Supplément
Logo

Nº 3089 du vendredi 4 mai 2018

ESA. Comment briller dans le monde du business
Contribuer au développement économique du pays, à sa croissance et à la création d’emplois au Liban, voilà la principale stratégie de l’Ecole Supérieure des Affaires (ESA). Avec de vrais projets…
ULF. Des approches nouvelles pour un avenir meilleur
Depuis la rentrée 2017-2018, l’université libano-française (ULF) accueille ses étudiants sur son campus à Clémenceau. Avec 4 nouvelles spécialités: une formation en ressources humaines à la faculté de Gestion et…
UA. Forte de sa dimension internationale
Université libanaise et catholique, dédiée au «développement des talents des jeunes dans la joie de la vérité», l’université Antonine (UA) accompagne chaque étudiant dans la construction des savoirs, savoir-faire et…
ULS. Formations ciblées en réponse aux demandes du marché
Ayant débuté avec une Faculté de Droit, ce n’est qu’en l’an 2000 que d’autres disciplines ont vu le jour à l’université La Sagesse (ULS). Economie, gestion, sciences politiques, sciences ecclésiales,…
LGU. Des programmes riches et variés
Tenant compte de la concurrence acharnée sur le marché du travail et des défis croissants de la mondialisation, la Lebanese German University (LGU) a conçu des programmes de master qui…
AXA Middle East. La priorité au client
Le marché de l’assurance étant très compétitif au Liban au niveau de tous les types de couvertures, AXA Middle East continue sans cesse d’innover pour se différencier de la concurrence.…
Allianz SNA. Vision, développement ouverture au futur
Allianz SNA, qui opère au Liban depuis plus de 55 ans, est l’assureur numéro 1 dans le pays en primes totales. Rencontre avec Richard Attié, Directeur des ventes.   Comment…
Fransabank. Priorité aux jeunes
Fransabank propose aux jeunes une variété de produits et de services. Elle participe, dans ce sens, activement à l’éducation, et au développement de la société libanaise. Rencontre avec M. Philippe…
Etudes en Info-Com. Quand le monde dépend des messages transmis
Détenir l’information et savoir la communiquer équivaut à dire tenir le monde par des fils de marionnettiste. Aujourd’hui, «le principal capital est devenu l’information», explique Amine Issa, journaliste et Chef du…
Etudes de Mode. Des métiers qui baignent dans la créativité
Lequel d’entre nous, homme ou femme, néglige encore sa tenue vestimentaire? Se perdre dans les méandres d’une telle formation peut équivaloir à se lancer dans un monde de liberté et…
Etudes en hôtellerie Une demande croissante
Très dynamique dans le domaine de la restauration, le Liban connaît un rayonnement régional et international, notamment en matière de développement de franchises. Celles relatives au concept de cuisine libanaise…
Réforme du système éducatif. S’inspirer du modèle suisse
Lors d’un dîner-débat organisé par le club Rotary de Baabda, la problématique a été soulevée par l’ancien ambassadeur de Suisse au Liban François Barras, le président de l’Association des industriels…
Les études en Oil and Gas. Nouveaux débouchés en perspective
Les combustibles fossiles tels que le pétrole et le gaz continueront d’être utilisés dans un proche avenir. Avec les perspectives offertes par l’entrée du Liban dans le club des pays…
Etudes en lettres françaises. Du renouveau pour des métiers d’avenir
A ceux qui pourraient penser que la littérature est désuète, et n’apporte pas vraiment de perspectives professionnelles, Karl Akiki, chef du Département des Lettres françaises de l’USJ, leur lance «Détrompez-vous».…
Qui mieux que les étudiants pour évoquer les difficultés qu’ils rencontrent, ou exprimer leurs bonnes impressions. Quel cursus suivent-ils et pourquoi ont-ils fait ce choix? A quelles difficultés ont-ils été…
USJ. Intégrer les étudiants dans le monde professionnel
Le Bureau du développement régional et des programmes externes a pris son envol. Pour Fadi el-Hage, délégué du Recteur pour le développement régional, il s’agit là d’un relais exceptionnel entre…
Formations continues et diplômes universitaires. Une tendance de plus en plus attrayante
Apprendre «sur mesure», s’approprier des connaissances et acquérir un diplôme en peu de temps, s’enrichir de compétences dans différents domaines, c’est possible à n’importe quel  âge. Formations continues et diplômes…
AUF. L’avenir des jeunes Libanais en pleine floraison
Association d’universités réparties dans le monde entier, l’AUF compte actuellement plus de 850 établissements sur plus de 110 pays du monde entier. Son directeur régional, Herbé Sabourin, revient sur les…
NDU. Tout sur les masters
Les masters apportent-ils une véritable valeur ajoutée au parcours éducatif ou professionnel? Le Dr Ghazi Asmar, vice-président adjoint pour la recherche et les études supérieures à la NDU, explique. Les…
Usek. Le nouveau Centre Asher
Un nouveau Centre d’innovation et d’entrepreneuriat (le Centre Asher) voit le jour à l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK). Cette institution, qui assure 140 programmes dans ses 12 facultés répandues sur…
Le monde de l’audiovisuel. Polyvalence, curiosité et créativité
Manipuler l’image et le son, provoquer les 5 sens de l’être humain pour créer une osmose entre le concret et l’abstrait, le réel et le virtuel, tels sont les pouvoirs…
Etudes en ingénierie numérique. De nouveaux horizons
L’avènement de l’ingénierie numérique transforme la construction et l’infrastructure du XXIe siècle. C’est une compétence essentielle qui réduit les coûts et accélère la livraison. Explications sur ce domaine de formation…
Éditorial
La bombe des réfugiés

Un faisceau d’indices montre que la question des réfugiés syriens sera, dans les mois à venir, une source de tensions entre le Liban et la «communauté internationale». Chaque partie a abattu ses cartes et celles dévoilées par les Nations unies, l’Union européenne et autres «organisations internationales», ne sont pas de bon augure pour les Libanais. Le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) a mal réagi au retour de 500 Syriens réfugiés à Chébaa dans leur village de Beit Jin. D’un autre côté, la conférence de Bruxelles II, organisée le 25 avril, appelle les pays hôtes à accorder aux réfugiés syriens un statut juridique, une résidence légale et un permis de travail au sein des pays d’accueil.Le chef de l’Etat Michel Aoun a dénoncé les résultats de cette rencontre dont les conclusions mettent «en danger le Liban en proposant une naturalisation voilée des réfugiés syriens», selon un communiqué présidentiel. Le Premier ministre Saad Hariri avait déclaré, dans son intervention, à Bruxelles, que le Liban s’était transformé en un immense camp de réfugiés syriens. «Les tensions entre réfugiés syriens et communautés hôtes se sont accrues, notamment en raison d’une compétition pour les ressources et les emplois», a-t-il dit.Le Liban plaide pour un retour «digne et sûr» des réfugiés syriens, alors que l’Onu et l’UE évoquent un retour «digne, sûr et volontaire». Ce dernier mot de trop traduit un différend fondamental dans l’approche des deux parties. En effet, lorsqu’ils auront obtenu des droits juridiques, légaux, sociaux et économiques, y compris un emploi, l’éducation gratuite (comme c’est actuellement le cas) et des soins de santé, il est fort probable qu’une bonne partie des réfugiés, surtout les plus jeunes qui n’ont pas ou plus d’attaches affectives avec la Syrie, n’envisageront pas de retourner «volontairement» dans leur pays. Cela nous amène à dire que l’approche prônée par la «communauté internationale» est soit irresponsable, soit suspecte. Le Liban accueille, selon les sources de la présidence de la République libanaise, 1,8 millions de Syriens, dont un million enregistré en tant que réfugiés. Nous retiendrons ce dernier chiffre. A l’échelle de la France, c’est l’équivalent de 16 millions de réfugiés, à celle des Etats-Unis, on arrive à 80 millions d’individus. De plus, les pays occidentaux connaissent parfaitement la fragilité des équilibres communautaires sur lesquels repose le système politique libanais et combien il est délicat de maintenir dans de telles conditions un minimum de paix sociale et civile.Le Liban n’a vraiment pas de leçons d’hospitalité et de bienséance à recevoir d’une communauté internationale hypocrite, qui n’a versé jusqu’à présent que 11% de l’aide promise pour le soutenir dans l’accueil des réfugiés, selon Saad Hariri. Il n’a pas non plus d’enseignements à tirer de pays censés être riches et développés, prônant les droits de l’homme, et qui font tout un drame parce qu’ils accueillent chez eux, au compte-goutte et après maints filtres, quelques petits milliers de migrants. Le Liban refuse de trouver une source d’inspiration dans ces pays où se développe un discours raciste et xénophobe qui n’a pas trouvé racine chez nous malgré le gigantisme des problèmes engendrés par la présence d’un nombre effrayant de réfugiés. Le plus grave serait de découvrir, un jour, que l’attitude de la «communauté internationale» s’inscrit en fait dans le cadre d’un plan machiavélique, destiné à modifier la démographie du pays dans l’espoir de changer les rapports de force. Qu’elle soit irresponsable ou suspecte, naïve ou réfléchie, la position des pays occidentaux constitue une menace existentielle pour le Liban. Elle n’est pas la bienvenue et ne le sera jamais. Le chantage au racisme ou à l’aide internationale conditionnée n’y changera rien.                                                                                                                                    


 Paul Khalifeh
   

Santé

La migraine. Bientôt un nouveau traitement
Définie comme étant un état de sensibilité excessive du corps aux stimulations ou aux changements d’environnement intérieurs ou extérieurs, la…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved