Société
Logo

Nº 3100 du vendredi 5 avril 2019

Société

La professeure Najat Aoun Saliba est la lauréate du prix international L’Oréal-Unesco pour l’Afrique et les Etats arabes Pour la Femme et la Science décerné à Paris le 14 mars au siège de l’Unesco.

Le Dr Najat Aoun Saliba est l’une des cinq femmes scientifiques, issues de différentes régions du monde, honorée par ce prix pour l’excellence de ses travaux. Professeur de chimie et directrice du Centre de conservation de la nature à l’Université américaine de Beyrouth, elle est aussi une pionnière dans ses recherches de pointe sur la pollution de l’air. «J’ai été la première à donner une moyenne annuelle du niveau des particules de pollution dans l’air», explique-t-elle. L’importance de cette moyenne annuelle réside dans le fait qu’elle représente un outil de comparaison entre les pays, selon les normes définies par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). «Pendant de nombreuses années, j’ai établi la mesure des particules. Je voulais non seulement enregistrer leur moyenne annuelle mais aussi déterminer la composition de ces particules en vue de déterminer leur toxicité et de savoir si elles contiennent des matières carcinogènes». Selon la chimiste, au Liban, la pollution de l’air est 3 fois plus élevée que les normes recommandées par l’OMS. «Le contenu des particules est 7 fois plus carcinogène que le contenu des particules à Los Angeles».

Pollution et cigarette
Les vieilles voitures et les générateurs d’électricité apparaissent comme étant les deux principales sources de cette pollution. Les travaux du Pr Saliba portent également sur la poussière. «On a constaté que la poussière qui vient du désert n’est pas aussi toxique que les particules qui sont générées par les voitures et les générateurs». 
Les études qu’elle a entreprises avec son équipe ont également porté sur le narguilé et les cigarettes électroniques. «Contrairement à ce que la plupart des gens pensent, les matières toxiques engendrées par le narguilé ne sont pas absorbées ou diluées par l’eau. Les matières carcinogènes du narguilé sont équivalentes à deux paquets de cigarette par session. Et la personne installée à proximité fume l’équivalent de deux cigarettes de matières toxiques carcinogènes. Ces résultats ont été adoptés par les organismes internationaux pour édicter les lois interdisant de fumer dans les endroits fermés». 
Les travaux du Pr Saliba et de son équipe se concentrent ces temps-ci sur les effets de la cigarette électronique. Une équipe multidisciplinaire, composée d’ingénieurs, de chimistes et de psychologues, travaille en étroite collaboration avec la Virginia Commonwealth University. «Nos études sont en train de montrer que contrairement à ce qui est véhiculé, que c’est uniquement de la nicotine et de la vapeur, la cigarette électronique contient en réalité des matières toxiques. Peut-être celles-ci ne sont-elles pas aussi nombreuses que celles qui se trouvent dans la cigarette traditionnelle, mais il existe des matières toxiques dans tous les différents modèles de cigarette électronique». 

Accessible à tous
Directrice du Nature Conservation Center de l’AUB, leader dans ce que l’on appelle le Citizen science, Najat Aoun Saliba travaille avec son équipe en vue de mettre la science à la portée et au service des citoyens. «Nous sommes en train de créer des instruments faciles à manipuler pour que les citoyens réussissent eux-mêmes à faire des analyses pour mesurer la pollution de l’eau et de l’air». Leurs recherches se concentrent sur trois questions majeures: les déchets, l’eau et l’air. «En parallèle, un autre groupe collecte une data sur tout ce qui est beau au Liban, comme les villages, etc.. Toutes ces informations seront réunies dans le cadre d’une application mobile qui s’appellera Daskara. Les citoyens ont ainsi les moyens et les données pour prendre eux-mêmes les décisions et émettre leur propre jugement». A travers ce centre, une grande action a été entreprise dans les villages au niveau du tri et recyclage des déchets. «Tout ce qui est fait est en open access, dans le sens que les études sont publiées sur le site et accessibles à toute personne intéressée. Les deux notions d’open access et le Citizen science sont la nouvelle tendance, un regard différent porté sur la science. Le monde aujourd’hui se dirige vers le partage et l’échange d’information et de technologie».

Un laboratoire de référence
Le Dr Najat Aoun Saliba estime que son prix est «une consécration car il met l’accent sur notre travail. Souvent, on pense que dans cette partie du monde, nous ne faisons pas une bonne science. C’est une satisfaction qui me fait dire oui nous sommes au Liban et oui nous pouvons faire de la science». 
A la suite des études faites sur le narguilé, son laboratoire est devenu une référence et  a été nommé par l’OMS l’un des «Testing centers for Tobacco smoke». «Pour la première fois dans l’histoire, Virginia Commonwealth University nous envoie à mon collaborateur, le Dr Alan Shihadeh, et moi, les tests à effectuer». 
Une partie du prix remporté, dont le montant est de 100 000 euros, sera reversé par Najat Aoun Saliba pour la création d’un laboratoire national de haut niveau pour avoir la capacité de faire n’importe quels tests. «Je suis soutenue dans cette initiative par mon doyen, le Dr Nadia Cheikh, le président de l’AUB, le Dr Fadlo Khouri ainsi que par le directeur général du Centre national de recherche scientifique Dr Mouin Hamze».

Joëlle Seif

Mardi, 02 Avril 2019 14:13

Horoscope

Bélier
Vous verrez votre vie sentimentale prendre enfin un tournant positif. Vous pourrez rencontrer la personne qui vous convient et construire votre vie amoureuse. Côté travail, vous ne serez plus aussi connecté aux pensées et aux émotions des autres. Après le 10 avril, les planètes Jupiter et Pluton vous assureront un beau succès professionnel et artistique: Pluton vous apportera un changement de direction dans votre vie professionnelle! Si vous êtes à la recherche d’un emploi, vous pourriez recevoir un coup de fil important qui pourrait transformer votre vie pour des années à venir.
 
Taureau
Vous réfléchirez à la suite logique d’une relation amoureuse: mariage, vie sous le même toit, avoir un enfant ou fonder une entreprise avec votre partenaire. Bref, les projets ne manqueront pas. Côté professionnel, des imprévus exceptionnels vous redonneront espoir, et vous serez porté par une force d’action renouvelée. Un gros contrat redonnera des ailes à plusieurs artistes nés sous ce signe important.
 
Gémeaux
Un nouvel être aimé vous révélera de grands secrets liés à son enfance et vous le découvrirez sous un jour nouveau. L’ambiance des rencontres sera propice aux confidences. Côté travail, Mercure, est votre planète maitresse et, jusqu’au 10 avril, elle vous poussera à regarder attentivement un nouveau plan ou une nouvelle manière de faire les choses. Vous entendrez parler d’une opportunité professionnelle. Vous serez donc en mesure d’améliorer votre statut professionnel, artistique ou d’affaires.
 
Cancer
Votre partenaire reprend du poil de la bête et les sacrifices financiers ou autres que vous vous êtes imposés en tant que couple vous permettent enfin de respirer mieux. Le futur semble nettement plus lumineux. Côté boulot, vous devrez calmer l’exigence de vos aspirations ce mois-ci. En tout cas, jusqu’au 10 avril, vous devrez résister à vos emballements, ne pas verser dans les excès en tout genre. Vous vous sentirez dans l’obligation de réorganiser de fond en comble votre façon de travailler, d’aborder les clients ou de faire des affaires.
 
Lion
Vous initierez les sorties et les activités de votre couple! Votre façon de penser, d’agir ou de vous conduire se métamorphosera pour le mieux et à votre plus grande joie. Question travail, des coups de destin vont aussi provoquer des rencontres avec des personnes qui deviendront assurément des amis. Les événements seront parfois brusques jusqu’au 10 avril. Par exemple, une restructuration au travail vous obligera à accepter de jouer un rôle au sein de l’équipe et que vous apprivoiserez pendant un temps.   
 
Vierge
Vous donnerez un nouveau souffle à votre vie amoureuse et sexuelle ce mois-ci. Vos rapports avec l’être aimé seront plus ouverts et amoureux, vos liens vont se resserrer. De beaux rapprochements à prévoir donc.
Niveau professionnel, assurez-vous d’avoir les bonnes informations avant de vous lancer dans un projet ou d’endosser la responsabilité d’un nouveau dossier. Il est effectivement important de ne pas oublier de rester vigilant en tout temps lors de la signature d’un contrat, d’une entente professionnelle ou de toute autre nature.
 
Balance
Vous pourriez rencontrer l’amour lors d’un cours ou d’une formation. Vous sentirez au fond de votre cœur que cette personne est faite pour vous. Du côté du travail, un événement vous poussera à prendre prochainement des décisions subites et radicales, et cela, dans le secteur de l’argent et du monde des affaires. Fidèle à vos habitudes, vous pèserez le pour et le contre, sauf que vous vous sentirez apte à réaliser ces idées. Vous ferez la rencontre de gens excentriques et imbus d’eux-mêmes.
 
Scorpion
Vénus interviendra dans vos relations amoureuses et vous risquez de faire une rencontre marquante. Une belle romance se pointera le bout du nez. Vous ferez un beau voyage en amoureux. Au travail, Jupiter vous ouvre déjà de nouveaux horizons concernant vos projets et idées. Votre intellect sera plus curieux et votre esprit d’aventure plus développé. Si vous vous sentez coincé dans une situation professionnelle difficile, des événements extérieurs feront le travail à votre place.
 
Sagittaire
Vous recevrez quelques invitations importantes et diversifiées. Vous serez très demandé mais vous rechercherez le calme et un cadre de vie amoureuse stable ce mois-ci. Du côté professionnel, vous ne tiendrez pas en place et votre énergie sera à la hausse. Vous pourriez décider de déménager, pour mille raisons possibles.
 
 
Capricorne
De deux choses l’une, ou bien vous caresserez d’heureux projets avec votre douce moitié, ou bien vous vous êtes peut-être senti trahi ou utilisé par votre partenaire d’antan et maintenant vous réalisez à quel point vous êtes mieux seul que mal accompagné. Au travail, vous délaisserez ce qui normalement vous rassure et qui entretient votre sentiment d’insécurité, comme si vous en aviez assez de jouer trop prudemment, de vous tenir à distance, de ne pas prendre assez de risques. Cette nouvelle attitude vous conduira loin sur le chemin du succès et de la réussite. Un projet professionnel, commercial, d’affaires ou artistique qui vous fera grandement plaisir.
 
 
Verseau
Vous serez appelé à dévoiler l’objet de votre désir. Il sera très difficile de taire vos sentiments; l’élan du cœur étant trop fort. Si vous avez planifié faire un voyage en avril, assurez-vous que la destination est sécuritaire ou que l’agence de voyages avec laquelle vous faites affaire est bien solvable. Bref, avant de pousser la porte de la première agence venue, regardez-y de plus près.
 
 
Poissons
Seriez-vous impliqué dans un triangle amoureux? Si c’est le cas, vous allez devoir choisir votre camp et il n’y aura pas de retour en arrière possible. Côté professionnel, vous prendrez des vacances bien méritées. Peut-être déciderez-vous de vous retirer de la vie publique pour un temps question de prendre le recul nécessaire avant de prendre d’importantes décisions. Après le 10 avril, vous prendrez les commandes d’un projet professionnel, d’affaires, commercial, artistique ou politique qui vous apportera de la nouveauté, la possibilité de toucher à autre chose et de prendre de l’expérience dans un autre domaine d’expertise.
 


 

L’Union pour la Méditerranée (UpM) souhaite donner un nouvel élan à sa stratégie de développement et de coopération régionale. Elle se prépare à une participation active au Sommet des deux rives qui doit se tenir à Marseille en juin prochain et prend l’initiative de parrainer un événement régional important que le Liban accueillera en avril: la 6ème Semaine forestière méditerranéenne.
 

Nasser Kamel, le nouveau Secrétaire général  de l’Union pour la Méditerranée (UpM)  installé depuis huit mois, brosse un tableau optimiste de cette organisation multilatérale et régionale qui regroupe 43 membres (28 pays  de l’Union européenne et 15 pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée).
De passage à Paris, cet ancien ambassadeur d’origine égyptienne, diplomate expérimenté à la longue carrière, se réjouit que l’UpM connaisse actuellement une dynamique et un souffle nouveaux. Le regain d’intérêt pour cette organisation s’explique, selon lui, par le fait que la Méditerranée redevienne une priorité politique pour l’Europe. Le cadre régional étant plus propice à développer des projets de coopération et de développement.
Chiffres à l’appui, il annonce la mise en œuvre de plus de 50 projets de coopération régionale amorcés par le secrétariat, dont 54% concernant le développement humain (enseignement supérieur, recherche, emploi, développement entreprises, affaires civiles…) et 46% le développement durable (énergie, eau, environnement, transport...). L’ensemble est évalué à plus de 5 milliards d’euros. Le nombre de bénéficiaires ciblés par la première génération de projets s’élève à 200 000 (dont 100 000 jeunes et 50 000 femmes).
Par le passé, depuis 2012, le secrétariat a organisé plus de 300 forums régionaux d’experts et impliqué un réseau de plus de 25 000 parties prenantes, dont des représentants d’institutions gouvernementales, des organisations régionales et internationales, des autorités locales, des institutions financières, le secteur privé et la société civile.

Projets pour le Liban
Dans l’agenda des projets de coopération labellisés UpM, le Liban est présent aussi bien en tant que pays promoteur que pays bénéficiaire. Il s’agit de plusieurs secteurs dont notamment les affaires civiles et sociales (égalité des genres, femmes et jeunesse), le développement des entreprises et de l’emploi, l’environnement (programmes relatifs à l’eau), l’enseignement supérieur et la recherche, le transport et le développement urbain.
Par ailleurs et de façon nettement engagée, l’UpM va parrainer un événement régional important que le Liban doit accueillir début avril à Broumana: la 6ème Semaine forestière méditerranéenne.
A cette occasion l’UpM lancera son projet pour «renforcer la restauration des forêts et des paysages, restaurer la biodiversité et promouvoir des approches communes d’atténuation et d’adaptation en Méditerranée».                                                                                          
C’est en collaboration avec l’Organisation des Nations unies pour l’ alimentation et l’agriculture (FAO), que le secrétariat de l’UpM  lance ce projet,  censé se dérouler sur une période de quatre ans, tant au niveau régional que national. Au niveau national, des actions seront menées dans des sites présélectionnés au Liban et au Maroc. Il s’agira de restaurer les forêts, les terres et les écosystèmes, de les adapter au changement climatique et de préserver la biodiversité. Ces actions auront en outre un impact direct sur la population locale, en particulier dans les zones rurales bénéficiant d’écosystèmes plus riches.

la politique en veilleuse
Toutes ces actions, assure Nasser Kamel, ont permis à l’UpM de gagner beaucoup en crédibilité. Il reconnait que le  terme «Union» pour cette organisation est mal choisi et propose d’écarter le sens «projet d’Union» pour lui préférer l’«Union de projets». Il semble donc que le volet politique soit mis en veilleuse pour privilégier et renforcer la stratégie de coopération multilatérale sur des projets concrets de développement national et régional. Le secrétaire général salue enfin l’action du président français Emmanuel Macron pour renforcer l’UpM et exprime le souhait que le futur «Sommet des deux rives» à Marseille, le 24 juin prochain, soit une occasion supplémentaire de consolider et de développer la coopération régionale autour de la Méditerranée. Elle en a tellement besoin!

Par Béchara Bon (Paris)



Soha Kanj Charara, spécialiste en maladies infectieuses à l’Hôpital américain de Beyrouth (AUH), Joseph Assaad, professeur à la faculté de génie de la Lebanese American University (LAU) et à l’Université Notre-Dame de Louaizé (NDU), Gaby Khalaf, directeur du Centre de recherches maritimes du CNRS, et Ibrahim Ossman, doyen associé de la faculté de gestion de l’American University of Beirut (AUB), ont mérité les prix d’excellence du Centre national de la recherche scientifique (CNRS), pour leurs achèvements dans le domaine scientifique. L’événement a eu lieu, mercredi 12 novembre, au Grand sérail, sous le patronage et en présence du Premier ministre, Tammam Salam. Le chef du gouvernement a remis les trophées aux quatre lauréats sous les yeux de Ramzi Jreige, ministre de l’Information, Angelina Eichhorst, chef de la Délégation européenne, et Giuseppe Morabito, ambassadeur d’Italie.

Ce prix de taille a été attribué au Dr Soha Kanj Charara pour ses recherches et ses découvertes au niveau de la prévention, du contrôle et du traitement des bactéries résistantes aux antibiotiques «difficiles à traiter et pouvant entraîner la mort du patient», selon la spécialiste.

 

 

 

La boîte d’événementiel O de Rose a ravivé le sourire des Libanais venus par centaines prendre part à la Randonnée musicale organisée le 25 août dans la Réserve naturelle des Cèdres du Chouf. Quand la musique s’accorde aux murmures de la nature…
 

Le dimanche 25 août: une journée placée en dehors du temps, une journée inédite pour les Beyrouthins assermentés que nous sommes. Une journée de découverte en musique du pays, d’une des régions du pays, le village de Maasser el-Chouf, et ce qu’il recèle de plus précieux, ses cèdres millénaires, son authenticité humaine. Une sortie dominicale qui marquera les esprits.
C’est grâce à l’initiative de Lara Kanso, créatrice de la boîte d’événementiel O de Rose, et Raja Abdallah, organisateur partenaire à l’origine du concept de la Randonnée musicale inspirée d’un grand festival en Suisse, que cette journée a été rendue possible. Une manière, selon eux, de «condamner fermement la violence qui déchire notre pays». Mais aussi de mettre «la musique et la nature au service de la bonne cause», puisque cet événement culturel est une levée de fonds en soutien aux ONG Chance (Children against cancer) et OffreJoie.
Ils sont venus nombreux les Libanais pour prendre part à cet événement; il y a ceux qui veulent soutenir les ONG, ceux qui désirent découvrir la Réserve des cèdres, ceux qui cherchent un brin de musique au détour de la nature, ceux qui continuent à vivre malgré tout et ceux qui réaffirment à leur manière l’attachement au pays. Ils sont venus nombreux pour toutes ces raisons, en famille, entre amis, comme un cri du cœur, lancé à l’unisson. Bien avant 11h, l’heure fixée pour le début des activités, les visiteurs commencent à arriver par vagues successives à la place du village de Maasser el-Chouf, avant de s’installer dans les bus-navettes devant les transporter à l’entrée de la réserve.
L’itinéraire commence. Sept stations émaillent le parcours auquel ont pris part une quinzaine de groupes musicaux, artistes et poètes libanais: Lebam, Marc Nader, Camille et Lory, Adel Harb, Oak, Joy Fayad, Al Kamandjati, Nachaz, Jebebara, Beirut Vocal Point, Barock Ensemble, ainsi que Ghassan Alameddine, Tina Fish, Edouard Abbas, Walad et Ciqu’enciel. On marche, on discute, on se presse, on s’émerveille. On s’arrête quelques instants, le temps d’écarquiller les yeux face à ce majestueux cèdre de trois mille ans, son tronc imposant, ses racines gigantesques. Une pause photo. Et une autre encore, un peu plus loin, pour immortaliser sur image l’ambiance musicale que les groupes et artistes libanais ont merveilleusement réussi à instaurer. Des ambiances musicales plutôt, entre musique orientale, traditionnelle, populaire, classique, entre folk, pop, flamenco, blues, rock et même de l’a capella. Michèle Paulikivetich, la coordinatrice du programme artistique, a réussi à rassembler, à l’ombre des cèdres, un merveilleux bouquet éclectique de talents diversifiés, à l’image de l’effervescence de la scène locale. Tour à tour, se succédant jusqu’à 16h, ils ont intensifié la féerie des lieux, par leurs sons et sonorités, par l’interaction avec leur public de randonneurs. A mesure que ces derniers continuent d’arriver, ils sont toujours accompagnés de guides, ça et là, veillant à la sécurité des arbres et des visiteurs, donnant indications et conseils, le sourire toujours aux lèvres, aussi bien organisés qu’à l’intérieur d’une ruche.
En navettes, retour vers le village. Le paysage ne cesse de défiler au travers des vitres, entre ses arbres, sa verdure, ses maisons anciennes. Le temps d’apercevoir un homme au seuil de sa porte, habillé du costume traditionnel, esquisser entre ses lèvres souriantes ces célèbres mots de la convivialité libanaise, ces émouvants «Ahla wa sahla». La place du village ne cesse de se remplir, de se désemplir au rythme des bus-navettes oscillant entre l’aller et le retour, tant l’affluence est grande. Là, tout est déjà prêt pour assurer aux visiteurs bien-être et confort, café turc et boissons rafraîchissantes, plats et douceurs traditionnels, savoir-faire des femmes du village, la foire culinaire s’accompagne également d’une visite de la brocante, émaillée de curiosités antiques de tous genres.
La journée se termine encore en musique par le concert de la chanteuse libano-canadienne Randa Ghossoub, à l’auberge Saint-Michel-Arcenciel, au village. Accompagnée de son pianiste italien Giovanni Ceccarelli, elle interprète des classiques de jazz et des chansons françaises et espagnoles.
Ambiance vivifiante, agréable, bon enfant, la deuxième édition de la Randonnée musicale, la première s’étant déroulée également à la réserve du Chouf en 2011, s’est avérée être un véritable succès. En attendant la prochaine édition. Gardons les doigts croisés!

Nayla Rached

Les cèdres du Chouf
Créée en vertu de la loi no 532 du 29 juillet 1996, la réserve est gérée par le comité de la Réserve naturelle des cèdres du Chouf en coopération avec l’Association des cèdres du Chouf et sous la supervision du ministère de l’Environnement. La réserve et les villages environnants ont été déclarés par l’Unesco en 2005 «Réserve de Biosphère - Chouf».
La réserve est surtout admirée pour son époustouflante forêt de cèdres située sur le versant ouest: Maasser el-Chouf, Barouk et Aïn Zhalta-Bmohray. Ces forêts de cèdres constituent le quart de ce qui reste de la forêt des cèdres au Liban dont certains sont âgés de près de 2 000 ans. La Réserve de Biosphère - Chouf vise à remplir trois objectifs: la 
conservation de la faune et de la flore à 
l’intérieur de la réserve, le développement économique et social des communautés situées autour de la réserve et l’amélioration de la recherche, de l’éducation et de l’information ayant rapport au domaine des ressources naturelles. Il est possible de visiter la réserve tout au long de l’année en fonction des 
activités auxquelles s’y prêtent les visiteurs.

<< Début < Préc 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>
Éditorial
Ces mafias qui nous gouvernent

La situation économique et financière a atteint un tel bas-fond que l’édifice risque de s’écrouler sur tout le monde. Le cercle vicieux déficit/dette/hausse des taux d’intérêt/baisse de la consommation/chômage risque de se refermer durablement si des mesures d’urgence ne sont pas adoptées. Pour ne prendre que l’exemple de l’électricité, chaque mois qui s’écoule coûte au Trésor 160 millions de dollars. Le temps est compté, et pourtant, les dirigeants ne semblent pas pressés. Le gouvernement a été formé il y a maintenant plus de deux mois et il n’a encore pris aucune décision sérieuse susceptible de freiner la chute. Celle-ci sera tellement brutale que le pays aura du mal à s’en remettre. Ce n’est plus de l’incurie mais carrément de l’irresponsabilité qui s’apparente à une haute trahison. Tous savent que le pays n’a jamais traversé une situation économique et financière aussi mauvaise, même du temps de la guerre civile. Malgré cela, ils continuent à palabrer, à polémiquer, à se livrer à leur jeu favori de la surenchère stérile et destructrice. Ce n’est plus de l’insouciance mais une perverse complicité avec ces mafias sectorielles qui contrôlent des pans entiers de l’économie et du commerce, et qui font des milliards, dans l’illégalité et l’impunité les plus totales, au détriment du portefeuille et de la santé de centaines de milliers d’honnêtes citoyens, qui, malgré leur dur labeur, ne parviennent plus à boucler leurs fins de mois. Sinon comment expliquer les tergiversations, les lenteurs, le laxisme et autres travers qui rythment l’action (ou faut-il dire l’inaction!) de ceux qui nous gouvernent? Pour ne parler que des générateurs privés, ceux-ci génèrent (en plus des particules hautement polluantes) entre un milliard et un milliard et demi de dollars par an. Cette manne providentielle est appelée à tarir progressivement puis à disparaître définitivement si le plan de réhabilitation du secteur de l’électricité est mis en œuvre comme prévu. Les propriétaires sans scrupules de ces générateurs, qui n’ont pas hésité, il y a quelques mois, à plonger 4 millions de Libanais dans l’obscurité pour faire pression sur l’Etat, accepteront-ils candidement de fermer boutique? Certains d’entre eux n’ont-ils pas comme partenaires, ou comme complices ou protecteurs, des hommes politiques hauts placés? N’utiliseront-ils pas leur influence, achetée à coups de pots-de-vin et autres cadeaux pernicieux, pour saboter le plan de réhabilitation de l’électricité? Ce cas de figure, il faut le multiplier par cent, par mille peut-être, pour d’autres secteurs de l’économie, du commerce et des finances. Tant que les passerelles ne sont pas coupées entre les mafias et les dirigeants, tant que le tri n’est pas fait entre les affairistes et les hommes d’Etat, l’espoir de voir un véritable changement s’amorcer dans le pays reste mince.


 Paul Khalifeh
   
Bannière

Santé

Deuxième cas de rémission. Un nouvel espoir pour les malades du Sida?
Un second cas de rémission d’un patient infecté par le VIH a été annoncé début mars par la revue britannique…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved