Cinéma en salles
Logo

Nº 3038 du vendredi 29 janvier 2016

Cinéma en salles

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Cinéma en salles
    Concussion Drame de Peter Landesman Ce film est basé sur une histoire vraie. Produit par Ridley Scott et réalisé par Peter Landesman, qui a signé Parkland en 2013, Concussion a valu à...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Concussion
Drame de Peter Landesman
Ce film est basé sur une histoire vraie. Produit par Ridley Scott et réalisé par Peter Landesman, qui a signé Parkland en 2013, Concussion a valu à son acteur principal Will Smith une nomination aux Golden Globes dans la catégorie du meilleur acteur dans un film dramatique. Le long métrage plonge les spectateurs au cœur d’un drame à la fois sportif et médical qui se déroule à Pittsburgh. C’est l’histoire du docteur Omalu Bennet qui fut le premier à diagnostiquer l’encéphalopathie traumatique chronique chez un joueur de football américain, en raison des commotions cérébrales réplétives qu’il subit lors du jeu. Il voua sa vie à faire connaître les problèmes et les risques liés à ce sport très dangereux, selon lui. Le reste du casting regroupe Gugu Mbatha-Raw, Alec Baldwin, Luke Wilson…
Circuit Empire – Grand Cinemas

Dirty Grandpa
Comédie de Dan Mazer

Son nom n’est peut-être pas connu, mais le cinéaste britannique Dan Mazer a produit et signé, aux côtés de Sacha Baron Cohen, le scénario des comédies à succès Ali G, Borat et Brüno. C’est dire un peu l’ambiance qui tend cette comédie mettant Robert de Niro à l’affiche dans le rôle de Dick, un vieil obsédé sexuel, ancien général de l’armée qui convainc son petit-fils Jason, interprété par Zac Efron, de l’accompagner en Floride pour quelques jours de vacances, reflet du fameux «spring break» américain. Au moment où Jason, avocat coincé, est sur le point d’épouser la fille autoritaire de son patron, lui garantissant ainsi de devenir associé au sein du cabinet, son grand-père Dick entend bien profiter de la vie au maximum. Entre les soirées arrosées, les bagarres dans les bars et une folle nuit passée au karaoké, Jason découvre des plaisirs de l’existence qu’il ne soupçonnait pas, tandis que Dick s’attache à ce garçon qu’il ne connaissait presque pas.
Circuit Empire

Sisters
Comédie de Jason Moore

Pour la 3e fois, le duo comique Tina Fey et Amy Poehler se retrouvent ensemble face à la caméra après Mean girls, 2004, et Baby Mama, 2008. Dans ce nouveau face-à-face, signé Jason Moore, elles incarnent, respectivement, Kate et Maura Ellis, deux sœurs aussi différentes l’une de l’autre qui retournent, l’espace de quelques jours, chez leurs parents pour débarrasser leur ancienne chambre d’enfant avant que la maison familiale ne soit vendue. Les souvenirs d’adolescence remontent à la surface et, dans l’espoir de revivre pour une nuit leurs années de gloire passées, elles décident d’organiser une soirée «de jeunes» avec leurs anciens camarades de lycée. Une soirée qui tourne rapidement en fiesta… Nous avons beau être adultes, l’adolescent déjanté sommeille toujours en nous…
Circuit Empire – Grand Cinemas

Alvin and the Chipmunks: The road chip
Animation de Walt Becker

Quatrième volet de la saga emmêlant animation et prises de vues réelles, dans The road chip, Alvin, Simon et Theodore comprennent, à travers une série de malentendus, que Dave va demander sa petite amie Samantha en mariage… et risque ainsi de les abandonner. Ils ont trois jours pour le retrouver et empêcher ce mariage, non seulement pour garder Dave, mais essentiellement pour éviter d’avoir à subir un horrible demi-frère. Ils se lancent alors dans un road trip à travers l’Amérique, de Miami à Los Angeles: aventure, musique et grosses bêtises sont au rendez-vous.
Circuit Empire – Grand Cinemas



Prochaines sorties
45 Years: drame d’Andrew Haigh
Kate (Charlotte Rampling) et Geoff Mercer (Tom Courtenay) sont sur le point d’organiser une grande fête pour leur 45e anniversaire de mariage. Pendant les préparatifs, Geoff reçoit une nouvelle: le corps de Katya, son premier grand amour, disparue 50 ans auparavant dans les glaces des Alpes, vient d’être retrouvé…
Cash Flow 2: film libanais de Sami Koujan
Quelques années après Cash Flow, la suite des histoires de Mazen qui mène, dans ce 2e volet, une vie bien différente: il est riche, il a réussi… mais l’argent ne le met pas à l’abri des problèmes qu’il va devoir résoudre avec l’aide d’anciens et nouveaux personnages.
Un peu, beaucoup, aveuglément: comédie de Clovis Cornillac
Lui est inventeur de casse-têtes. Investi corps et âme dans son travail, il ne peut se concentrer que dans le silence. Elle est une pianiste accomplie et ne peut vivre sans musique. Elle doit préparer un concours qui pourrait changer sa vie. Ils vont devoir cohabiter sans se voir...

 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Tous coupables

Nous, citoyens libanais sans exception, sommes tous coupables et méritons la classe, dite dirigeante, que nous avons élue et réélue. Nous sommes coupables d’avoir attendu si longtemps, que cela soit devenu trop tard, pour leur réclamer des comptes que nous n’avons d’ailleurs pas obtenus. Il est vrai qu’une partie de la population a hurlé sa colère, au nom d’une majorité silencieuse, et lancé contre la caste politicienne des accusations de pollution aussi bien morale que politique. A quoi cela a-t-il servi? A des déchets qui s’amoncellent de plus en plus à tous les coins de rues, accompagnés de promesses mensongères, de solutions reportées de mois en mois et même d’année en année, dans un tourbillon de coûts faramineux qui valsent sans cesse laissant, encore une fois, planer des soupçons de magouilles.A des candidats à la présidence, affichés ou potentiels, l’un chassant l’autre, avec autant de succès annoncés pour les uns ou les autres. Et autant d’échecs garantis laissant la place vide. De «l’initiative» de Saad Hariri, laquelle, dit-on, mettait le général Michel Aoun sur le chemin du palais présidentiel, au même Saad Hariri qui, soudain, prenait sous ses ailes le leader des Marada, petit-fils de l’ancien président Sleiman Frangié, la réaction immédiate, et certainement calculée, de Samir Geagea a fait prendre le chemin de Maarab au général Aoun, accompagné cette fois de toute sa smala politique, pour sabler le champagne de la rencontre interchrétienne et à la gloire du supposé futur chef de l’Etat… Dans cet imbroglio, chacun puise ce qu’il veut. Même si les doutes ont la dent dure, tous les souhaits vont vers une réelle réconciliation des deux pôles maronites politiques que rien ne semblait, il n’y a pas si longtemps, devoir rapprocher. Quelles seront les relations futures de Michel Aoun et des principales composantes du 8 mars? A-t-il le feu, sinon vert, du moins orange, de la coalition à laquelle il est allié pour se lancer dans cette aventure? Comme on ne peut pas croire que Samir Geagea se soit passé d’un assentiment, aussi discret qu’il puisse être, de ses alliés du 14 mars. A ce sujet, les démentis vont bon train, chacun assurant sauvegarder ses affinités politiques, ce qu’on peut difficilement croire et, peut-être surtout, se faire accepter par les alliés de l’un ou l’autre. Tout cela en attendant qu’émerge de la manche d’on ne sait quel courant, un troisième prétendant à un fauteuil qui n’est pas près d’être occupé. Rares sont les optimistes, les plus crédules, qui y croient encore, du moins à court terme.Certains ont jubilé devant le spectacle des larges sourires de la réconciliation de deux leaders que les tendances politiques séparaient depuis une trentaine d’années. Il aura fallu la crise aiguë que vit le pays pour croiser les chemins parallèles de deux adversaires de très longue date. Rien ne nous fera croire, malgré notre ingénuité politique, que l’Esprit saint a éclairé soudain les anciens rivaux et les a fait se retrouver en nouveaux complices sinon en amis.Mais la faiblesse du pouvoir, pour ne pas dire son absence quasi totale, ne peut qu’avoir des répercussions nocives sur tous les secteurs. Le Conseil des ministres censé, selon la Constitution, gouverner en l’absence du chef de l’Etat, est lui-même paralysé par ses contradictions internes.Ne resterait-il à nos «ténors» qu’à se tourner vers l’étranger le plus influent? La Syrie étant hors circuit, il fallait trouver un autre parrain. Est-ce la France de Hollande? N’a-t-elle pas d’autres chats à fouetter? Est-ce l’Iran avec son clair parti pris? Le général Aoun sera-t-il encore un privilégié du camp du 8 mars? Est-il déclassé par Sleiman Frangié? N’y a-t-il pas dans la course à la présidence d’autres candidats au moins aussi valables que les deux chevaux actuellement en piste?Le fait est que, chaque fois qu’un nom est mis en avant, tous les pronostics misent sur un autre gagnant. Et tout est remis en question. Les médias, presse et télévisions, toutes tendances confondues, prévoient et annoncent un report prolongé d’une élection tant disputée. Reste, qui sait, le miracle qui viendrait de la rencontre au Vatican du patriarche maronite et du chef de l’Eglise catholique.Y aurait-il, enfin, de nouvelles coalitions imprévisibles? Les pronostics sont difficiles, mais vont bon train.


 Mouna Béchara
   

Santé

Grippe A (H1N1). Hausse des cas mais pas des décès
Arrêtons de provoquer la panique pour des raisons infondées. Certes, des décès ont lieu chaque année, partout dans le monde,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved