Hicham Haddad. Un street boy aux multiples facettes
Logo

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

Hicham Haddad. Un street boy aux multiples facettes

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Hicham Haddad. Un street boy aux multiples facettes
    Animateur, humoriste et acteur, Hicham Haddad a plus d’une corde à son arc. Après ses débuts en 2009 sur la chaîne OTV, il anime depuis 2015 l’émission à succès Lahon...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Animateur, humoriste et acteur, Hicham Haddad a plus d’une corde à son arc. Après ses débuts en 2009 sur la chaîne OTV, il anime depuis 2015 l’émission à succès Lahon w bass sur la LBCI.

Il en a fait du chemin le petit garçon replet qui portait des lunettes et qui était maltraité par les élèves à l’école. «J’avais tout ce qu’il fallait pour qu’on se moque de moi. J’étais petit de taille, gros et je portais des lunettes», confie Hicham Haddad à Magazine. «Ma mère m’a élevé d’une manière qui a développé mon esprit». A 6 ans, il lisait déjà le journal et enseignait beaucoup de choses aux autres écoliers. «Mes amis se moquaient de moi. J’ai donc beaucoup travaillé sur moi-même et cela m'a aidé à acquérir une grande assurance. Je parle à voix haute et on dit souvent que mon attitude est agressive».
Originaire du Liban-Sud, Hicham Haddad a grandi à Mousseitbé et a fait ses études au Grand Lycée à Achrafié. «J’ai vécu dans des environnements très différents, c’est la raison pour laquelle je connais bien l’autre et sa façon de penser. Je peux m’adapter à toutes les situations». Il connaît les traditions et les usages de chaque communauté et de chaque milieu. «J’ai vécu dans une maison qui prône la tolérance, cela m’a beaucoup aidé dans mes relations avec les autres».  
Né dans une famille de scientifiques, d’un père bactériologue et d’une mère pharmacienne, Hicham Haddad a suivi des études de gestion et de marketing. Il est détenteur d’un D.E.S.S. en Distribution. Il a deux passions: le football et la politique. Après avoir intégré le Courant patriotique libre, il devient le responsable de la section des étudiants de l’Université Saint-Joseph, de 2000 à 2002.
Pendant onze ans, il travaille dans le domaine de la distribution. Il a 30 ans lorsqu’il rencontre le metteur en scène Chady Hanna et l’actrice Nathalie Naoum, qui l’encouragent à faire de la télévision. Le petit écran devient aussitôt une véritable addiction pour Hicham.

Radié du CPL. En 2009 il fait ses débuts sur OTV avec le programme LOL et Ovrira. «Pourtant, les émissions que je présente à la télé ne me ressemblent pas. J’aurais préféré un programme de culture générale, qui puisse dévoiler mes connaissances». Très cultivé, Hicham Haddad lit huit à neuf heures par jour. «Je suis passionné par l’histoire, la politique, les biographies d’hommes politiques». Responsable de la communication politique du CPL, il sera radié du parti à la suite de ses prises de position. «J’ai été radié à cause de mon opposition à l’héritage politique», dit-il.
Dans le programme Herta’je, qu’il anime sur OTV, on découvre un Hicham Haddad virulent qui n’épargne pas les invités. En revanche, il se montre plus conciliant dans Lahon w Bass car après la séquence du début qui est généralement caustique, il cherche à détendre le téléspectateur dans la partie réservée à l’interview de l’invité.

Des rôles au théâtre. Son émission Lahon w bass enregistre le plus haut taux d’audimat les mardis soirs. «Les téléspectateurs veulent voir des gens qui leur ressemblent, pas des donneurs de leçon qui les traitent de haut. Je vends ce que les gens aiment et ce qu’ils veulent regarder chez eux à la maison». Hicham Haddad cherche à mettre ses invités à l'aise. «Ils ne sont pas là pour être critiqués, éduqués ou attaqués. De plus, je n’aime pas trop m’introduire dans leur intimité».
Personne n’est à l’abri de ses critiques acerbes et de ses remarques sarcastiques. Samir Geagea, Elias Bou Saab, Gebran Bassil et bien d’autres. Il ne ménage personne. La seule opinion qui l’intéresse, c’est celle du téléspectateur. Le succès de son émission tient, selon lui, à plusieurs éléments, dont la troupe musicale, la préparation et le profil de l’invité.
Entre l’humour et la vulgarité, entre la diffamation et la critique, tout est relatif. «Tout revient à la personne que je reçois et cela dépend de ses goûts. Je n’aime pas généraliser. J’ai dénigré de nombreux hommes politiques. Certains se sont fâchés, d’autres pas. Les uns l’ont considéré comme une blague, d’autres l’ont pris comme une offense. Tout revient à la perception que chacun a des mots et des événements.  Entre la sympathie et la vulgarité, tout est relatif. Les gens me perçoivent comme ils veulent», estime Hicham Haddad. Et lui, comment se voit-il? «Multifacettes, je m’adapte à toute situation. Je peux parler de tout. Je suis une personne aux multiples visages. Ce qu’on appelle un street boy. J’aime les gens».
Hicham Haddad a joué quelques rôles au théâtre, dans des pièces de chansonniers ainsi que dans des films libanais. Mais sa priorité reste incontestablement la présentation de son émission.
Avec son épouse Nathalie Zarka, ils sont les parents d’un garçon de trois ans, prénommé Marc, et en attendent un second prochainement.
Des projets d’avenir, Hicham Haddad n’en a pas. Il croit à l’imprévu, au destin. «L’imprévu est plus fort que tout ce qui est planifié. Quand j’ai terminé mon MBA, j’ai été accepté dans les grandes écoles de France dont l’ESCP. Si j’avais décidé d’y aller, ma vie aurait suivi un autre cours et je n’aurais jamais fait de la télévision».


En chiffres

400
C'est le nombre d’émissions que Hicham Haddad a présentées jusqu'à ce jour.

6
Il a passé six années à l’OTV avant son départ en 2015 pour la LBCI.

30
Il a 30 ans lorsqu’il commence sa carrière de présentateur.

Joëlle Seif

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des murs et des pas mûrs

Au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l’emploi aux Etats-Unis, le président Donald Trump veut construire un mur fait d’un mélange de ciment et de lois protectionnistes. A peine a-t-il signé les premiers décrets pour l’édification de ces clôtures, censées être érigées aux frontières, que des barrières ont surgi à l’intérieur du pays. Ces décisions choquantes, prises par un président controversé, constituent un cocktail malodorant, qui n’a pas tardé à exploser en manifestations de colère dans les aéroports et les rues des villes américaines. La période de grâce est un luxe auquel Donald Trump n’a pas goûté.D’aucuns jugeront déplacée la vague de condamnation soulevée dans le monde par les décisions du président américain. Il s’agit, somme toute, de mesures prises par un Etat souverain sur son territoire national. Cela aurait été vrai si les Etats-Unis avaient été un pays comme les autres. Or, ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. L’Amérique est une nation, dont le modèle a, de tout temps, inspiré les autres, dans le pire et le meilleur, dans le rêve et le cauchemar. Que d’autres dirigeants soient tentés de lui emboîter le pas est un danger réel, qui aboutira au cloisonnement du monde. A l’ère de l’Internet et de la mondialisation, celui-ci devrait plutôt se diriger vers davantage d’ouverture. Ce n’est pas de barrières dont le monde a besoin, mais de plus d’humanité dans les relations entre les Etats.Ici au Liban, l’application de la «méthode Trump» risque de provoquer des catastrophes en chaîne, surtout que la classe politique se contorsionne pour tenter d’imaginer une loi électorale acceptée de tous. Le critère de la représentation est, certes, essentiel pour apaiser la vie politique. Il n’est plus permis, en effet, que les lois électorales soient confectionnées sur mesure afin de sauvegarder les intérêts personnels de certains dirigeants, au détriment d’autres composantes de la société. Mais, dans le même temps, si la juste représentation aboutit à la construction de murs entre les communautés, le résultat sera pire. Il faut s’entendre sur une formule susceptible en même temps d’assurer une représentation authentique de tous et de réduire, à leur plus simple expression, les cloisons entre les communautés religieuses. La tâche est difficile mais pas impossible. De nombreuses propositions allant dans ce sens existent et ont été débattues. Il suffit de les remettre sur la table.Le seul inconvénient est que le temps manque. Non pas que les délais constitutionnels soient courts, car il y a toujours moyen de les rallonger. Le problème est que l’économie est plus que jamais tributaire de l’entente politique, sans laquelle les réformes urgentes et structurelles ne peuvent pas être lancées. Espérons que la classe politique ne ratera pas le coche une nouvelle fois, d’autant que les experts s’attendent à une relance de l’économie en 2017.    


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du…

Bannière

Combien ça coûte

Une journée au ski
Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved