Usek. Une nouvelle coopération voit le jour
Logo

Nº 3080 du vendredi 4 août 2017

Usek. Une nouvelle coopération voit le jour

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Usek. Une nouvelle coopération voit le jour
    Traduisant une volonté d’adaptation aux nouvelles mutations du monde du travail, un accord de coopération a été signé entre l’USEK, HEC Montréal et le groupe Debbane Saikali Holding. Créer une plateforme...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Traduisant une volonté d’adaptation aux nouvelles mutations du monde du travail, un accord de coopération a été signé entre l’USEK, HEC Montréal et le groupe Debbane Saikali Holding.

Créer une plateforme interactive pour apporter un regard créatif sur les problèmes actuels du monde des affaires, tel est le contexte dans lequel s’inscrit ce partenariat multidimensionnel. Cet accord vise, en effet, à déterminer les critères que l’USEK et HEC Montréal sont tenues de respecter, dans le cadre du programme de gestion «Essentials of MBA». Ce dernier, spécialement conçu par HEC Montréal, est destiné à tous les professionnels et cadres du groupe Debbane Saikali Holding. Assuré en Amérique latine, en Afrique et en Asie, il comprend six sessions de formations. Celles-ci sont dispensées par des enseignants internationaux qui figurent dans la liste des enseignants les plus éminents de HEC Montréal. Il s’agit de renforcer les liens qui devraient exister entre les institutions éducatives et les entreprises, afin de mieux cerner le marché dans son caractère compétitif et variable. L’accord permettra d’opérer un profond changement dans les mentalités, que ce soit au niveau des responsables universitaires ou de celui des responsables du monde des affaires. Doyen de la faculté de Gestion et des Sciences commerciales (FGSC), le Pr Elie Assaf explique qu’«il est demandé à l’université de jouer un rôle moteur dans le développement économique et social». L’introduction de nouveaux cursus ainsi que l’approfondissement de la recherche en sont les principaux vecteurs. C’est dans ce sens que cette coopération réalise une sorte de «complémentarité optimale», source de richesse pour l’économie du pays. Ainsi, «mieux comprendre l’évolution, la modernisation, les changements et les mutations de l’économie mondiale permet-il de répondre intelligemment aux besoins des marchés», comme l’entend le Pr. Assaf.
Société familiale opérant exclusivement dans le domaine agricole à l’origine, les activités du groupe Debbane Saikali Holding s’est élargi pour inclure les fleurs (Exotica), l’énergie, les télécoms, l’immobilier et, tout récemment, la production vinicole. Présente dans 8 pays du Moyen-Orient, mais aussi aux États-Unis, la société a réussi à se développer, en dépit de circonstances défavorables au Liban. «C’est dans le but de la préserver que nous avons décidé de la transformer en véritable entreprise, via la formation de jeunes hommes d’affaires», explique Nadim Saikali, le président du groupe. «En rejoignant notre entreprise, ils pourront bénéficier de notre formation et auront la chance d’intégrer l’une des écoles de gestion les plus prestigieuses mais aussi de profiter des technologies les plus avancées. Outre l’impact positif sur leurs carrières, nous assurons ainsi une continuité grâce à l’éducation», assure-t-il. En mettant son personnel, ses talents, ses ressources et ses relations au service des entreprises, de l’industrie et de l’économie, l’USEK se veut une institution dont l’une des priorités est d’assurer aux jeunes une formation adaptée au goût du jour.

Natasha Metni


 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Grille des salaires: deux lectures

Le vote par le Parlement de la grille des salaires de la fonction publique clôt un feuilleton de cinq ans, ponctué de polémiques, de tiraillements et de coups bas entre les forces politiques. En dépit des protestations de certaines catégories, qui s’estiment lésées, notamment les fonctionnaires et les militaires à la retraite, cet ajustement des salaires est, globalement, considéré comme un «exploit», car il permet de renforcer le pouvoir d’achat de 270000 familles. Cependant, des milieux économiques et financiers ne cachent pas leurs craintes des retombés négatives que pourrait avoir cette loi, qui prévoit une batterie d’impôts et de taxes. Parmi les plus mécontents figurent les banques. Celles-ci sont appelées, en effet, à supporter une partie significative du financement de cette grille, dont le coût est de 1700 milliards de livres (1200 milliards pour les fonctionnaires en service et 500 milliards pour les retraités). Les banques débourseront quelque 300 millions de dollars sur un montant total de 1,15 milliard de dollars. Ce financement proviendra d’une augmentation de 5% à 7% de la taxe sur les intérêts (supportée par les déposants), une taxation des profits des banques sur les bons du Trésor et une taxation des transactions des banques cotées en bourse, en plus d’une série d’autres mesures. Le secteur bancaire, qui déclare des profits de 2 milliards de dollars par an, se voit ainsi amputé de 300 millions de dollars, soit 15% de ses bénéfices. Toutefois, des sources économiques affirment que les profits réels des banques sont bien plus importants que ceux qui sont officiellement déclarés.Pour le secteur bancaire, ces nouvelles taxes et impôts auront un impact négatif sur les investissements et sur le coût du capital, ce qui va ralentir la croissance et, par conséquent, la création de nouveaux emplois.Un autre avis estime, toutefois, que le renforcement du pouvoir d’achat de centaines de milliers de Libanais va insuffler une bouffée d’oxygène dans l’économie, en boostant la consommation, ce qui aura pour effet de réunir les conditions nécessaires pour enclencher un cercle vertueux, qui profitera à tous les secteurs et les pans de l’économie. «Pour que ce cercle vertueux puisse voir le jour, il faut que tous les acteurs économiques jouent le jeu», prévient une source économique.Certes, le financement de la grille exigera des banques de réduire leur marge de profit et de procéder à des économies internes. Cependant, la source économique affirme que le secteur bancaire est, malgré tout, satisfait du fait que cette hausse des salaires du secteur public ne s’est pas soldée par un creusement du déficit des finances publiques. Cette source indique que les mesures, les taxes et les impôts prévus par la loi génèreront 1765 milliards de livres, soit un montant légèrement supérieur à la somme nécessaire pour financer l’ajustement des salaires.Encore faut-il que l’Etat se donne les moyens de collecter les impôts et de combattre l’évasion fiscale.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée…

Combien ça coûte

Les panneaux photovoltaïques
Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Le Liban produit, à ce stade, 40…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved