Sociétés Offshores. Les banques ne sont pas toujours accueillantes
Logo

Nº 3085 du vendredi 5 janvier 2018

Sociétés Offshores. Les banques ne sont pas toujours accueillantes

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Sociétés Offshores. Les banques ne sont pas toujours accueillantes
    Pourquoi les banques domestiques sont-elles réticentes à ouvrir un compte bancaire aux sociétés off-shore libanaises? Jacques A. Saadé, managing partner à Mazars Saadé, répond aux questions de Magazine. Pourquoi les hésitations...
  •  
Notez cet article
(1 Vote)
A- A+

Pourquoi les banques domestiques sont-elles réticentes à ouvrir un compte bancaire aux sociétés off-shore libanaises? Jacques A. Saadé, managing partner à Mazars Saadé, répond aux questions de Magazine.

Pourquoi les hésitations à ouvrir un compte bancaire aux sociétés off-shore de la part des banques?
Ces hésitations sont dues aux polémiques qui ont suivies la crise financière de 2008, liées à certains centres offshores tels que Panama, Jersey, British Virgin Islands (BVI) etc., ainsi qu’aux récents scandales d’évasions fiscales et de blanchiment d’argent révélées dans le cadre de Panama Papers et Paradise Papers. Ces polémiques ont amené les correspondants étrangers des banques locales à être réticents vis-à-vis des transferts destinés aux sociétés offshores libanaises, déclare Jacques Saadé. La société offshore libanaise est exemptée de l’impôt sur les sociétés et paie un impôt forfaitaire d’un million de livres libanaises, et ceci en raison de ses activités extra territoriales. Mais il faut rappeler que contrairement aux autres sociétés offshores situées dans des juridictions telles que Jersey, BVI, Panama, la compagnie offshore libanaise est constituée sous forme de société anonyme libanaise avec des organes de délibération et de gestion, à savoir les assemblées générales et le conseil d’administration, ainsi que des organes de contrôle représentés par le commissaire aux comptes. Les comptes des sociétés offshores libanaises sont audités et déposés annuellement au greffe du tribunal de commerce. La société est, en outre, tenue de présenter une déclaration fiscale annuelle au ministère des Finances, et elle est soumise aux mêmes règles fiscales et sociales pour ce qui est de ses employés résidant et travaillant au Liban.
La société offshore est transparente, et comme les sociétés anonymes elle est interdite d’émission d’actions au porteur. Elle peut jouer le rôle d’une holding pour les filiales étrangères des groupements de sociétés. Elle est soumise aux contrôles des autorités monétaires et fiscales libanaises. Les banques libanaises qui ont accès à toutes les informations de leur clientèle grâce aux dispositions liées à l’échange automatique d’informations financières, doivent pouvoir lever leurs réserves et celles de leurs correspondants, vis-à-vis des sociétés offshores libanaises, surtout que la place financière qu’est Beyrouth a été épargnée par les récents grands scandales financiers et fiscaux et a fait preuve de transparence avec les autorités monétaires et de régulations internationales.    

Est-il normal qu’une des grandes banques libanaises ait ouvert un compte pour une société offshore et l’ait refermé 48 heures plus tard?
C’est un cas très exceptionnel. Mais, si une banque ouvre un compte pour n’importe quelle personne physique ou morale, offshore ou locale, et le referme 48 heures plus tard, ceci pourrait être dû à des informations que la banque a obtenues sur le titulaire de ce compte ou sur les origines des fonds que ce dernier devrait recevoir. Ces informations, qui n’étaient pas disponibles lors de la due diligence qui doit être effectuée avant l’ouverture du compte, ont été reçues a posteriori. La banque a le droit de clôturer les comptes de ses clients à tout moment, pour des raisons de «compliance» règlementaire, sans être obligée de divulguer les motifs de la fermeture des comptes: ceci fait partie du secret bancaire toujours en vigueur au Liban.

 

Est-ce que les banques font des excès de «compliance» en refusant d’ouvrir des comptes aux sociétés offshore libanaises?
Chaque banque peut avoir ses propres standards pour ce qui est de la procédure d’acceptation de nouveaux clients. Par exemple, certaines banques opérant au Liban préfèrent se concentrer uniquement sur une clientèle internationale et corporate. Pour ce qui est du refus d’ouverture de comptes aux sociétés offshore libanaises, comme je l’ai déjà mentionné, la société offshore est totalement transparente.
A partir du moment où les sociétés offshores libanaises respectent totalement les règles en vigueur,  je ne vois pas de raison de ne pas accepter de leur ouvrir de compte bancaire, mis à part bien entendu le problème liés aux correspondants des banques libanaises que j’ai déjà mentionné.

Liliane Mokbel

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Deux priorités en 2018

L'heure n’est pas aux bilans mais aux perspectives d’avenir. 2018 est une année charnière pour la stabilité politique du Liban et le sauvetage de son économie. La réanimation des institutions, fin 2016, après deux ans et demi de coma, avec l’élection d’un président de la République, la désignation d’un Premier ministre et la formation d’un gouvernement, reste incomplète. Elle ne sera menée à terme qu’avec le renouvellement du Parlement, dont le mandat aurait dû s’achever en juin 2013, mais qui s’est maintenu en vie en auto-prorogeant sa législature à trois reprises. Les élections parlementaires de mai 2018 sont donc une étape cruciale dans le processus de normalisation de la vie politique nationale. Ces élections sont d’autant plus importantes que la prochaine Chambre promet d’être un brin plus représentative que les précédentes, grâce notamment au mode de scrutin proportionnel, appliqué au Liban pour la première fois. Certes, la classe politique a trouvé le moyen de transformer cette avancée de géant en modeste petit pas. Elle a, par exemple, introduit le concept du vote préférentiel restrictif – dans les grandes circonscriptions les électeurs sont ainsi contraints de «préférer» un candidat uniquement originaire de leur caza, ce qui limite leur choix. Malgré cela, la nouvelle loi électorale devrait permettre de briser, partiellement sans doute, les monopoles et autres exclusivités communautaires, exercées par les mêmes partis ou figures depuis des décennies. De gros investisseurs privés ou institutionnels attendent cette échéance capitale pour arrêter leurs plans et faire connaître leurs intentions à moyen et long termes.  Les investisseurs observent aussi avec un intérêt marqué l’avancement du processus d’exploitation, par le Liban, de ses ressources en hydrocarbures. Il s’agit, là, de la seconde priorité nationale en 2018, dont dépendra, peut-être, la stabilité de la livre libanaise, et, par conséquent, la préservation de l’ordre social. Avec une dette et un service de la dette qui atteindront des sommets inégalés cette année et un ratio dette/PIB qui va encore augmenter, l’Etat aura besoin soit de recettes supplémentaires soit d’un miracle. Certes, si les forages commencent en 2019, le Liban devra attendre cinq ans avant de toucher des dividendes. Mais le seul fait que le processus soit solidement mis sur les rails est susceptible de déclencher un cercle vertueux qui permettrait, par exemple, à l’Etat libanais d’emprunter sur les marchés financiers internationaux à des taux préférentiels. Le Liban doit relever ces deux défis dans un contexte régional pas très avantageux, il est vrai, mais moins dangereux que les années précédentes, surtout en Syrie, où la guerre semble toucher à sa fin. Quoi qu’il en soit, les Libanais peuvent capitaliser sur les réalisations accomplies l’année dernière. Car, quoi qu’en disent les plus sceptiques et les gens de mauvaise foi, 2017 a été plutôt positive: une stabilité politique qui s’est manifestée dans l’affaire Hariri, une stabilité sécuritaire qui s’est concrétisée dans la victoire contre les takfiristes, et une résilience économique qui a fait ses preuves également lors de la crise de la démission du Premier ministre.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

7,9 milliards $. Les besoins des finances en 2018
Le ministère des Finances aurait besoin de 7,9 milliards $ pour couvrir ses obligations venant à échéance en 2018 alors que la solvabilité de la Banque du Liban (BDL) contribue…

Santé

Podologie. Quand la santé des pieds affecte celle du corps
Pieds plats, déformations plantaires, tendinite achilléenne, … Tout dysfonctionnement au niveau du pied entraîne inéluctablement des douleurs au niveau du…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved