Bientôt dans les salles obscures. Action, comédie et histoire
Logo

Nº 3080 du vendredi 4 août 2017

Bientôt dans les salles obscures. Action, comédie et histoire

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Bientôt dans les salles obscures. Action, comédie et histoire
    En attendant la sortie prévue mi-septembre du dernier film de Ziad Doueiri, L’insulte, voici un avant-goût de quelques films attendus dans les prochaines semaines sur le grand écran. The man with...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

En attendant la sortie prévue mi-septembre du dernier film de Ziad Doueiri, L’insulte, voici un avant-goût de quelques films attendus dans les prochaines semaines sur le grand écran.

The man with the iron heart
Le réalisateur de La French, polar inspiré de l’assassinat du juge Michel, sur fond de trafic international d’héroïne à Marseille dans les années 70, avec Jean Dujardin et Gilles Lelouch, Cédric Jimenez, se glisse à nouveau derrière la caméra pour un nouveau film, inspiré lui aussi d’événements réels. The Man with the iron heart est l’adaptation cinématographique du roman de Laurent Binet, (2010), HHhH, acronyme allemand de «Himmlers Hirn heißt Heydrich», littéralement «Le cerveau d’Himmler s’appelle Heydrich», surnom dont les SS avaient affublé Reinhard Heydrich.
Interprété par Jason Clarke (Lawless, Dawn of the Planet of the Apes, Terminator: Genesis...), Reinhard Heydrich, militaire déchu, est entraîné vers l’idéologie nazie par sa femme Lina (Rosamund Pike). Bras droit d’Himmler et chef de la Gestapo, il devient l’un des hommes les plus dangereux du régime, à qui Hitler confie le soin d’imaginer un plan d’extermination définitif: la solution finale. En 1942, deux jeunes soldats, le Tchèque Jan Kubis (Jack O’Connel) et le Slovaque Jozef Gabcik (Jack Reynor), engagés aux côtés de la Résistance, et ayant suivi un entraînement à Londres, se portent volontaires pour une mission aussi secrète que risquée: éliminer Heydrich. Au cours de leur infiltration, Jan rencontre Anna Novak (Mia Wasikowska). Mais la cause passe avant tout. «Une fresque historique ambitieuse... qui explore la face sombre et lumineuse de l’humanité», selon le magazine Première.

Bonne pomme
Les carrières de Catherine Deneuve et Gérard Depardieu se sont déjà croisées une dizaine de fois, depuis 1980 et Le dernier métro de François Truffaut. On se souvient, notamment de Je vous aime de Claude Berri ou, plus récemment, de Potiche ou d’Astérix et Obélix: au service de sa Majesté. Cet été, ces deux géants du cinéma français partagent à nouveau l’affiche dans Bonne pomme, avec Guillaume de Tonquedec, Chantal Ladesou et Grégoire Ludig. Ce film a été coécrit et réalisé par Florence Quentin, qui compte notamment à son actif professionnel La vie est un long fleuve tranquille, Le bonheur est dans le pré, Tatie Danielle, J’ai faim, Olé.
Son 4e long-métrage en tant que réalisatrice, tourné dans le petit village de Flagy, en Seine-et-Marne, raconte l’histoire de Gérard, garagiste, qui en a marre d’être pris pour une bonne pomme par sa belle-famille. Il quitte tout et part reprendre un garage dans un village niché au fin fond du Gâtinas. Il y rencontre Barbara, tenancière de l’auberge locale ; une femme magnifique, déconcertante, mystérieuse et imprévisible. La bande annonce du film s’ouvre d’emblée sur une première rencontre truculente. Le ton est donné, leur rencontre ne peut que faire des étincelles, à l’image de ces monstres sacrés du cinéma. Mais la belle-famille de Gérard le retrouve, et un secret bien enfoui ressurgit...

 

Logan Lucky
C’est l’un des films les plus attendus dans les prochaines semaines. L’homme derrière la caméra, Steven Soderbergh, dont le dernier film, Side Effects, remonte à 2013, avait pourtant annoncé sa volonté de s’éloigner des plateaux de cinéma pour se consacrer à la télévision avec notamment sa série The Knick. Finalement, l’auteur de la saga Ocean’s Eleven, et des succès Sex, Lies and Videotapes, Traffic, revient ici au film de casse à gros casting. Avec Channing Tatum, Adam Driver, Riley Keough, Katherine Waterston, Sebastian Stan, Katie Holmes, Seth McFarlane, Hillary Swank et la participation de Daniel Craig, l’agent 007 dans un rôle à contre-emploi, Logan Lucky suit l’histoire de deux frères pas très futés qui décident de monter le casse du siècle. Leur objectif? Empocher les recettes de la plus grosse course automobile de l’année. Pour réussir, ils ont besoin de l’aide du meilleur braqueur de coffre-fort du pays: Joe Bang. Sauf que ce dernier est en prison. L’aventure commence...

Seven Sisters
Film de science-fiction signé Tommy Wirkola, Seven Sisters nous transporte en 2075. «En 50 ans, la population mondiale a doublé. Tous les 4 jours, nous sommes un million de plus. C’est la pire crise de notre histoire. Le Dr Nicolette Cayman (Glenn Close) a inspiré à la Fédération une politique familiale de l’enfant unique... pour bâtir un avenir meilleur pour nos enfants». Terrence Settman (Willem Dafoe) vient d’avoir des septuplés. Comment va-t-il les cacher? Chaque enfant prénommé d’après un jour de la semaine, les autres étant confinés dans leur appartement et partageant une identité unique (Karen Settman, alias Noomi Rapace) à l’extérieur, sort seulement le jour de son prénom. Mais le secret s’effondre le jour où Lundi disparaît mystérieusement...

American made
Réalisateur hétéroclite, Doug Liman est surtout connu pour les succès commerciaux de The Bourne Identity et Mr. & Mrs. Smith. Il retrouve ici Tom Cruise pour un nouveau film d’action: American made. L’histoire vraie d’un trafiquant de drogue qui a œuvré pour la CIA et le cartel de Medellin, dirigé dans les années 80 par Pablo Escobar. Entouré d’un casting regroupant notamment Sarah Wright, Domhnall Gleeson, E. Roger Michell..., Tom Cruise se glisse dans la peau de Barry Seal, un pilote arnaqueur, qui joue un jeu dangereux, à la tête de l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des Etats-Unis. Un jeu qui va certes l’enrichir mais lui attirer beaucoup d’ennemis...

Nayla Rached

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Grille des salaires: deux lectures

Le vote par le Parlement de la grille des salaires de la fonction publique clôt un feuilleton de cinq ans, ponctué de polémiques, de tiraillements et de coups bas entre les forces politiques. En dépit des protestations de certaines catégories, qui s’estiment lésées, notamment les fonctionnaires et les militaires à la retraite, cet ajustement des salaires est, globalement, considéré comme un «exploit», car il permet de renforcer le pouvoir d’achat de 270000 familles. Cependant, des milieux économiques et financiers ne cachent pas leurs craintes des retombés négatives que pourrait avoir cette loi, qui prévoit une batterie d’impôts et de taxes. Parmi les plus mécontents figurent les banques. Celles-ci sont appelées, en effet, à supporter une partie significative du financement de cette grille, dont le coût est de 1700 milliards de livres (1200 milliards pour les fonctionnaires en service et 500 milliards pour les retraités). Les banques débourseront quelque 300 millions de dollars sur un montant total de 1,15 milliard de dollars. Ce financement proviendra d’une augmentation de 5% à 7% de la taxe sur les intérêts (supportée par les déposants), une taxation des profits des banques sur les bons du Trésor et une taxation des transactions des banques cotées en bourse, en plus d’une série d’autres mesures. Le secteur bancaire, qui déclare des profits de 2 milliards de dollars par an, se voit ainsi amputé de 300 millions de dollars, soit 15% de ses bénéfices. Toutefois, des sources économiques affirment que les profits réels des banques sont bien plus importants que ceux qui sont officiellement déclarés.Pour le secteur bancaire, ces nouvelles taxes et impôts auront un impact négatif sur les investissements et sur le coût du capital, ce qui va ralentir la croissance et, par conséquent, la création de nouveaux emplois.Un autre avis estime, toutefois, que le renforcement du pouvoir d’achat de centaines de milliers de Libanais va insuffler une bouffée d’oxygène dans l’économie, en boostant la consommation, ce qui aura pour effet de réunir les conditions nécessaires pour enclencher un cercle vertueux, qui profitera à tous les secteurs et les pans de l’économie. «Pour que ce cercle vertueux puisse voir le jour, il faut que tous les acteurs économiques jouent le jeu», prévient une source économique.Certes, le financement de la grille exigera des banques de réduire leur marge de profit et de procéder à des économies internes. Cependant, la source économique affirme que le secteur bancaire est, malgré tout, satisfait du fait que cette hausse des salaires du secteur public ne s’est pas soldée par un creusement du déficit des finances publiques. Cette source indique que les mesures, les taxes et les impôts prévus par la loi génèreront 1765 milliards de livres, soit un montant légèrement supérieur à la somme nécessaire pour financer l’ajustement des salaires.Encore faut-il que l’Etat se donne les moyens de collecter les impôts et de combattre l’évasion fiscale.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée…

Bannière

Combien ça coûte

Les panneaux photovoltaïques
Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Le Liban produit, à ce stade, 40…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved