Livres
Logo

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

Livres

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Livres
    Maximum Max, métamorphose sur la montagne magique De RABIH HADDAD et TONY ABOU JAOUDE Ed. Hachette-Antoine En 2006, Maxime Chaaya plante le drapeau national sur l’Everest, s’inscrivant comme le premier Libanais à avoir...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Maximum Max, métamorphose sur la montagne magique
De RABIH HADDAD et TONY ABOU JAOUDE
Ed. Hachette-Antoine

En 2006, Maxime Chaaya plante le drapeau national sur l’Everest, s’inscrivant comme le premier Libanais à avoir complété le défi des sept sommets. Depuis, il s’est lancé dans une aventure différente, à portée pédagogique, auprès des jeunes, pour que le rêve devienne réalité. C’est également dans ce cadre que s’inscrit cette B.D., sur un scénario de Rabih Haddad et les dessins de Tony Abou Jaoudé, publiée en trois langues. L’album revient sur la genèse de la passion de l’aventure chez Maxime Chaaya, depuis sa participation, en 2000, au Safari sportif du Kenya, jusqu’à son ascension, en 2001, du mont Kilimandjaro.

 

 



Ville avoisinant la terre
De JORJ A. MHAYA
Ed. Denoël Graphic

 

En 2011, aux éditions Dar Onboz, sortait le premier volume d’une B.D. ovni intitulé Madina moujawira lil lard; Jorj A. Mhaya levait ses mots et ses dessins sur un univers onirique et surréel bien ancré à Beyrouth. Cinq ans plus tard, l’album intégral, avec ses deux volumes, est publié en français aux éditions Denoël Graphic. On y retrouve le protagoniste Farid Tawil, une sorte d’anti-héros, blasé et idéaliste à la fois, poursuivant ses errances dans le gris noir d’une mémoire éclatée, où chaque case, chaque souvenir, résonne encore dans l’esprit du lecteur, devenu à son tour habitant d’une ville… avoisinant la Terre.

 



Lebanon on screen
De ZAVEN KOUYOUMDJIAN
Ed. Hachette- Antoine/Alba
Inspiré de son dernier livre, Assaada Allah Masa2akom, Zaven Kouyoumdjian revient avec un nouvel ouvrage à portée plus mondiale, puisqu’il est écrit en anglais, portant à l’adresse du monde entier l’expérience de la télévision libanaise. Voilà donc Lebanon on screen, co-édité par l’Alba et Hachette-Antoine, avec le support de l’ambassade des Etats-Unis. Le livre retrace les plus grands moments de l’âge d’or de la télévision libanaise, de 1959 à 1990, et représente un premier pas dans le sens du développement de la recherche sur le monde des médias.


 

 


La déconnomie: Quand l’empire de la bêtise surpasse celui de l’argent
De JACQUES GENEREUX
Ed. Seuil
Professeur d’économie à Sciences-Po depuis plus de trois décennies, auteur d’une vingtaine d’ouvrages dans le domaine, Jacques Généreux dénonce notre système économique, qui a prouvé son inefficacité et sa criminalité, son impuissance à nous sortir de la crise nous y enfonçant encore plus. «La déconnomie est le nom de cette épidémie de bêtises», dit-il. «Pour pouvoir remobiliser l’intelligence collective des citoyens en refondant nos institutions, il faudrait tout d’abord prendre conscience que «notre bêtise est une partie du problème…».

Nayla Rached

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des murs et des pas mûrs

Au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l’emploi aux Etats-Unis, le président Donald Trump veut construire un mur fait d’un mélange de ciment et de lois protectionnistes. A peine a-t-il signé les premiers décrets pour l’édification de ces clôtures, censées être érigées aux frontières, que des barrières ont surgi à l’intérieur du pays. Ces décisions choquantes, prises par un président controversé, constituent un cocktail malodorant, qui n’a pas tardé à exploser en manifestations de colère dans les aéroports et les rues des villes américaines. La période de grâce est un luxe auquel Donald Trump n’a pas goûté.D’aucuns jugeront déplacée la vague de condamnation soulevée dans le monde par les décisions du président américain. Il s’agit, somme toute, de mesures prises par un Etat souverain sur son territoire national. Cela aurait été vrai si les Etats-Unis avaient été un pays comme les autres. Or, ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. L’Amérique est une nation, dont le modèle a, de tout temps, inspiré les autres, dans le pire et le meilleur, dans le rêve et le cauchemar. Que d’autres dirigeants soient tentés de lui emboîter le pas est un danger réel, qui aboutira au cloisonnement du monde. A l’ère de l’Internet et de la mondialisation, celui-ci devrait plutôt se diriger vers davantage d’ouverture. Ce n’est pas de barrières dont le monde a besoin, mais de plus d’humanité dans les relations entre les Etats.Ici au Liban, l’application de la «méthode Trump» risque de provoquer des catastrophes en chaîne, surtout que la classe politique se contorsionne pour tenter d’imaginer une loi électorale acceptée de tous. Le critère de la représentation est, certes, essentiel pour apaiser la vie politique. Il n’est plus permis, en effet, que les lois électorales soient confectionnées sur mesure afin de sauvegarder les intérêts personnels de certains dirigeants, au détriment d’autres composantes de la société. Mais, dans le même temps, si la juste représentation aboutit à la construction de murs entre les communautés, le résultat sera pire. Il faut s’entendre sur une formule susceptible en même temps d’assurer une représentation authentique de tous et de réduire, à leur plus simple expression, les cloisons entre les communautés religieuses. La tâche est difficile mais pas impossible. De nombreuses propositions allant dans ce sens existent et ont été débattues. Il suffit de les remettre sur la table.Le seul inconvénient est que le temps manque. Non pas que les délais constitutionnels soient courts, car il y a toujours moyen de les rallonger. Le problème est que l’économie est plus que jamais tributaire de l’entente politique, sans laquelle les réformes urgentes et structurelles ne peuvent pas être lancées. Espérons que la classe politique ne ratera pas le coche une nouvelle fois, d’autant que les experts s’attendent à une relance de l’économie en 2017.    


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du…

Combien ça coûte

Une journée au ski
Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved