Joe Jbeily. Exceptionnelle symbiose de l’art et du business
Logo

Nº 3014 du vendredi 14 août 2015

Erreur
  • JUser::_load: Unable to load user with id: 310

Joe Jbeily. Exceptionnelle symbiose de l’art et du business

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Joe Jbeily. Exceptionnelle symbiose de l’art et du business
    Joe Jbeily double toutes les catégories. Homme d’affaires avéré et brillant artiste, il mène deux carrières étonnamment réussies, abouties, reconnues et respectées par ses pairs… Et si ce n’était que...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Joe Jbeily double toutes les catégories. Homme d’affaires avéré et brillant artiste, il mène deux carrières étonnamment réussies, abouties, reconnues et respectées par ses pairs… Et si ce n’était que ça.

Ici, on n’entend que le vent. Son chuintement entre les arbres touffus en cache un autre, celui des oiseaux de toutes sortes, des écureuils qui se faufilent, des caribous qui se cachent et, qui sait, peut-être un ou deux ours qui se terrent. Dans une clairière bien aménagée se dresse non loin d’un lac paisible, seule au monde, une maison de rêve, aux toits penchés, blottie dans les bois. C’est la cabane au Canada de Joe Jbeily. Silencieux, en symbiose avec cette nature qui lui rappelle celle de son enfance, son kaddoum, rapporté de son Liban natal, ciselé, donne vie à des morceaux de bois, quelquefois immenses. Perdu dans son monde et tout à son art, l’homme des bois est heureux.
Deux jours plus tard, nouveau décor: la bruyante et élégante rue Sherbrooke. Les hôtels se succèdent, les belles boutiques aussi, beaucoup de touristes. En plein centre de Montréal, se dresse une vieille demeure à plusieurs étages, celle qui fait retourner les têtes quand on la dépasse. Derrière la maison à caractère, c’est une ruche de professionnels qui dessinent, créent et réalisent des projets de design sophistiqués pour répondre à une clientèle exigeante et juteuse. Au premier étage, derrière l’une de ses œuvres typiques, Joe Jbeily dirige sa grande équipe avec toute l’acuité d’un P.D.G. réussi.
A l’entendre parler, à constater ses réalisations, on a presque envie de croire qu’il a un clone de lui qui travaille pour son compte ailleurs. Car difficile à imaginer que ce Libano-Canadien puisse avoir autant développé, à la fois, les deux hémisphères droit et gauche de son cerveau.
Etonnant, au vrai sens du terme, c’est-à-dire débrouillard, adroit, courageux, inventif, persévérant, audacieux, gagnant, il a fait carrière dans un domaine qui, à la base, lui était tout à fait étranger. Envoyé pour un an, par le gouvernement libanais, à titre de chef de délégation dans le cadre d’un échange culturel entre le Québec et le Liban, la guerre, déclenchée en 1975, l’empêche d’y retourner. Il bricole pour survivre et, comme par hasard, travaille dans une imprimerie. Il apprend tout de suite les règles du métier, pour s’associer avec son propriétaire, avant d’acquérir la boîte. Moins de dix ans plus tard, il fonde sa propre entreprise de design graphique et de publicité. C’est aussitôt l’ascension dans un milieu excessivement compétitif et les chiffres d’affaires que bien de concurrents lui envient. Il a le flair, le savoir-faire et la bosse du parfait homme d’affaires accompli. Compétences administratives, relationnelles, professionnelles. Son succès et sa place sur le marché canadien auraient pu le satisfaire. Rendu là, le P.D.G. de TM design aurait pu jouir de sa notoriété et s’adonner à ses loisirs. Mais…

 

La sculpture dans les gènes
Retour à la case départ. Joe Jbeily est cet enfant du Akkar qui a suivi l’école primaire quasiment sous le chêne, dans son village natal, dépourvu d’eau et d’électricité. Issu d’une famille pauvre d’artisans, il a depuis son jeune âge manié l’herminette, el-kaddoum, (héritée depuis six générations), pour ciseler le bois: réparer un moulin de pierre, fabriquer une chaise ou sculpter la crosse d’un fusil sont quelques-uns des petits miracles qui ont éveillé l’adresse du sculpteur reconnu d’aujourd’hui. La sculpture l’habitait et l’a toujours accompagné: en ville pour ses classes secondaires, à l’Ecole normale où l’élève brillant a été admis, puis à l’université où il poursuit des études à la faculté des beaux-arts… Et, bien sûr, dans sa nouvelle vie à Montréal. Mais c’est à l’âge de la maturité que sa fougue créatrice prend son envol. Il vit sa passion dans une maison qu’il a construite dans la forêt, dans la région des Laurentides, sur un terrain immense au bord d’un lac. De quoi s’inspirer de l’esprit des lieux et utiliser tous les matériaux que la nature lui offre (Il a une technique, par exemple, qui fait appel aux vertus de l’eau. Le bois sculpté est replongé dans le lac où il vieillit). Ses œuvres, dont certaines monumentales, vont se succéder, alors ses commandes se multiplier et son travail reconnu internationalement. Certaines de ses créations ont été sélectionnées pour être exposées au Carrousel du Louvre en 2011, des bronzes estampés par la Société nationale des beaux-arts.
Ayant satisfait les deux facettes de sa personnalité, on aurait pu imaginer que ce sexagénaire, père de deux enfants à qui il fabriquait leurs jouets, cet homme accompli s’arrêterait là. Mais c’est ne pas connaître le graphologue, l’hypnotiseur, l’écrivain, le poète qui bouillonnent en lui. Ses tirades de zajal sont épiques et cet homme, demeuré simple malgré sa tonne de talents, avoue être très fier du calibre de son art à déclamer des vers … A se demander si ses deux carrières éclatantes ne lui en donnaient pas assez!
Mais il faut que l’entrevue se termine. J’ose une ultime question: «Et maintenant, y a-t-il un nouveau projet en vue, une nouvelle dimension à exploiter?». Il sourit,  amusé. «Oui, un projet immobilier de grande envergure».
Décidément, quand les deux hémisphères se font la guerre pour savoir qui va l’emporter, le cerveau est garanti de ne jamais chômer.

Gisèle Kayata Eid, Montréal

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Aoun: rassembleur ou dictateur

Vivre au milieu des déchets, qu’on déplace de quartier en quartier, sans espoir de solution. Souffrir des fréquentes coupures de courant sans explication valable sauf le laisser-aller, le chaos et la dilapidation des moyens, subir les hausses de prix des matières de première nécessité sans aucun contrôle. Il fut un temps où même s’il n’était pas très efficace, nous étions dotés d’un service de la protection du consommateur. Où est-il et que fait-il? Et nous en passons, la liste des problèmes de notre quotidien serait trop longue. Pour compléter le tableau, les menaces des terroristes et des preneurs d’otages dont les médias font la «Une» de leurs journaux, sans résultat, pendant que des dirigeants croient pouvoir mobiliser une population soumise pour, dit-on, lui faire prendre conscience de la dérive du pays. Comme si le peuple était aussi sourd et aveugle que ses dirigeants qui, en définitive, ont réussi à enlever au Liban sa qualité d’Etat pour en faire une jungle où les plus hauts en couleur, aux voix assourdissantes, tentent de convaincre leurs compatriotes qu’ils sont les plus forts. Si les jeunes d’aujourd’hui sont encore capables d’enthousiasme et oublient l’essentiel de leur avenir, comment un ancien commandant de l’armée ayant combattu pour la libération du pays de la tutelle syrienne, ancien Premier ministre, désigné lui-même pour éviter le vide après la fin du mandat du président Amine Gemayel, membre du Parlement, chef d’un courant politique important, peut-être le plus important aux dires de ses membres, sans omettre sa qualité de représentant de la communauté maronite, dont il se dit défenseur des droits, Michel Aoun oublierait-il ce parcours? Les analystes sont nombreux à vouloir expliquer la personnalité du général à la retraite. Certaines de ses prises de position lui portent préjudice et affaiblissent le crédit dont il dispose, et dont il disposerait encore, pour peu qu’il affronte de face les problèmes insolubles qu’il pose à ses partisans comme à ses alliés, autant qu’à ses rivaux. Rassembleur par définition, un chef d’Etat a pour une première et indispensable mission d’en assurer la stabilité si tant est que ses citoyens, chrétiens, sunnites et chiites veuillent vivre en paix sous un même chapeau tricorne réclamé à cor et à cri par le peuple. Hélas, ce message par lequel le pape Jean-Paul II avait défini le Liban s’est perdu dans les dédales des couloirs politiques.Interrogé sur les raisons de la colère affichée par le général et par les violentes menaces dont il abreuve le peuple, un de ses proches lieutenants, voulant se faire son avocat, explique que le ton, dont use et abuse le général, «pour se faire entendre du peuple et pour le mobiliser en vue d’une invasion de la rue, n’est pas celui, plus apaisant, qu’il adopte dans les réunions du bloc parlementaire du Changement et de la Réforme. Ce double langage est peut-être rassurant, mais cela signifie que les Libanais, toutes catégories confondues, ont besoin d’être violentés pour être motivés. L’intelligence populaire mérite autant, sinon plus, de respect que celle des parlementaires. Le peuple, harangué pour être acquis à une cause, se sent de plus en plus humilié, du moins, nous l’espérons. Et, surtout, nous souhaitons que l’entourage de l’ancien général lui rappelle qu’il a quitté l’habit militaire pour prendre les commandes du bien-être du citoyen et de la paix du pays.Désespérés de trouver des solutions à leurs problèmes, les Libanais, et non seulement leurs dirigeants, se tournent vers l’étranger pour connaître leur sort et leur avenir. Ils regardent du bout de la lorgnette ce qui se dit dans les pays censés avoir de l’intérêt pour la région, et par ricochet pour le Liban, un pays du vivre-ensemble dans une région peu tolérante, où ils trouvent des vestiges historiques tant appréciés par les Occidentaux et les historiens et jouissent des fabuleux paysages, de la proximité de la mer et de la montagne… Tout cela existe encore et les plus grandes vedettes restent attirées par ce mélange historique et moderne. Mais jusqu’à quand? Nos propres compatriotes, partis vers des horizons plus cléments, sont rentrés, il est vrai, passer des vacances au pays, mais pour de courts séjours et la main sur le cœur, histoire de retrouver des membres de leurs familles qui y vivent encore.


 Mouna Béchara
   

Santé

Journée mondiale contre l’hépatite. Prévenir et agir
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) lance un appel pour renforcer les mesures de prévention de l’hépatite virale et assurer…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved