Service étudiant d’information et d’orientation. Les premiers pas vers l’université
paid
MAGAZINE
Sur Votre Mobile

Service étudiant d’information et d’orientation. Les premiers pas vers l’université

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Service étudiant d’information et d’orientation. Les premiers pas vers l’université
    De la plus simple information pratique à l’orientation professionnelle la plus élaborée, le service étudiant d’information et d’orientation (SIO) aide les étudiants à avoir une réflexion pertinente et à prendre...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

De la plus simple information pratique à l’orientation professionnelle la plus élaborée, le service étudiant d’information et d’orientation (SIO) aide les étudiants à avoir une réflexion pertinente et à prendre les bonnes décisions dans le choix d’études et de formation.

Guider les étudiants vers un choix d’études adéquat, les aider, les orienter et les réorienter vers des formations qui répondent à leurs capacités et aspirations, telle est la mission du service d’information et d’orientation offert par les universités du Liban. L’accueil des étudiants a lieu dans les locaux du service mais également dans les différentes foires et causeries qu’il organise à la demande des établissements scolaires. Selon Pierre Najm, directeur du SIO à l’Université Saint-Joseph, plus de 215 écoles et près de 15000 élèves sont concernés par l’activité de ce service chaque année. Les étudiants peuvent profiter d’abord des informations relatives à l’université: les filières disponibles, les masters correspondants, les nouvelles formations, leurs débouchés, les coûts des crédits ou les conditions d’admission.  Un service d’orientation est également à leur disposition lorsqu’ils remettent en question leur premier choix de formation. Il les aide dans leur cheminement scolaire et professionnel. «Des entretiens individuels sur rendez-vous et des conseils personnalisés sont donnés par des spécialistes d’orientation qui accompagnent l’étudiant dans sa réflexion sur un choix d’études éclairé», explique le directeur. L’objectif donc de ce service est d’aider l’étudiant à réfléchir, guider ses choix, lui donner la confiance en lui-même. Il assure l’épanouissement personnel de l’étudiant en tenant compte de ses intérêts et de ses aptitudes.
Pour les étudiants de l’Université libanaise internationale (LIU), l’orientation est un investissement de temps et d’énergie. Ils réfléchissent longuement, et en profondeur, à ce qui les intéresse réellement et planifient, en conséquence, leurs études. La LIU encourage les étudiants à poser toutes les questions relatives à l’université: modes de paiement et règlements de l’institution. Elle offre en outre les outils nécessaires pour aider l’étudiant à trouver la formation qui lui convient. Parmi les méthodes d’orientation, des conseils et des informations fournis par les responsables des services d’orientation professionnelle, un soutien à l’étudiant dans le choix de la formation adaptée à ce qui correspond le  mieux à ses goûts et capacités. Il est important que l’étudiant soit en possession de toutes les  informations relatives au secteur qu’il choisit. La LIU encourage ses étudiants à suivre un programme d’études ouvert qui leur fera profiter de cours communs à de nombreux programmes et transférer ainsi les crédits accumulés d’une formation à l’autre.
L’Université de La Sagesse organise, pour sa part, une journée Portes Ouvertes durant laquelle les étudiants interrogent et obtiennent les réponses à toutes leurs questions. De plus, elle met en place des méthodes verbales et visuelles dans l’orientation des étudiants qui bénéficient d’une présentation audiovisuelle. Elle assure une permanence quotidienne d’orientation pour informer et orienter les étudiants. Sans oublier la visite des écoles dans toutes les régions libanaises pour faire la promotion de l’université et distribuer les publications y relatives. «Nous donnons aux étudiants l’opportunité d’assister à des cours divers avant leur inscription, leur permettant de faire leur choix en pleine connaissance de la formation», notent par ailleurs les responsables. Pour aider l’étudiant dans ses études, le mieux est de lui expliquer clairement les débouchés que chaque domaine lui ouvre. Il faut également évaluer les capacités de chaque étudiant à poursuivre la formation choisie. Ainsi, par exemple, un étudiant faible en maths ne peut pas aller vers les  finances. Il est donc judicieux de se renseigner sur les aspirations personnelles et professionnelles de l’étudiant.
Accueil et soutien
A l’Usek, le Service d’orientation et d’information a pour mission d’accueillir les étudiants de l’Usek, ainsi que ceux d’autres établissements universitaires, les élèves des écoles secondaires, de même que leurs parents ou tuteurs, en vue d’informer et de guider les candidats, ou futurs étudiants, dans leurs choix de cursus universitaire, dans leurs éventuelles réorientations et dans leurs choix professionnels. Ce service d’information et de conseils est dirigé par une équipe de conseillers au sein même du bureau ainsi qu’à l’extérieur. En effet, le Bureau d’orientation organise dans les écoles secondaires du pays, à l’étranger, et dans les différents campus de l’Usek, des journées principalement destinées aux élèves des classes terminales. Dans ce même objectif, le bureau participe à divers forums et salons nationaux et internationaux consacrés à l’enseignement supérieur. La mise en place de cette politique d’orientation et d’information, initiée à partir de la classe de Seconde, permet aux élèves de trouver des réponses aux multiples questions qu’ils se posent concernant non le choix de la spécialisation mais aussi les débouchés et lieux de travail à la sortie de l’université. A cet effet, le bureau offre un service d’accompagnement personnalisé qui prend en charge chaque candidat en fonction de ses besoins et de ses aptitudes. L’objectif principal de cette intervention auprès des jeunes est de les aider à clarifier les ambiguïtés et les préjugés de leur milieu social, à faire la distinction entre les spécialisations, à palier au manque d’informations et à l’ignorance de l’existence d’une bonne partie de filières de formation, ainsi qu’à l’absence ou l’inefficacité des orientations scolaires etc. De plus, le candidat, s’il le désire, est appelé à passer le test d’orientation professionnelle qui lui permet de cerner davantage le choix de sa formation en cherchant la compatibilité entre son caractère et les différentes spécialisations. Arrivé à cette étape et dans le but de concrétiser ce cheminement, le candidat aura la possibilité, grâce au «Shadowing», activité conçue pour familiariser les élèves avec le monde universitaire, d’assister à des cours de son choix à l’instar de tout étudiant inscrit à l’Usek. L’orientation de l’étudiant, dans les deux dernières années du lycée, est une règle indispensable pour favoriser sa réussite dans la filière universitaire en fonction de sa capacité et de sa motivation. Elle l’amène à une prise de conscience de ses possibilités, de ses compétences et de ses intérêts; clarifie ses goûts, ses aspirations et lui permet de les réaliser. Le bureau met enfin, à la disposition des visiteurs, un espace de documentation où des brochures peuvent être consultées ou même retirées.
Pour l’Université Antonine, l’orientation de l’étudiant (e) dans les deux dernières années du lycée, est une règle indispensable pour favoriser sa réussite dans la filière universitaire.  Elle l’amène à prendre conscience de ses possibilités, de ses compétences et de ses intérêts. L’orientation personnelle constitue un élément essentiel de l’éducation et du perfectionnement professionnel. L’accueil, l’information et l’orientation sont au service des nouveaux étudiants pour faciliter leur intégration. L’information et l’orientation sont des processus d’une particulière complexité qui doivent mobiliser des acteurs qualifiés, à la fois multiples et coordonnés autour de l’étudiant, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’université, pour pouvoir construire et entretenir une image positive et cohérente de celle-ci. Pour faciliter cette orientation, il est évidemment nécessaire que les filières universitaires et leurs débouchés professionnels soient parfaitement clairs. Elle doit être menée dans la cohérence et la continuité avec la collaboration de tous: universités, écoles et spécialistes professionnels. Les élèves du niveau secondaire requièrent davantage de services d’orientation pour les motiver à compléter leurs études secondaires et à poursuivre des études supérieures. Ils sont aidés à se bâtir un avenir satisfaisant en les conseillant individuellement, en les écoutant attentivement afin d’établir un rapport de confiance et d’harmonie pour qu’ils puissent continuer d’avancer vers leurs objectifs et en explorant les choix qui correspondent le mieux à leurs intérêts et à leurs préférences. Ils leur proposent les différentes possibilités de carrière, selon Maya Nohra, directrice du SIO de l’Université Antonine. L’orientation à la LAU vise à faciliter la transition des étudiants de l’école à l’université. L’objectif est de fournir tous les éléments aux futurs étudiants pour faciliter leur formation, mais également sur les activités parascolaires dont ils peuvent profiter. Des conseillers pédagogiques offrent enfin aux étudiants l’aide et le soutien nécessaire à leur intégration ou à leur réorientation en cas d’échec.

 

La réorientation
Certains étudiants se recherchent après une première année et ne parviennent pas à réussir la formation qu’ils ont choisie. Le bureau d’orientation tente alors de les réorienter vers une discipline plus adaptée à leurs convictions ou les encourager à demander l’aide des professionnels pour définir leurs objectifs et leurs craintes. Pour la réorientation, après un an, deux questions fondamentales sont posées. Pourquoi ai-je choisi telle formation et pourquoi est-ce que je veux changer? «L’étudiant devra savoir qu’il est nécessaire d’aimer la formation choisie pour y exceller». On a toujours besoin de bons professionnels quelle que soit la formation choisie. A l’Université Antonine, la réorientation commence par l’accompagnement de l’étudiant pour l’aider à faire le point et éviter les causes de l’échec.
Les différentes réorientations qui s’offrent à l’étudiant: réorienter l’étudiant vers une autre licence, l’informer sur les formations disponibles ou lui recommander des professionnels susceptibles de l’aider à choisir une nouvelle voie.

 

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

 

Éditorial
Un seigneur en mal de vassaux

Comment imaginer cette représentation surréaliste d’une très large délégation libanaise accueillie par un «grand maître» donneur de leçons à des élèves buvant ses paroles. Une fois de plus, le chef de guerre syrien se pose en patron à travers une fraction de Libanais en mal de pouvoirs. Ironisant sur le sens de la politique libanaise de «distanciation», préconisée par le président de la République et le chef du gouvernement démissionnaire, Bachar el-Assad se dit ignorant du sens de ce mot, ignorance que ses visiteurs n’ont pas manqué de partager. De toute évidence, il n’y avait pas de linguistes parmi eux. Les victimes du Hezbollah tombées en Syrie ont, enfin, dévoilé officiellement l’implication du parti aux côtés des forces régulières syriennes. Le Hezbollah, comme l’explique un député du parti, n’a pour mission que de «protéger les lieux saints en Syrie et de mater les rebelles qui s’en prennent aux Libanais à travers la frontière syrienne». Faute d’avoir à résister aux troupes israéliennes, le Hezbollah se place en protecteur des Libanais «menacés» par l’Armée syrienne libre. Devant ce sombre tableau, cette déchéance de certains Libanais en mal de tutelle et les dangers d’une explosion sunnito-chiite au Liban, le silence du pouvoir libanais est fracassant. Il ne nous manquait plus que les certificats de bonne ou de mauvaise conduite généreusement distribués par le pouvoir syrien pour élargir la fracture interne. Nous nous serions bien passés des éloges qui n’ont même pas épargné le patriarche maronite, nous disons bien «épargné» car, sous les propos syriens lénifiants, il y avait bien une intention perverse d’approfondir un fossé entre les différents partenaires libanais. Ce qui reste inadmissible, pour le commun des mortels, ce ne sont pas uniquement les déclarations d’un ambassadeur de Syrie accrédité au Liban, ni celles d’un ministre des Affaires étrangères du gouvernement démissionnaire, longtemps porte-parole officiel de Damas, mais la quasi-absence de réaction libanaise face aux agressions syriennes avérées par l’Armée libanaise à l’intérieur du territoire libanais. Peut-on encore parler d’échange diplomatique entre deux pays voisins que tout, dorénavant, divise? La seule présence, dans un simulacre de chancellerie à Damas, d’un ambassadeur libanais, et à Beyrouth d’un diplomate syrien, suffit-elle à jeter de la poudre aux yeux et à laisser croire à des relations équilibrées entre deux pays qui avaient, pourtant, mis beaucoup de décennies avant de les admettre? Le minimum qu’on pouvait attendre du Liban, comme de la Syrie, c’est le retrait de leurs représentants respectifs. Mais, encore une fois, le sens politique échappe au lexique de la région. Entre-temps, le Liban n’est toujours pas sorti de l’auberge. Son dilemme demeure entier. Faut-il placer l’œuf avant la poule ou la poule avant l’œuf? Faut-il s’entendre sur une loi électorale acceptable de tous, avant de réussir à mettre, aussi miraculeusement, en place un gouvernement homogène capable de faire face aux défis? Pourra-t-on former une équipe ministérielle d’obédience totalement nationale? Des espoirs, à la fois grands et frileux, sont placés dans la personnalité du Premier ministre désigné dont le patriotisme et le courage ne sont pas en cause. Le président désigné n’est pas en quête d’un titre «prestigieux». Il sait qu’il ne sera pas toujours plébiscité comme l’a été sa désignation. Réussira-t-il à démêler l’écheveau, ce cadeau empoisonné, qui lui est offert? Le satisfecit syrien ne lui compliquera-t-il pas la tâche, déjà complexe?


 Mouna Béchara
   

Votez

Les appels au jihad pour soutenir «les sunnites de Syrie», lancés par les cheikhs Ahmad el-Assir et Salem Raféï, sont-ils justifiés?

Santé

La fibrillation auriculaire. Un lien avec l’accident vasculaire cérébral
La fibrillation auriculaire implique un rythme cardiaque irrégulier. L’une des principales complications reliées à cette maladie est qu’elle peut provoquer…

 
Bannière