People
Logo

Nº 2909 du vendredi 9 août 2013

People

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    People
    Charlène de Monaco La grâce d’une princesse Discrète, Charlène Wittstock, devenue princesse Charlène de Monaco depuis son mariage avec le prince Albert II en juillet 2011, a, depuis, des obligations mondaines. Le...
  •  
Notez cet article
(1 Vote)
A- A+

Charlène de Monaco
La grâce d’une princesse

Discrète, Charlène Wittstock, devenue princesse Charlène de Monaco depuis son mariage avec le prince Albert II en juillet 2011, a, depuis, des obligations mondaines. Le 2 août dernier, l’ex nageuse sud-africaine était présente au gala de la Croix-Rouge monégasque organisé dans la Salle des Etoiles du Sporting Monte-Carlo. Vêtue d’une robe bustier Monsieur Papa, styliste monégasque, Charlène Wittstock a été certainement la reine de la soirée malgré l’élégance de Caroline de Monaco. Et pour cause, ses épaules, formées par des années de sport, sont mises en valeur par l’absence de bretelles. Le bleu de la pièce sublime son teint clair, tandis que les effets de drapés sur sa robe étoffent ses formes délicates avec beaucoup de féminité.

 

Jacques Chirac
Pas de Saint-Tropez mais des cigarettes!

C’est l’absence la plus remarquée en ce mois d’août à Saint-Tropez... Fidèle de la terrasse du fameux café Sénéquier, Jacques et Bernadette Chirac ne se sont pas rendus dans le petit village du Var cette année. La cause? L’état de santé fragile de l’ex-chef de l’Etat. Toujours est-il que Jacques Chirac a dû opter pour sa chère Corrèze où, privé de son Saint-Tropez, il se rabat sur... la cigarette! Chirac s’est en effet remis à fumer cet été. Mais non sans mal puisque, surveillé de près par son épouse et sa fille Claude qui veillent au grain. Celui que l’on dit de plus en plus affaibli et qui se déplace difficilement, doit se livrer à ce petit plaisir coupable en cachette. Tel un adolescent échappant à l’autorité parentale, l’ancien président de 80 ans va s’en griller une... aux toilettes! Peut-être une façon de tromper l’ennui et de retrouver quelques sensations oubliées par son successeur Nicolas Sarkozy à l’Elysée, qui avait arrêté de fumer à la fin des années 80...
 

Andrea Casiraghi
Mariage sur le Rocher

Après huit ans d’amour, des fiançailles célébrées en juillet 2012 et la naissance de leur fils, Sacha, Andrea Casiraghi et Tatiana Santo Domingo vont bientôt se dire «oui» à Monaco. Les deux tourtereaux ont prévu de se marier le 31 août prochain. Les cartons d’invitation ont été envoyés, et les détails de la cérémonie, réglés. Andrea, deuxième dans l’ordre de succession au trône de Monaco, a rencontré Tatiana en 2004. Cette fille d’un riche industriel colombien avait fréquenté le même lycée que Charlotte, la sœur cadette d’Andrea. Très discrets sur leur relation, Andrea et Tatiana font parfois le bonheur des photographes en s’affichant lors des événements les plus prestigieux du Rocher.


 

Marilyn Monroe
Aveux à Jackie

Elle savait tout. Selon un livre à paraître aux Etats-Unis et dont le New York Post a publié les premiers extraits, Jackie Kennedy était au courant des infidélités de son mari. Mais c’est sa relation avec Marilyn Monroe qui «semblait l’ennuyer le plus», affirme Christopher Andersen, auteur de These Few Precious Day: The Final Year of Jack with Jackie. Parmi les nombreuses révélations du livre, une conversation téléphonique entre la Première dame et la célèbre maîtresse du président américain. Marilyn Monroe aurait avoué à sa rivale sa relation avec JFK, qui lui aurait promis de quitter sa famille pour elle. Face à cet affront, Jackie Kennedy ne se serait pas démontée: «Marilyn, vous allez vous marier avec John (surnommé Jack par les Américains, ndlr), c’est super. Et vous allez vous installer à la Maison-Blanche et assumer les responsabilités de Première dame, et je déménagerai et vous aurez tous les problèmes». Le livre révèle également les problèmes d’addiction aux drogues du président assassiné.

 

Paris Hilton
Tentative de vol  

Pour la énième fois, Paris Hilton a été victime d’une effraction et d’une tentative de cambriolage. Ratée cette fois-ci. Alors que Paris donnait une fête dans sa maison de Malibu, le week-end dernier, un groupe de copines se sont faufilées jusqu’à la chambre de la star. On ne sait pas encore pourquoi, mais elles ont choisi de piquer des bikinis, des sacs à mains créés par la blonde, et des photos. Les filles se sont évidemment fait repérer, et, dans la panique, ont tout lâché. Paris, qui n’a probablement rien remarqué, a laissé son chauffeur aller chercher ses affaires et n’a même pas pris la peine de porter plainte, probablement trop occupée à mener sa vie trépidante de businesswoman. Par contre, elle a twitté pour constater que s’introduire chez elle était toujours aussi facile. «Je n’ai pas de chance avec les voleurs…», a-t-elle notamment écrit en évoquant cette nouvelle soirée qui a mal tourné.

 

Riley Keough
Super en lingerie!

Après Miss Dior Chérie ou Mango, c’est au tour de la marque australienne Bonds de faire appel aux charmes de Riley Keough, petite- fille d’Elvis Presley. A 24 ans celle, à qui certains prêtent une relation avec Robert Pattinson, enchaîne les contrats de mannequinat, mais aussi les couvertures de magazine avec une sexy-attitude à toute épreuve. Pas étonnant que Bonds l’ait recrutée pour sa nouvelle collection Lacies qui, comme son nom l’indique, est une ligne spécial dentelle. Rousse pour l’occasion, le cheveu crêpé pour une crinière wild, Riley Keough est une beauté nature pour Bonds. Séductrice, faussement timide, carrément lionne, elle se livre le temps de quelques clichés shootés en studio. Une bien jolie ambassadrice.

 

Amber Heard
Fait fondre Johnny Depp

Amber Heard, cette blonde texane ne quitte plus Johnny Depp. Une starlette pirate, promise à un bel avenir… Mais qui est Amber Heard, 27 ans, cette célébrité encore inconnue avant que Johnny Depp, 50 ans, l’élise à ses côtés après sa séparation d’avec Vanessa Paradis? A première vue, cette grande blonde (ou rousse), au physique idéalement américain, est d’une beauté fracassante. Une bourrasque, une bombe à neutrons, une Walkyrie des temps modernes dont on pourrait coller l’effigie sur un bombardier pour réconforter les pilotes à la veille d’une mission.

 

David Beckham
A lui le cinéma!

Après avoir raccroché ses crampons, David Beckham prépare sa reconversion. A en croire les informations de la presse britannique, l’ex-footballeur pourrait bientôt incarner un méchant au cinéma, aux côtés de Samuel L. Jackson, Colin Firth et… Elton John.  Approché par l’acteur Colin Firth, il signerait bientôt pour un rôle dans The Secret Service, l’adaptation d’un roman graphique de Mark Millar et Dave Gibbons, deux poids lourds de la BD américaine. Certes, ça semble complètement dingue, beaucoup trop gros pour être vrai, mais avec un réalisateur comme Matthew Vaughn aux manettes, on a très envie d’y croire.

 

Elle Macpherson
Oui!

Après une rupture éclair en 2012, la belle Elle Macpherson a finalement dit oui à Jeff Soffer dans les îles Fidji. A 49 ans, Macpherson a la vie devant elle. Elle a gardé le corps de ses vingt ans. Elle a, surtout, enfin épousé Jeff Soffer après une année 2012 calamiteuse où le couple avait rompu. Si la cause était la paternité soudaine de l’ex d’Elle, il n’aura fallu à Soffer qu’un crash d’hélicoptère pour récupérer sa belle. Elle Macpherson alias The Body dans la vraie vie (90-61-88), sort avec son milliardaire de mari depuis trois ans. Maman de deux enfants qu’elle a eus avec Arpad Busson (l’ex à l’origine de la rupture de 2012), elle a aussi été mariée de 1986 à 1989 au photographe de mode français, Gilles Bensimon.

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Salade de discours

Les hommes politiques étaient particulièrement communicatifs la semaine dernière. Ils se sont fendus d’une littérature tellement abondante que les Libanais sont servis pour un bon bout de temps: trois discours en mets principal, une flopée de déclarations pour le dessert et, cerise sur le gâteau, un brin de prises de position, assaisonnées d’un zest de commentaires bien pressés. Ils ont néanmoins pu vérifier, une fois de plus, que la quantité et la qualité sont, souvent, inversement proportionnelles. Une partie de ce qu’ils ont entendu était, en effet, tout bonnement indigeste, une autre difficile à avaler, et une troisième plus ou moins raffinée. L’ennui c’est qu’après avoir séparé les belles pièces des morceaux infects, il ne restait plus grand-chose à se mettre sous la dent. Friands des nouveautés, il a fallu qu’ils goûtent à tout pour réaliser qu’il aurait été préférable pour eux de se mêler de leurs oignons... s’ils n’aiment pas qu’on leur raconte des salades. Le plat de résistance était offert par le secrétaire général du Hezbollah. Bien qu’il ait utilisé les ingrédients habituels, sayyed Hassan Nasrallah a un peu trop épicé la sauce, cette fois-ci. Son discours, presque exclusivement consacré aux questions régionales – la crise syrienne, le conflit israélo-arabe, la Palestine... – était plutôt destiné à une clientèle étrangère, car les Libanais restent attachés, en majorité, à la cuisine locale. Visiblement, le chef du Hezbollah trouve le marché domestique trop exigu et envisage d’investir au-delà des frontières, dans le cadre d’une stratégie d’expansion régionale. Cependant, dans le contexte actuel de crise, ce pari est risqué, surtout que le menu qu’il propose, bien que très en vogue entre les années 60 et 90 du siècle dernier, pourrait ne pas être du goût de la génération fast-food. Mais tel qu’on le connaît, Hassan Nasrallah n’est pas près de rendre le tablier... il continuera à servir le même plat jusqu’au bout. De son fourneau saoudien (il fait 41 degrés à Jeddah, température idéale pour cuire à feu doux), Saad Hariri a sorti la carte «menu pour enfant», une formule standard proposée dans toutes les branches de la chaîne 14 mars. Depuis 2005, c’est pratiquement la même salade qui est offerte. A toutes les sauces, on retrouve le Hezbollah et ses armes, responsables, selon l’ancien Premier ministre, de tous les maux dont souffre le Liban. Hariri a vendu sa marchandise à la criée, répétant 45 fois le mot «armes». Sans le savoir, il se fait le promoteur de la théorie de la relation dialectique entre la quantité et la qualité. Le chef du Courant du futur a une vision diamétralement opposée à celle de Hassan Nasrallah et propose le chemin inverse: un retour vers le marché domestique, car l’on n’obtiendra jamais un panier mieux garni que celui que l’on cueille dans son propre jardin. En outre, le marché régional est déjà occupé par ceux qui sont en train de cuisiner les Syriens, les Egyptiens, les Irakiens, les Tunisiens, les Libyens... Les petites bouchées de dessert ont été présentées – sous forme de honteuses surenchères – par les seconds couteaux des deux grands chefs. Gluantes et visqueuses, elles étaient tout simplement repoussantes. Nous ne citerons point les noms de ces assistants car ils ont la réputation de prendre mal les critiques... Avec un tel menu, on voit bien que le palais n’a pas été gâté. Heureusement que l’entrée a été offerte par le président Michel Sleiman. Bien qu’elle n’ait pas été du goût de tout le monde, une bonne partie des clients en a apprécié la saveur. Il a proposé un retour aux sources, aux racines, au bercail, car il n’y a de meilleure cuisine que celle du terroir. Tout compte fait, en cette ère des prorogations tous azimuts, une prolongation de quelques jours du mois du Ramadan aurait été la bienvenue. Car le menu proposé était tellement peu alléchant qu’il aurait mieux valu jeûner plutôt qu’ingurgiter du junk food.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Le bonheur lié à l’âge?
Une sérieuse étude évalue à 23 ans puis à 69 ans les deux âges où nous nous sentons les plus…

Bannière
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved