Des vies possibles de Charif Majdalani. Et le roman devient poésie
Logo

NÂş 3097 du vendredi 4 janvier 2019

Des vies possibles de Charif Majdalani. Et le roman devient poésie

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Des vies possibles de Charif Majdalani. Et le roman devient poésie
    Dans son dernier roman, Des Vies possibles, (Seuil), Charif Majdalani rompt avec la thématique des familles libanaises pour explorer sa passion du XVIIe siècle. Un terrain à la fois nouveau...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Dans son dernier roman, Des Vies possibles, (Seuil), Charif Majdalani rompt avec la thématique des familles libanaises pour explorer sa passion du XVIIe siècle. Un terrain à la fois nouveau et familier où jaillissent, lyriques, les scènes du quotidien.
 

Il s’appelle Raphaël (ou Raffaello) Arbensis, forme italo-latine de son nom arabe, Roufeyil Harbini, et il fut envoyé à Rome dès 1621, de la montagne libanaise où il naquit, pour entrer au service de la papauté. Voilà le personnage principal du dernier roman de Charif Majdalani, Des Vies possibles, qui renvoie à la passion de son auteur pour le XVIIe siècle, et pour la peinture de cette époque. Autant de sujets qu’il lui était difficile d’évoquer dans ses romans précédents axés sur les familles libanaises, et dans lesquels il s’immerge ici avec un immense plaisir, justement «par le biais de ces jeunes maronites du Mont-Liban qui, au XVIIe siècle, se retrouvaient dans le monde occidental, apprenaient le latin, le grec, le français, l’italien, qui traduisaient, faisaient des recherches, qui se retrouvaient propulsés dans le monde intellectuel. Ces gens-là n’étaient pas très intéressants puisqu’on ne les a pas retenus, mais j’ai trouvé que leur itinéraire était passionnant, car il faisait croiser l’Orient qui débarque en Occident à cette époque qui m’intéresse», confie Charif Majdalani à Magazine.

Que de hasards pour une vie
Fiction biographique, Des vies possibles fait voyager le lecteur de Rome à Venise, d’Istanbul à Ispahan, de Vicence à Paris à Amsterdam. Tout au long de son parcours erratique, Raphaël Arbensis croisera la famille Barberini et ses papes, Corneille, Jan Six et Rembrandt. Et il aurait pu, si le romancier l’avait voulu, croiser même Descartes, Galilée, ou assister à l’Incendie de la ville d’Amsterdam, tellement l’époque était riche et foisonnante. «Je voulais créer un personnage qui circule dans cette espèce de firmament intellectuel» qu’est le XVIIe siècle, le début des temps modernes où l’individu commence à naître.
Balancé dans le monde, comme un astre dans le ciel, libre de toute attache, Raphaël Arbensis refusera pourtant le destin qu’on a choisi pour lui, en quête d’un sens à sa vie, d’un ancrage. Et cet ancrage, il le trouvera dans la famille, et dans la terre. Et pourtant, combien de hasards a-t-il fallu pour que sa vie prenne cette trajectoire, pour qu’elle devienne ce possible parmi une infinité de vies possibles? Cette interrogation sur le destin que tiendra Raphaël Arbensis «est une réflexion possible qu’un homme peut avoir à cette époque», explique Majdalani. C’est aussi une allusion au roman; il suffit de changer un élément de l’histoire pour que ça devienne une autre histoire. Chaque roman est autant de possibilités et on n’en choisit qu’une qu’on estime être la meilleure.
Des vies possibles transporte le lecteur habitué de l’œuvre de Majdalani dans un univers à la fois nouveau et familier, sans qu’il puisse d’emblée expliciter cette sensation ambigüe qui l’empoigne. Charif Majdalani s’attend à ce que son lecteur soit étonné et cela ne le dérange pas. «Ce n’est pas grave, dit-il, c’est bien aussi de toucher un autre lectorat, et de booster un lectorat qui avait peut-être envie de changer du registre des familles libanaises. C’est un livre auquel je tiens beaucoup. Mais pour moi au fond ce n’est pas différent. Raphaël Arbensis aurait pu être un personnage décalé de L’Empereur à pied. Je raconte la même chose, mais tout à fait différemment».

Un dispositif mis à nu
«Il y a certainement, ajoute Majdalani, un choix esthétique très particulier qui consiste à faire en sorte que le dispositif puisse être aussi important que l’histoire». C’est peut-être justement ce dispositif mis à nu qui déboussole le lecteur, de par le style, de par la forme, de par la brièveté des chapitres, de par les images qui se dévoilent. Certains passages, certains chapitres, en effet, semblent suspendre l’histoire narrative du personnage, le temps d’un focus sur la description d’une scène du quotidien. Comme celle qui s’étale dans la totalité d’un chapitre: «Alors qu’il rentre le soir à cheval d’une tournée avec Nicolò, il s’arrête pour regarder dans le couchant une femme qui marche le long d’un canal d’irrigation et que la lumière rasante, hyacinthe et or, rend presque diaphane. Sa silhouette mobile donne toute sa dimension au spectacle du ciel, du canal, des grands noyers et des marronniers qui s’endorment doucement».
«J’aime bien les scènes du quotidien, affirme Charif Majdalami, et les scènes du quotidien, on les retrouve dans la peinture» de cette époque, où elles s’étalent, autour de la scène principale, dans le fond, en arrière-plan. Certaines images, certaines scènes, certains chapitres sont inspirés de la peinture française, italienne et hollandaise du XVIIe siècle, Titien, Vermeer, Caravage…, d’autres sont des tableaux possibles. A mesure que l’histoire de Raphael Arbensis progresse, tout le reste lui servant de décor, par moment, la situation s’inverse: Raphael Arbensis assiste au décor qui devient l’élément principal. «C’est aussi, précise Majdalani, le rêve que le roman devienne hommage lyrique au quotidien. Le roman, aujourd’hui, est ouvert à toutes les autres formes: le roman peut devenir essai, reportage et il peut, par moment, s’arrêter de raconter pour décrire de manière poétique».

Nayla Rached
 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
En retard… comme toujours

Le retrait américain de Syrie et le début de la normalisation des relations avec un régime que la moitié de la planète voulait voir disparaitre marquent la naissance d’un nouveau Moyen-Orient, bien différent de celui qu’annonçait Condoleezza Rice en 2006. Au Levant, la Russie est une puissance de premier plan et l’Iran un acteur incontournable. Sans se soucier d’expliquer à leur opinion publique les raisons de leur brusque revirement, des Etats arabes qui ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour faire tomber le régime du président Bachar al-Assad se bousculent aux portes de Damas pour rouvrir leurs ambassades. Les Emirats arabes unis seront suivis, dans les semaines à venir, par d’autres pays arabes et européens. L’heure est au pragmatisme. Le retournement des pires ennemis de la Syrie s’explique par le souci de ne pas laisser le terrain libre à la Turquie et à l’Iran. Mais ce retour est celui des vaincus, même s’ils espèrent engranger quelques dividendes politiques en participant à la reconstruction du pays. Il est cependant peu probable qu’ils obtiennent en contrepartie des milliards qu’ils feront miroiter ce qu’ils n’ont pas réussi à arracher par la force des armes. Le retour des Arabes à Damas permettra tout au plus au régime syrien d’élargir ses marges de manœuvres vis-à-vis de ses alliés. Mais il ne les lâchera jamais, et ceux qui ne l’ont pas encore compris se fourvoient.Dans ces changements dramatiques qui s’accélèrent, le Liban est, une nouvelle fois, à la traîne. Pourtant, il est le mieux placé pour cueillir les fruits de l’après-guerre. Le consensus politique interne nécessaire pour entamer une normalisation avec Damas fait défaut et l’absence d’un tel accord freine toute initiative. Au lieu de miser sur sa position privilégiée, aussi bien sur les plans politique que géographique, pour jouer le rôle d’intermédiaire entre la Syrie et les pays arabes, il se mure dans un attentisme stérile. Beyrouth finira par normaliser ses relations avec Damas lorsque tous les Arabes l’auront fait. Il arrivera alors en retard et n’obtiendra que les miettes d’un immense marché estimé à des centaines de milliards de dollars.L’attitude d’une partie de la classe politique est incompréhensible. Au lieu de faire primer l’intérêt national, certains adoptent des postures idéologiques d’un autre âge, au risque de laisser échapper une occasion que le monde des affaires attend avec impatience. Les banques libanaises sont les seuls établissements bancaires étrangers présents en Syrie; le savoir-faire libanais est très apprécié et recherché au pays des Omeyyades; les relations des Libanais avec le monde entier sont demandées; les ports du Liban peuvent jouer le rôle de hub pour un marché syro-irakien de 60 millions de personnes, sans compter la Jordanie et les pays du Golfe. Sur un plan politique, le retour des réfugiés syriens sera plus facile et plus rapide s’il est organisé, sans complexes, avec les autorités syriennes.Il n’est pas nécessaire d’être un génie de la politique ou un grand stratège pour comprendre ces vérités de la Palice. Il faut juste être libre d’esprit et réellement indépendant.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Combien ça coûte: un enterrement chrétien ou musulman
La cherté de la vie. Un sujet qui est au centre de tous les débats ces dernières années. Or, aujourd’hui, ce qui vient prendre le dessus, c’est la cherté de…

Santé

Infection Ă  papillomavirus humain. Faut-il vacciner ou pas?
Depuis plusieurs années, le vaccin contre l’infection à papillomavirus humain (HPV) est conseillé aux jeunes filles comme aux jeunes garçons,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved