Le miel libanais. Un marché en devenir?
Logo

Nº 3085 du vendredi 5 janvier 2018

Le miel libanais. Un marché en devenir?

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Le miel libanais. Un marché en devenir?
    On l’appelle le pays du miel et du lait. Pourtant, l’apiculture libanaise est encore très marginalisée. Où en est le développement de ce secteur? Quels sont les nouveaux acteurs? Quelles...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

On l’appelle le pays du miel et du lait. Pourtant, l’apiculture libanaise est encore très marginalisée. Où en est le développement de ce secteur? Quels sont les nouveaux acteurs? Quelles sont les difficultés auxquelles ils font face?

Le Liban est un des rares pays au monde où les abeilles se nourrissent de sources naturelles de nectar toute l’année, permettant une très grande variété de miel, explique Riad Saadé, président du CREAL, le Centre de recherches et d’études agricoles libanais.
«La diversité de climat et la biodiversité végétale particulières au Liban, permettent de produire trois types de miel différents sur trois saisons: le miel des zones côtières (les abeilles se nourrissent du pollen des fleurs d’agrumes), le miel noir de moyenne altitude et le miel des hautes montagnes (plus de 1 200m d’altitude)», détaille le chercheur.
Depuis quelques années, les ONG internationales s’intéressent à ce secteur, qui pourrait booster le développement des régions rurales dans tout le pays. En effet, l’apiculture est une activité lucrative qui nécessite peu d’investissement initial. «L’élevage d’abeilles est une occupation lucrative vu le faible investissement par ruche: 100 dollars environ, explique le chercheur, et les revenus escomptables, si l’apiculteur assure un rendement moyen de 20 kg par ruche, peuvent s’établir à 600 dollars par ruche dès la première année. Encore faut-il qu’il veuille bien s’en occuper», nuance-t-il.
C’est ce que confirme Roland Kaddoum, un nouvel acteur sur le marché du miel, qui précise que si le métier s’apprend facilement, deux ingrédients sont tout de même nécessaires pour réussir: la passion et le savoir-faire. «Nous traitons avec des créatures très sensibles que sont les abeilles, l’apiculteur doit donc veiller au grain et être là au risque d’encourir d’énormes pertes».

Nouveaux acteurs
Ces cinq dernières années ont été marquées par l’arrivée sur le marché de nouveaux acteurs et investisseurs. Roland Kaddoum va lancer le miel du Nazih. Ce médecin de profession voue depuis longtemps une véritable passion pour l’apiculture qui lui vient de son père, lui-même apiculteur. «Quand mon père est décédé, j’ai voulu reprendre son affaire et l’amener à un autre niveau, la faire évoluer, explique l’entrepreneur. Aujourd’hui nous avons environ 200 ruches et produisons quelques 900 kilos de miel annuellement.
Marc Antoine Bou Nassif a lui cofondé L’Atelier du miel en 2012, avec son frère et un ami également par passion. «Nous sommes tous les trois des passionnés de nature et ce fut une occasion pour nous de découvrir tout le territoire, les types de floraisons ainsi que les saisons. Nous avons ainsi créé la route du miel sur laquelle nous déplaçons nos ruches pour suivre les floraisons. Nous produisons de cette manière plus de 30 variétés de miel et permettons à nos abeilles de se nourrir toute l’année naturellement».

Obstacles au développement
Selon le ministère de l’Agriculture, cité par une enquête de la BlomInvest, le Liban compte sur son territoire environ 6 340 apiculteurs, qui possèdent 274 390 ruches. La production de miel fluctue au fil des années, en fonction de la météo et de l’écosystème. Dans les saisons de forte récolte, une ruche contenant 60 000 à 70 000 abeilles produit environ 50 kg de miel. Ce volume diminue à seulement 10 kg/ruche dans les mauvaises années.
Malgré les avantages compétitifs du Liban sur le secteur, les professionnels doivent faire face à de nombreux obstacles. Le premier étant, selon les sources interrogées par Magazine, la «concurrence déloyale» de produits de moindre qualité importés au Liban et vendus sous le label de miel local. «Des miels venus de Chine ou d’ailleurs sont vendus avec une appellation de haute qualité comme s’ils étaient récoltés au Liban», explique Roland Kaddoum.
C’est aussi ce que souligne le cofondadeur de L’Atelier du Miel. «Les obstacles principaux sont la contrefaçon et l’absence de réglementation. Aujourd’hui, n’importe qui peut inscrire le label qu’il souhaite sur son produit et le commercialiser comme un miel de qualité. Au niveau sanitaire, il n’existe pas non plus de permis sanitaire pour avoir des ruches et s’en occuper».
Autre obstacle souligné par l’entrepreneur, le manque de professionnalisme des apiculteurs qui exerce souvent cette profession en métier d’appoint. «Aujourd’hui, beaucoup d’entre eux pratiquent encore ce métier de façon marginale et désorganisée», explique-t-il.
C’est aussi ce que souligne le président du Creal. «Les apiculteurs, à quelques rares exceptions, ne maîtrisent pas  les techniques d’élevage des abeilles, tant au niveau du choix des reines qu’à celui des soins et traitements des ruches, jusqu’à la récolte du miel. Ceci réduit la moyenne de production à près de 6 kg/an/ruche alors que la moyenne mondiale est de 20 kg/an/ruche», souligne-t-il.
Pour Marc Antoine Bou Nassif, «ce qu’il faut aujourd’hui pour redonner au Liban sa place sur le marché du miel, c’est un effort du gouvernement pour rajeunir le métier, le rendre tendance et le professionnaliser».

Soraya Hamdan

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Deux priorités en 2018

L'heure n’est pas aux bilans mais aux perspectives d’avenir. 2018 est une année charnière pour la stabilité politique du Liban et le sauvetage de son économie. La réanimation des institutions, fin 2016, après deux ans et demi de coma, avec l’élection d’un président de la République, la désignation d’un Premier ministre et la formation d’un gouvernement, reste incomplète. Elle ne sera menée à terme qu’avec le renouvellement du Parlement, dont le mandat aurait dû s’achever en juin 2013, mais qui s’est maintenu en vie en auto-prorogeant sa législature à trois reprises. Les élections parlementaires de mai 2018 sont donc une étape cruciale dans le processus de normalisation de la vie politique nationale. Ces élections sont d’autant plus importantes que la prochaine Chambre promet d’être un brin plus représentative que les précédentes, grâce notamment au mode de scrutin proportionnel, appliqué au Liban pour la première fois. Certes, la classe politique a trouvé le moyen de transformer cette avancée de géant en modeste petit pas. Elle a, par exemple, introduit le concept du vote préférentiel restrictif – dans les grandes circonscriptions les électeurs sont ainsi contraints de «préférer» un candidat uniquement originaire de leur caza, ce qui limite leur choix. Malgré cela, la nouvelle loi électorale devrait permettre de briser, partiellement sans doute, les monopoles et autres exclusivités communautaires, exercées par les mêmes partis ou figures depuis des décennies. De gros investisseurs privés ou institutionnels attendent cette échéance capitale pour arrêter leurs plans et faire connaître leurs intentions à moyen et long termes.  Les investisseurs observent aussi avec un intérêt marqué l’avancement du processus d’exploitation, par le Liban, de ses ressources en hydrocarbures. Il s’agit, là, de la seconde priorité nationale en 2018, dont dépendra, peut-être, la stabilité de la livre libanaise, et, par conséquent, la préservation de l’ordre social. Avec une dette et un service de la dette qui atteindront des sommets inégalés cette année et un ratio dette/PIB qui va encore augmenter, l’Etat aura besoin soit de recettes supplémentaires soit d’un miracle. Certes, si les forages commencent en 2019, le Liban devra attendre cinq ans avant de toucher des dividendes. Mais le seul fait que le processus soit solidement mis sur les rails est susceptible de déclencher un cercle vertueux qui permettrait, par exemple, à l’Etat libanais d’emprunter sur les marchés financiers internationaux à des taux préférentiels. Le Liban doit relever ces deux défis dans un contexte régional pas très avantageux, il est vrai, mais moins dangereux que les années précédentes, surtout en Syrie, où la guerre semble toucher à sa fin. Quoi qu’il en soit, les Libanais peuvent capitaliser sur les réalisations accomplies l’année dernière. Car, quoi qu’en disent les plus sceptiques et les gens de mauvaise foi, 2017 a été plutôt positive: une stabilité politique qui s’est manifestée dans l’affaire Hariri, une stabilité sécuritaire qui s’est concrétisée dans la victoire contre les takfiristes, et une résilience économique qui a fait ses preuves également lors de la crise de la démission du Premier ministre.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

7,9 milliards $. Les besoins des finances en 2018
Le ministère des Finances aurait besoin de 7,9 milliards $ pour couvrir ses obligations venant à échéance en 2018 alors que la solvabilité de la Banque du Liban (BDL) contribue…

Santé

Podologie. Quand la santé des pieds affecte celle du corps
Pieds plats, déformations plantaires, tendinite achilléenne, … Tout dysfonctionnement au niveau du pied entraîne inéluctablement des douleurs au niveau du…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved