Béni par l’algorithme
Logo

Nº 3097 du vendredi 4 janvier 2019

Béni par l’algorithme

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Béni par l’algorithme
    En 2016, lorsque je parlais à un groupe de politiciens de l’utilisation de la psychométrie et de la sociométrie à travers les big data pour l’influence des masses, j’ai été...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

En 2016, lorsque je parlais à un groupe de politiciens de l’utilisation de la psychométrie et de la sociométrie à travers les big data pour l’influence des masses, j’ai été taxé d’auteur de science-fiction. Ce n’est que deux ans plus tard, avec le scandale de Cambridge Analytica, que ces personnes ont réalisé l’ampleur des dégâts qu’on pouvait occasionner à partir des données facebook.
La science des big data ne s’arrête pas là et, après avoir servi à dynamiser, émanciper, outiller et habiliter les citoyens (empowerment), notamment dans le cas du printemps arabe, elle est aujourd’hui, aussi, et même uniquement, un outil de propagande et de manipulation de ceux-ci. Même au Liban le scandale dudit Dark Caracal, en février 2018, n’aurait jamais dû passer sous (quasi-)silence. Le tweet du 8 décembre 2018, de M. Ziad Assouad, partisan du parti actuellement à la tête de l’Etat, «l’Etat français devrait s’inspirer de l’expérience libanaise pour démonter les manifestations […] Inspirez-vous de l’expérience des derniers jours du mouvement de la société civile qui ressemble à ce qui se passe aujourd’hui (avec les gilets jaunes) et puis mettez-les dehors (les suspects et les naturalisés)», est très significatif à ce propos.
La politique n’est qu’un des rares aspects touchés par l’invasion de l’intelligence artificielle (IA) dans nos vies. Nous savons (presque) tous qu’Apple, Google, Microsoft, Samsung, facebook et beaucoup d’autres, nous suivent à la trace, stockant tous nos déplacements, au mètre près, partout dans le globe, analysant chaque interaction même anodine pour nous pousser à devenir plus dépendants, plus consommateurs, créant même des fantômes digitaux (shadow profiles) pour ceux qui ont décidé de s’évader des réseaux sociaux en se basant sur les recherches, les messages et les carnets d’adresses de leurs amis.
Pourtant, lorsqu’on parle, même en milieu académique, de ces dangers et de leurs implications sur notre vie, les chercheurs prétendent que, pour le Liban, «ce n’est pas de sitôt». Pourtant, le nouvel iPhone est lancé en même temps à New-York et à New-Jdeidé. La nouvelle plateforme facebook aussi.
Il y a quelques jours, Łukasz KRÓL, un jeune chercheur polonais spécialisé dans le domaine de l’IA, me racontait l’histoire d’un conducteur Uber, heureux d’avoir été «béni par l’algorithme». En effet, «l’algorithme» a remplacé le hasard et décide si le conducteur Uber va avoir les bons clients et les bonnes courses ou s’il va être privé de bonnes affaires. Il décide si cette jeune fille va se faire conduire par un psychopathe ou par un gentil monsieur.
En tant qu’utilisateurs, nous devons savoir que «l’algorithme» décide des résultats de nos recherches sur Google et des amis qui verront ou pas nos statuts sur facebook. Ces algorithmes remplaceront progressivement les emplois des «sciences dures»: la gestion, l’ingénierie, la médecine… Un appel pour nous afin de repenser notre humanité qui, elle, sera la dernière à être remplacée par «la machine».

 

Nasri Messarra
Responsable du Master Infocom (MIC) à l’USJ. Consultant en marketing digital et en médias sociaux

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
En retard… comme toujours

Le retrait américain de Syrie et le début de la normalisation des relations avec un régime que la moitié de la planète voulait voir disparaitre marquent la naissance d’un nouveau Moyen-Orient, bien différent de celui qu’annonçait Condoleezza Rice en 2006. Au Levant, la Russie est une puissance de premier plan et l’Iran un acteur incontournable. Sans se soucier d’expliquer à leur opinion publique les raisons de leur brusque revirement, des Etats arabes qui ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour faire tomber le régime du président Bachar al-Assad se bousculent aux portes de Damas pour rouvrir leurs ambassades. Les Emirats arabes unis seront suivis, dans les semaines à venir, par d’autres pays arabes et européens. L’heure est au pragmatisme. Le retournement des pires ennemis de la Syrie s’explique par le souci de ne pas laisser le terrain libre à la Turquie et à l’Iran. Mais ce retour est celui des vaincus, même s’ils espèrent engranger quelques dividendes politiques en participant à la reconstruction du pays. Il est cependant peu probable qu’ils obtiennent en contrepartie des milliards qu’ils feront miroiter ce qu’ils n’ont pas réussi à arracher par la force des armes. Le retour des Arabes à Damas permettra tout au plus au régime syrien d’élargir ses marges de manœuvres vis-à-vis de ses alliés. Mais il ne les lâchera jamais, et ceux qui ne l’ont pas encore compris se fourvoient.Dans ces changements dramatiques qui s’accélèrent, le Liban est, une nouvelle fois, à la traîne. Pourtant, il est le mieux placé pour cueillir les fruits de l’après-guerre. Le consensus politique interne nécessaire pour entamer une normalisation avec Damas fait défaut et l’absence d’un tel accord freine toute initiative. Au lieu de miser sur sa position privilégiée, aussi bien sur les plans politique que géographique, pour jouer le rôle d’intermédiaire entre la Syrie et les pays arabes, il se mure dans un attentisme stérile. Beyrouth finira par normaliser ses relations avec Damas lorsque tous les Arabes l’auront fait. Il arrivera alors en retard et n’obtiendra que les miettes d’un immense marché estimé à des centaines de milliards de dollars.L’attitude d’une partie de la classe politique est incompréhensible. Au lieu de faire primer l’intérêt national, certains adoptent des postures idéologiques d’un autre âge, au risque de laisser échapper une occasion que le monde des affaires attend avec impatience. Les banques libanaises sont les seuls établissements bancaires étrangers présents en Syrie; le savoir-faire libanais est très apprécié et recherché au pays des Omeyyades; les relations des Libanais avec le monde entier sont demandées; les ports du Liban peuvent jouer le rôle de hub pour un marché syro-irakien de 60 millions de personnes, sans compter la Jordanie et les pays du Golfe. Sur un plan politique, le retour des réfugiés syriens sera plus facile et plus rapide s’il est organisé, sans complexes, avec les autorités syriennes.Il n’est pas nécessaire d’être un génie de la politique ou un grand stratège pour comprendre ces vérités de la Palice. Il faut juste être libre d’esprit et réellement indépendant.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Combien ça coûte: un enterrement chrétien ou musulman
La cherté de la vie. Un sujet qui est au centre de tous les débats ces dernières années. Or, aujourd’hui, ce qui vient prendre le dessus, c’est la cherté de…

Bannière

Santé

Infection à papillomavirus humain. Faut-il vacciner ou pas?
Depuis plusieurs années, le vaccin contre l’infection à papillomavirus humain (HPV) est conseillé aux jeunes filles comme aux jeunes garçons,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved