News commerce & industrie
Logo

Nº 3093 du vendredi 7 septembre 2018

News commerce & industrie

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    News commerce & industrie
    Global Snacks Construction d’une usine de céréales à Forzol La compagnie Global Snacks SAL, dirigée par Abdallah Daher, a bénéficié du panier d’incitations fiscales accordé par Idal aux grands projets d’investissement conformes...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Global Snacks Construction
d’une usine de céréales à Forzol

La compagnie Global Snacks SAL, dirigée par Abdallah Daher, a bénéficié du panier d’incitations fiscales accordé par Idal aux grands projets d’investissement conformes à des critères déterminés. La compagnie opère dans l’industrie de l’agroalimentaire et planifie la création d’une usine pour la fabrication de tous les types de céréales, maïs, flocons de maïs, de riz et de farine d’avoine combinés avec des fruits et du chocolat, à Forzol. Le coût du projet est de 10 millions $ et permettra la création de 92 emplois. Le président d’Idal, Nabil Itani, a considéré que les opportunités d’investissement ne manquent pas dans le secteur de l’agroalimentaire à cause de ses avantages compétitifs au niveau de la qualité supérieure des produits alimentaires «fabriqués au Liban».

Subvention des prêts aux industriels  
Grâce aux amendements apportés à la circulaire de la Banque du Liban (BDL) No 84, la subvention des taux d’intérêts des prêts bancaires au secteur industriel est désormais destinées non seulement au financement des actifs, comme par le passé, mais aussi à celui des fonds opérationnels. Seules les unités industrielles qui exportent 25% de leur production peuvent bénéficier du soutien. L’industriel éligible profitera d’un prêt subventionné égal à 60% des revenus de ses exportations avec un plafond de 3 millions $ sur an. Il doit rembourser l’avance consentie à la fin de la même année. L’industriel peut renouveler sa demande d’un tel prêt trois fois. Le coût de l’avance pour celui-ci est de 4,9% alors que le pourcentage de subvention des taux d’intérêt créditeur bancaire par la BDL est de 2,6%. Le coût global de l’opération est de 7,5%.

Franchise
Les enseignes libanaises émigrent

Le concept de la franchise, introduit il y a un peu plus de dix ans, connaît des moments critiques alors qu’il avait réussi à créer environ 100 000 emplois. Plusieurs enseignes libanaises de franchise ont fermé leurs portes pour s’expatrier, faisant référence à l’enseigne de restauration Semsom, qui a fermé et s’est tournée vers les marchés étrangers, investissant surtout aux Etats-Unis, où les enseignes Shawarmanji et Just Falafel font un tabac. Des études menées par l’Association des franchises au Liban avaient répertorié 1 200 franchises dont 450 franchises libanaises et 750 étrangères.

 

 



Agroalimentaire
Pas de laboratoire pour l’examen des normes de qualité

Dix-huit ans se sont écoulés depuis la signature du partenariat économique Liban-UE et le pays du cèdre n’a toujours pas réussi à exporter ses produits agroalimentaires vers l’Union européenne, un marché  de plus de 550 millions de consommateurs. Un pionnier de l’industrie s’est exprimé fermement à ce sujet lors d’une rencontre-débat, affirmant qu’il n’y a toujours pas, à ce jour, un laboratoire central pour l’examen des standards européens de qualité des produits alimentaires fabriqués localement. De plus, la BDL n’a pas accordé des prêts subventionnés pour que chaque industriel puisse se doter de son propre laboratoire, a-t-il déploré.

 


Services pétroliers
DEEPS s’installe à Beyrouth

DEEPS a installé ses locaux au Beirut Symposium. Elle représente un fonds d’investissement visant à servir les entreprises internationales qui opéreront au large des côtes libanaises à travers un ensemble intégré des services de l’industrie pétrolière. L’entreprise a été fondée par un groupe d’investisseurs notamment MM. Salah Hafez et Hesham Ismaïl. Géophysicien égyptien, M. Hafez a contribué à l’introduction de la clause du gaz dans les APP (Accords de Partage de Production) égyptiens. M. Ismaïl, qui était le vice-président d’Halliburton en Afrique du Nord, apporte un savoir-faire dans l’exploration et l’investissement des champs pétroliers. M. Georges Najm, président et directeur général de DEEPS, dirigera les activités de conseil et de service de l’entreprise.

Liliane Mokbel

Plus dans cette rubrique:

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Diplomatie à la hussarde

Gebran Bassil a parfaitement raison de mettre en garde dans les termes les plus directs des dangers qui se cachent derrière l’«accord du siècle» proposé par Donald Trump pour en finir une fois pour toute avec le conflit israélo-arabe. Proposer n’est d’ailleurs pas le verbe adéquat. Le président américain veut imposer sa vision aux Palestiniens en usant de pressions, d’intimidations, de sanctions économiques et autres mesures coercitives, avec l’accord ou le silence complice de pays arabes.La décision de Washington de ne plus participer au financement de l’UNRWA est un nouveau jalon posé sur la voie de ce plan. Le transfert, en mai dernier, de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem en était un autre. Ces mesures viennent compléter la loi sur l’Etat-Nation juif, votée par la Knesset le 19 juillet, qui enlève la dernière feuille de vigne de la «seule démocratie du Proche-Orient», où les Arabes, chrétiens et musulmans, ne pourront plus prétendre aux mêmes droits que les juifs.Pour faire avaler ce cocktail nauséabond aux Palestiniens, Trump use d’une diplomatie à la hussarde. Il a déjà suspendu une grande partie de l’aide financière octroyée à l’Autorité palestinienne. La fin du financement de l’UNRWA était prévisible, car le plan américain enterre le droit au retour des 5 millions de réfugiés palestiniens des territoires de 1948 et de leur descendance, installés au Liban, en Jordanie, en Syrie, en Cisjordanie et à Gaza.Le ministre des Affaires étrangères s’interroge, dans un tweet émis dimanche 2 septembre, sur «ce que cache l’accord du siècle». «Transfert (de population), exode, implantation etc…?». Ses craintes sont confirmées par le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, qui a révélé, le jour même, que le plan américain consistait en une Confédération jordano-palestinienne. Cette nouvelle entité serait donc appelée à accueillir les Arabes toujours installés en Israël, afin que le caractère juif de l’Etat puisse être consacré.L’énormité de ce que propose Donald Trump n’a d’équivalent que le silence complice des dirigeants arabes. Le plan américain est purement et simplement un remodelage géographique et démographique du Proche-Orient, avec ce que cela implique comme nouvelles complications.Le Liban ne saurait être à l’abri de ce séisme annoncé. Et une fois de plus, une partie de la classe politique montre qu’elle n’est pas à la hauteur des défis qui se profilent à l’horizon. Sinon, comment expliquer l’absence de réaction face à ce qui est en train de se mettre en place? Au lieu de décréter l’état d’urgence politique pour examiner les moyens de mettre le pays à l’abri de ce qui se prépare, ils traînent les pieds dans l’affaire du retour des déplacés syriens, un autre dossier encore plus dangereux que celui des réfugiés palestiniens. En prenant leur temps dans la formation du gouvernement, ils rendent le Liban encore plus vulnérable.Face à ces comportements douteux, nous sommes en droit de nous demander si une partie de la classe politique ne voit pas dans le plan de Trump et ses implications l’occasion rêvée de modifier les rapports de force internes.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Les employées de maison
Se décharger des tâches ménagères et familiales pour mener une vie «active» sur le plan professionnel est devenu, depuis la fin de la guerre, un phénomène très fréquent. Or, un…

Santé

Quels remèdes pour les verrues?
Excroissances cutanées touchant une personne sur 4 (les enfants et les patients immunodéprimés surtout), les verrues sont inoffensives, mais inesthétiques…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved