Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Logo

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

Bâtiments. Une sécurité aléatoire

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Bâtiments. Une sécurité aléatoire
    Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du Liban-Sud et 15% de ceux au Mont-Liban, ont été édifiés il y a plus de 50 ans. En outre, 52% des bâtiments se trouvant dans la capitale, 34% au Nord, 23% au Sud et 30% au Mont-Liban datent de 25 à 49 ans. 85 % des familles libanaises résident dans ces bâtisses souffrant de dommages structurels en raison de la guerre. Ces immeubles ne sont pas conformes aux normes minimales de sécurité publique des bâtiments et aux critères antisismiques.


Baisse des revenus de la MEA
La Middle East Airlines (MEA) aurait enregistré un recul de ses revenus de 70 millions de dollars en 2016, malgré une hausse de 10% du nombre de passagers sur l’année. «Cette régression est due au nombre décroissant de passagers en classe affaires par rapport à 2015», a souligné le Pdg du transporteur national, Mohammad el-Hout. Il a révélé que la MEA pourrait acquérir, avant la fin 2017,
un deuxième appareil de simulation de pilotage pour équiper son centre de formation.

1%
Selon Ernst & Young, le taux d’occupation des hôtels à Beyrouth a enregistré une progression de 6% en décembre 2016 par rapport au mois précédent, représentant 64% contre 58%. Cette amélioration est attribuée aux visiteurs et expatriés, venus pour passer les fêtes au Liban. Cette hausse a été dopée par l’élan de confiance consécutif à l’élection présidentielle et à la formation du gouvernement. Toutefois, le taux d’occupation sur un an n’a augmenté que marginalement, soit de 1%.     

Bicra Catégorie 9
Standard & Poor’s a classé le Liban dans la catégorie «9» ou B-/B dans son rapport intitulé L’évaluation des risque pays de l’industrie bancaire (BICRA). Le classement de l’agence en termes de BICRA a été adopté comme base de l’octroi d’une notation à l’émetteur de crédits. La notation de B+ a été décernée aux banques opérant seulement au Liban. La situation géopolitique régionale, le conflit syrien et les divisions politiques ont empêché le Liban de réaliser une croissance économique potentielle.

 

 

 



Cartes de paiement
2,76 millions d’unités

Le nombre des cartes de paiement toutes catégories (débit, crédit, prépayées et rechargeables) a augmenté de 0,12% au 1er semestre de 2016 à 2 758 069, en hausse d’une base de 2 754 657 cartes à fin 2016. Le nombre de cartes de crédit a progressé à 176 991 et celui des cartes rechargeables à 157 399 sur une base semi-semestrielle, pondérant ainsi la baisse du nombre des cartes de débit.

68 millions $
Dans le cadre du développement du port de Tripoli, l’administration s’emploie à obtenir un prêt de la Banque islamique d’un montant de 68 millions de dollars et à assurer le financement de la réhabilitation des voies de chemin de fer qui seraient éventuellement utilisées pour la reconstruction de la Syrie.

63000
Le nombre d’adhérents à l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth et de Tripoli aurait dépassé 63 000 et pourrait, à la fin de l’année en cours, atteindre 100 000. L’idée d’une subdivision de l’organisation sur la base des spécialités pratiquées par les ingénieurs serait à l’étude.   

Brèves

Ventes immobilières
Le volume des transactions immobilières a enregistré, sur un an, une progression de 1,36% s’élevant à 64 248 à fin décembre 2016.  

Valeur
La valeur réelle des opérations de vente immobilière a augmenté de 5,89% en rythme annuel, atteignant 8,48 milliards de dollars, contre 8,01 milliards de dollars, un an auparavant. Ainsi, la moyenne de la valeur par transaction s’est élevée à 132 016$.   

Permis de construire
Le nombre des permis de construction attribués a régressé de 3,55% sur un an, à fin décembre 2016, couvrant 9 929 031 m2 de surfaces bâties, alors que les surfaces construites ont représenté 10 294 346 m2 sur la même période en 2015. Le nombre de permis de construction donne une idée du volume du stock immobilier disponible dans le futur.

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des murs et des pas mûrs

Au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l’emploi aux Etats-Unis, le président Donald Trump veut construire un mur fait d’un mélange de ciment et de lois protectionnistes. A peine a-t-il signé les premiers décrets pour l’édification de ces clôtures, censées être érigées aux frontières, que des barrières ont surgi à l’intérieur du pays. Ces décisions choquantes, prises par un président controversé, constituent un cocktail malodorant, qui n’a pas tardé à exploser en manifestations de colère dans les aéroports et les rues des villes américaines. La période de grâce est un luxe auquel Donald Trump n’a pas goûté.D’aucuns jugeront déplacée la vague de condamnation soulevée dans le monde par les décisions du président américain. Il s’agit, somme toute, de mesures prises par un Etat souverain sur son territoire national. Cela aurait été vrai si les Etats-Unis avaient été un pays comme les autres. Or, ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. L’Amérique est une nation, dont le modèle a, de tout temps, inspiré les autres, dans le pire et le meilleur, dans le rêve et le cauchemar. Que d’autres dirigeants soient tentés de lui emboîter le pas est un danger réel, qui aboutira au cloisonnement du monde. A l’ère de l’Internet et de la mondialisation, celui-ci devrait plutôt se diriger vers davantage d’ouverture. Ce n’est pas de barrières dont le monde a besoin, mais de plus d’humanité dans les relations entre les Etats.Ici au Liban, l’application de la «méthode Trump» risque de provoquer des catastrophes en chaîne, surtout que la classe politique se contorsionne pour tenter d’imaginer une loi électorale acceptée de tous. Le critère de la représentation est, certes, essentiel pour apaiser la vie politique. Il n’est plus permis, en effet, que les lois électorales soient confectionnées sur mesure afin de sauvegarder les intérêts personnels de certains dirigeants, au détriment d’autres composantes de la société. Mais, dans le même temps, si la juste représentation aboutit à la construction de murs entre les communautés, le résultat sera pire. Il faut s’entendre sur une formule susceptible en même temps d’assurer une représentation authentique de tous et de réduire, à leur plus simple expression, les cloisons entre les communautés religieuses. La tâche est difficile mais pas impossible. De nombreuses propositions allant dans ce sens existent et ont été débattues. Il suffit de les remettre sur la table.Le seul inconvénient est que le temps manque. Non pas que les délais constitutionnels soient courts, car il y a toujours moyen de les rallonger. Le problème est que l’économie est plus que jamais tributaire de l’entente politique, sans laquelle les réformes urgentes et structurelles ne peuvent pas être lancées. Espérons que la classe politique ne ratera pas le coche une nouvelle fois, d’autant que les experts s’attendent à une relance de l’économie en 2017.    


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du…

Bannière

Combien ça coûte

Une journée au ski
Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved