Zeina el-Eid. Deux passions, les voyages et la gastronomie
Logo

Nº 3091 du vendredi 6 juillet 2018

Zeina el-Eid. Deux passions, les voyages et la gastronomie

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Zeina el-Eid. Deux passions, les voyages et la gastronomie
    En six ans, six branches du restaurant-café Urbanista ont vu le jour dans le Grand Beyrouth et la marque est toujours en pleine expansion. La fondatrice, Zeina el-Eid nous raconte...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

En six ans, six branches du restaurant-café Urbanista ont vu le jour dans le Grand Beyrouth et la marque est toujours en pleine expansion. La fondatrice, Zeina el-Eid nous raconte cette aventure, commencée en 2012.


  Zeina el-Eid a deux passions dans la vie, les voyages et la gastronomie. Dire qu’elle a fait le tour du monde n’est pas une métaphore pour cette grande globe-trotter, qui a voyagé de Vancouver, au Canada jusqu’à la Nouvelle-Zélande, sillonnant la planète, visitant plusieurs cultures et découvrant de nouvelles civilisations. Son goût pour la cuisine remonte à son adolescence. Lycéenne, âgée de 16 ans, elle invite déjà ses amies chez elle et leur prépare le repas. Pourtant, lorsqu’à 18 ans elle quitte le Liban pour les Etats-Unis, elle choisit d’étudier la comptabilité à l’université du Michigan alors que tout le monde la voyait opter pour une école hôtelière. «Je voulais obtenir un diplôme rapidement. En parallèle à mes études, je continuais à voyager. J’aime les endroits exotiques, la cuisine asiatique. J’estime que la beauté se trouve dans les choses naturelles», dit-elle.
De retour au Liban, elle enchaîne des petits boulots dans la restauration et l’hôtellerie pour se familiariser avec ce milieu. «Tout le monde était convaincu qu’un jour ou l’autre j’ouvrirai mon propre restaurant». Zeina el-Eid est inspirée par le café Starbucks, où elle s’installait pour étudier. «Je rentrais à la maison pour déjeuner et je revenais ensuite au Starbucks pour reprendre mes études».
«La community table». En 2012, avec un prêt octroyé par Kafalat, elle ouvre son premier établissement. C’est ainsi que le 4 juin, le premier restaurant de la chaîne Urbanista voit le jour à Gemmayzé. «Partout où j’allais, il y avait quelque chose qui manquait ou qui faisait défaut. C’est pour cette raison qu’Urbanista est la somme de tout ce que l’on ne trouve pas ailleurs. Nous avons été les premiers à introduire le café gourmet. Nous avons importé les grains de café des Etats-Unis et actuellement nous les importons de Hollande». Le souci principal est d’offrir des produits frais, sains et organiques. «Par exemple, dans nos smoothies, tout est naturel, sans sucre ajouté». Urbanista est aussi le premier restaurant à offrir à sa clientèle l’usage internet gratuit. La «community table», autour de laquelle s’installent des gens qui ne se connaissent pas, est un concept nouveau qu’Urbanista adopte dans sa chaîne de restaurants. «Je voulais que les gens se sentent chez eux. Tout est conçu pour leur procurer ce sentiment: les fauteuils où l’on peut s’affaler de longues heures, le serveur qui n’est pas à vos trousses, vous harcelant pour prendre votre commande, la bibliothèque avec sa variété de livres, l’ambiance, etc. Notre clientèle est fidèle. Ce ne sont pas des clients de passage mais des habitués pour la plupart. Ce n’est pas seulement la qualité de la nourriture que les gens recherchent en venant chez nous mais c’est aussi le décor et l’ambiance. C’est tout cela qui fait la magie de l’expérience Urbanista».  

La recherche de la qualité
Ce concept purement libanais a été imaginé de manière à s’étendre et se développer. En six ans, six branches ont été créées. Après le premier-né à Gemmayzé, une nouvelle branche voit le jour en janvier 2014 à la rue Bliss, suivi en juin 2015 par une autre à l’ABC Achrafié. En 2017, trois autres s’implantent: au Beirut Digital District en février, à la place de l’ancien Starbucks à la rue Marie Curie en mai et au centre-ville de Beyrouth dans l’immeuble M1 en octobre. Le secret de la formule Urbanista? «Un besoin de nourriture saine, fraîche et organique». Le pain est fourni par La boulangère bio et la plupart des produits sont organiques tels que le saumon, les œufs et le miel. «Nous avons commencé au début avec des légumes bio, mais nous avons dû arrêter car l’approvisionnement n’était pas régulier et le coût devenait très cher. Notre devise est d’offrir à nos clients un excellent rapport qualité/prix. Par exemple, notre filet australien est vendu à un prix fort compétitif. Ce que je recherche dès le départ, c’est la qualité».
La stratégie que Zeina el-Eid s’est fixée est dirigée sur le long terme. «Je construis pour l’avenir même si cela prend du temps pour le retour sur investissement». Urbanista est la propriété de la société Urban eat S.A.L. détenue par Zeina el-Eid, Saïd Francis et Houssam el-Eid. Sollicitée pour des franchises à l’étranger, la jeune femme n’est pas à la recherche des gros investisseurs mais de personnes ayant une expérience dans le domaine de la gastronomie et possédant la structure adéquate, capable de s’étendre.
Les restaurants Urbanista accueillent en moyenne 80 à 120 personnes. «Désormais la croissance se fera à une plus petite échelle. Notre stratégie d’avenir consiste à nous installer dans les business districts, les malls, les villes universitaires et les aires de récréation». Depuis plus d’un an, la formule Grab and go, pour le prêt à manger, a été lancée à la branche du Beirut Digital District et celle de Marie Curie. «Cette formule va être consolidée désormais». Il s’agit ainsi pour les clients de venir acheter ce qu’ils désirent et l’emporter chez eux.
Entre ses bureaux, ses six branches et son jeune fils de 9 ans, Zeina el-Eid gère son temps à la minute près. «Tout est question de time management. Je démarre mes journées à 7 heures du matin avec mon fils et je rentre le soir à la maison avec lui à 19 heures. Je l’accompagne dans ses activités et c’est le moment dont je profite pour répondre à mes emails en l’attendant. Souvent, une fois qu’il est couché, je vais faire un tour dans les différentes branches pour m’assurer que tout va bien».
La jeune femme confie que les quatre premières années étaient les plus difficiles. «Mais depuis 2015, j’ai monté une équipe et une structure qui m’aident dans la gestion». Urbanista réalise un chiffre d’affaires de plusieurs millions de dollars par an et emploie 110 personnes réparties entre le back office et le front operation. «Il y a une cuisine centrale qui répartit vers toutes les autres branches, chacune de celles-ci possède une cuisine entièrement équipée». 
Face aux nombreux clusters de restauration qui ouvrent un peu partout, Zeina el-Eid s’interroge sur l’existence de lois régissant cette nouvelle tendance. «Je me demande s’il y a un planning ou si simplement ils ont le droit de s’implanter de manière sauvage, sans études préalables». Lorsqu’on lui demande quel est le secret de sa réussite, elle prend une pause avant de dire qu’elle ne considère pas toutes ses réalisations comme un succès. «Il faut s’améliorer continuellement. Toujours se fixer un but et avoir quelque chose à faire. Si le plan A ne fonctionne pas, il reste toujours le plan B, C, D. Les lettres de l’alphabet sont nombreuses». Selon la restauratrice, la clé du succès réside surtout dans le fait de faire quelque chose qu’on aime.

Joëlle Seif
 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
La paix de Trump

Donald Trump a donné un coup d’accélérateur aux démarches visant à faire avancer son mystérieux «plan de paix» au Proche-Orient. Le président américain dépêche ses émissaires à droite et à gauche pour essayer de mettre sur les rails le fameux «accord du siècle», dont on ne connaît presque rien à part qu’il évoque un «Etat» palestinien avec comme capitale, Abou Dis, une banlieue de Jérusalem, selon les rumeurs. Jared Kushner, l’envoyé spécial de Trump, a pris son bâton de pèlerin à la mi-juin et a rencontré plusieurs dirigeants de la région, dans le cadre d’une tournée effectuée en compagnie de l’émissaire spécial du président américain pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt. Il a organisé à Amman une rencontre entre le roi Abdallah II et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu, à laquelle aurait participé le prince héritier saoudien Mohammad ben Salman. Le site français Intelligenceonline a rapporté que des chefs d’agence de renseignements d’Israël, d’Arabie saoudite, d’Egypte, de Jordanie et de l’Autorité palestinienne se seraient rencontrés, après ce sommet, toujours à Amman, pour discuter des moyens pratiques de «faire avancer le processus de paix». C’est aussi dans ce cadre que certains observateurs placent la rencontre à Moscou entre le président Vladimir Poutine et le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, venu préparer le sommet du 16 juillet à Helsinki, entre les chefs d’Etats américain et russe. Des sources citées par la presse croient savoir que Trump a proposé de reconnaître la primauté de l’influence russe en Syrie en contrepartie d’une aide de Moscou pour faire avancer «l’accord du siècle». La médiation de la Russie est souhaitée pour convaincre l’Autorité palestinienne, qui refuse de recevoir des représentants américains depuis que Trump a reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, à s’engager sérieusement dans le processus de paix. Ces sources croient voir dans l’invitation adressée par Vladimir Poutine à Mahmoud Abbas et Benyamin Netanyahu pour assister à la cérémonie de clôture du Mondial 2018, les prémices de ce rôle d’intermédiaire. Bien qu’il nous semble peu vraisemblable que les ambitions de Moscou se limitent au rôle de go between adoubé par Washington, surtout que la Russie a arraché son influence en Syrie grâce à ses Sukhoï et aux ressources qu’elle a investies pour réorganiser et rééquiper l’armée syrienne.   Il est possible que les Etats-Unis pensent que le moment est propice pour un forcing au niveau du processus de paix. Les sanctions contre l’Iran commencent à donner des résultats, avec la dépréciation du rial et les troubles politiques et sociaux sporadiques qui ont lieu dans le pays. Si cette analyse est vraie, alors il ne faut plus s’étonner que la formation du gouvernement libanais ait pris tellement de temps, car la constitution du pouvoir exécutif au Liban est aussi un champ où des pressions pourraient être éventuellement exercées dans le but d’affaiblir les alliés de l’Iran et de renforcer la position des amis de Washington et de Riyad.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Les taxes municipales
Nous les payons régulièrement. Machinalement. Ces taxes municipales dont nous ignorons tout, mais auxquelles même l’Etat est soumis. Economiste, Roger Melki nous dévoile tout sur ce sujet. Pour couvrir leurs…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved