Campagne antidopage renforcée à Moscou. Bataille entre Russes et Américains aux Mondiaux d’athlétisme
Logo

Nº 2909 du vendredi 9 août 2013

Campagne antidopage renforcée à Moscou. Bataille entre Russes et Américains aux Mondiaux d’athlétisme

 
  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Campagne antidopage renforcée à Moscou. Bataille entre Russes et Américains aux Mondiaux d’athlétisme
    Accueillant la 14e édition du championnat du monde d’athlétisme, Moscou sera la capitale sportive internationale, du 10 au 18 août 2013, avec la participation de 206 pays, un nouveau record. Ces...
  •  
Notez cet article
(0 votes)
A- A+

Accueillant la 14e édition du championnat du monde d’athlétisme, Moscou sera la capitale sportive internationale, du 10 au 18 août 2013, avec la participation de 206 pays, un nouveau record.

Ces championnats du monde, le plus grand événement mondial de l’année, sont aussi la troisième plus grande compétition mondiale après les Jeux olympiques (CIO) et la Coupe du monde de football (Fifa). Séville en 1999 et Berlin en 2009 avec 200 pays étaient jusque-là les villes qui avaient reçu le plus de nations participantes.
1974 athlètes participeront à ces Mondiaux (1106 hommes et 868 dames), un record. Les 47 épreuves (24 masculines et 23 féminines), soit les mêmes qu’au cours de la précédente édition à Daegu, se dérouleront au sein du Stade Loujniki (pour les épreuves sur piste), et au centre-ville moscovite (pour les épreuves sur route: marathon et marche).
Malgré les forfaits et les absences, la volonté des Moscovites à suivre ces championnats reste inébranlable. Si le taux de vente des billets s’élevait à quelques jours du début de ces épreuves à 80,59%, les courses de la dernière journée auront lieu à guichets fermés. Des accords de diffusion ont aussi été conclus pour assurer une couverture médiatique à plus de 200 territoires à travers le monde, une première dans l’histoire de ces championnats.
De nombreux athlètes ont déjà déclaré forfait, les uns pour des blessures, les autres pour s’être dopés. L’Américain Tyson Gay, meilleur réalisateur mondial de l’année sur 100 m (9’’75), le Jamaïcain Asafa Powell, qui pouvait prétendre à une place sur 4 x 100 m, et Sherone Simpson se sont fait prendre lors de contrôles antidopage. Le Jamaïcain Yohan Blake, champion du monde en titre du 100 m, le Kényan David Rudisha, champion olympique du 800 m, et l’Algérien Taoufik Mekhloufi, médaillé d’or l’an dernier aux Jeux sur 1500 m sont, eux, blessés. Le Britannique Phillips Idowu, ancien champion du monde de triple saut, a décidé de prendre du recul. Certaines stars seront également absentes pour blessures comme Jessica Ennis et Blanka Vlasic. Quant à la Sud-Africaine, Caster Semenya, diminuée par une blessure à un genou, elle prendra finalement part aux Mondiaux de Moscou.
Après les récents contrôles positifs, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a décidé de renforcer sa campagne contre tous ceux qui seraient tentés de jouer avec le feu à Moscou. Ainsi, des prélèvements sanguins s’effectueront dans le cadre du passeport biologique de l’athlète. Les analyses viseront non seulement l’utilisation d’EPO ou des manipulations sanguines, mais aussi l’usage de stéroïdes ou d’hormones de croissance. Ces contrôles sanguins poussés viendront s’ajouter aux contrôles urinaires habituels effectués au cours de la même période. Ces contrôles feront également l’objet d’une conservation longue durée en vue d’éventuelles futures analyses à la faveur des progrès scientifiques en matière de détection.
A rappeler qu’à Daegu, l’IAAF - en collaboration avec l’Agence mondiale antidopage (AMA) - près de 2000 athlètes ont fait l’objet d’un test sanguin.

Bolt «presque seul»
Usain Bolt sera «presque seul» dans les courses de sprint, après l’absence de Yohan Blake déclaré forfait et de Tyson Gay contrôlé positif. Le Jamaïcain n’affrontera donc pas ce dernier, le plus rapide de la saison sur 100 m, et qui a déclaré forfait après un contrôle antidopage positif. Les 9’’75 de l’Américain laissaient envisager une course aussi explosive que celle des Mondiaux 2009, où Bolt avait dû battre le record du monde (9’’58) pour dominer Gay (9’’71). Côté Blake, champion du monde du 100 m en 2011 après le fameux faux départ de Bolt, diminué par une blessure à la cuisse droite, il a dû renoncer.
Seul l’Américain Justin Gatlin, le champion olympique 2004 du 100 m et médaillé de bronze à Londres, est capable de menacer Bolt. Gatlin, 3e performeur mondial de l’année sur 100 m, a refusé de polémiquer, car il avait lui-même été contrôlé positif en 2006 et suspendu quatre ans. Les sprinteurs américains, Gatlin (100 m et 200 m), Aries Merritt (110 m haies) ou encore Carmelita Jeter (100 m et 200 m), ont même eu droit à une visite à leur hôtel dans leur camp d’entraînement en Autriche, de l’Agence mondiale antidopage AMA à quelques jours du coup d’envoi de ces Mondiaux.
La sélection américaine est composée notamment de 9 champions du monde et 20 médaillés olympiques à Londres. Les neuf athlètes qui défendront leurs titres sont: Jason Richardson (110 m haies), Christian Taylor (triple saut), Jesse Williams (saut en hauteur), Dwight Phillips (saut en longueur), Trey Hardee (décathlon), Carmelita Jeter (100 m), Jenny Simpson (1500 m), Lashinda Demus (400 m haies) et Brittney Reese (saut en longueur). Quatre autres athlètes ont gagné automatiquement leur billet grâce à leur succès dans la Ligue de Diamant 2012: Charonda Williams (200 m), Dawn Harper (100 m haies), Chaunte Lowe (saut en hauteur) et Reese Hoffa (lancer du poids). Cinq recordmen du monde figurent également dans l’équipe US: Ashton Eaton (décathlon et heptathlon), Aries Merritt (110 m haies), Jennifer Suhr (saut à la perche en salle), Allyson Felix et Carmelita Jeter (relais 4x100 m).
Côté russe, la double championne olympique du saut à la perche, Yelena Isinbayeva, sera la chef de file. Championne olympique en 2004 et 2008, elle a annoncé, devant son public, que ces Mondiaux mettraient fin à sa carrière. Au titre des grands favoris, il faudra compter sur les sauteurs en hauteur avec les deux champions olympiques de Londres, Ivan Ukhov et Anna Chicherova. Autre candidate à l’or mondial: la lanceuse de marteau Tatiana Lysenko, championne olympique et du monde, qui vient de gagner son sixième titre national avec un jet à 78,15 m.
Mohammad Farah, champion olympique du 5000 m et du 10000 m l’an dernier, sera la tête d’affiche de l’équipe de Grande-Bretagne. Parmi les espoirs, figure également Christine Ohuruogu, sacrée sur 400 m aux Mondiaux-2007 et aux JO-2008.
Chez les Français, les espoirs ne sont pas très nombreux, mais on compte surtout sur Renaud Lavilennie, Mahiedine Mekhissi et Teddy Tamgho pour remporter quelques médailles. Sur la piste, il faut espérer des «miracles» pour Christophe Lemaître, Jimmy Vicaut et le jeune Pierre-Ambroise Bosse.

 

Mohamed FAWAZ

Les 47 épreuves
10 août 2013: décathlon (Hommes), marathon (Femmes), 10000 m (Hommes).
11 août 2013: 20 km marche (Hommes), saut en longueur (Femmes), lancer du disque (Femmes), 100 m (Hommes).
12 août 2013: heptathlon (Femmes), saut à la perche (Hommes), 10000 m (Femmes), lancer du poids (Femmes), lancer du marteau (Hommes), 400 m (Femmes), 110 m haies (Hommes), 100 m (Femmes).
13 août 2013: 20 km marche (Femmes), lancer du disque (Hommes), saut à la perche (Femmes), 800 m (Hommes), 3000 m Steeple-chase (Femmes), 400 m (Hommes).
14 août 2013: 50 km marche (Hommes).
15 août 2013: saut en hauteur (Hommes), triple saut (Femmes), 3000 m Steeple-chase (Hommes), 400 m haies (Femmes), 400 m haies (Hommes), 1500 m (Femmes).
16 août 2013: lancer du marteau (Femmes), saut en longueur (Hommes), lancer du poids (Hommes), 5000 m (Hommes), 200 m (Femmes), relais 4 x 400 m (Hommes).
17 août 2013: marathon (Hommes), saut en hauteur (Femmes), lancer du javelot (Hommes), 5000 m (Femmes), 100 m haies (Femmes), relais 4 x 400 m (Femmes), 200 m (Hommes).
18 août 2013: lancer du javelot (Femmes), triple saut (Hommes), 1500 m (Hommes), 800 m (Femmes), relais 4 x 100 m (Femmes), Relais 4 x 100 m (Hommes).

 

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Salade de discours

Les hommes politiques étaient particulièrement communicatifs la semaine dernière. Ils se sont fendus d’une littérature tellement abondante que les Libanais sont servis pour un bon bout de temps: trois discours en mets principal, une flopée de déclarations pour le dessert et, cerise sur le gâteau, un brin de prises de position, assaisonnées d’un zest de commentaires bien pressés. Ils ont néanmoins pu vérifier, une fois de plus, que la quantité et la qualité sont, souvent, inversement proportionnelles. Une partie de ce qu’ils ont entendu était, en effet, tout bonnement indigeste, une autre difficile à avaler, et une troisième plus ou moins raffinée. L’ennui c’est qu’après avoir séparé les belles pièces des morceaux infects, il ne restait plus grand-chose à se mettre sous la dent. Friands des nouveautés, il a fallu qu’ils goûtent à tout pour réaliser qu’il aurait été préférable pour eux de se mêler de leurs oignons... s’ils n’aiment pas qu’on leur raconte des salades. Le plat de résistance était offert par le secrétaire général du Hezbollah. Bien qu’il ait utilisé les ingrédients habituels, sayyed Hassan Nasrallah a un peu trop épicé la sauce, cette fois-ci. Son discours, presque exclusivement consacré aux questions régionales – la crise syrienne, le conflit israélo-arabe, la Palestine... – était plutôt destiné à une clientèle étrangère, car les Libanais restent attachés, en majorité, à la cuisine locale. Visiblement, le chef du Hezbollah trouve le marché domestique trop exigu et envisage d’investir au-delà des frontières, dans le cadre d’une stratégie d’expansion régionale. Cependant, dans le contexte actuel de crise, ce pari est risqué, surtout que le menu qu’il propose, bien que très en vogue entre les années 60 et 90 du siècle dernier, pourrait ne pas être du goût de la génération fast-food. Mais tel qu’on le connaît, Hassan Nasrallah n’est pas près de rendre le tablier... il continuera à servir le même plat jusqu’au bout. De son fourneau saoudien (il fait 41 degrés à Jeddah, température idéale pour cuire à feu doux), Saad Hariri a sorti la carte «menu pour enfant», une formule standard proposée dans toutes les branches de la chaîne 14 mars. Depuis 2005, c’est pratiquement la même salade qui est offerte. A toutes les sauces, on retrouve le Hezbollah et ses armes, responsables, selon l’ancien Premier ministre, de tous les maux dont souffre le Liban. Hariri a vendu sa marchandise à la criée, répétant 45 fois le mot «armes». Sans le savoir, il se fait le promoteur de la théorie de la relation dialectique entre la quantité et la qualité. Le chef du Courant du futur a une vision diamétralement opposée à celle de Hassan Nasrallah et propose le chemin inverse: un retour vers le marché domestique, car l’on n’obtiendra jamais un panier mieux garni que celui que l’on cueille dans son propre jardin. En outre, le marché régional est déjà occupé par ceux qui sont en train de cuisiner les Syriens, les Egyptiens, les Irakiens, les Tunisiens, les Libyens... Les petites bouchées de dessert ont été présentées – sous forme de honteuses surenchères – par les seconds couteaux des deux grands chefs. Gluantes et visqueuses, elles étaient tout simplement repoussantes. Nous ne citerons point les noms de ces assistants car ils ont la réputation de prendre mal les critiques... Avec un tel menu, on voit bien que le palais n’a pas été gâté. Heureusement que l’entrée a été offerte par le président Michel Sleiman. Bien qu’elle n’ait pas été du goût de tout le monde, une bonne partie des clients en a apprécié la saveur. Il a proposé un retour aux sources, aux racines, au bercail, car il n’y a de meilleure cuisine que celle du terroir. Tout compte fait, en cette ère des prorogations tous azimuts, une prolongation de quelques jours du mois du Ramadan aurait été la bienvenue. Car le menu proposé était tellement peu alléchant qu’il aurait mieux valu jeûner plutôt qu’ingurgiter du junk food.


 Paul Khalifeh
   

Santé

Le bonheur lié à l’âge?
Une sérieuse étude évalue à 23 ans puis à 69 ans les deux âges où nous nous sentons les plus…

Bannière
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved