Cinema en salles
Logo

Nº 3014 du vendredi 14 août 2015

Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 310

Cinema en salles

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Cinema en salles
    Fantastic four Science-fiction de Josh Trank Le réalisateur de Chronicle, le film qui l’a révélé derrière la caméra, Josh Trank se lance là dans une nouvelle adaptation cinématographique de la plus ancienne...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Fantastic four
Science-fiction de Josh Trank

Le réalisateur de Chronicle, le film qui l’a révélé derrière la caméra, Josh Trank se lance là dans une nouvelle adaptation cinématographique de la plus ancienne équipe de super-héros Marvel: Fantastic four, produit par Fox (X-Men: days of future past). Une adaptation moderne et résolument nouvelle qui n’aurait «pas peur, selon ses propos, d’être subversive et de transgresser les genres… Les pouvoirs des personnages sont les mêmes que dans les comics, mais au lieu de voir ces pouvoirs comme quelque chose de positif, ils les perçoivent comme un handicap qui les empêche de réintégrer la société». Avec des tenues nouvelles également, chaque costume soulignant les capacités extraordinaires des personnages, le film se concentre sur quatre génies qui se retrouvent projetés dans un univers alternatif et dangereux, qui modifie leurs formes physiques, mais aussi leurs vies de façon radicale. Ils devront apprendre à maîtriser leurs nouvelles capacités et à travailler ensemble pour sauver la Terre d’un ancien allié devenu leur ennemi. A l’affiche: Miles Teller, Kate Mara, Michael B. Jordan, Jamie Bell…
Circuits Empire et Planète – Grand Cinemas

Vacation
Comédie de John Francis Daley et Jonathan M. Goldstein

Une franchise qui dure depuis longtemps, depuis 1983, avec un premier film qui porte le titre de National Lampoon’s Vacation, et incluant plusieurs suites, avec comme principal point commun: les noms de Chevy Chase et Beverly d’Angelo au casting. Une nouvelle suite donc, avec cette fois à l’affiche: Ed Helms, Christina Appelgate, Leslie Mann, Chris Hemsworth…. et les incontournables Chase et d’Angelo. Suivant l’exemple de son père, dans l’espoir de renouer des liens familiaux longtemps distendus, Rusty Griswold père fait une surprise à sa femme Debbie et à leurs deux fils, en leur proposant de repartir à Walley World, réputé comme «le parc d’attractions préféré des familles américaines». Mais pour y parvenir, ils devront traverser le pays tout entier.
Circuits Empire et Planète – Grand Cinemas


 

 

The Gift
Thriller de Joel Edgerton

De plus en plus remarqué dans le monde du 7e art, Joel Edgerton, Animal kingdom, Warrior, Zero dark thirty, The great gatsby, Exodus… coiffe là, pour la première fois, la double casquette de réalisateur et acteur, aux côtés de Jason Bateman et Rebecca Hall. The Gift suit l’histoire d’un jeune couple marié dont la vie est chamboulée lorsqu’une ancienne connaissance apporte de mystérieux cadeaux et révèle au grand jour un secret terrifiant vieux de plus de 20 ans.
Circuit Empire – Grand Cinemas


 

 

Absolutely anything
Comédie de Terry Jones

Dans cette comédie britannique signée Terry Jones, un des membres fondateurs de la mythique troupe des Monty Python, on retrouve l’acteur Simon Pegg (Benji Dunn dans la franchise Mission impossible), dans le rôle de Neil Clarke. Enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous qui sait à peine qu’il existe, Neil se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Il l’ignore encore, mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité. Un seul faux pas de sa part et les extraterrestres anéantiront la planète Terre. Le reste du casting compte: Kate Beckinsale, Rob Riggle, Sanjeev Bhaskar… et surtout la voix de Robin Williams, dans son dernier travail au cinéma avant sa mort.
Circuit Empire – Grand Cinemas

Oops! Noah is gone
Animation de Toby Genkel et Sean McCormack

Il est temps d’en parler, de ce grand tabou de l’histoire universelle. En parler et en rire: qu’est-il donc arrivé aux créatures qui ont raté l’arche bâtie par Noé, quand le grand déluge a mis fin au monde, pour accueillir tous les animaux? Tous… sauf Dave et son fils Finny qui appartiennent à la race des Nestrians, une espèce animale assez bizarre, maladroite, pas très bien intégrée et que personne n’a jugé utile d’inviter à bord de l’Arche…
Circuit Empire



 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Aoun: rassembleur ou dictateur

Vivre au milieu des déchets, qu’on déplace de quartier en quartier, sans espoir de solution. Souffrir des fréquentes coupures de courant sans explication valable sauf le laisser-aller, le chaos et la dilapidation des moyens, subir les hausses de prix des matières de première nécessité sans aucun contrôle. Il fut un temps où même s’il n’était pas très efficace, nous étions dotés d’un service de la protection du consommateur. Où est-il et que fait-il? Et nous en passons, la liste des problèmes de notre quotidien serait trop longue. Pour compléter le tableau, les menaces des terroristes et des preneurs d’otages dont les médias font la «Une» de leurs journaux, sans résultat, pendant que des dirigeants croient pouvoir mobiliser une population soumise pour, dit-on, lui faire prendre conscience de la dérive du pays. Comme si le peuple était aussi sourd et aveugle que ses dirigeants qui, en définitive, ont réussi à enlever au Liban sa qualité d’Etat pour en faire une jungle où les plus hauts en couleur, aux voix assourdissantes, tentent de convaincre leurs compatriotes qu’ils sont les plus forts. Si les jeunes d’aujourd’hui sont encore capables d’enthousiasme et oublient l’essentiel de leur avenir, comment un ancien commandant de l’armée ayant combattu pour la libération du pays de la tutelle syrienne, ancien Premier ministre, désigné lui-même pour éviter le vide après la fin du mandat du président Amine Gemayel, membre du Parlement, chef d’un courant politique important, peut-être le plus important aux dires de ses membres, sans omettre sa qualité de représentant de la communauté maronite, dont il se dit défenseur des droits, Michel Aoun oublierait-il ce parcours? Les analystes sont nombreux à vouloir expliquer la personnalité du général à la retraite. Certaines de ses prises de position lui portent préjudice et affaiblissent le crédit dont il dispose, et dont il disposerait encore, pour peu qu’il affronte de face les problèmes insolubles qu’il pose à ses partisans comme à ses alliés, autant qu’à ses rivaux. Rassembleur par définition, un chef d’Etat a pour une première et indispensable mission d’en assurer la stabilité si tant est que ses citoyens, chrétiens, sunnites et chiites veuillent vivre en paix sous un même chapeau tricorne réclamé à cor et à cri par le peuple. Hélas, ce message par lequel le pape Jean-Paul II avait défini le Liban s’est perdu dans les dédales des couloirs politiques.Interrogé sur les raisons de la colère affichée par le général et par les violentes menaces dont il abreuve le peuple, un de ses proches lieutenants, voulant se faire son avocat, explique que le ton, dont use et abuse le général, «pour se faire entendre du peuple et pour le mobiliser en vue d’une invasion de la rue, n’est pas celui, plus apaisant, qu’il adopte dans les réunions du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme. Ce double langage est peut-être rassurant, mais cela signifie que les Libanais, toutes catégories confondues, ont besoin d’être violentés pour être motivés. L’intelligence populaire mérite autant, sinon plus, de respect que celle des parlementaires. Le peuple, harangué pour être acquis à une cause, se sent de plus en plus humilié, du moins, nous l’espérons. Et, surtout, nous souhaitons que l’entourage de l’ancien général lui rappelle qu’il a quitté l’habit militaire pour prendre les commandes du bien-être du citoyen et de la paix du pays.Désespérés de trouver des solutions à leurs problèmes, les Libanais, et non seulement leurs dirigeants, se tournent vers l’étranger pour connaître leur sort et leur avenir. Ils regardent du bout de la lorgnette ce qui se dit dans les pays censés avoir de l’intérêt pour la région, et par ricochet pour le Liban, un pays du vivre-ensemble dans une région peu tolérante, où ils trouvent des vestiges historiques tant appréciés par les Occidentaux et les historiens et jouissent des fabuleux paysages, de la proximité de la mer et de la montagne… Tout cela existe encore et les plus grandes vedettes restent attirées par ce mélange historique et moderne. Mais jusqu’à quand? Nos propres compatriotes, partis vers des horizons plus cléments, sont rentrés, il est vrai, passer des vacances au pays, mais pour de courts séjours et la main sur le cœur, histoire de retrouver des membres de leurs familles qui y vivent encore.


 Mouna Béchara
   

Santé

Journée mondiale contre l’hépatite. Prévenir et agir
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance un appel pour renforcer les mesures de prévention de l’hépatite virale et assurer…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved