La grande bellezza. Des Oscars au Liban
Logo

Nº 2941 du vendredi 21 mars 2014

La grande bellezza. Des Oscars au Liban

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    La grande bellezza. Des Oscars au Liban
    Vendredi 14 mars, l’Institut culturel italien au Liban a organisé une séance de diffusion du film La grande bellezza de Paolo Sorrentino, «superbe film dépressif sur la putréfaction de la...
  • Gallery
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Vendredi 14 mars, l’Institut culturel italien au Liban a organisé une séance de diffusion du film La grande bellezza de Paolo Sorrentino, «superbe film dépressif sur la putréfaction de la société romaine post décadente dans la droite lignée de Fellini», tel que vu par Ecran Large. Le Cinemacity des Souks de Beyrouth a accueilli les personnalités venues nombreuses partager un moment de joie et surtout de gloire. C’est que cette comédie dramatique a été consacrée Meilleur film étranger lors de la 86e cérémonie des Oscars. Deux heures vingt-deux minutes de pur régal, avec «une odyssée existentielle, opératique et grotesque peuplée de naines compatissantes, de saintes subclaquantes, d’artistes contemporaines à moitié siphonnées et de flamants roses», selon la critique du Nouvel Observateur. Avec La grande bellezza, Sorrentino «signe un hommage à la ville de Rome, temple fellinien par excellence. Sans retrouver la puissance expressive et poétique du maestro, il livre un film spectral porté par une mise en scène virtuose et un Toni Servillo aux petits oignons», note pour sa part Studio Ciné Live.
Et «si le projet de Sorrentino est construit intégralement sur une nostalgie qu’on imagine douloureuse, l’usage qu’il en fait est trop inégal pour donner au film une architecture séduisante», lit-on dans Libération.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
S.O.S. Liban!

Chaque jour apporte son lot d’explosifs, de morts, de blessés et de dégâts que provoquent les véhicules de la mort. Les Libanais vivent dans l’angoisse de ce qui les attend. Les services de renseignements et les forces de sécurité s’acharnent à intercepter les terroristes avant qu’ils n’agissent. Ils réussissent, parfois, et en paient le prix. L’armée est devenue la cible privilégiée des criminels. Ce fléau qui frappe le Liban ne peut être éradiqué que par une politique, dans le sens le plus juste du mot, menée par des hommes conscients de la responsabilité qui leur incombe, celle d’assurer la sécurité et le bien-être des citoyens. Nous en sommes très loin. A Tripoli, devenue ville fantôme, les combats meurtriers se poursuivent. Les écoles ferment leurs portes, les commerces baissent leurs rideaux et les gens du Nord vivent au rythme des agressions contre Ersal. A cela se greffe la chute de Yabroud, une «victoire» que célèbre bruyamment le Hezbollah ignorant le flux de nouveaux réfugiés qui traversent la frontière gonflant le nombre de ceux qui, désormais, sont sur place avec peu d’espoir de rentrer chez eux, du moins à court terme. On estime, sans crainte d’exagérer, que Syriens et Palestiniens confondus constituent non moins du tiers de la population libanaise encore résidante dans le pays. Arrivés sans ressources, dans leur grande majorité, ils sont accueillis, presque, à bras ouverts, mais sans aucun plan social et surtout sans contrôle. Leur présence, quel que soit le devoir humanitaire qui dicte l’aide qui leur est apportée, pèse lourd dans un pays où l’Etat peine à répondre aux besoins sociaux de ses propres citoyens. Ces derniers sont très souvent remplacés dans nombre de travaux par une main-d’œuvre moins coûteuse. Les Libanais, toutes cultures, toutes classes sociales confondues, s’interrogent sur l’avenir de leur pays où la vie devient de plus en plus dure et où l’espoir d’un redressement radical n’est pas hélas à l’horizon. Sur qui et sur quoi peuvent-ils compter? Est-ce sur des élus qui ont oublié le chemin de l’hémicycle et qui, pour beaucoup, ne le retrouveront probablement plus? Sur des situations où les compromis, indispensables dans l’état actuel des choses, sont la règle? Sur certains leaders, chefs de file de courants ou zaïms d’un autre temps?… On ne sait plus. Même si nous n’avons pas le droit de généraliser et de mettre dans un même panier tous ceux qui sévissent dans les hautes sphères, il nous faut reconnaître que les meilleurs  d’entre eux n’ont plus vraiment leur destin en main et le nôtre encore moins. Dans un pays où l’Etat dans l’Etat affaiblit l’autorité, celle-ci peut difficilement s’imposer. Il ne nous reste, pour toute perspective, que le dialogue. Mais sommes-nous assez naïfs pour croire encore dans la bonne foi de ceux qui ne cessent de renier leurs engagements? Nous entendons sans cesse la chose et son contraire. Peut-on croire que le Hezbollah qui, comme l’a laissé entendre récemment l’un de ses piliers, favoriserait une Armée libanaise renforcée par des équipements que le chef de l’Etat s’acharne à obtenir? Le président Sleiman et l’institution militaire ne sont-ils pas la cible quasi permanente du parti de Dieu? Ce qui nous reste, en guise de consolation, c’est de placer nos espoirs dans ce gouvernement en gestation, souhaitant qu’il ne naisse pas affublé d’un handicap irrémédiable. Déjà, en filigrane des débats parlementaires, se dessine le profil de la présidentielle mais attendant, au cours des deux mois qui leur sont accordés, ces messieurs du Sérail ne devraient pas chômer. Ils ont du pain sur la planche et surtout des services à assurer à tous ceux dont ils ont la charge et qui peinent à trouver les moyens de survivre, d’éduquer leurs enfants et de boucler leurs fins de mois. C’est ce qu’attend le Libanais lambda.


 Mouna Béchara
   

Santé

Insuffisance rénale. Un nouvel espoir
Une nouvelle molécule capable de bloquer le passage du sel de l’intestin à la circulation sanguine a été développée. Elle…

Bannière
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved