En octobre 2017. Un nouveau cluster au cœur d’Achrafié
Logo

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

En octobre 2017. Un nouveau cluster au cœur d’Achrafié

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    En octobre 2017. Un nouveau cluster au cœur d’Achrafié
    The Backyard Hazmié, Uruguay Street et The Village Dbayé ne sont que le début d’une série de clusters qui se développent dans tout le pays. Le tout nouveau «Resto Saint-Nicolas»...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

The Backyard Hazmié, Uruguay Street et The Village Dbayé ne sont que le début d’une série de clusters qui se développent dans tout le pays. Le tout nouveau «Resto Saint-Nicolas» sera inauguré au mois d’octobre prochain à Achrafié. Découverte en exclusivité pour Magazine.

Après les succès respectifs de The Village Dbayé et The Backyard Hazmié et l’annonce de la réouverture de Uruguay Street, la société Venture Group a révélé, en exclusivité pour Magazine, les détails du nouveau bébé des partenaires Rabih Saba et Marwan Ayoub: l’ouverture d’ici quelques mois d’un nouveau pôle de restauration, à Saint-Nicolas,  en plein cœur d’Achrafié.
Pour un investissement de près de 40 millions de dollars, le nouveau projet se veut un «cluster urbain» à taille humaine, qui s’inscrira dans l’atmosphère du quartier.
«Contrairement à ceux de Hazmié et de Dbayé, ce nouveau lieu de vie sera situé en plein cœur d’Achrafié, dans le quartier de Saint-Nicolas, juste en face de l’église, dévoile Marwan Ayoub. En pleine ville, la demande est ainsi toute particulière: elle sera composée essentiellement d’une clientèle d’affaires en journée, tandis que le soir, l’endroit pourra constituer une nouvelle balade nocturne à Achrafié».
Les travaux ont débuté mi-2016 et sont déjà bien avancés. «Les cinq étages de parkings souterrains sont pratiquement prêts, précise Rabih Saba. Le cluster s’étendra sur 17 000 m2 et sa force résidera dans sa location stratégique. Ce pôle répond à un vrai besoin au Liban: se promener en ville, là où l’espace public ne le permet pas. Nous travaillons donc sur une architecture particulière, englobant une variété de restaurants, de cafés et bars, comme dans n’importe quel centre-ville au monde digne de ce nom».
Le nouveau cluster comptera six restaurants qui s’articuleront autour d’une place centrale et d’une ancienne maison libanaise construite il y a plus de cent ans et spécialement rénovée pour l’occasion. «Chacun de nos sites porte une identité architecturale propre, détaille Marwan Ayoub, Pour celui de Saint-Nicolas, nous souhaitons garder un esprit oriental combiné à l’architecture urbaine, dans l’esprit des maisons traditionnelles libanaises, comme dans l’ancien Beyrouth.»

Restaurants   variés. Les restaurants pressentis pour s’installer sur le site seront variés. Parmi les enseignes déjà connues, le Libanais Ahwak (d’Abdel-Wahab), le «diner» à l’américaine Roadster, Bar Tartine, et un restaurant italien signé par le propriétaire de Nonna (rue Abdel-Wahab). D’autres sont encore en négociation. Le ticket moyen annoncé pour un repas dans ces lieux avoisinerait les 20 à 25 dollars par personne. Entre 300 et 400 emplois seront aussi directement créés.
Pour les restaurateurs, les avantages d’une présence dans ce type de lieu de vie sont multiples, comme le détaille Ziad Rahmé, propriétaire des restaurants Nonna, Goûtons voir et Charlotte. Il prévoit de louer un emplacement d’une superficie de 140 à 200 m2 à Saint-Nicolas pour inaugurer un restaurant italien de la marque Nonna, revisité. «Il s’agira d’un concept entièrement italien avec une carte plus riche et une ambiance particulière, dévoile-t-il, avec surtout plus d’espace et une belle terrasse». Le résultat est à découvrir au mois d’octobre. Selon lui, même si les loyers sont environ 20% plus chers qu’à Mar Mikhael, l’investissement en vaut largement la chandelle. «La présence de plusieurs restaurants à proximité est un avantage non négligeable, car cela nous fera découvrir par un public qui ne nous connaît pas forcément, explique le restaurateur. Quelqu’un qui viendra manger libanais, par exemple, découvrira le concept de Nonna en passant devant et s’y arrêtera peut-être la prochaine fois. A Achrafié, le point fort est surtout le localisation: en plein centre d’affaires. Avec les banques, les commerces et bureaux dans le secteur, c’est l’assurance pour nous de travailler midi et soir».
Le nouveau cluster de Saint-Nicolas n’est que le premier d’une série de nouveaux investissements pour Venture Group. Objectif? Couvrir l’ensemble du territoire libanais. D’autres pôles sont d’ores et déjà attendus. Jounié, avec un investissement de 16 millions de dollars sur une superficie de 4 000 m2, devrait inclure des cafés, bars, restaurants mais aussi un centre de gym ainsi qu’un supermarché.
Jbeil n’est pas en reste, puisqu’un investissement de 10 millions de dollars devrait suivre, pour financer la construction d’un projet prévu sur plus de 5 000 m2. Il devrait inclure des cafés et restaurants sur un emplacement très stratégique: la voie romaine de Byblos, tout près de l’échangeur autoroutier. Dans un pays où l’espace public se fait de plus en plus rare, les entrepreneurs privés ont trouvé le concept pour combler ce manque chronique.

Soraya Hamdan

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des murs et des pas mûrs

Au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l’emploi aux Etats-Unis, le président Donald Trump veut construire un mur fait d’un mélange de ciment et de lois protectionnistes. A peine a-t-il signé les premiers décrets pour l’édification de ces clôtures, censées être érigées aux frontières, que des barrières ont surgi à l’intérieur du pays. Ces décisions choquantes, prises par un président controversé, constituent un cocktail malodorant, qui n’a pas tardé à exploser en manifestations de colère dans les aéroports et les rues des villes américaines. La période de grâce est un luxe auquel Donald Trump n’a pas goûté.D’aucuns jugeront déplacée la vague de condamnation soulevée dans le monde par les décisions du président américain. Il s’agit, somme toute, de mesures prises par un Etat souverain sur son territoire national. Cela aurait été vrai si les Etats-Unis avaient été un pays comme les autres. Or, ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. L’Amérique est une nation, dont le modèle a, de tout temps, inspiré les autres, dans le pire et le meilleur, dans le rêve et le cauchemar. Que d’autres dirigeants soient tentés de lui emboîter le pas est un danger réel, qui aboutira au cloisonnement du monde. A l’ère de l’Internet et de la mondialisation, celui-ci devrait plutôt se diriger vers davantage d’ouverture. Ce n’est pas de barrières dont le monde a besoin, mais de plus d’humanité dans les relations entre les Etats.Ici au Liban, l’application de la «méthode Trump» risque de provoquer des catastrophes en chaîne, surtout que la classe politique se contorsionne pour tenter d’imaginer une loi électorale acceptée de tous. Le critère de la représentation est, certes, essentiel pour apaiser la vie politique. Il n’est plus permis, en effet, que les lois électorales soient confectionnées sur mesure afin de sauvegarder les intérêts personnels de certains dirigeants, au détriment d’autres composantes de la société. Mais, dans le même temps, si la juste représentation aboutit à la construction de murs entre les communautés, le résultat sera pire. Il faut s’entendre sur une formule susceptible en même temps d’assurer une représentation authentique de tous et de réduire, à leur plus simple expression, les cloisons entre les communautés religieuses. La tâche est difficile mais pas impossible. De nombreuses propositions allant dans ce sens existent et ont été débattues. Il suffit de les remettre sur la table.Le seul inconvénient est que le temps manque. Non pas que les délais constitutionnels soient courts, car il y a toujours moyen de les rallonger. Le problème est que l’économie est plus que jamais tributaire de l’entente politique, sans laquelle les réformes urgentes et structurelles ne peuvent pas être lancées. Espérons que la classe politique ne ratera pas le coche une nouvelle fois, d’autant que les experts s’attendent à une relance de l’économie en 2017.    


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du…

Bannière

Combien ça coûte

Une journée au ski
Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved