Chrystèle Khodr. La ville, théâtralement vôtre
Logo

Nº 3089 du vendredi 4 mai 2018

Chrystèle Khodr. La ville, théâtralement vôtre

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Chrystèle Khodr. La ville, théâtralement vôtre
    Beyt Byout, 2007, ou comment j’ai écrasé mes enveloppes à bulles, Beirut Sepia, Titre provisoire… A travers ses œuvres dramaturgiques, Chrystèle Khodr remue la mémoire d’une ville, pour penser le...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Beyt Byout, 2007, ou comment j’ai écrasé mes enveloppes à bulles, Beirut Sepia, Titre provisoire… A travers ses œuvres dramaturgiques, Chrystèle Khodr remue la mémoire d’une ville, pour penser le théâtre comme un espace collectif.

Dans l’œuvre de Chrystèle Khodr, comme fil rouge de son œuvre, l’impact de la mémoire, comme un impact de balle, urgent, évident. «C’est tellement évident pour moi, dit Chrystèle Khodr. Je ne sais pas comment l’expliquer. Ça revient tout seul. Le théâtre, c’est l’art de la mémoire par excellence». Ephémère, une pièce est jouée et disparaît, le fait théâtral n’arrive que le temps de la représentation, et pourtant, on doit pouvoir s’en rappeler, le raconter, puisqu’on ne peut pas le montrer. Le théâtre, comme mémoire du corps, de la parole, de l’esprit, de l’intellect. Le théâtre comme art collectif également, jamais individuel. «Collectivement, à quoi penser d’autre, aujourd’hui encore, surtout pour des gens de notre génération? Il y a quelque chose qui va au-delà de la guerre: comment faire ce lien avec les gens qui nous ont devancés, sentir qu’on a une lignée, pour pouvoir continuer à vivre dans ce pays? Car le théâtre est lié à l’endroit où on est, il est lié à la ville. Comment établir un lien si cette dernière change tous les jours?». D’où l’importance évidente de la mémoire, des archives, pour ne pas oublier. «Ça existe dans tous les pays qui ont vécu des guerres, mais ici, c’est très facile de convaincre les autres qu’il ne s’est rien passé».

Un acte d’amour
A Beyrouth, la plaie saigne toujours. Parce que pour la cicatriser, il faut la remuer, il faut accepter de se mouiller, d’affronter les horreurs qu’elle contient, de s’y impliquer au prix de sa sérénité apparente, de mettre sa vie sur scène, d’affronter sur les planches ce qu’on n’affronte pas dans la vie. Chrystèle Khodr aborde dans ses pièces des thématiques lourdes à porter, pétries dans les pleurs, les larmes et l’anxiété. «Mais à long terme, ça sauve, ça permet de prendre du recul, de pénétrer au plus profond des choses et de les questionner».
Elle le fait, parce que c’est le parcours qu’elle a choisi, justement parce qu’elle n’avait pas le choix. Le théâtre s’est presque imposé à elle. Sa passion, son énergie, son amour, elle les puise du théâtre, pour mieux les injecter au théâtre. «Il me sauve la vie. Toutes mes vraies relations sont à l’intérieur du théâtre. C’est vraiment un acte d’amour. Je ne peux pas faire une pièce avec quelqu’un que je n’aime pas. Il faut aimer, se disputer et s’entraîner, tous les jours. Je ne peux pas trouver cela ailleurs. Si je ne faisais pas de théâtre, je ne vivrai pas à Beyrouth».
C’est portée par sa sœur, l’auteure dramaturge Arzé Khodr, que le théâtre s’infiltre dans la vie de Chrystèle dès son plus jeune âge, aboutissant à des études théâtrales à la Faculté des Beaux-arts de l’UL achevées en 2001, avant de s’enrôler à l’Institut La Salle, à Bruxelles, spécialisé dans le théâtre de mouvement, suivant la pédagogie classique de Jacques Lecoq. Sa première expérience théâtrale au Liban, Beit Byout, en 2009, était une application de son apprentissage bruxellois, où son corps racontait l’histoire. En 2010, elle écrit 2007, ou comment j’ai écrasé mes enveloppes à bulles, une pièce épistolaire autour du sentiment d’amour durant la guerre. Puis c’est Beirut Sepia, où elle parle de son sentiment de défaite quand elle marche dans les ruelles de la ville, quand elle imagine les souvenirs démolis au rythme des bulldozers.
Entretemps, entre le Liban et ses voyages, son parcours s’enrichit de nouvelles et d’anciennes rencontres, notamment avec les membres de Zoukak. Durant quelques années, elle n’écrit pas, se consacrant au travail collectif avec cette troupe, dans trois pièces: La mort vient par les yeux, Celui qui a tout vu, et Battle scene.

Acte de mémoire
Dans les archives familiales, Chrystèle Khodr retrouve une cassette audio que son oncle avait envoyée à son père, en 1976, quand il était en Suède. Ce sera le point de départ de sa nouvelle création. En 2013, elle rencontre au Festival Sens Interdits, Lyon, l’artiste syrien, Waël Ali, avec qui elle trouve des points communs, dont la mémoire. Ils travaillent ensemble sur ce projet, qui regroupe également Bissane el-Charif (scénographie), Khaled Yassine (musique), Hasan al-Balkhi (lumière) et Toni Geitani (vidéo). Titre Provisoire tente de raconter, à la lumière de l’actuelle guerre syrienne, l’histoire de l’émigration au Proche-Orient, et de l’aborder comme une histoire partagée, commune aux peuples de la région, en attendant sa présentation à Beyrouth, en octobre-novembre.
C’est dans ce même contexte d’une expérience commune que s’inscrit l’installation La première fois dans un jardin, je suis rentré, aux studios Zoukak les 4, 5 et 7 mai, de 15h à 20h. Basée sur des témoignages de Palestine, du Liban, d’Irak et de Syrie, cette performance interactive questionne les premières expérimentations sexuelles en temps de crise. En attendant, sa prochaine création sur laquelle elle planche déjà: une pièce sur le théâtre, à travers quatre actrices libanaises.
Toutes ces œuvres interrogent, d’une manière ou d’une autre, le théâtre, et la problématique qui lui est inhérente, ici, dans cette partie du monde: «Comment faire du théâtre en état de catastrophe? Et pourquoi?». Si le théâtre s’inscrit dans l’urgence, il est à la fois urgent dans son importance, dans les questions qu’il soulève, non seulement à Beyrouth, mais dans les régions aussi, et avec une population qui n’y va pas normalement, d’où l’importance vitale des interventions théâtrales sociales.
«C’est sûrement un choix difficile et courageux de faire du théâtre; on en paie le prix tous les jours, au niveau des finances, de la stabilité, de l’énergie, de l’esprit toujours préoccupé par les fonds, le public, la pièce». Loin de tout a priori ou jugement, Chrystèle Khodr vit passionnellement au cœur du théâtre, «qui se porte bien au Liban, et c’est très bien pour un pays qui n’a pas d’institutions publiques. Pour nous, chaque jour est un miracle».

Nayla Rached

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
La bombe des réfugiés

Un faisceau d’indices montre que la question des réfugiés syriens sera, dans les mois à venir, une source de tensions entre le Liban et la «communauté internationale». Chaque partie a abattu ses cartes et celles dévoilées par les Nations unies, l’Union européenne et autres «organisations internationales», ne sont pas de bon augure pour les Libanais. Le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) a mal réagi au retour de 500 Syriens réfugiés à Chébaa dans leur village de Beit Jin. D’un autre côté, la conférence de Bruxelles II, organisée le 25 avril, appelle les pays hôtes à accorder aux réfugiés syriens un statut juridique, une résidence légale et un permis de travail au sein des pays d’accueil.Le chef de l’Etat Michel Aoun a dénoncé les résultats de cette rencontre dont les conclusions mettent «en danger le Liban en proposant une naturalisation voilée des réfugiés syriens», selon un communiqué présidentiel. Le Premier ministre Saad Hariri avait déclaré, dans son intervention, à Bruxelles, que le Liban s’était transformé en un immense camp de réfugiés syriens. «Les tensions entre réfugiés syriens et communautés hôtes se sont accrues, notamment en raison d’une compétition pour les ressources et les emplois», a-t-il dit.Le Liban plaide pour un retour «digne et sûr» des réfugiés syriens, alors que l’Onu et l’UE évoquent un retour «digne, sûr et volontaire». Ce dernier mot de trop traduit un différend fondamental dans l’approche des deux parties. En effet, lorsqu’ils auront obtenu des droits juridiques, légaux, sociaux et économiques, y compris un emploi, l’éducation gratuite (comme c’est actuellement le cas) et des soins de santé, il est fort probable qu’une bonne partie des réfugiés, surtout les plus jeunes qui n’ont pas ou plus d’attaches affectives avec la Syrie, n’envisageront pas de retourner «volontairement» dans leur pays. Cela nous amène à dire que l’approche prônée par la «communauté internationale» est soit irresponsable, soit suspecte. Le Liban accueille, selon les sources de la présidence de la République libanaise, 1,8 millions de Syriens, dont un million enregistré en tant que réfugiés. Nous retiendrons ce dernier chiffre. A l’échelle de la France, c’est l’équivalent de 16 millions de réfugiés, à celle des Etats-Unis, on arrive à 80 millions d’individus. De plus, les pays occidentaux connaissent parfaitement la fragilité des équilibres communautaires sur lesquels repose le système politique libanais et combien il est délicat de maintenir dans de telles conditions un minimum de paix sociale et civile.Le Liban n’a vraiment pas de leçons d’hospitalité et de bienséance à recevoir d’une communauté internationale hypocrite, qui n’a versé jusqu’à présent que 11% de l’aide promise pour le soutenir dans l’accueil des réfugiés, selon Saad Hariri. Il n’a pas non plus d’enseignements à tirer de pays censés être riches et développés, prônant les droits de l’homme, et qui font tout un drame parce qu’ils accueillent chez eux, au compte-goutte et après maints filtres, quelques petits milliers de migrants. Le Liban refuse de trouver une source d’inspiration dans ces pays où se développe un discours raciste et xénophobe qui n’a pas trouvé racine chez nous malgré le gigantisme des problèmes engendrés par la présence d’un nombre effrayant de réfugiés. Le plus grave serait de découvrir, un jour, que l’attitude de la «communauté internationale» s’inscrit en fait dans le cadre d’un plan machiavélique, destiné à modifier la démographie du pays dans l’espoir de changer les rapports de force. Qu’elle soit irresponsable ou suspecte, naïve ou réfléchie, la position des pays occidentaux constitue une menace existentielle pour le Liban. Elle n’est pas la bienvenue et ne le sera jamais. Le chantage au racisme ou à l’aide internationale conditionnée n’y changera rien.                                                                                                                                    


 Paul Khalifeh
   

Santé

La migraine. Bientôt un nouveau traitement
Définie comme étant un état de sensibilité excessive du corps aux stimulations ou aux changements d’environnement intérieurs ou extérieurs, la…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved