Magazine Le Mensuel Actualité Economique Politique et Lifestyle
Logo

Nº 3101 du vendredi 3 mai 2019

AXA MIDDLE EAST. Un partenariat assureur-assuré
Payer to Partner est la nouvelle stratégie de la compagnie d’assurance Axa Middle East, dans laquelle elle entend passer d’un rôle de payeur de sinistres à celui de partenaire pour…
Naef K. Basile Cancer Institute-AUBMC. Engagement, compétences et dernières technologies
Le Naef K. Basile Cancer Institute (NKBCI) du Centre médical de l’Université Américaine de Beyrouth (AUBMC) se présente comme l’un des principaux instituts de lutte contre le cancer chez l’adulte…
Domaine du Rocher. Centre de réhabilitation et de gériatrie
Un havre de paix. Le Domaine du Rocher, Centre de réhabilitation et de gériatrie, porte bien son nom. Visite guidée des lieux.  Nichée dans la montagne de Daroun, entre Bkerké…
LAU Medical Center-Rizk Hospital. Rien que des Centres d’excellence
Lebanese American university (LAU) Medical Center - Rizk Hospital est en plein élan vers le futur. Un plan stratégique quinquennal 2018-2023, Integrated Strategic Plan, a été élaboré en parfaite symbiose entre…
Eye & Ear Hospital. Un personnel qualifié des services de qualité
La mission de l’hôpital Eye & Ear est d’être le centre le plus avancé au Moyen-Orient pour le diagnostic et le traitement des troubles oculaires, des oreilles, du nez et…
Hôtel-Dieu de France. Un pôle de maternité complet
L’Hôtel-Dieu de France (HDF) se positionne, dans le cadre de sa stratégie Vision 2020, comme un centre de référence régional pour les grossesses et les accouchements. Dans le cadre de…
Hôpitaux haut de gamme et cliniques privées. Des prestataires de soins de qualité
Les têtes couronnées, les dirigeants politiques et les grosses fortunes du monde arabe viennent au Liban pour se faire soigner. Ce n’est un secret pour personne, leurs séjours hospitaliers sont…
Éditorial
Un budget en deçà des ambitions

Le projet de budget 2019 proposé par le ministre Ali Hassan Khalil prévoit une réduction du déficit à travers une compression des dépenses de l’Etat. Toutefois, les mesures envisagées semblent plus motivées par le souci de répondre aux attentes de la communauté internationale afin de débloquer les fonds de la conférence Paris IV que par une réelle volonté d’assainir sérieusement les finances publiques et de jeter les bases d’une réforme sur le long terme. Le texte initial examiné par le Conseil des ministres mardi, et qui sera revu à maintes reprises avant d’être voté par le Parlement, prévoit des dépenses de 26 031 milliards de livres et des recettes de 18 256 milliards, soit un déficit de 5 352 milliards de livres, ou 3,55 milliards de dollars. Conformément à ces chiffres, le déficit s’élèverait à 5,95% du Produit intérieur brut (PIB). Mais c’est sans compter les avances octroyées à l’Electricité du Liban (EDL) pour acheter le fuel, qui seraient de 1,13 milliard de dollars, ce qui signifie que le déficit réel avoisinerait les 8% du PIB. Cette tentative d’enjoliver les chiffres prouve que les préposés à la gestion des deniers publics n’ont pas rompu avec cette fâcheuse manie d’user de mesures cosmétiques pour maquiller la réalité. Mais ce n’est pas la seule tare du projet. Une première lecture montre que les autorités financières tablent plus sur une réduction des dépenses que sur une amélioration des recettes. La tentative de revoir à la baisse les gros budgets et de combattre le gaspillage est certes louable, elle semble cependant sinon arbitraire du moins sélective. Sur les 500 milliards de livres d’économies faites sur les fonds alloués à certains ministères et administrations, la moitié (252 milliards de L.L.) est supportée par le ministère de la Défense, qui voit son budget passer de 3 199 milliards à 2 946 milliards de livres. Le ministère de l’Intérieur, lui, est amputé de seulement 17 milliards de livres (1 652 au lieu de 1 670 milliards); celui du Travail de 24 milliards (365 au lieu de 389 milliards); les Travaux publics perdent 73,6 milliards (368 au lieu de 441 milliards) etc.D’autres ministères voient leurs budgets augmenter, comme celui de l’Energie et de l’Eau, qui passe de 328 milliards à 400 milliards de L.L.; celui des Affaires sociales s’élève à 340 milliards au lieu de 228 milliards. Le plus frappant est l’augmentation du budget de la présidence du Conseil (qui passe de 1 523 à 1 592 milliards de L.L.), alors que les fonds alloués à la présidence de la République et au Parlement baissent respectivement de 2,1 milliards et 5,6 milliards de livres. Cela montre que la «mentalité» des préposés à la gestion des finances publiques n’a pas changé sinon comment expliquer le fait que le Grand Sérail continue de gérer une multitude de caisses et de fonds pour lesquels sont alloués plus d’un milliard de dollars, sans véritable audit et sans qu’aucune coupe ne soit opérée dans ces généreux budgets.La principale augmentation des recettes proviendrait de la hausse de l’impôt sur les dépôts bancaires qui passerait de 7 à 10%, et qui drainerait plus de 900 milliards de livres. Sinon, il y a peu de mesures pour pénaliser ceux qui ont fait des centaines de millions de dollars dans l’illégalité, comme les empiètements sur le domaine public maritime: les exemptions douanières qui permettent aux institutions religieuses d’user et d’abuser de leurs privilèges en important des produits pour le compte de commerçants, qui le revendent sur le marché en faisant du dumping des prix etc…Et évidemment, il n’est nulle part question de récupérer ne serait-ce qu’une infime partie des milliards de dollars détournés ou volés par les pontes du système.  


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Un baptême
L’Eglise «vit», en grande partie, grâce aux quêtes dominicales et aux donations. Il n’existe pas de tarification officielle pour l’organisation d’un baptême. Toutefois, certains frais peuvent être estimés. «Le baptême…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved