Un déménagement?
Logo

Nº 3098 du vendredi 1er février 2019

Un déménagement?

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Un déménagement?
    Avec la multiplication du nombre d’entreprises de déménagement au Liban, le changement de domicile se fait désormais facile. Mais à quel prix? Rangement, emballage, transport, déballage, mise en place d’un...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Avec la multiplication du nombre d’entreprises de déménagement au Liban, le changement de domicile se fait désormais facile. Mais à quel prix? Rangement, emballage, transport, déballage, mise en place d’un nouveau décor… Ce sont, aujourd’hui, toutes les étapes du processus de déménagement que couvrent les déménageurs professionnels. Toutefois, pour réclamer un devis, il faut s’attendre à une visite des lieux préalable (notamment de l’emplacement d’origine). Le tarif proposé par l’entreprise dépend, effectivement, de plusieurs critères: nombre de pièces, volume à déménager, distance entre les deux appartements à déménager, situation géographique, nombre d’étages, main d’œuvre, etc. Les tarifs diffèrent évidemment selon les sites et les résidences.
Notons que le total de la facture peut varier au cas où il s’agit de meubles relativement «encombrants» (piano, etc.) ou si le recours à un monte-meuble ou à des grues s’avère indispensable, en cas d’étroitesse de la cage d’escalier ou de l’ascenseur. Un autre critère peut également faire varier les coûts, selon que l’on optera pour les services suivants :
● Emballage-déballage des cartons (compter entre 200 et 400$);
● Montage-démontage des meubles (compter entre 300 et 550$).
Il est indispensable aussi de comprendre comment les entreprises calculent le volume de meubles à emporter en fonction de la superficie des pièces.

Éviter les mauvaises surprises

Lorsque vous décidez de recourir à une entreprise, celle-ci, généralement devrait vous garantir un déménagement réussi. Toutefois, il arrive que des incidents, majeurs ou mineurs, surviennent en cours de rangement, de transport, d’emballage et de déballage. Pour dédommager le client, l’entreprise a recours à des compagnies d’assurance, qui couvrent tout accident sauf :
● Une faute manifeste du client. Si ce dernier a, par exemple, choisi d’entreprendre lui-même l’emballage de ses meubles et que les objets fragiles ont été mal empaquetés, puis endommagés, la faute incombe au client.
● Les cas de force majeure. Il peut s’agir de toute conjoncture imprévisible et extérieure à la volonté de l’entreprise (tremblement de terre, inondation, etc.).  
● Un vice propre du bien lui-même. Certains objets transportés, peuvent être, à la base, endommagés (fissure, brisure, etc.) et sont tellement délicats qu’ils ne peuvent être aisément déplacés.
Pour déclarer tout accident, le client dispose d’un délai fixé par l’entreprise. Au-delà de ce délai, aucune réclamation ne pourra être prise en compte.

Déménager par ses propres moyens
En revanche, lorsque vous choisissez de déménager par vous-même, les dépenses à prévoir sont les suivantes:
● La location du camion de déménagement: il faut compter entre 150 à 250$ la journée. Le prix varie en fonction du camion à louer (petit ou grand), de la distance à parcourir, du volume de carburant consommé et du nombre de jours nécessités pour le déménagement.
● Le stationnement du camion si vous manquez de place de stationnement: 10 à 20$ dépendamment du nombre de jours et des régions. Il faudrait penser aussi à avertir le voisinage avant l’arrivée du camion, puisque ce dernier risque de leur bloquer l’accès de la rue ou de l’immeuble pendant un certain temps.  
● Le kit de déménagement: il s’agit des boîtes en carton, du papier-bulles, des ciseaux, des feutres, du scotch, des couvertures, etc. pour lesquels vous pouvez prévoir entre 150 et 200$ (selon la quantité). Au cas où vous comptez vous faire aider par un intérimaire, l’heure de travail pourrait varier entre 10 et 15$. Parfois, la journée de travail entière pourrait vous coûter entre 50 et 70$. Tout dépend des négociations que vous entreprendrez avec lui.
Certes, déménager seul paraît moins coûteux, encore faut-il trouver le temps et l’énergie de tout prévoir et organiser et surtout les moyens de ne rien casser ou abîmer avant, pendant ou après le processus de déménagement.

Natasha Metni Torbey

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
En route pour l’âge de pierre

Dans ses mémoires publiés en 2010, le vice-président de l’Etat des Emirats arabes unis, cheikh Mohammad Ben Rached al-Maktoum, évoque un rêve qu’il dit avoir souvent fait, celui «de voir un jour Dubaï devenir un Beyrouth». Les Libanais sont-ils conscients que leur capitale a inspiré cet homme visionnaire et ambitieux, qui a réussi à faire émerger des sables du désert un émirat au rayonnement planétaire? Un centre d’affaires qui s’est réservé une place parmi les grands, tels Hong Kong, Shanghai, Londres et New York? Un bouillon de culture qui a transposé la Sorbonne, le Louvre, et bien d’autres noms et lieux prestigieux dans la Péninsule arabique? Une cité médiatique qui a attiré les titres et les plumes les plus convoités?Quelle que soit l’opinion que l’on se fait de Dubaï aujourd’hui, force est de reconnaître que cette ville sous-peuplée, sans patrimoine, ou si peu, sans beauté sinon celle des dunes dorées, propre à toutes les cités du Golfe, est devenue l’une des destinations les plus prisées du monde. Voilà un prince qui a réussi son pari, qui a concrétisé son rêve! Certes, l’atout des pétrodollars, qui n’est pas des moindres, lui a facilité la tâche. Mais les pétrodollars, qui coulent aussi à flot en Arabie saoudite, au Koweït et au Qatar, n’ont pas fait bourgeonner d’autres Eldorados dans ces pays immensément riches.    Pendant que Dubaï entrait à pas sûrs dans l’avenir, Beyrouth, lui, sombrait dans les précipices du passé. Les Libanais ont réussi le tour de force de plonger leur ville dans les affres de la guerre, puis une fois la paix revenue, de reconstruire la pierre sans y insuffler l’âme qui lui donnait ce cachet unique. La gloire d’antan n’est plus qu’un vieux souvenir, la culture se raréfie, la beauté ressemble à celle d’une femme (ou d’un homme) toute refaite, la joie de vivre n’est plus qu’amertume et aigreur, la satisfaction apportée par le travail plus qu’un dur et insupportable labeur. Avec une insouciance couplée à une affligeante ignorance et une criminelle irresponsabilité, les Libanais, peuple et dirigeants, ont perdu un à un les atouts qui faisaient de leur capitale le phare de la région. Fut un jour où Beyrouth était l’université, la maison d’édition, la cité médiatique, du monde arabe, une oasis de liberté pour les opprimés et les oppressés, un havre de tolérance. Il n’est plus qu’une ville sévère et peu hospitalière de par la cherté de la vie et l’absence des services les plus élémentaires. A vouloir cloner bêtement l’émirat du désert, les Libanais ont perdu ce qui faisait la gloire et la beauté de leur ville, sans pour autant gagner les atouts qui font la force de Dubaï. Beyrouth s’enfonce dans le passé. A ce rythme, et si rien n’est fait pour stopper la chute, l’âge de pierre n’est plus très loin.


 Paul Khalifeh
   
Bannière

Combien ça coûte

Un déménagement?
Avec la multiplication du nombre d’entreprises de déménagement au Liban, le changement de domicile se fait désormais facile. Mais à quel prix? Rangement, emballage, transport, déballage, mise en place d’un…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved