Notre Dame University–Louaizé. Un petit pas pour de grands changements
Logo

Nº 3082 du vendredi 6 octobre 2017

Notre Dame University–Louaizé. Un petit pas pour de grands changements

  • taille de la police diminution de la taille de police diminution de la taille de police augmentation de la taille de police increase font size
  • A
    De
    Message
    Notre Dame University–Louaizé. Un petit pas pour de grands changements
    Récemment élu recteur de la NDU, le Père Pierre Najem se lance dans un parcours qui pourrait propulser l’université très haut. Rencontre.   Pour le Père Najem, piloter une université catholique est...
  •  
Notez cet article
(2 votes)
A- A+

Récemment élu recteur de la NDU, le Père Pierre Najem se lance dans un parcours qui pourrait propulser l’université très haut. Rencontre.
 

Pour le Père Najem, piloter une université catholique est une mission. «Être à la fois prêtre et recteur en dit long sur les compétences requises pour réussir ma mission», confie-t-il à Magazine. «En tant que personne consacrée, je suis invité à me mettre au service d’autrui. Cet aspect constitutionnel de notre vie consacrée pourrait être aussi une compétence indispensable pour toute personne à la tête d’une université. Etre à l’écoute des autres, connaître leurs besoins, leurs aspirations et leurs rêves mais aussi leurs peurs. Que serait une université si elle ne présente pas un environnement propice à la création dans toutes les disciplines», poursuit le nouveau recteur. D’après lui, un «leader» doit savoir se mettre au service de l’institution et gérer les capacités de son personnel. Cela requiert, en premier lieu, «une propre autodiscipline mais aussi une assiduité, une persévérance et une bonne communication avec tous les membres de l’équipe», comme le précise le P. Najem.

Feuille de route
Pour le P. Najem, beaucoup de projets sont à mener, tant sur le plan interne que sur le plan externe. «Commençons par la situation économique du pays et de notre région, qui pèse gravement sur nos élèves et sur leurs parents. Notre priorité aujourd’hui est de parvenir à maintenir la stabilité financière de notre université et de continuer à pouvoir aider les personnes qui se trouvent dans le besoin et qui sont désireuses d’étudier». Peu nombreux sont ceux qui savent que, ces dernières années, l’université a consacré une grande partie de son budget annuel aux aides financières et aux bourses d’excellence destinées aux étudiants qui ont des résultats académiques ou scolaires très satisfaisants. Pour réussir cette mission, l’université devra introduire en son sein l’approche systématique du «Développement», plus connu sous le terme anglophone d’«Advancement», afin de solliciter le soutien des étudiants par des donations extérieures, comme l’indique le nouveau recteur. «D’un point de vue institutionnel, l’université avait entamé le projet d’accréditation afin d’acquérir celle de la «New England Association of Schools and Colleges (NEASC)», que je considère vraiment essentielle au niveau stratégique». La NDU ne manque pas non plus d’assumer sa responsabilité vis-à-vis de l’environnement. «Nous allons poursuivre tous les efforts entamés. D’autres projets et initiatives viendront s’y ajouter. Ils visent à transformer la NDU en un «oasis» écologique exemplaire pour notre communauté et notre pays», souligne le P. Najem. La gouvernance au féminin est un autre aspect de la stratégie de l’université. «Bien que la parité soit maintenue au niveau du recrutement des compétences au sein des corps professoral et administratif, il n’en demeure pas moins que l’accès de la femme aux postes-clés demeure réduit. Par cela-même, la NDU œuvre à se transformer en un microcosme qui reflètera notre Liban futur, et la société que nos étudiants vont contribuer à construire», conclut-il.

Au service des étudiants
«Aujourd’hui je suis recteur, j’assume cette responsabilité avec toute confiance. Ma présence à la tête de cette prestigieuse institution, n’est qu’un petit pas dans l’histoire de l’université. Je viens poursuivre la réalisation d’un rêve que l’Eglise maronite a voulue en 1736, durant le Synode libanais convoqué à Louaizé. Je sais très bien que je suis soutenu par une excellente équipe. C’est pour nos étudiants que je vais travailler. Ce sont eux notre but ultime. Fatigués du ridicule et de la médiocrité, nos jeunes ont besoin de trouver un sens à leur existence. C’est dans ce contexte que s’inscrit la devise de la NDU: «Gaudium de Veritate» (la Joie qui émane de la Vérité)».

Natasha Metni

Ecrivez un commentaire

Assurez-vous d’avoir inscrit les informations requises, là où c’est indiqué.

Éditorial
Les aléas de la géopolitique

Toujours prompts à flairer les bonnes affaires, les Libanais ont été parmi les premiers entrepreneurs à débarquer au Kurdistan irakien, en 2006, au lendemain du vote par le Parlement de cette région autonome, d’une loi sur la libéralisation des investissements. Financiers, promoteurs immobiliers, opérateurs, conseillers, les Libanais étaient présents à tous les échelons et dans tous les domaines, à l’exception de l’industrie, où leur apport était plutôt modeste face au savoir-faire des Turcs et des Chinois. Une quarantaine de sociétés libanaises et autant de joint-ventures avec des partenaires locaux se sont implantées dans cette région, longtemps qualifiée d’«eldorado» par la presse régionale et internationale. Elles étaient présentes et parfois pionnières dans les domaines de l’hôtellerie, de la banque, de l’informatique, de la construction, du tourisme, du transport aérien, de la restauration, de l’éducation, de la distribution... C’est, par exemple, le Libanais Dar al-Handassa, qui avait été choisi pour établir un plan d’aménagement urbain de la ville d’Erbil à l’horizon 2030. Quelque 5 000 Libanais ont trouvé un emploi au Kurdistan au plus fort du boom économique, transférant au Liban plusieurs dizaines de millions de dollars par an.La situation économique a commencé à se détériorer avec la proclamation du califat de Daech, en juin 2014. De nombreuses entreprises libanaises ont réduit le volume de leurs affaires, d’autres, moins nombreuses, ont plié bagages. Mais toutes nourrissaient l’espoir de voir le marché redémarrer après la fin de la crise et de participer à la fondation d’un nouveau Dubaï.Le référendum organisé le 25 septembre porte un coup sérieux à leurs rêves. Le Kurdistan est un territoire totalement enclavé et encerclé par trois Etats qui sont farouchement hostiles à toute velléité d’indépendance: l’Irak, la Turquie et l’Iran. Ces pays peuvent, s’ils le souhaitent, isoler la région autonome du monde extérieur et une éventuelle fermeture totale des frontières aura des effets désastreux non seulement sur l’économie mais aussi sur l’approvisionnement des marchés avec les produits de bases.Une fois de plus, les Libanais sont victimes des aléas de la géopolitique. Même s’ils se consolent, en vantant leur extraordinaire capacité à renaître de leurs cendres, comme le phénix, ou à repousser toujours plus loin les frontières des affaires, comme les Phéniciens, le monde devient de plus en plus dangereux, risqué et compliqué pour eux. Certes, ils imagineront des solutions de rechange, comme celle d’aller investir à Chypre (voir page 32). Mais il s’agit opportunités ponctuelles susceptibles d’apporter des réponses sur le court terme. Seul le Liban peut leur offrir un refuge durable et sûr. Le temps est venu de lancer des réformes profondes pour moderniser l’économie, alléger les poids de la bureaucratie, limiter le gaspillage des deniers publics, améliorer le climat des affaires et lutter contre la corruption endémique.


 Paul Khalifeh
   

LES CHIFFRES

News les chiffres
Aéroport de Beyrouth 100 millions $ pour la modernisation La modernisation et l’installation de nouveaux équipements à l’aéroport international de Beyrouth-Rafic Hariri nécessiterait un financement de plus de 100 millions…

Combien ça coûte

Le lancement d’une start-up
A la base de toute création d’entreprise, un montant bien spécifique est nécessairement requis. D’après Antoine Bitar, directeur de Smart ESA, un Business plan «n’est finalement que le plan pour…

Santé

Virus de la grippe. Quels vaccins pour cet hiver?
Maux de tête, frissons, toux, écoulement nasal... La grippe n’épargne pas le système respiratoire. Considérée comme bénigne, elle peut toutefois…

Bannière
Designed and Developed by:   iBaroody
© Magazine.com.lb 2016 All Rights Reserved