Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
Logo

Nº 3080 du vendredi 4 août 2017

Déchets. Un incinérateur dans la capitale?

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
    La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée...
  •  
Notez cet article
(1 Vote)
A- A+

La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée sont coûteuses mais efficaces. En réponse à une question, John Clos, un expert onusien, a donné à Magazine l’exemple de l’incinérateur de Spittelan, à Vienne (Autriche), dont la façade a été conçue par l’un des artistes autrichiens contemporains Friedensreich Hundertwasses, ainsi que l’incinérateur mis en service à Barcelone.

Corruption
1,9 milliard $ de manque à gagner aux douanes

Selon le député Serge Torsarkissian, la corruption au sein de la direction des douanes atteindrait 1,9 milliard de dollars, un montant représentant la valeur des marchandises non déclarées.
Quant aux pots-de-vin versés aux fonctionnaires afin de faciliter les procédures, ils seraient de l’ordre de 150 millions $, a-t-il avancé.

Commerce
Fausses facturations

Entre 2005 et 2014, le pourcentage des fausses facturations commerciales liées à une sortie d’argent ont oscillé entre 1% et 2%. Pour celles liées à une rentrée d’argent, il a varié
entre 1% et 3%.

Capitaux
Deux sources

Les pourcentages des flux de capitaux illicites sont extrapolés de deux sources: les comptes de la balance des paiements et de la balance commerciale.

Sorties et rentrées
Zéro pour cent

Entre 2005 et 2017, les sorties de capitaux liées à la balance des capitaux ont représenté 8% et les rentrées 5%, enregistrant toutefois 0% en 2014.

4,9%
L’indicateur synthétique de la BDL a accusé une hausse de 6,6% en avril 2017 par rapport au même mois un an auparavant, enregistrant ainsi la meilleure performance depuis le début de l’année. Sa moyenne sur les 4 premiers mois de 2017 a représenté 4,9% de croissance sur un an. Les 4 premiers mois des trois dernières années ont enregistré une moyenne de croissance de 2,7%, démontrant une amélioration du rythme de l’activité économique en 2017.  



Fiscalité internationale  
Le Liban signe la convention multilatérale  

Le Liban a signé, au siège de l’OCDE, à Paris, la Convention multilatérale d’assistance administrative mutuelle en matière fiscale, ce qui porte à 111 le nombre de pays signataires.
Cette convention définit quelles sont les autorités responsables du traitement des informations. Au final, cela signifie l’échange automatique d’informations.

1,2 milliards $
Les résultats des ingénieries financières menées par la BDL se sont estompés. La balance des paiements a repris sa tendance déficitaire depuis avril. Le surplus avait enregistré fin 2016 plus de 1,2 milliards $.

 

De l’eau à l’exportation
L’eau, une ressource naturelle intarissable contrairement au pétrole, constitue l’un des atouts du Liban. Depuis 1993, le Liban dispose d’une étude sur la préservation de la pureté de ses ressources hydrauliques et des moyens d’en profiter grâce à la construction de barrages. Ce qui permettrait de satisfaire les besoins locaux et d’exporter près d’un milliard de m3/an. Des études plus récentes ont montré que 80% de l’eau provenant des pluies est polluée, portant atteinte à la santé publique et ne convenant plus à l’irrigation.


56 millions $
La valeur des investissements dans les start-up digitales a augmenté de huit fois entre 2013 et 2016, passant de 7 millions à 56 millions de dollars.

Liliane Mokbel

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Grille des salaires: deux lectures

Le vote par le Parlement de la grille des salaires de la fonction publique clôt un feuilleton de cinq ans, ponctué de polémiques, de tiraillements et de coups bas entre les forces politiques. En dépit des protestations de certaines catégories, qui s’estiment lésées, notamment les fonctionnaires et les militaires à la retraite, cet ajustement des salaires est, globalement, considéré comme un «exploit», car il permet de renforcer le pouvoir d’achat de 270000 familles. Cependant, des milieux économiques et financiers ne cachent pas leurs craintes des retombés négatives que pourrait avoir cette loi, qui prévoit une batterie d’impôts et de taxes. Parmi les plus mécontents figurent les banques. Celles-ci sont appelées, en effet, à supporter une partie significative du financement de cette grille, dont le coût est de 1700 milliards de livres (1200 milliards pour les fonctionnaires en service et 500 milliards pour les retraités). Les banques débourseront quelque 300 millions de dollars sur un montant total de 1,15 milliard de dollars. Ce financement proviendra d’une augmentation de 5% à 7% de la taxe sur les intérêts (supportée par les déposants), une taxation des profits des banques sur les bons du Trésor et une taxation des transactions des banques cotées en bourse, en plus d’une série d’autres mesures. Le secteur bancaire, qui déclare des profits de 2 milliards de dollars par an, se voit ainsi amputé de 300 millions de dollars, soit 15% de ses bénéfices. Toutefois, des sources économiques affirment que les profits réels des banques sont bien plus importants que ceux qui sont officiellement déclarés.Pour le secteur bancaire, ces nouvelles taxes et impôts auront un impact négatif sur les investissements et sur le coût du capital, ce qui va ralentir la croissance et, par conséquent, la création de nouveaux emplois.Un autre avis estime, toutefois, que le renforcement du pouvoir d’achat de centaines de milliers de Libanais va insuffler une bouffée d’oxygène dans l’économie, en boostant la consommation, ce qui aura pour effet de réunir les conditions nécessaires pour enclencher un cercle vertueux, qui profitera à tous les secteurs et les pans de l’économie. «Pour que ce cercle vertueux puisse voir le jour, il faut que tous les acteurs économiques jouent le jeu», prévient une source économique.Certes, le financement de la grille exigera des banques de réduire leur marge de profit et de procéder à des économies internes. Cependant, la source économique affirme que le secteur bancaire est, malgré tout, satisfait du fait que cette hausse des salaires du secteur public ne s’est pas soldée par un creusement du déficit des finances publiques. Cette source indique que les mesures, les taxes et les impôts prévus par la loi génèreront 1765 milliards de livres, soit un montant légèrement supérieur à la somme nécessaire pour financer l’ajustement des salaires.Encore faut-il que l’Etat se donne les moyens de collecter les impôts et de combattre l’évasion fiscale.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Déchets. Un incinérateur dans la capitale?
La construction d’un incinérateur dans une capitale est susceptible d’être intégré au paysage urbain sans problème écologique, à condition d’y mettre les moyens. Les installations techniques de traitement de fumée…

Combien ça coûte

Les panneaux photovoltaïques
Economiser une partie des frais d’un ménage en veillant à la protection de l’environnement, tel est l’aboutissement de l’installation des panneaux solaires photovoltaïques. Le Liban produit, à ce stade, 40…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved