Consommation Inc., de Gisèle Kayata Eid. «Le fait d’avoir plus d’argent ne rend pas plus heureux»
Logo

Nº 3095 du vendredi 2 novembre 2018

Consommation Inc., de Gisèle Kayata Eid. «Le fait d’avoir plus d’argent ne rend pas plus heureux»

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Consommation Inc., de Gisèle Kayata Eid. «Le fait d’avoir plus d’argent ne rend pas plus heureux»
    Gisèle Kayata Eid vient de lancer aux éditions Fides le livre Consommation Inc. qui aborde les dérives de la consommation, devenue un fait incontournable dans nos vies. Elle y expose...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Gisèle Kayata Eid vient de lancer aux éditions Fides le livre Consommation Inc. qui aborde les dérives de la consommation, devenue un fait incontournable dans nos vies. Elle y expose l’envers du décor.
 

Gisèle Kayata Eid tire la sonnette d’alarme: «Réveillez-vous, regardez autour de vous». «C’est aussi simple que cela, mais c’est à la fois aussi sournois, parce que «la consommation est tellement forte, prenante dans notre vie, qu’elle est devenue comme une entreprise, une multinationale excessivement puissante», affirme-t-elle.
Journaliste de profession, ce sujet la préoccupe depuis longtemps, en fine observatrice du monde et de ses manières d’être et d’avoir. S’exprimant régulièrement dans des chroniques rebelles, il y a environ trois ans, elle débute une chronique hebdomadaire intitulée Consommation Inc. sur le site de l’Agenda culturel, aux alentours de Noël, noyés que nous étions, durant des semaines, par la quantité de futilités commerciales qui entourent cette fête. Les sujets lui viennent sans aucune difficulté, racontant à chaque fois une histoire, un pan de vie, une situation, une envie. Au bout d’un an et demi, extrêmement étonnée, elle se rend compte, par les réactions de son entourage, que ce qui est évident pour elle ne l’est pas pour les autres. L’idée du livre s’impose, non seulement pour rassembler ces chroniques mais pour les expliquer, pour «aller plus loin dans ce cycle qui nous rend malheureux».

Dépourvu d’humanité
Divisé en deux parties, une partie explicative, basée sur une multitude de recherches, rédigée de manière générale et simple d’accès, et renvoyant pour chaque idée à la chronique qui l’illustre, tandis que 68 chroniques composent la 2e partie. Par son approche, par son style, «le livre a un impact de proximité, affirme Gisèle Kayata Eid, car il parle de choses qui nous concernent tous et dans toutes les facettes de notre vie».
Consommation Inc. introduit progressivement le lecteur dans un univers qu’il dénonce. Le monde de la consommation, «un mode de vie, une finalité, une ambition, une occupation, une préoccupation». Notre vie-même, le but de notre vie, une vie de plus en plus dépourvue de valeurs, de chaleur, de sens, d’humanité. Une vie qui se compte en objets et services accumulés, au prix fort, aux dépens de notre temps, de notre énergie, de nos relations amicales et familiales, de notre bonheur, aux dépens de la terre, de la nature que nous saccageons. «Cette consommation nous a dépourvus de nos intérêts, de nos valeurs et même de notre humanité. Nous sommes dans une étuve, une bouilloire, et les Etats ne réagissent pas. On finit par ne plus être ce que nous sommes censés être», affirme Gisèle Kayata Eid, qui s’exclame aussitôt révoltée: «Mais savez-vous où vous allez?»
Justement, Consommation Inc. se présente comme une conscience qui éveille, qui secoue, en évitant les pièges de la nostalgie et du ton moralisateur. Le livre ne propose pas de solutions, mais d’observer et peut-être de pousser le lecteur à repenser son comportement de consommateur, à une échelle individuelle, inconscient de tous ces petits détails de la vie qu’il accomplit de manière systématique, naturelle. «Si on sent qu’on résiste à ce rouleau-compresseur, c’est déjà bien par rapport à sa propre survie». Le changement commence par soi, par préférer par exemple le café d’une petite échoppe que celui d’une multinationale. On ne sortira pas indemne de cet ouvrage.

Le lancement de l’ouvrage aura lieu lors du Salon du livre francophone de Beyrouth, accompagné d’un débat, le 8 novembre, à 19h.

Nayla Rached

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Le réflexe de Samson

La guerre menée par les Etats-Unis et ses alliés contre le Hezbollah est entrée dans une nouvelle phase. C’est l’impression qu’ont eue des diplomates européens et des hommes politiques libanais après avoir rencontré des responsables américains ces dernières semaines. Washington durcit progressivement les sanctions contre le Hezbollah dans le but de «l’affamer». Le président Donald Trump a signé, jeudi 25 octobre, un projet de loi élargissant la liste des personnes pouvant être sanctionnées pour avoir fait affaire avec le parti chiite. «Nous allons cibler, déstabiliser et démanteler leurs réseaux opérationnels et financiers, qui étaient nombreux, et qui le sont beaucoup moins maintenant», a-t-il déclaré. Quelques jours plus tôt, le secrétaire américain à la Justice, Jeff Sessions, avait désigné le Hezbollah comme étant une «organisation transnationale criminelle contre laquelle les Etats-Unis vont mener des enquêtes approfondies et engager des poursuites». «Une équipe spéciale de procureurs expérimentés dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogue, le terrorisme, le crime organisé et le blanchiment d’argent va enquêter sur des individus et réseaux soutenant le Hezbollah», a affirmé Jeff Sessions. Le durcissement des sanctions américaines n’est pas une surprise. Dans une interview publiée par le quotidien israélien The Jerusalem Post à la mi-août, un ancien chef du Mossad, Tamir Pardo, avait reconnu qu’il n’était plus possible de vaincre militairement le Hezbollah mais qu’il fallait imposer des sanctions au Liban pour en venir à bout. Cette nouvelle stratégie mise au point entre Washington et ses proches alliés n’a pas échappé au commandement du parti, qui les prend très au sérieux. «Le Hezbollah fait l’objet de pressions, a déclaré Sayyed Hassan Nasrallah dans un de ses discours de Achoura. C’est plutôt une menace psychologique qu’une véritable menace. Ceux qui conspirent contre notre région, comme Israël, les Etats-Unis et leurs alliés, ne reconnaîtront pas notre victoire. Ils ont échoué dans la guerre militaire contre nous, alors ils essaient de nous frapper de l’intérieur».   Le Hezbollah pense que le véritable objectif des mesures américaines est de l’isoler sur le plan interne en le coupant de sa base populaire et de ses soutiens au sein des autres communautés. C’est ce qui expliquerait le fait que les sanctions pourraient être progressivement élargies pour englober des noms et des entités qui ne sont pas forcément liés au parti mais qui appartiennent à des alliés de différentes communautés. Des sources informées affirment, qu’à terme, entre 300 et 1 000 noms seraient inscrits sur les listes américaines. Si elle est prise, une telle mesure risquerait d’avoir de sérieuses répercussions sur l’économie. C’est cela qui a inquiété les diplomates européens et les hommes politiques libanais, qui ont senti que Washington ne se souciait plus de la stabilité du Liban et avait développé un réflexe de Samson, qui a détruit le temple sur sa tête et sur celles de ses ennemis philistins. Le Hezbollah ne reste pas les bras croisés face à ce changement de tactique. Il a lui aussi entamé une nouvelle étape de son parcours politique. La première étape, en 1992, a été son entrée sur la scène politique libanaise avec sa participation aux élections législatives. La deuxième, en 2005, a marqué sa participation au pouvoir exécutif, avec, pour la première fois, des ministres nommés au gouvernement. En 2018, le Hezbollah entame la troisième étape: la conquête de l’administration publique.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Le diabète au Liban. Presque un demi-million de cas
Avec 425 millions1 de personnes qui en sont atteintes dans le monde et 464000 au Liban, le diabète est, avec l’hypertension…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved