ABC Verdun. AZADEA ouvre 11 magasins
Logo

Nº 3081 du vendredi 1er septembre 2017

ABC Verdun. AZADEA ouvre 11 magasins

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    ABC Verdun. AZADEA ouvre 11 magasins
    Contrairement à la tendance morose, le groupe Azadea, compagnie de distribution et de vente spécialisée dans les domaines de la mode et le style de vie, et qui représente et...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Contrairement à la tendance morose, le groupe Azadea, compagnie de distribution et de vente spécialisée dans les domaines de la mode et le style de vie, et qui représente et détient plus de 50 marques internationales franchisées au Moyen-Orient et en Afrique, ouvre 11 magasins à ABC Verdun. Outre le lancement de la marque Kiko Milano, Azadea envisage d’implanter, au centre commercial, certains de ses magasins de marque, tels que Zara, Zara Home, Massimo Dutti, Bershka, Stradivarius, Pull & Bear et Sunglass Hut, occupant ainsi 5 051 mètres carrés et représentant 11% des magasins de mode et d’accessoires de l’ABC. L’investissement total d’Azadea au mall ABC Verdun s’élève approximativement à 8 millions de dollars.


Exportations

En route vers la Chine
Un 1er accord est signé entre une société d’Etat chinoise et 3 producteurs libanais, sous la houlette de Fransabank, pour l’envoi de vin, de savon et d’huile vers la Chine. En juillet 2016, la banque a organisé One Belt & One Road to Beijing, à Pékin. Des entreprises chinoises et des particuliers ont pu y découvrir des produits libanais et rencontrer les exportateurs. Adnan Kassar, président de Fransabank, y a personnellement assisté. Au printemps, la banque avait invité des Chinois au Liban, dans le même but, et cette 1ère expédition est le résultat de tous ces efforts réunis.

 

 
Plastique et papier
Une usine de sacs à Nabatiyé

Chouayb for Industry & Trade inaugure, en octobre prochain, à Nabatiyé, une usine pour la fabrication de sacs en plastique et en papier. La capacité de la ligne de production sera de 200 tonnes de matières premières par mois, des produits qui pourraient être distribués aux supermarchés, boulangeries et boutiques sur un plan régional. Un montant de deux millions $ a été investi dans cette fabrique de 2 000 m2. Un prêt subventionné aurait été contracté pour le financement partiel du projet.


Crédits
Extension des délais de remboursement

La Banque du Liban (BDL) a émis une circulaire datée du 6 juin 2017, portant sur les prêts à taux subventionnés accordés aux industriels, aux agriculteurs et aux agents touristiques. La BDL est intervenue pour arrondir les angles et ainsi réduire au maximum les cas de défaut de paiement. La circulaire a prolongé le délai de remboursement du prêt subventionné de 12 à 19 ans, assurant que l’extension du délai n’affecterait en rien l’estimation de la valeur de la subvention déterminée au préalable. La restructuration des échéances avait été effectuée à plusieurs reprises: d’abord, le délai de remboursement s’étendait entre 5 et 7 ans; ensuite, il a été étendu à 10 ans, en 2013, et à 12 ans, en 2015. Les industriels auraient bénéficié de 54,3% du volume des prêts alloués aux trois secteurs au cours des neuf premiers mois de 2016, suivis par le secteur touristique avec 31,7% et 14% pour l’agriculture.

Liliane Mokbel

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Il faut saisir l’opportunité

Avant même que ne soient versés les salaires des fonctionnaires et des militaires, indexés à la nouvelle grille, les prix de certains produits de première nécessité et denrées alimentaires ont augmenté. Les prix avaient déjà fait un bond, il y a quelques mois, lorsque le Parlement avait entamé l’examen de l’échelle des salaires, avant de la renvoyer en Commission. Qui est responsable de cette montée injustifiée des prix? Les détaillants? les grossistes? les importateurs? C’est à l’Etat de trouver la réponse et de prendre les mesures nécessaires. C’est au gouvernement d’enrayer la montée des prix, qui risque de torpiller l’un des seuls aspects positifs de la grille des salaires, celui du renforcement du pouvoir d’achat de 270000 familles, ce qui devrait avoir pour effet de booster la consommation des ménages et, par conséquent, de relancer, même timidement, une économie moribonde.La situation économique est tellement mauvaise que certains acteurs du secteur lient le sort du pays au volume des transferts effectués par la diaspora. Si les flux de capitaux rentrants venaient à baisser pour une quelconque raison, les banques n’auraient plus les moyens de financer l’Etat. La seule lueur d’espoir est la reconstruction de la Syrie et le rôle que le Liban pourrait y jouer, entend-on de plus en plus souvent dans les cercles économiques. Or, la reconstruction semble, aujourd’hui, le thème principal qui occupe les discussions des responsables syriens avec leurs visiteurs étrangers. Des journalistes occidentaux, de retour de Damas, affirment que, «pour la première fois», leurs interlocuteurs étaient plus focalisés sur les questions de la reconstruction que sur les détails des opérations militaires, pourtant marquées par d’importantes avancées de l’armée régulière et de ses alliés sur tous les fronts, notamment face à Daech. «C’est mon dixième voyage à Damas depuis le début de la guerre, nous déclare un journaliste d’un quotidien français. Mais c’est la première fois que j’entends plus parler des projets immobiliers, des perspectives d’investissements et des grands chantiers à venir que des ‘‘victoires’’ de l’armée face aux ‘‘terroristes’’».La Foire internationale de Damas, qui a rouvert ses portes après cinq ans d’absence, était sur toutes les langues. Même les médias officiels syriens l’ont placée au cœur de l’actualité, reléguant au second rang la progression de l’armée dans le désert de la Badiya.Pendant ce temps, les Libanais se chamaillent et font de la surenchère sur l’opportunité de rétablir les contacts avec la Syrie. Il est du devoir de l’Etat de prendre toutes les mesures, politiques ou autres, afin que le Liban soit bien positionné en perspective de la reconstruction de la Syrie. Sinon, le pays risque de laisser passer une chance réelle de redressement.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Electricité: Les financements de la BM mis en veilleuse. La Banque mondiale (BM), qui renouvelle chaque année ses promesses d’accorder au Liban un financement de 1,2 milliard $ à des…

Bannière

Combien ça coûte

Combien ça coûte un animal domestique
Depuis la fin de la guerre, les Libanais se tournent davantage vers les animaux domestiques. Le marché des petites bêtes à poils prend de plus en plus d’importance et de…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved