Marchés. Vive la magie de Noël
Logo

Nº 3084 du vendredi 1er décembre 2017

Marchés. Vive la magie de Noël

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Marchés. Vive la magie de Noël
    Malgré l’instabilité, la magie de Noël perdure. Sapins décorés, lumières scintillantes, biscuits à la cannelle et aux épices: tout est prêt. Cette période de fêtes s’avère riche en événements: expositions,...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Malgré l’instabilité, la magie de Noël perdure. Sapins décorés, lumières scintillantes, biscuits à la cannelle et aux épices: tout est prêt. Cette période de fêtes s’avère riche en événements: expositions, marchés de Noël, concerts, chants, contes et légendes sont au rendez- vous. En voici quelques-uns.
 

Solidaire
L’Institut Français du Liban organise du jeudi 7 au samedi 9 décembre, la sixième édition de son marché solidaire de Noël. cet événement permet aux ONG et aux artisans libanais de la région de présenter leurs produits sur le campus de l’Institut - rue de Damas (Arcades de l’espace des lettres et Galerie d’exposition). Ce marché à vocation solidaire a pour principal but de soutenir les associations qui œuvrent à préserver les métiers de l’artisanat traditionnel et viennent en aide aux familles les plus démunies. L’intégralité des recettes de ce marché est reversée aux associations présentes.

 

Bristol
La 2ème édition du Marché de Noël se déroule dans le cadre luxueux de l’hôtel  Bristol Verdun jusqu’au 4 décembre. Cette manifestation englobe le top des tendances du marché en présentant plus de 50 grandes entreprises, boutiques prestigieuses et designers distingués, tous triés sur le volet pour leur qualité, leur originalité et leur style. Par ailleurs, l’exposition propose une multitude d’attractions (défilés de mode, dégustations ...).

Christmas in action
Après le succès de l’année dernière, In Action Events annonce la 6ème édition de Christmas In Action 2017. L’événement aura lieu du 13 au 17 décembre  à la gare de Mar Mikhael. Un village commercial pour tous, un programme musical passionnant divertira la foule pendant des heures, tandis que les enfants pourront s’amuser avec des activités, des jeux gonflables et des sessions de musique, de l’art et de l’artisanat.

Saïfi Village
La deuxième édition du marché de Saïfi célèbre les arts et la culture. En effet, les designers, les artistes, les galeries et les «concept stores» de Saifi se rencontrent pour diffuser la créativité et l’art, le tout dans la bonne humeur. Musiciens, danseurs, peintres, artisans, stands de fleurs, de gourmandises et stations bio envahissent les trottoirs et les espaces publics du quartier. Les activités comprennent de la musique live, des spectacles de danse latine et brésilienne, des ateliers, des activités pour les enfants et de la cuisine en direct, entre autres.

 

L’Irap
L’Irap présente du 9 au 24 décembre à Accueil Irap (à côté de l’école Jesus and Mary) ses produits artisanaux, chocolats, arrangements et autres. L’IRAP a pour objectif de soutenir les enfants et jeunes malentendants et de les aider à améliorer leurs capacités communicationnelles dans les domaines de la voix, de la parole, du langage, de l’audition, et de leurs apprentissages scolaires et éducatifs.

Villa Linda Sursock
Noël à la Villa est de retour pour une 4ème édition du 8 au 10 décembre, de 11h à 21h. Quarante marques et designers mettront en valeur leurs créations de luxe en joaillerie, couture/prêt-à-porter, sacs à main et déco. L’événement accueillera aussi des cocktails de collecte de fonds quotidiens pour soutenir Autism Centre, la Lebanese Autism Society, le Children Freedom Project, la Joseph Skaff Foundation, Himaya, Chance et Tamana.

Christiane Tager Deslandes

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Le front le moins solide

Des trois fronts sur lesquels se battait le Liban pendant la crise liée à la démission surprise de Saad Hariri, l’économie était le moins visible mais le plus surveillé par les milieux locaux et internationaux.Sur le plan de la sécurité, la réaction rapide et ferme des autorités a permis d’étouffer dans l’œuf toute tentative de déstabilisation. A part le petit attroupement organisé à Sodeco par des partisans du Parti national libéral et d’Achraf Rifi, et l’incendie d’un portrait de MBS à Tripoli, suivi par la décision du ministre de l’Intérieur de retirer des rues tous les portraits du prince héritier saoudien, aucun incident notable n’a été enregistré. Dans le domaine politico-diplomatique, la gestion de la crise par le président Michel Aoun, avec le soutien de Nabih Berry et de la direction du Courant du Futur, a désamorcé une à une les mines dont l’explosion était susceptible de plonger le pays dans le chaos.C’est l’économie qui a le plus inquiété les dirigeants du pays et les milieux de la finance internationale. Certes, la panique des marchés a été contenue mais les signaux émis ont montré combien ce front restait fragile. Dans un article publié le 17 novembre, consacré aux pays à risque après le défaut de paiement de sa dette par le Venezuela, l’agence Bloomberg souligne que le ratio de la dette comparé au PIB au Liban pourrait atteindre, cette année, 152%.Comment ont réagi les marchés financiers à la crise politique déclenchée par la démission et le séjour ambigu de Saad Hariri en Arabie saoudite? Selon des sources économiques, la Banque du Liban (BDL) a dépensé entre le 6 et le 15 novembre près de 800 millions de dollars pour soutenir la livre libanaise. A l’heure d’aller sous presse, la BDL n’avait pas encore publié le bilan bimensuel sur l’état de ses réserves en devises étrangères. Mais le chiffre de 800 millions de dollars est probablement dépassé, bien que les pressions sur la livre libanaise aient baissé après la décision de Saad Hariri de temporiser concernant son éventuelle démission. Autre signal négatif, la sortie de capitaux. Près de 1,5 milliards de dollars auraient émigré du Liban vers des cieux moins encombrés. Certes, ce montant paraît insignifiant comparé aux 169 milliards de dollars de dépôts dans les banques libanaises. Mais il constitue quand même 20% des capitaux entrants au Liban en rythme annuel (estimé à 7,5 milliards de dollars), et qui servent à financer les besoins de l’Etat.     Enfin, la crise politique s’est traduite par des pressions sur les eurobonds libanais (les bons du trésor en devises) à cause de la vente par des détenteurs étrangers de leurs titres libanais, ce qui a provoqué une baisse de leur prix et, par conséquent, une hausse du taux de rendement. Toutes ces données montrent que l’économie reste le ventre mou du pays, le talon d’Achille, qui pourrait réduire à néant la résilience politique et sécuritaire.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Fonctionnaires Deux réajustements des salaires en 20 ans Beaucoup d’encre a coulé sur le réajustement des salaires du secteur public. Alors que de nombreux dirigeants et responsables ont exprimé leur…

Santé

Première transplantation de tête humaine. Quand la réalité dépasse la fiction
  Il se pourrait bien que décembre 2017 reste dans les annales de la médecine. 150 médecins se mobiliseront pour…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved