Allergies respiratoires. En constante augmentation
Logo

Nº 2942 du vendredi 28 mars 2014

Allergies respiratoires. En constante augmentation

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Allergies respiratoires. En constante augmentation
    L’incidence des maladies allergiques est en constante augmentation. La pollution figure en bonne place dans les explications pour la flambée des allergies. Les particules fines, l’ozone et le dioxyde d’azote...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

L’incidence des maladies allergiques est en constante augmentation. La pollution figure en bonne place dans les explications pour la flambée des allergies. Les particules fines, l’ozone et le dioxyde d’azote peuvent exacerber les réactions allergiques et l’asthme. La pollution intérieure dans les maisons trop confinées est également une source supplémentaire d’allergies. Il faut réagir tôt lorsque les symptômes se manifestent tels que l’asthme, la rhinite, la conjonctivite ou la réaction cutanée. Une personne allergique attend longtemps avant de consulter. Or, une allergie non prise en charge aura tous les risques de s’aggraver. Il faut donc traiter les symptômes légers pour limiter leur progression et éviter les complications.

 

L’exposition à la lumière
Aide à réfléchir

La lumière est indispensable pour exécuter correctement une tâche cognitive. Notre cerveau se souvient aussi de la lumière qu’il a reçue avant de travailler. La mélanopsine, identifiée depuis une dizaine d’années, est un type de photorécepteur qui transmet l’information lumineuse vers des zones du cerveau dévolues à des tâches non visuelles. Des recherches montrent que, chez l’animal, son absence perturbait les fonctions non visuelles. L’exposition à la lumière bleue, verte ou orange, a donc un impact sur notre façon de réfléchir en bien, comme en mal.


Obésité enfantine
L’autoritarisme parental en cause

Une étude récente met en garde les parents trop rigides et peu affectueux envers leur progéniture. Cette éducation stricte imposée sans communication ni explications peut amener les enfants à manger n’importe comment et à prendre du poids. Les enfants ont plus de risques de devenir obèses s’ils sont traités de façon déséquilibrée entre l’affection et l’autorité. Ils sont en moyenne 30% à être exposés à l’obésité que les enfants de parents stricts mais affectueux. Toute la subtilité consiste à faire la balance entre l’éducation stricte et une communication basée sur le dialogue et l’écoute.

 

 


La peur des maths
Lien avec les gènes?

La perte des moyens devant les chiffres est due à un facteur génétique qui expliquerait à 40% l’anxiété constatée chez les enfants et ados. Le reste proviendrait de sources environnementales, scolaires et familiales. Si vous possédez ces facteurs de risque génétiques et que vous avez une mauvaise expérience en cours de maths, cela pourrait rendre l’apprentissage bien plus difficile. La peur des maths peut être donc liée à des expériences négatives comme de mauvais bulletins de note ou des traumatismes d’école, mais également aux gènes qui peuvent être coupables de cette phobie des maths.


Un bracelet d’acupression
Pour éviter les nausées

Un simple bracelet d’acupression à enfiler à chaque poignet permettra de faire disparaître les nausées dues au mal de transport ou celles causées par la grossesse. L’acupression consiste à trouver le point P6 situé à l’intérieur du poignet. Il se trouve sous le rebord de l’index, entre les deux tendons fléchisseurs de la main. En pressant simplement ce point, les nausées disparaissent. Le bracelet a été conçu à partir de cette connaissance pour soulager les patients. Il faut enfiler les deux bracelets pour que les nausées deviennent un vieux souvenir en quelques minutes. La technique relève de la médecine chinoise.


Les multivitaminés
Pour prévenir la cataracte

Les hommes qui prennent des comprimés multivitaminés voient reculer leur risque de souffrir de la cataracte qui fait baisser la vue. D’après les recherches, les hommes sous traitement multivitaminé avaient un risque réduit de 9% de développer cette maladie oculaire et de 13% de souffrir de sa forme la plus répandue en lien avec l’âge, à savoir la sclérose nucléaire. Il est très probable, selon les chercheurs, que les antioxydants renfermés dans ces comprimés soient la raison pour laquelle les multivitaminés protègent de la cataracte.

 

NADA JUREIDINI





 

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Un monde décadent

Triste spectacle que celui qu’offraient les Arabes réunis au Koweït. Alors que la région bouillonne et que le monde, même occidental, souffre d’une crise économique et même sociale aiguë, le sommet qui réunissait les représentants des Etats arabes au Koweït sonne creux. Une fois de plus, il n’aura fait que confirmer les divergences qui opposent les pays de la région, divergences qu’ils ont tenté en vain de mettre en sourdine, faute de pouvoir les occulter. En quête de solutions à toutes ces crises, ils n’ont réussi qu’à confirmer, quasi officiellement, leurs faiblesses. Preuve de leur impuissance, la crise syrienne qui entre dans sa quatrième année, avec un bilan de milliers de morts et des millions de déplacés et de réfugiés, au milieu d’un silence assourdissant des dirigeants arabes impuissants à faire aboutir des négociations entre les rebelles et le régime syrien. Ils s’en sont remis au Conseil de sécurité après l’échec des rencontres de Genève et la navette du médiateur Lakhdar Brahimi. On a toujours dit que les Arabes étaient forts en engagements, mais incapables de les respecter. Ainsi, ils jurent, chose rare, d’une même voix, ne pas accepter de reconnaître Israël en tant qu’Etat juif. Mais cela ne reste que de l’encre qui sèche sur le papier. Même si le sujet a été abordé au Koweït et, une fois de plus, confirmé. Les participants au sommet ont voulu donner le change et éviter de mettre en avant leurs profondes dissensions. Ils ont échoué là aussi car celles-ci sont apparues du fait que sur les vingt-deux membres de la Ligue, seuls treize chefs d’Etat ont répondu «présents» au Koweït. Les autres se sont fait représenter par leurs ministres des Affaires étrangères, refusant visiblement de se retrouver côte à côte avec des homologues que tout divise. Ainsi Riyad, les Emirats et Bahreïn sont à couteaux tirés avec Doha d’où ils ont rappelé leurs ambassadeurs respectifs en signe de protestation contre ce qu’ils qualifient d’ingérences du Qatar dans leurs affaires internes, mais aussi pour son soutien aux Frères musulmans que l’Egypte et l’Arabie inscrivent dans le registre des terroristes. Enfin, comme on pouvait s’y attendre après des débats profondément stériles, le communiqué final ne pouvait être que ce qu’il fut et, comme a titré un média européen, ce ne furent que des paroles, et encore des paroles. Les Etats membres de la Ligue rassemblés au Koweït, loin d’être unis, se sont contentés de vagues recommandations classiques sans contenu réel. Les dirigeants censés évoquer et dénoncer l’offensive israélienne sur Gaza, se sont, sans grande surprise et sans illusions, limités à rappeler des mesures que les économistes préconisent, depuis plus de trente ans et qui concernent, notamment, l’agriculture, l’eau, les réseaux routiers, des projets industriels dans la Bande… Autant de sujets que l’on ressasse à chaque sommet arabe et qui demeurent lettre morte. Ainsi vont les Arabes qui, outre leurs antagonismes irrémédiables, souffrent d’un laxisme à toute épreuve. Il faut cependant relever la seule décision concrète votée par les participants au sommet du Koweït: la mise en place d’un fonds doté de deux milliards de dollars destinés à financer les petites et moyennes entreprises. «Une goutte d’eau dans un océan», commente un observateur. Au milieu de ce sombre tableau, le Liban, par la voix de son président, a évoqué son dilemme et ses difficultés à continuer à accorder un abri aux Palestiniens chassés de leurs terres depuis 1948 et rejoints, il y a déjà quatre ans, par des Syriens fuyant les combats particulièrement meurtriers de leur pays. Promesse d’aide lui a été faite. Reste à la remplir. Le Liban, comme chacun le sait et le dit depuis la nuit des temps, est pauvre en ressources naturelles, et riche en ressources humaines. Hélas nos cerveaux sont allés, à leur corps défendant, servir les pays arabes si riches en pétrole et si pauvres en compétences. Le monde est vraiment mal fait, on s’en rend compte malheureusement à travers toute la planète où les peuples de toutes origines connaissent une sorte de décadence, même si elle est particulièrement éclatante dans les pays auxquels nous appartenons.


 Mouna Béchara
   

Santé

Allergies respiratoires. En constante augmentation
L’incidence des maladies allergiques est en constante augmentation. La pollution figure en bonne place dans les explications pour la flambée…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved