Leil, d’Ali Chahrour. L’amour le corps le mot
Logo

Nº 3097 du vendredi 4 janvier 2019

Leil, d’Ali Chahrour. L’amour le corps le mot

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Leil, d’Ali Chahrour. L’amour le corps le mot
    Du 24 au 27 janvier, Ali Chahrour présente au théâtre al-Madina la première partie de sa deuxième trilogie, Leil, un concert de danse centré sur l’amour et le lexique de...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Du 24 au 27 janvier, Ali Chahrour présente au théâtre al-Madina la première partie de sa deuxième trilogie, Leil, un concert de danse centré sur l’amour et le lexique de l’amour. Magazine a rencontré le chorégraphe et danseur.

Après une première trilogie sur la mort, une deuxième trilogie sur l’amour. Ali Chahrour ne voulait pas créer un fossé entre les deux mais effectuer une transition en douceur. «L’amour, dit-il, est toujours relié à la séparation, à la douleur, surtout dans la mémoire arabe». Ses recherches l’amènent, en effet, à se rendre compte que les mythes de l’amour dans la mémoire arabe et leur rapport avec la société contemporaine sont tous reliés à la mort. Cette mémoire, cet héritage arabe qui est à la base même de tout son travail de chorégraphe et de danseur et de tous les questionnements que le corps et le mouvement soulèvent.
Sa trilogie sur l’amour, Ali Chahrour l’a pensé dans ses multiples couches: une première partie axée sur l’amour hérité au fil de l’histoire et sa relation avec la société contemporaine, une deuxième partie qui sera consacrée à l’amour au niveau de la famille avec des familles réelles sur scène. Quant à la troisième partie, «il est encore trop tôt pour en parler», dit-il dans un sourire. De recherches en recherches, Ali Chahrour axe son travail sur deux références essentielles: Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes et Morts des amants (Massare3 el-3ouchak) de Siraj el-Kare’, qui recense les histoires d’amour de la période abbasside, racontées par les amants eux-mêmes avant leur chute et après que le temps se soit écoulé sur leur histoire d’amour.
Leil, Nuit, dépourvue de la délimitation du pronom personnel, se rapporte à l’amour et au lexique de l’amour dans la société contemporaine en comparaison à l’amour et à son lexique dans la mémoire collective, autour de destins d’amants qui ont transgressé les systèmes sociaux et religieux et dont le corps a été châtié, vivant entre la déchirure de la séparation et l’espoir de l’impossible rencontre. Des histoires provenant du Levant et de la Mésopotamie, Syrie, Irak, Palestine, Liban. Comment ce lexique, et comment cet amour-même a évolué au fil du temps. Parti-pris – même si cela pourrait comporter quelques difficultés – la pièce est ancrée dans le registre arabe. «Le spectacle, explique Ali Chahrour, tourne beaucoup autour des noms de l’amour dans la langue arabe».
Au-delà de cette partie introductive sur l’amour et son lexique, Leil aborde la fin de ces histoires, les métamorphoses des amants, leurs résistances, leurs chutes et leurs disparitions. Un moment où le corps épuisé s’écroule, entraînant la naissance d’une nouvelle histoire.

Se dévoiler sur scène
Fidèle à son modus operandi, Ali Chahrour ne collabore pas avec des danseurs professionnels, soucieux de préserver là-aussi l’authenticité de la mémoire du corps de ses artistes. Pour Leil, il s’est associé avec Hala Omran, Aya Metwalli, Simona Abdallah et Sharif Sehnaoui. En parlant des particularités de chacun de ses collaborateurs, et de la valeur ajoutée que chacun d’eux apporte à la performance, Ali Chahrour s’enflamme en cherchant les mots et les sensations justes. Hala Omran, actrice syrienne, a déjà collaboré avec lui dans May he rise and smell the fragrance, dernière partie de sa première trilogie. «Je trouve qu’elle a une forte présence, qu’elle a un geste qui lui est particulier. Son corps a une histoire, et elle a une forte connaissance de la langue et de la poésie arabe». L’Egyptienne Aya Metwalli a fait deux ans de danse puis a décidé de devenir musicienne autodidacte. Simona Abdallah est une percussionniste d’origine palestinienne, «une des rares femmes à jouer de la darbouka dans le monde arabe. Et elle joue de la musique avec son corps, son sang, ses sensations, et non selon des techniques et des codes formatés. Cette musique populaire baladi se complète avec la musique plus expérimentale, plus contemporaine de Sharif Sahnaoui. «Simona et Sharif, poursuit Ali, viennent de deux backgrounds complètement différents, mais, décision effrayante, j’ai senti que ce clash pouvait être intéressant».
Après s’être interrogé de savoir s’il rejoignait lui aussi ses artistes sur scène ou s’il se suffisait de sa casquette de chorégraphe et metteur en scène, Ali Chahrour a tranché pour la première option, d’abord par enthousiasme, puis pour rétablir la balance vu la dynamique des performers, ensuite pour accorder plus de présence au corps.
Dans cet étrange mélange où chacun des artistes vient d’un background différent, où tous sont prêts à se dévoiler sur scène, à dévoiler leurs outils, «la transparence de chacun est vitale». «L’esthétique vient de leur faiblesse, de leur fragilité», du risque qu’ils prennent, de l’intensité qu’ils mettent dans leur voix, dans leur geste, puisqu’ils n’ont pas l’armature de la technique.
Ali Chahrour est curieux et anxieux de savoir comment le public libanais va recevoir Leil, car elle est différente de sa première trilogie. «Il y a une prise de décision plus radicale, des scènes figées qui s’étalent, des défis dans l’intensité du son et du corps, dans le fait qu’il y a autant de choix musicaux dans une performance de danse, qui est d’ailleurs présentée comme un concert de danse». Comme avant chaque tournée à l’étranger, Leil sera présentée pour la première fois à Beyrouth. Ali Chahrour y tient, sinon dit-il, «moi-même, je ne comprendrais pas ce que j’aurais fait».

Nayla Rached

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
En retard… comme toujours

Le retrait américain de Syrie et le début de la normalisation des relations avec un régime que la moitié de la planète voulait voir disparaitre marquent la naissance d’un nouveau Moyen-Orient, bien différent de celui qu’annonçait Condoleezza Rice en 2006. Au Levant, la Russie est une puissance de premier plan et l’Iran un acteur incontournable. Sans se soucier d’expliquer à leur opinion publique les raisons de leur brusque revirement, des Etats arabes qui ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour faire tomber le régime du président Bachar al-Assad se bousculent aux portes de Damas pour rouvrir leurs ambassades. Les Emirats arabes unis seront suivis, dans les semaines à venir, par d’autres pays arabes et européens. L’heure est au pragmatisme. Le retournement des pires ennemis de la Syrie s’explique par le souci de ne pas laisser le terrain libre à la Turquie et à l’Iran. Mais ce retour est celui des vaincus, même s’ils espèrent engranger quelques dividendes politiques en participant à la reconstruction du pays. Il est cependant peu probable qu’ils obtiennent en contrepartie des milliards qu’ils feront miroiter ce qu’ils n’ont pas réussi à arracher par la force des armes. Le retour des Arabes à Damas permettra tout au plus au régime syrien d’élargir ses marges de manœuvres vis-à-vis de ses alliés. Mais il ne les lâchera jamais, et ceux qui ne l’ont pas encore compris se fourvoient.Dans ces changements dramatiques qui s’accélèrent, le Liban est, une nouvelle fois, à la traîne. Pourtant, il est le mieux placé pour cueillir les fruits de l’après-guerre. Le consensus politique interne nécessaire pour entamer une normalisation avec Damas fait défaut et l’absence d’un tel accord freine toute initiative. Au lieu de miser sur sa position privilégiée, aussi bien sur les plans politique que géographique, pour jouer le rôle d’intermédiaire entre la Syrie et les pays arabes, il se mure dans un attentisme stérile. Beyrouth finira par normaliser ses relations avec Damas lorsque tous les Arabes l’auront fait. Il arrivera alors en retard et n’obtiendra que les miettes d’un immense marché estimé à des centaines de milliards de dollars.L’attitude d’une partie de la classe politique est incompréhensible. Au lieu de faire primer l’intérêt national, certains adoptent des postures idéologiques d’un autre âge, au risque de laisser échapper une occasion que le monde des affaires attend avec impatience. Les banques libanaises sont les seuls établissements bancaires étrangers présents en Syrie; le savoir-faire libanais est très apprécié et recherché au pays des Omeyyades; les relations des Libanais avec le monde entier sont demandées; les ports du Liban peuvent jouer le rôle de hub pour un marché syro-irakien de 60 millions de personnes, sans compter la Jordanie et les pays du Golfe. Sur un plan politique, le retour des réfugiés syriens sera plus facile et plus rapide s’il est organisé, sans complexes, avec les autorités syriennes.Il n’est pas nécessaire d’être un génie de la politique ou un grand stratège pour comprendre ces vérités de la Palice. Il faut juste être libre d’esprit et réellement indépendant.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Combien ça coûte: un enterrement chrétien ou musulman
La cherté de la vie. Un sujet qui est au centre de tous les débats ces dernières années. Or, aujourd’hui, ce qui vient prendre le dessus, c’est la cherté de…

Santé

Infection à papillomavirus humain. Faut-il vacciner ou pas?
Depuis plusieurs années, le vaccin contre l’infection à papillomavirus humain (HPV) est conseillé aux jeunes filles comme aux jeunes garçons,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved