News restauration
Logo

Nº 3074 du vendredi 3 février 2017

News restauration

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    News restauration
    Paper Moon, une franchise italienne   Paper Moon est une franchise italienne, qui a ouvert ses portes à la rue Trabaud au 1er étage de l’immeuble faisant face à l’ancien restaurant...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Paper Moon, une franchise italienne  
Paper Moon est une franchise italienne, qui a ouvert ses portes à la rue Trabaud au 1er étage de l’immeuble faisant face à l’ancien restaurant Le Siciliano. L’un des copropriétaires est Charles Arbid, un industriel connu dans le monde de la mode masculine. Arbid est aussi président de l’Association libanaise des franchises, ce qui expliquerait, pour certains experts, le risque qu’il prend dans le secteur de la restauration. Il est partenaire de Pierre Iskandar, dont le nom avait été associé à des enseignes telles que L’Ouragan et Duo.

Semsom s’implante à Zahlé
Semsom, le restaurant qui propose une cuisine libanaise revisitée, poursuit son expansion au Liban, parallèlement à celle vers l’étranger. Après son ancrage au City Mall, à Dora, il a ouvert une antenne à Zahlé, le chef-lieu de la Békaa, où les chaînes de restaurant ne sont pas nombreuses. Le concept de cette franchise a été conçu en 2008 par Christine Sfeir qui a sillonné les villages libanais à la recherche de recettes culinaires portant la signature de chacune des localités visitées. Elle serait aujourd’hui en possession de près de 1 500 recettes.

Des hôtels pour tout budget   
Le secteur de l’hôtellerie se démocratise enfin au Liban, pavant la voie à des établissements à tarif abordable, qui s’installent dans tous les coins du pays en prélude à un tourisme de masse, auquel appellent les voyagistes. Urban Central Suites est un hôtel situé à Dekwaneh, dans le quartier connu sous l’appellation de Nafaa (le service d’enregistrement des véhicules). Cet hôtel est multifonctionnel puisqu’il propose des hébergements pour des séjours de cadres d’entreprises. Chaque chambre est dotée d’une kitchenette entièrement équipée, d’un wifi et de la plupart des fonctionnalités nécessaires à la gestion des affaires sur place. Ces chambres peuvent être louées comme des appartements meublés. Elles disposent chacune de 100 chaînes satellitaires et d’un valet parking gratuit. Le système fonctionne depuis un an.

Babel
Dix-huit restaurants au Proche-Orient  

Après un premier succès à Dbayeh, le restaurant Babel a ouvert à Amchit et ensuite Babel sur mer à Zaitouna Bay. Il vient d’inaugurer une succursale en Arabie saoudite, où officient d’anciens employés libanais parmi lesquels les préposés à l’accueil et le gestionnaire. Selon des sources proches de l’administration, Babel planifie l’ouverture de 18 restaurants dans plusieurs pays du Proche-Orient, dont une au Caire.

1
Ward

Ward, une enseigne de pâtisseries libanaises, a définitivement baissé le rideau à Achrafié. Après la fermeture de sa branche à Kaslik, Ward n’a plus qu’un seul site, celui de Bhamdoun Mhatta.

 

Mérite-t-il ce prix? 
100$

Qu’on l’achète chez le chocolatier du quartier ou dans les prestigieuses enseignes de chocolatiers présents sur le marché domestique depuis un demi-siècle, utilisant un chocolat de 1er  choix, le prix du kilo de chocolat se vend à partir de 100 dollars.

 

Liliane Mokbel

 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Des murs et des pas mûrs

Au nom de la sécurité nationale et de la sauvegarde de l’emploi aux Etats-Unis, le président Donald Trump veut construire un mur fait d’un mélange de ciment et de lois protectionnistes. A peine a-t-il signé les premiers décrets pour l’édification de ces clôtures, censées être érigées aux frontières, que des barrières ont surgi à l’intérieur du pays. Ces décisions choquantes, prises par un président controversé, constituent un cocktail malodorant, qui n’a pas tardé à exploser en manifestations de colère dans les aéroports et les rues des villes américaines. La période de grâce est un luxe auquel Donald Trump n’a pas goûté.D’aucuns jugeront déplacée la vague de condamnation soulevée dans le monde par les décisions du président américain. Il s’agit, somme toute, de mesures prises par un Etat souverain sur son territoire national. Cela aurait été vrai si les Etats-Unis avaient été un pays comme les autres. Or, ils ne le sont pas et ne l’ont jamais été. L’Amérique est une nation, dont le modèle a, de tout temps, inspiré les autres, dans le pire et le meilleur, dans le rêve et le cauchemar. Que d’autres dirigeants soient tentés de lui emboîter le pas est un danger réel, qui aboutira au cloisonnement du monde. A l’ère de l’Internet et de la mondialisation, celui-ci devrait plutôt se diriger vers davantage d’ouverture. Ce n’est pas de barrières dont le monde a besoin, mais de plus d’humanité dans les relations entre les Etats.Ici au Liban, l’application de la «méthode Trump» risque de provoquer des catastrophes en chaîne, surtout que la classe politique se contorsionne pour tenter d’imaginer une loi électorale acceptée de tous. Le critère de la représentation est, certes, essentiel pour apaiser la vie politique. Il n’est plus permis, en effet, que les lois électorales soient confectionnées sur mesure afin de sauvegarder les intérêts personnels de certains dirigeants, au détriment d’autres composantes de la société. Mais, dans le même temps, si la juste représentation aboutit à la construction de murs entre les communautés, le résultat sera pire. Il faut s’entendre sur une formule susceptible en même temps d’assurer une représentation authentique de tous et de réduire, à leur plus simple expression, les cloisons entre les communautés religieuses. La tâche est difficile mais pas impossible. De nombreuses propositions allant dans ce sens existent et ont été débattues. Il suffit de les remettre sur la table.Le seul inconvénient est que le temps manque. Non pas que les délais constitutionnels soient courts, car il y a toujours moyen de les rallonger. Le problème est que l’économie est plus que jamais tributaire de l’entente politique, sans laquelle les réformes urgentes et structurelles ne peuvent pas être lancées. Espérons que la classe politique ne ratera pas le coche une nouvelle fois, d’autant que les experts s’attendent à une relance de l’économie en 2017.    


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

Bâtiments. Une sécurité aléatoire
Les conclusions d’une étude menée par Le réseau  de la sécurité des bâtiments ont montré que 25% des immeubles de Beyrouth, 17% de ceux du Liban-Nord, 16% de ceux du…

Bannière

Combien ça coûte

Une journée au ski
Combien faut-il débourser pour passer une journée sur les pistes libanaises des Cèdres, de Laqlouq ou du Mzaar? 80$ par personne : c’est le ticket moyen d’une journée de ski au Liban,…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved