux de l’étranger. «Je crois fortement au partage des richesses et au rôle fondamental d’un Etat arbitre, interventionniste, le seul à pouvoir imposer l’intérêt général. Néanmoins, je déplore une culture de l’assistanat qui nuit à l’image d’un Etat redistributeur», martèle-t-il. D’après lui, les Français de l’étranger ne sont pas des citoyens de deuxième classe. Ils ont des droits et des devoirs et donc un rôle à jouer dans la refonte du modèle républicain français.

Noémie Potier/Benjamin Chanard (UPR)
Outre la sortie de l’UE, de l’Euro et de l’OTAN, que Potier estime vitale pour la France, l’UPR souhaite mettre au cœur de son action plusieurs grandes thématiques telles que la défense des services publics et des droits fondamentaux, la relance de la production sur le territoire national, le retour à l’universalisme français, l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, ou encore la baisse rapide et profonde du chômage.



Guillaume de Bricourt/Sylvain Liotard – (Collectif 577 Pour la France)
Installé à Maurice depuis bientôt 9 ans, Guillaume de Bricourt y dirige une société dans le tourisme et est président d’un mouvement d’entrepreneurs fondé en 2015. «Le projet présenté par les candidats labellisés 577 Les Indépendants de la Droite et du Centre, fait l’objet d’un «contrat de législature» décliné dans une loi de programme qui affiche clairement le cap à tenir tout au long de la prochaine mandature», déclare Bricourt. Six orientations y sont développées: une réforme des territoires; une réforme de l’organisation politique et de la gouvernance; l’accès à la croissance, à l’innovation et à l’internationalisation; l’accès à l’éducation et à la formation; une réforme de notre modèle social; et enfin une ambition européenne. La candidate du Parti socialiste, Daad Naffi Bouari s'est retirée pour soutenir LREM.

VOTE électronique
La plupart des candidats interrogés considèrent que l’annulation du vote électronique est intentionnelle, pour priver les Français de l’étranger de l’expression politique et citoyenne à laquelle ils ont droit. Cette annulation de dernière minute témoigne, selon eux, d’une désorganisation des services de l’État.

Natasha Metni

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Au nom de la stabilité

La prorogation du mandat du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, pour un mandat de six années, ne fait pas l’unanimité des partis politiques et des experts, même si la décision a été prise en un tour de main au cours d’une réunion du Conseil des ministres tenue à Baabda. Les opposants à cette décision s’expriment ouvertement. Certains d’entre eux accusent le patron de la banque centrale d’être «l’allié privilégié des banques commerciales», l’affublant, parfois, du titre peu élogieux de «banquier des banques». La stratégie qu’il met en œuvre, à chaque fois que ce secteur est confronté à un début de crise, aboutit à rendre les établissements de crédits, ou la plupart d’entre eux, relativement renforcés. D’autres détracteurs, plus sévères, le qualifient, carrément, de «gardien des voleurs du temple».En deux mots, le 5ème mandat qu’entamera Riad Salamé en juillet sera encore plus délicat et difficile à gérer que les précédents. Le statu quo de stabilité relative au pays du cèdre peut basculer brusquement. Le Proche-Orient est dans la tourmente. Le monde arabe, les présidents américain et russe, Donald Trump et Vladimir Poutine, n’ont pas encore jeté leurs dés et tous les scénarios sont encore possibles. Karl Albrecht avait dit: «Partir avec un idéal en tête et finir avec un deal», alors qu’Ashleigh Brilliant avait conseillé «de négocier (…), si vous ne pouvez ni le contrôler, ni le surmonter.» Or aujourd’hui, le Liban est contraint de suivre les règlements – souvent perçus comme des diktats – des pays dont il utilise la monnaie, en l’occurrence le dollar américain et l’euro, entraînant une obligation inéluctable, celle de la négociation. Riad Salamé a réussi à gérer ce volet, en évitant au Liban et à son secteur bancaire le pire. Néanmoins, il ne peut pas se prévaloir d’avoir relancé la croissance économique – mais est-ce son rôle? –, en dépit des programmes de subvention des taux d’intérêts débiteurs et d’autres stimulations adoptées par la BDL, ces cinq dernières années. Selon les prévisions du FMI, le taux de croissance serait, en 2022, de 3%. Il est évident que la politique monétaire a quelque peu empiété sur la politique économique et financière. Mais qui en assume la responsabilité?Certes, personne n’est indispensable dans le monde des affaires, de l’économie et des finances. Mais il y a aussi ce que l'on appelle «l’homme du moment». En attendant que les épais nuages qui couvrent la région commencent à se dissiper, le pays doit respirer, mais, surtout, il a besoin «d’inspiration divine pour une prudente continuité de résilience et d’ingénierie»… qui profiterait, cette fois, à tous.


 Liliane Mokbel
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Santé mentale Les soins couverts par l’état Selon le ministère de la Santé publique, neuf individus sur dix souffrant de perturbations mentales seraient dans l’incapacité de bénéficier de l’aide médicale…

Bannière

Combien ça coûte

Renouveler le permis de conduire
A l’approche de la cinquantaine, il est temps d’envisager le renouvellement de son permis de conduire. Quid des conditions, des procédures et des frais imposés par le Code de la…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved