Horoscope
Logo

Nº 3099 du vendredi 1er mars 2019

Horoscope

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Horoscope
      Bélier Un vent jupitérien souffle sur votre embarcation. Non seulement vous retrouvez une certaine stabilité mais votre horizon s’ouvre. Né autour du 8 avril, il vous est conseillé d’attendre encore...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

 

Bélier
Un vent jupitérien souffle sur votre embarcation. Non seulement vous retrouvez une certaine stabilité mais votre horizon s’ouvre. Né autour du 8 avril, il vous est conseillé d’attendre encore un peu avant d’avancer. Le bon aspect entre Vénus, planète d’harmonie, et Jupiter, planète d’expansion, remet l’amour au goût du jour, propose des rendez-vous, des rencontres, et plus car il y aura affinités…

 

Taureau

Ça y est! Uranus, la planète des changements radicaux, entre de plain-pied dans votre signe et promet pour les semaines (et les mois) qui viennent une bousculade positive et motivante. Mars met du piment dans vos relations amoureuses, excite votre libido ou vous sacre chef de famille. Profitez de tous les instants de plaisir, prenez au vol les moments de tendresse.

 

Gémeaux

Jupiter vous donne les idées larges tandis que Mercure brouille les cartes ou les pistes. Pour le moment, faites la part des choses entre ce qui est réalisable et ce qui ne l’est pas… Vénus, en signe d’Air comme le vôtre, rassemble les personnes, harmonise les rapports familiaux, provoque des rencontres où les sentiments sincères ne seront pas exclus. Profitez-en.

 

Cancer

Avant d’entreprendre quoi que ce soit, concentrez-vous, soyez perspicace. Mercure vous permet de revenir sur un problème pratique ou matériel et de le résoudre. Né autour du 10 juillet, donnez-vous le temps de la réflexion. Grâce à Mars, vous reprenez l’avantage, vous allez vers l’autre. Ne jouez pas les timides, faites les premiers pas… Né entre le 9 et le 15 juillet, vous ne vous focalisez sur rien ni sur personne.

 

Lion

Bien motivé par Jupiter, vous voilà prête à redémarrer en même temps que le printemps. Allez ! Né autour du 24 juillet, Uranus bouscule vos idées, vos projets ou l’ordre établi. Vénus et Mars, les amants du zodiaque, ne vous facilitent pas la tâche. Tensions, questions ou discussions avec l’autre ou avec vous-même sont à l’ordre du jour. Modérez vos ambitions.

 

Vierge

Mercure, l’esprit pratique, et Neptune, la confusion, se mêlent et vous emmêlent les pinceaux. Vous n’êtes pas obligé de tout comprendre, de tout savoir et de tout faire. Laissez-en un peu aux autres! Mars, en signe de Terre comme le vôtre, demande d’agir sans délai pour le bien du couple, de la famille. Né entre le 9 et le 15 septembre, vous êtes proches de trouver enfin une nouvelle stabilité.

 

Balance

Vous avez le soutien de Jupiter et des projets, des progrès vont voir le jour. Visualisez-les précisément. Né entre le 9 et le 16, ne vous inquiétez pas si les difficultés persistent, gardez votre cap. Vénus et Jupiter associent harmonie affective et chances de rencontres. Faites bouger votre cœur, voyez la situation différemment, soyez disponible, ouvert et surtout sans a priori.

 

Scorpion

Ne vous laissez pas démotiver en cette fin d’hiver. Vos atouts sont bons, retrouvez une certaine tranquillité d’esprit. Né autour du 24 octobre, attention, ça va bouger et remuer, alors tenez bien la rampe. Côté cœur, Mars bouscule, agresse et Vénus ne met pas de baume au cœur. Ne poussez personne dans ses retranchements, restez souple, cool, compréhensive. Tout le monde vous remerciera, vous y compris.

 

Sagittaire

Bien épaulé par Jupiter ce mois-ci, ce printemps vous donnera le top départ. Mais avant ça, vous devez trier vos projets et ne retenir que ceux qui vous motivent vraiment. Et tout sera plus facile, vous verrez. Vénus vous fait les yeux doux. Un rendez-vous, une rencontre, un rapprochement est possible, voire probable… Faites-vous plus tendre, cultivez les sentiments profonds.

 

Capricorne

Une ribambelle de planètes sympathiques vous tournent autour. Vous avez des efforts à produire, une stabilité à trouver, des actions à lancer et cela ne sera pas en vain. Vous le savez. La présence de Mars en signe ami vous dope, distille des sentiments puissants, verse de la passion, de l’émotion. Né autour du 23 décembre, vous êtes en mesure de changer ce qui doit l’être.

 

Verseau

Si l’hiver vous a fatigué ou énervé, c’est le moment de vous reposer, de vous relaxer, de lâcher les poids que vous traînez. Faites, dès maintenant, un ménage mental de printemps. Ca va vous changer la vie, vous verrez. Vénus et Jupiter, l’amour et la chance, vous clignent de l’œil. Invitez, faites-vous inviter, sortez, cherchez et vous trouverez. Né autour du 12 février, voua aurez a priori toutes les chances de votre côté.

 

Poissons

Mercure, qui passe et repasse, vous fait tâtonner ou revenir sur un problème. Pour le résoudre, éclaircissez vos vues, faites un tri dans vos projets, vos collaborations, vos relations sociales. Mars, en signe de Terre, insuffle de la passion, de l’intensité, de la fougue dans vos rapports affectifs, vous faire sortir de votre torpeur hivernale ou encore vous impose maintenant de faire un choix.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Comparer le comparable

Le retour des réfugiés syriens dans leur pays est une vraie bataille dans l’intérêt du Liban et une fausse cause pour ceux qui, au nom de diverses considérations, tentent d’en discuter les modalités et les conditions, au risque d’en entraver ou d’en retarder le processus. La balance penche résolument du côté des facteurs qui plaident pour un retour sans délai des réfugiés. L’argument qui vient le plus naturellement à l’esprit est que le cas des déplacés syriens risque de connaître le même sort que la présence palestinienne, qui dure «provisoirement» depuis 1948. Les défenseurs zélés des réfugiés affirment qu’il ne faut pas «comparer» deux situations qui ont des commencements et des cheminements différents et qui n’auront pas forcément le même dénouement. Ceux-là et celles-là semblent oublier que la comparaison a de tout temps été l’outil le plus important de l’homme, celui qui lui permet de créer des repères pour évaluer une situation présente afin d’imaginer des solutions ou une conduite à adopter. C’est la comparaison avec des situations antérieures qui permet d’établir une échelle de valeur pour en tirer une grille de lecture. L’homme «compare» tout et depuis toujours. Lorsqu’il admire une œuvre d’art, il le fait par rapport à d’autres toiles ou sculptures qu’il connaît déjà. Quand il savoure un mets, il ne peut s’empêcher de le «comparer» à d’autres cuisines. En se plongeant dans un nouveau livre, il l’évalue par rapport à une lecture précédente ou aux auteurs avec lesquels il est familier, quelle que soit l’opinion qu’il peut en avoir. Lorsqu’il dit avoir rencontré l’amour de sa vie, il le fait en fonction de toutes les relations amoureuses qu’il a pu avoir dans le passé.La comparaison est l’outil le plus légitime, le plus efficace, y compris et surtout dans le cas des réfugiés syriens. Le risque qu’ils restent au Liban est sérieux. Les études des Nations unies montrent que 35% des déplacés restent dans les pays d’accueil et que la durée moyenne d’un exil est de 17 ans. On n’oserait pas imaginer les conséquences que cela pourrait avoir sur la démographie, le tissu social et l’économie.Le redressement économique passe inéluctablement par le retour des réfugiés syriens chez eux. L’infrastructure du Liban, sa production d’électricité, déjà déficitaire, l’ensemble de ses services publics, son territoire exigu, sa composition démographique délicate, ne peuvent plus supporter la présence sur son sol d’une population qui représente le quart de ses habitants.Ceux qui adhèrent aux arguments de la communauté internationale pour refuser le retour des réfugiés avant une solution politique en Syrie servent, consciemment ou inconsciemment, des agendas politiques desquels le Liban n’a rien à tirer. L’objectif des puissances occidentales et de leurs alliés régionaux est de garder les 5 millions de réfugiés syriens en réserve, dans l’espoir de peser sur le résultat de l’élection présidentielle en Syrie, en 2021. Il est inadmissible de lier le sort de notre pays à ces enjeux géopolitiques qui le dépassent. La priorité, pour le Liban, est qu’ils rentrent chez eux dignement, dans les régions pacifiées. Que les Nations unies et les faux objecteurs de conscience leur fournissent l’aide sur place.


 Paul Khalifeh
   

Combien ça coûte

Les franchises libanaises
Le Liban compte aujourd’hui environ 744 sociétés qui opèrent dans le secteur de la franchise. Cette industrie contribue à près de 1,5 milliard de dollars à l’économie nationale, soit près…

Santé

La maladie de Lyme. Stop à l’escroquerie
Non, la maladie de Lyme ne tue pas. Non, les pathologies qu’on vous énumère ne sont pas dues à la…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved