Une journée au ski
Logo

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

Une journée au ski

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Une journée au ski
    Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban, auquel il faudra ajouter environ 180 $ pour une chambre double, si l’on souhaite dormir sur place, selon le site skileb.com.

Les Cèdres, depuis 1953. C’est la station historique du pays: les premiers skieurs y arpentaient les pistes dès les années 1920. Ici, l’ambiance est authentique et la nature sauvage offre une vue imprenable sur le plus haut sommet du Liban: Qornet el-Saouda, à 3000 m d’altitude. La station compte trois téléskis et trois télésièges, dont le plus haut emmène les skieurs à 2900 m d’altitude!
Pour une journée, il faut compter entre 5 et 12$ par personne pour la location de l’équipement, entre 30$ en semaine et 40$ en week-end par adulte, pour un forfait incluant les remontées mécaniques. Comptez donc environ 50$ pour skier une journée aux Cèdres. A cela, il faut ajouter entre 10 et 30$ pour déjeuner dans la station. Le budget moyen avoisine les 150$ pour une nuit en chambre double. Parmi les hôtels les plus connus: l’Auberge des Cèdres, L’Aiglon, La Cabane, le White Cedar…

 

Laqlouq, familial. Cette station, aussi fréquentée en été qu’en hiver, est située sur un plateau entre 1750 m et 2000 m d’altitude, ce qui «permet de bénéficier d’un très bon champ de vision, explique Nour Saab, la directrice du domaine. On peut apercevoir les autres pistes facilement, idéal pour surveiller les enfants.
La station compte 7 pistes, tous niveaux confondus. Tout est situé à proximité et accessible aux piétons, qu’il s’agisse de l’hôtel, du restaurant ou de la location du matériel.»
Pour les forfaits de ski, comptez 17$ en semaine et 23$ le weekend par adulte, entre 5 et 12$ pour la location de matériels. Il est donc possible de passer une journée de ski à Laqlouq pour une trentaine de dollars.
Pour déjeuner, il faudra ajouter de 15 à 35$. Le domaine compte deux hôtels, où le budget moyen s’élève à 180$ pour une chambre double en semaine, contre 245$ en week-end.

Mzaar, le plus grand. Le Mzaar Ski Resort de Kfardebian s’affiche comme la plus grande station du Moyen-Orient avec 19 remontées mécaniques et 100 km de pistes balisées.  La station est organisée autour de l’Intercontinental Mzaar. Les villages de Faraya et Mzaar comptent une quinzaine d’hôtels.
Pour les forfaits, comptez entre 26$ et 33$ la journée en semaine, par adulte, et entre 50 et 66$ en week-end. Pour la location du matériel, il faut prévoir entre 8 et 12$.
Une trentaine de restaurants proposent des spécialités variées (fondue, man’ouché, mezzés), à des tarifs allant de 5 à 100$ par personne ! Pour dormir, il faudra débourser environ 150$ la nuit en chambre double.

Zaarour. Incontournable, Zaarour Club est la station la plus proche de la capitale, à tout juste une heure de route. Outre le ski, on peut aussi profiter de plusieurs autres activités de sports d’hiver en plein air (balade avec des chiens de traîneau, randonnées pédestres...). Pour les forfaits, comptez 35 000 L.L. en semaine et 65 000 L.L.  le week-end par adulte. Vous trouverez sur place une dizaine de restaurants et trois hôtels où passer la nuit.

Soraya Hamdan

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des murs et des pas mûrs

Au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l’emploi aux Etats-Unis, le président Donald Trump veut construire un mur fait d’un mélange de ciment et de lois protectionnistes. A peine a-t-il signé les premiers décrets pour l’édification de ces clôtures, censées être érigées aux frontières, que des barrières ont surgi à l’intérieur du pays. Ces décisions choquantes, prises par un président controversé, constituent un cocktail malodorant, qui n’a pas tardé à exploser en manifestations de colère dans les aéroports et les rues des villes américaines. La période de grâce est un luxe auquel Donald Trump n’a pas goûté.D’aucuns jugeront déplacée la vague de condamnation soulevée dans le monde par les décisions du président américain. Il s’agit, somme toute, de mesures prises par un Etat souverain sur son territoire national. Cela aurait été vrai si les Etats-Unis avaient été un pays comme les autres. Or, ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. L’Amérique est une nation, dont le modèle a, de tout temps, inspiré les autres, dans le pire et le meilleur, dans le rêve et le cauchemar. Que d’autres dirigeants soient tentés de lui emboîter le pas est un danger réel, qui aboutira au cloisonnement du monde. A l’ère de l’Internet et de la mondialisation, celui-ci devrait plutôt se diriger vers davantage d’ouverture. Ce n’est pas de barrières dont le monde a besoin, mais de plus d’humanité dans les relations entre les Etats.Ici au Liban, l’application de la «méthode Trump» risque de provoquer des catastrophes en chaîne, surtout que la classe politique se contorsionne pour tenter d’imaginer une loi électorale acceptée de tous. Le critère de la représentation est, certes, essentiel pour apaiser la vie politique. Il n’est plus permis, en effet, que les lois électorales soient confectionnées sur mesure afin de sauvegarder les intérêts personnels de certains dirigeants, au détriment d’autres composantes de la société. Mais, dans le même temps, si la juste représentation aboutit à la construction de murs entre les communautés, le résultat sera pire. Il faut s’entendre sur une formule susceptible en même temps d’assurer une représentation authentique de tous et de réduire, à leur plus simple expression, les cloisons entre les communautés religieuses. La tâche est difficile mais pas impossible. De nombreuses propositions allant dans ce sens existent et ont été débattues. Il suffit de les remettre sur la table.Le seul inconvénient est que le temps manque. Non pas que les délais constitutionnels soient courts, car il y a toujours moyen de les rallonger. Le problème est que l’économie est plus que jamais tributaire de l’entente politique, sans laquelle les réformes urgentes et structurelles ne peuvent pas être lancées. Espérons que la classe politique ne ratera pas le coche une nouvelle fois, d’autant que les experts s’attendent à une relance de l’économie en 2017.    


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du…

Combien ça coûte

Une journée au ski
Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved