Twittoscope
Logo

Nº 3014 du vendredi 14 août 2015

Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 310

Twittoscope

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Twittoscope
    Notre armée est nationale et non l’armée d’un régime. Attention de la mettre en confrontation avec nous Jean Kahwagi. Le général Michel Aoun, chef du Courant patriotique libre - @General_Aoun -...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Notre armée est nationale et non l’armée d’un régime. Attention de la mettre en confrontation avec nous Jean Kahwagi.
Le général Michel Aoun, chef du Courant patriotique libre - @General_Aoun - 32500 abonnés.

Attention de renoncer à tes rêves général Aoun. Des rêves qui résument tous ceux des personnes dignes dans ce pays. Vas-y et nous sommes à tes côtés. Nous ne te laisserons pas seul. Tu peux compter sur nous.
Hadi el-Amir, blogueur - @alamir_hadi - 615 abonnés.

Vous n’êtes pas si nombreux vous les aounistes, on vous enverra pour vous faire face une équipe des chevaliers de la Vierge (ferssan el-adra), c’est plus que suffisant.
Tony Abi Najem, journaliste - @tonyabinajem - 1600 abonnés.

Nettoyez ce pays de ce pouvoir corrompu.
Rania Jaber, blogueuse - @raniajbr - 2700 abonnés.



Cher Libanais, tu es la personne la plus importante au monde toujours en rébellion… sur Twitter.
Fatima, blogueuse - @Fatimafakihh - 504 abonnés.



Tu ne peux pas prétendre changer la société et être pire que la classe gouvernante. La société civile a besoin de beaucoup de choses pour prétendre arriver à l’expression civile.
Philippe Abou Zeid, journaliste - @philabouzeid - 20800 abonnés.

Si vous attendez la mort de toute la classe politique pour arriver au changement voulu, j’aimerais vous rappeler qu’il y a quelques politiciens qui sont encore dans la trentaine. Nous devons donc attendre 60 à 70 ans…
Serge Zarka, animateur de télévision - @SergeZarka - 18300 abonnés.

Si on cherche un avenir meilleur pour nos enfants, nous ne pouvons certainement pas le faire avec des hommes du passé…
Roy Badaro, activiste - @RoyBadaro - 361 abonnés.

La seule façon pour que le monde arabo-musulman s’en sorte est qu’il aille à contre-Couran.
Edmond Rabbath, activiste - @EdmondRabbath - 268 abonnés.

 



L’exécution rapide et efficace du canal de Suez montre que les Egyptiens sont capables de grandes réalisations quand ils appuient tous ensemble un projet d’une importance nationale.
Samir Geagea, chef des Forces libanaises - @DRSAMIRGEAGEA - 136100 abonnés.

Gardez à l’esprit qu’en Syrie, en Irak, en Lybie, en Egypte ou au Nigeria, le terrorisme prolifère d’abord sur la défaillance des Etats.
Nicolas Hénin, analyste - @nhenin75 - 6100 abonnés.

Twitter plus rapide que les médias traditionnels
Une revue américainevient de publier une étude consacrée aux «trending topics» (TT) de Twitter, ces sujets tendance qui, sous forme de mots, de hashtags ou de phrases, sont tweetés et retweetés dans le monde. En recourant à Google News comme base de travail, des chercheurs ont établi que la moitié des 300000 tweets analysés pouvaient être considérés comme des informations et non comme de simples phrases à succès. La diffusion des infos se révèle plus rapide sur Twitter que dans les médias classiques. Ainsi, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada, dans au moins 70% des cas, les TT concernent des infos qui apparaissent d’abord sur Twitter avant d’être reprises par les médias classiques. En Espagne, c’est le cas de 60% des infos tweetées.

 

Le tweet qui suscite la haine
Le célèbre présentateur égyptien de l’émission Al Barnamag, Bassem Youssef, a suscité l’indignation, voire la haine, des internautes en tweetant à l’occasion de l’ouverture du nouveau canal de Suez «T’es content?». Aussitôt ce tweet affiché, ses followers l’ont injurié considérant que l’animateur se moquait de cet énorme projet qui fait désormais leur fierté. Bassem Youssef s’est très vite défendu considérant que cette guerre menée à son encontre était déplacée puisque son tweet a été mal interprété.

Contre Walter Palmer
Un dentiste, originaire du Minnesota, a payé la somme de 55000 dollars afin de tuer au cours d’un safari un lion dans le parc national d’Hwange, au Zimbabwe. Pas de chance pour Walter J. Palmer: son acte barbare a été dévoilé au grand jour car l’animal, prénommé Cecil, est très célèbre dans le pays. Cette histoire a été relayée par le quotidien anglaisThe Telegraph, qui en a profité pour jeter en pâture l’identité du médecin. Ce dernier a tenu à justifier son geste en expliquant notamment qu’il pensait que cette chasse était «légale» et qu’il ne savait pas que le lion était une célébrité locale.

@DanieleGerges


Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Aoun: rassembleur ou dictateur

Vivre au milieu des déchets, qu’on déplace de quartier en quartier, sans espoir de solution. Souffrir des fréquentes coupures de courant sans explication valable sauf le laisser-aller, le chaos et la dilapidation des moyens, subir les hausses de prix des matières de première nécessité sans aucun contrôle. Il fut un temps où même s’il n’était pas très efficace, nous étions dotés d’un service de la protection du consommateur. Où est-il et que fait-il? Et nous en passons, la liste des problèmes de notre quotidien serait trop longue. Pour compléter le tableau, les menaces des terroristes et des preneurs d’otages dont les médias font la «Une» de leurs journaux, sans résultat, pendant que des dirigeants croient pouvoir mobiliser une population soumise pour, dit-on, lui faire prendre conscience de la dérive du pays. Comme si le peuple était aussi sourd et aveugle que ses dirigeants qui, en définitive, ont réussi à enlever au Liban sa qualité d’Etat pour en faire une jungle où les plus hauts en couleur, aux voix assourdissantes, tentent de convaincre leurs compatriotes qu’ils sont les plus forts. Si les jeunes d’aujourd’hui sont encore capables d’enthousiasme et oublient l’essentiel de leur avenir, comment un ancien commandant de l’armée ayant combattu pour la libération du pays de la tutelle syrienne, ancien Premier ministre, désigné lui-même pour éviter le vide après la fin du mandat du président Amine Gemayel, membre du Parlement, chef d’un courant politique important, peut-être le plus important aux dires de ses membres, sans omettre sa qualité de représentant de la communauté maronite, dont il se dit défenseur des droits, Michel Aoun oublierait-il ce parcours? Les analystes sont nombreux à vouloir expliquer la personnalité du général à la retraite. Certaines de ses prises de position lui portent préjudice et affaiblissent le crédit dont il dispose, et dont il disposerait encore, pour peu qu’il affronte de face les problèmes insolubles qu’il pose à ses partisans comme à ses alliés, autant qu’à ses rivaux. Rassembleur par définition, un chef d’Etat a pour une première et indispensable mission d’en assurer la stabilité si tant est que ses citoyens, chrétiens, sunnites et chiites veuillent vivre en paix sous un même chapeau tricorne réclamé à cor et à cri par le peuple. Hélas, ce message par lequel le pape Jean-Paul II avait défini le Liban s’est perdu dans les dédales des couloirs politiques.Interrogé sur les raisons de la colère affichée par le général et par les violentes menaces dont il abreuve le peuple, un de ses proches lieutenants, voulant se faire son avocat, explique que le ton, dont use et abuse le général, «pour se faire entendre du peuple et pour le mobiliser en vue d’une invasion de la rue, n’est pas celui, plus apaisant, qu’il adopte dans les réunions du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme. Ce double langage est peut-être rassurant, mais cela signifie que les Libanais, toutes catégories confondues, ont besoin d’être violentés pour être motivés. L’intelligence populaire mérite autant, sinon plus, de respect que celle des parlementaires. Le peuple, harangué pour être acquis à une cause, se sent de plus en plus humilié, du moins, nous l’espérons. Et, surtout, nous souhaitons que l’entourage de l’ancien général lui rappelle qu’il a quitté l’habit militaire pour prendre les commandes du bien-être du citoyen et de la paix du pays.Désespérés de trouver des solutions à leurs problèmes, les Libanais, et non seulement leurs dirigeants, se tournent vers l’étranger pour connaître leur sort et leur avenir. Ils regardent du bout de la lorgnette ce qui se dit dans les pays censés avoir de l’intérêt pour la région, et par ricochet pour le Liban, un pays du vivre-ensemble dans une région peu tolérante, où ils trouvent des vestiges historiques tant appréciés par les Occidentaux et les historiens et jouissent des fabuleux paysages, de la proximité de la mer et de la montagne… Tout cela existe encore et les plus grandes vedettes restent attirées par ce mélange historique et moderne. Mais jusqu’à quand? Nos propres compatriotes, partis vers des horizons plus cléments, sont rentrés, il est vrai, passer des vacances au pays, mais pour de courts séjours et la main sur le cœur, histoire de retrouver des membres de leurs familles qui y vivent encore.


 Mouna Béchara
   
Bannière

Santé

Journée mondiale contre l’hépatite. Prévenir et agir
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance un appel pour renforcer les mesures de prévention de l’hépatite virale et assurer…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved