News du côté des banques
Logo

Nº 3095 du vendredi 2 novembre 2018

News du côté des banques

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    News du côté des banques
    Fransabank Lancement avec Mastercard de la première carte biométrique au Liban C’est une démarche révolutionnaire qu’effectue Fransabank, quatrième banque du Liban, en partenariat avec Mastercard International, société technologique pionnière dans l’industrie mondiale...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Fransabank
Lancement avec Mastercard de la première carte biométrique au Liban

C’est une démarche révolutionnaire qu’effectue Fransabank, quatrième banque du Liban, en partenariat avec Mastercard International, société technologique pionnière dans l’industrie mondiale de paiements, en lançant la première carte biométrique dans la région du Levant. Ce produit apportera une sécurité et une facilité d’utilisation accrues aux consommateurs. Cette collaboration mettra à disposition des clients de la Fransabank de nouvelles cartes avec capteur d’empreintes digitales intégré. Assurant la même fonctionnalité qu’une carte à puce traditionnelle, cette carte innovante est dotée d’une technologie d’authentification biométrique de pointe, qui éliminera le besoin du titulaire de la carte de se fier au code PIN ou à sa signature pour effectuer un achat. Lors de tout achat en magasin, les détenteurs de la nouvelle carte n’auront qu’à l’insérer dans le terminal de paiement en place chez le commerçant, tout en plaçant leur doigt sur un capteur spécifique intégré à la carte pour valider la transaction. Le déploiement de cartes biométriques se fera par étape pour couvrir progressivement l’ensemble de la clientèle.



Bank Audi
Prix  de «l’ambassadeur de l’énergie pour l’année 2018»
Bank Audi a annoncé avoir remporté le prix de «l’ambassadeur de l’énergie pour 2018 pour les institutions libanaises» lors de l’ouverture de la 9ème édition du Forum International de l’Energie à Beyrouth, organisée par MCE Group. Se penchant sur les raisons de cette réussite, Khalil Debs, Directeur pour le groupe des services bancaires aux entreprises, a expliqué que «Bank Audi avait été mandatée comme principal arrangeur pour le financement d’un parc éolien de 160MW dans le Akkar, et à cette fin, avait joué un rôle clé dans la structuration du premier accord d’achat d’électricité avec le gouvernement libanais». Et d’ajouter: «La banque travaille activement en vue de mettre au point d’autres transactions dans les domaines des énergies renouvelable et conventionnelle, l’objectif étant de structurer des transactions bancables dans le cadre d’un protocole de partage optimal des risques et d’attirer le financement par dette et par capitaux propres, tout en préservant l’intérêt du secteur public».

 


Mastercard et Blom Bank
Signature d’un  accord de collaboration sur sept ans

Dans l’objectif de renforcer l’écosystème des paiements numériques à travers le Levant, MasterCard a signé un accord de collaboration stratégique de sept ans avec Blom Bank. L’accord a été signé à Beyrouth en présence de Saad Azhari, président de Blom Bank, Philippe Aractingi et Jocelyne Chahwane, respectivement directeur général et directrice adjointe et chef de la banque de détail à Blom Bank, ainsi que Raghu Malhorta, président de Mastercard Mena, Somu Roy, chef du cluster pour le Liban et la Jordanie, et Ramzy al-Amary, directeur général pour le Liban. Blom Bank a remporté le prix de la «meilleure banque du Liban pour 2018» du magazine Euromoney en mai, un titre prestigieux qu’elle conserve pour la 3ème année.

 

 

 



Byblos Bank
Betty Ketchedjian remporte le prix pour la photographie 2018

Betty Ketchedjian a été sacrée lauréate du Byblos Bank Award pour la Photographie 2018. «Namesake», la série gagnante de photographies présentée par Betty Ketchedjian, est une enquête sur sa propre grand-mère, qui porte le même prénom. En explorant les effets personnels de sa grand-mère et en établissant des parallèles entre leurs vies, Betty Ketchedjian tente de comprendre l’éponyme de son propre prénom. Plus de 150 photographes émergents libanais ont postulé au Byblos Bank Award pour la Photographie. Selon Tristan Lund, président du jury de cette édition, «L’approche cohérente de Betty Ketchedjian, le thème qu’elle a choisi et sa façon de le présenter, sa signature visuelle et sa valeur artistique lui ont valu le prix».  


 

 


BoB
L’ambassadeur du Liban à Ottawa à l’honneur

Dans le cadre de la conférence de Lebanese Diaspora Energy, le président de Bank of Beirut (BoB), Dr Salim Sfeir, a honoré l’ambassadeur du Liban à Ottawa, Fadi Ziadeh, en lui remettant au nom de BoB un prix de reconnaissance pour ses services, lors d’une cérémonie à laquelle étaient présents notamment l’évêque maronite au Canada, Mgr Paul Maroun Tabet, ainsi qu’un grand nombre de personnalités. Prenant la parole à cette occasion, le diplomate libanais a remercié le président de BoB pour sa foi dans le potentiel de la jeunesse libanaise dans laquelle il investit. Il a rappelé que la réussite de BoB, devenue la 5ème banque au Liban, reflète «l’histoire d’un homme qui confirme que la réussite n’est pas le résultat de la chance et du hasard mais le fruit d’une action et d’un effort».

Liliane Mokbel

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Le réflexe de Samson

La guerre menée par les Etats-Unis et ses alliés contre le Hezbollah est entrée dans une nouvelle phase. C’est l’impression qu’ont eue des diplomates européens et des hommes politiques libanais après avoir rencontré des responsables américains ces dernières semaines. Washington durcit progressivement les sanctions contre le Hezbollah dans le but de «l’affamer». Le président Donald Trump a signé, jeudi 25 octobre, un projet de loi élargissant la liste des personnes pouvant être sanctionnées pour avoir fait affaire avec le parti chiite. «Nous allons cibler, déstabiliser et démanteler leurs réseaux opérationnels et financiers, qui étaient nombreux, et qui le sont beaucoup moins maintenant», a-t-il déclaré. Quelques jours plus tôt, le secrétaire américain à la Justice, Jeff Sessions, avait désigné le Hezbollah comme étant une «organisation transnationale criminelle contre laquelle les Etats-Unis vont mener des enquêtes approfondies et engager des poursuites». «Une équipe spéciale de procureurs expérimentés dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme, le crime organisé et le blanchiment d’argent va enquêter sur des individus et réseaux soutenant le Hezbollah», a affirmé Jeff Sessions. Le durcissement des sanctions américaines n’est pas une surprise. Dans une interview publiée par le quotidien israélien The Jerusalem Post à la mi-août, un ancien chef du Mossad, Tamir Pardo, avait reconnu qu’il n’était plus possible de vaincre militairement le Hezbollah mais qu’il fallait imposer des sanctions au Liban pour en venir à bout. Cette nouvelle stratégie mise au point entre Washington et ses proches alliés n’a pas échappé au commandement du parti, qui les prend très au sérieux. «Le Hezbollah fait l’objet de pressions, a déclaré Sayyed Hassan Nasrallah dans un de ses discours de Achoura. C’est plutôt une menace psychologique qu’une véritable menace. Ceux qui conspirent contre notre région, comme Israël, les Etats-Unis et leurs alliés, ne reconnaîtront pas notre victoire. Ils ont échoué dans la guerre militaire contre nous, alors ils essaient de nous frapper de l’intérieur».   Le Hezbollah pense que le véritable objectif des mesures américaines est de l’isoler sur le plan interne en le coupant de sa base populaire et de ses soutiens au sein des autres communautés. C’est ce qui expliquerait le fait que les sanctions pourraient être progressivement élargies pour englober des noms et des entités qui ne sont pas forcément liés au parti mais qui appartiennent à des alliés de différentes communautés. Des sources informées affirment, qu’à terme, entre 300 et 1 000 noms seraient inscrits sur les listes américaines. Si elle est prise, une telle mesure risquerait d’avoir de sérieuses répercussions sur l’économie. C’est cela qui a inquiété les diplomates européens et les hommes politiques libanais, qui ont senti que Washington ne se souciait plus de la stabilité du Liban et avait développé un réflexe de Samson, qui a détruit le temple sur sa tête et sur celles de ses ennemis philistins. Le Hezbollah ne reste pas les bras croisés face à ce changement de tactique. Il a lui aussi entamé une nouvelle étape de son parcours politique. La première étape, en 1992, a été son entrée sur la scène politique libanaise avec sa participation aux élections législatives. La deuxième, en 2005, a marqué sa participation au pouvoir exécutif, avec, pour la première fois, des ministres nommés au gouvernement. En 2018, le Hezbollah entame la troisième étape: la conquête de l’administration publique.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Le diabète au Liban. Presque un demi-million de cas
Avec 425 millions1 de personnes qui en sont atteintes dans le monde et 464000 au Liban, le diabète est, avec l’hypertension…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved