Le noir te va si bien. Un tourbillon de fous rires
Logo

Nº 3078 du vendredi 2 juin 2017

Le noir te va si bien. Un tourbillon de fous rires

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Le noir te va si bien. Un tourbillon de fous rires
    La compagnie Free-Vol présente sa nouvelle pièce, Le noir te va si bien, une comédie policière de Saul O’Hara, qui sera jouée du 6 au 17 juin, à la salle...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

La compagnie Free-Vol présente sa nouvelle pièce, Le noir te va si bien, une comédie policière de Saul O’Hara, qui sera jouée du 6 au 17 juin, à la salle Montaigne. Un classique revisité par la troupe de comédiens amateurs.  


Cette pièce classique, qui tient du vaudeville anglais, reçoit un coup de jeune rafraîchissant avec l’interprétation qui en est faite par les comédiens de Free-Vol, tout en gardant son charme british. Des scènes d’humour parfois innocentes, souvent hilarantes, embarquent les spectateurs dans un tourbillon de fous rires. Sans oublier que c’est pour la bonne cause, puisque la pièce sera jouée au profit de plusieurs associations.
Avec Le noir te va si bien, Free-vol propose de l’humour noir et décalé, où des époux tentent d’élaborer toutes les ruses possibles et imaginables pour s’éliminer. La morale de la pièce: parler de meurtre, tout en respectant les codes et les règles de la haute société anglaise. En effet, un lieutenant de Scotland Yard fait tout ce qui est en son pouvoir pour qu’une veuve croqueuse d’hommes et un veuf dévoreur d’épouses se rencontrent, tombent amoureux, se marient et vivent ensemble jusqu’à ce que la mort les emporte. Ce vaudeville anglais écrit par Saul O’Hara en 1959 «met en scène deux esprits criminels qui partagent le même modus operandi: falaise, gâteau empoisonné, lustre mal attaché, champignons vénéneux… Toutes les ruses sont bonnes pour Lady Lucy et le Colonel John Mc Lesby, deux meurtriers recherchés par toutes les polices du monde». La femme a déjà enterré cinq maris tandis que le second a déjà éliminé six épouses. L’inspecteur Campbell, rusé comme un renard, et fatigué de les poursuivre en vain, décide de les confronter pour mieux s’en débarrasser. Attirés par l’argent, Lady Lucy et le colonel John Mc Lesby ne tarderont pas à convoler... pour le meilleur, et assurément pour le pire!

Au profit des démunis
Une pièce qui déridera le public, tout en permettant à la compagnie fondée en 2012, de recueillir des fonds pour plusieurs associations s’occupant des démunis. Les comédiens ont en effet fait de cette citation de Louis Jouvet «Il n’y a pas de théâtre sans fraternité», leur devise. La compagnie Free-vol dédie chacune de ses représentations à une association caritative qui disposera de la totalité des bénéfices de la vente des billets, sans reverser de droits de production. Pour que ce projet se concrétise, un réseau généreux se donne à fond. Cinq ans de travail bénévole, 5 pièces et toujours le même élan partagé, pour porter cette aventure sur scène.

Les bénéficiaires
6 juin: Voix de la femme
7 juin: Saint-Vincent-de-Paul
8 juin: Rotary
9 juin: A tout cœur
10 juin: Ghadouna
12 juin: Mar Semaan
13 juin: Caisse d’entraide Créneaux
14 juin: Amour et partage
15 juin: AFEL
16 juin: Free-Vol
17 juin: Lebanese
Alternative Language.

Nayla Rached

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Au nom de la stabilité

La prorogation du mandat du gouverneur de la Banque du Liban (BDL), Riad Salamé, pour un mandat de six années, ne fait pas l’unanimité des partis politiques et des experts, même si la décision a été prise en un tour de main au cours d’une réunion du Conseil des ministres tenue à Baabda. Les opposants à cette décision s’expriment ouvertement. Certains d’entre eux accusent le patron de la banque centrale d’être «l’allié privilégié des banques commerciales», l’affublant, parfois, du titre peu élogieux de «banquier des banques». La stratégie qu’il met en œuvre, à chaque fois que ce secteur est confronté à un début de crise, aboutit à rendre les établissements de crédits, ou la plupart d’entre eux, relativement renforcés. D’autres détracteurs, plus sévères, le qualifient, carrément, de «gardien des voleurs du temple».En deux mots, le 5ème mandat qu’entamera Riad Salamé en juillet sera encore plus délicat et difficile à gérer que les précédents. Le statu quo de stabilité relative au pays du cèdre peut basculer brusquement. Le Proche-Orient est dans la tourmente. Le monde arabe, les présidents américain et russe, Donald Trump et Vladimir Poutine, n’ont pas encore jeté leurs dés et tous les scénarios sont encore possibles. Karl Albrecht avait dit: «Partir avec un idéal en tête et finir avec un deal», alors qu’Ashleigh Brilliant avait conseillé «de négocier (…), si vous ne pouvez ni le contrôler, ni le surmonter.» Or aujourd’hui, le Liban est contraint de suivre les règlements – souvent perçus comme des diktats – des pays dont il utilise la monnaie, en l’occurrence le dollar américain et l’euro, entraînant une obligation inéluctable, celle de la négociation. Riad Salamé a réussi à gérer ce volet, en évitant au Liban et à son secteur bancaire le pire. Néanmoins, il ne peut pas se prévaloir d’avoir relancé la croissance économique – mais est-ce son rôle? –, en dépit des programmes de subvention des taux d’intérêts débiteurs et d’autres stimulations adoptées par la BDL, ces cinq dernières années. Selon les prévisions du FMI, le taux de croissance serait, en 2022, de 3%. Il est évident que la politique monétaire a quelque peu empiété sur la politique économique et financière. Mais qui en assume la responsabilité?Certes, personne n’est indispensable dans le monde des affaires, de l’économie et des finances. Mais il y a aussi ce que l'on appelle «l’homme du moment». En attendant que les épais nuages qui couvrent la région commencent à se dissiper, le pays doit respirer, mais, surtout, il a besoin «d’inspiration divine pour une prudente continuité de résilience et d’ingénierie»… qui profiterait, cette fois, à tous.


 Liliane Mokbel
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Santé mentale Les soins couverts par l’état Selon le ministère de la Santé publique, neuf individus sur dix souffrant de perturbations mentales seraient dans l’incapacité de bénéficier de l’aide médicale…

Bannière

Combien ça coûte

Renouveler le permis de conduire
A l’approche de la cinquantaine, il est temps d’envisager le renouvellement de son permis de conduire. Quid des conditions, des procédures et des frais imposés par le Code de la…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved