Magazine Le Mensuel

Nº 2883 du vendredi 8 février 2013

Santé

Infos santé

Accidents routiers
Risque accru chez les obèses

Les conducteurs obèses sont plus susceptibles de mourir lors d’une collision sur la route par rapport aux personnes de poids normal. Ce risque est accru par la moins bonne santé des personnes en surpoids et aussi par un moins bon fonctionnement du mécanisme des ceintures de sécurité pour les obèses. Plus le conducteur est obèse donc, plus le risque de décès en cas d’accident par collision avec une voiture particulière est grand.

 

Le viagra
Pour brûler les graisses?

Le viagra, médicament utilisé généralement contre les troubles érectiles, aiderait aussi à brûler les graisses. Le viagra transforme les tissus adipeux de graisse blanche en graisse brune. Cette dernière est considérée comme moins nocive, car au lieu d’être stockée par le corps, elle brûle des calories comme une chaudière. Les souris, qui ont reçu le traitement de viagra, dans le cadre d’une étude, pendant sept jours à une dose dix fois supérieure à celle prescrite à l’homme, voyaient leur système transformer bon nombre de cellules adipeuses blanches en brunes.

 

Cancer du poumon
Attention fumeuses!

Le risque de mourir d’un cancer du poumon a fortement augmenté ces dernières décennies chez les femmes qui fument. Dans les années 60, les fumeuses avaient un risque de décéder d’un cancer du poumon 2,7 fois plus élevé que celles qui n’avaient jamais fumé. Lors de la dernière décennie, ce risque était de 25,7 fois plus grand que chez celles qui n’ont jamais fumé. Le risque de mourir d’une autre maladie pulmonaire chronique est, lui, de 22,5 fois plus élevé dans la dernière décennie. Fumer des cigarettes dites légères n’a pas empêché d’avoir une forte augmentation du risque de mortalité par cancer du poumon ou autres maladies pulmonaires chroniques.

 

Les fraises et les myrtilles
Contre la crise cardiaque

Une bonne raison de ne pas se priver de manger des myrtilles et des fraises,  c’est que ces fruits permettent de réduire les risques de crise cardiaque chez la femme. Les jeunes femmes et celles d’âge moyen ayant consommé au moins trois portions par semaine de ces fruits, pendant dix-huit années, voient leur risque de crise cardiaque reculer d’un tiers. Les fraises et les myrtilles sont très riches en flavonoïdes, des comprimés naturels qui possèdent de fortes propriétés antioxydantes, également présents dans le vin, les mûres et les aubergines. Une sous-catégorie spécifique des flavonoïdes aiderait à la dilatation des artères et permettrait d’éviter la formation de plaque artérielle.

L’autisme
Disparaît avec l’âge?

Certains enfants avec un diagnostic d’autisme en bas âge voient leurs symptômes totalement disparaître en grandissant. Selon une étude, trente-quatre sujets de 18 à 21 ans diagnostiqués d’autisme très tôt fonctionnaient tout à fait normalement en grandissant. Ces jeunes n’avaient plus de problèmes d’expression, de communication, de reconnaissance des visages ou pour socialiser, ce qui caractérise l’autisme. Les difficultés de socialisation de ces enfants étaient plus légères, mais ils avaient en revanche des problèmes aussi sévères de communication et de mouvements répétitifs que les autres autistes.

L’alcool
Perturbe la qualité du sommeil

L’alcool n’est pas avantageux pour le sommeil. Il permet de s’endormir plus rapidement et de dormir plus profondément dans la première moitié de la nuit, mais réduit la durée du sommeil paradoxal, important dans la deuxième moitié de la nuit. Le stade du sommeil paradoxal est considéré comme le plus réparateur. C’est durant ce stade que se produisent principalement les rêves. La durée du sommeil paradoxal augmente au cours de la nuit pour être maximale en fin de nuit. Les perturbations de ce stade du sommeil peuvent provoquer une somnolence diurne et des problèmes de concentration et de mémoire.

NADA JUREIDINI
 



170 centres de soins primaires
Ta santé, une priorité

Fournir des soins médicaux primaires à tous les Libanais et des vaccinations aux enfants dans les différentes régions libanaises. Voilà l’objectif d’une initiative lancée récemment par le ministère de la Santé publique en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et l’Unicef.

Les 170 centres de soins médicaux assurent aux citoyens libanais de nombreux services et médicaments. Les prestataires peuvent profiter de tous les soins courants. De la médecine générale, à celle des femmes et des enfants en passant par la médecine dentaire et les maladies cardiaques. Tous ces services permettront de détecter précocement d’éventuelles maladies et de prévenir les complications qui y sont liées.
Parmi les actions, l’éducation sanitaire, les préventions contre les maladies, les campagnes de vaccination pour protéger les enfants contre les maladies infectieuses, le contrôle des endémies, ainsi que l’approvisionnement en médicaments essentiels. Des actions qui tiendront compte des spécificités culturelles et sociales des régions où elles sont menées. Il s’agit de soins de santé essentiels accessibles aux individus et aux familles où qu’ils se trouvent. Ils répondent aux besoins immédiats de la population.
Les premières données ont permis de constater que de nombreuses personnes prestataires des centres de soins de santé primaires n’étaient pas au courant de leurs maladies et ne suivaient aucun traitement. Ces patients étaient alors référés aux hôpitaux gouvernementaux les plus proches. Selon les chiffres, 8% des patients diabétiques libanais n’étaient pas au courant de leur maladie, 25% avaient un taux de glycémie élevé malgré les traitements suivis. Les résultats ont montré par ailleurs que 15% des patients consultés ne savaient pas qu’ils avaient une hypertension artérielle, 46% des prestataires avaient une tension élevée malgré leur traitement. Le tiers des prestataires avait finalement un risque d’être touché par des maladies cardiaques.

Une campagne efficace
Les vaccinations offertes aux enfants ou aux adolescents concernent entre autres, l’hépatite B, la polio, la coqueluche, le tétanos, la rougeole et la rubéole. La dernière campagne de vaccination des enfants contre la polio et la rougeole initiée par le ministère de la Santé publique à travers les différents centres de soins de santé primaires, a dépassé largement les attentes. Les besoins des citoyens ont dépassé de 30 % le taux estimé et ce, durant la première semaine de la campagne de vaccination lancée particulièrement dans les régions de la Békaa et du Hermel. Ce qui a mené à prolonger la durée de la campagne afin de cibler les enfants libanais mais également étrangers, dont des Syriens et des Palestiniens. Cette campagne a été menée dans près de 110 écoles et 200 établissements techniques et professionnels dans plusieurs régions libanaises en collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé et l’Unicef.
En plus des 170 centres dont 25 sont accrédités par le Canada, près de 400 dispensaires et établissements de santé affiliés au ministère offriront également des soins médicaux et des médicaments.
Le ministère de la Santé publique vise, en tout, un total de 200 centres de soins de santé primaires à la fin de l’année 2013. L’objectif de cette initiative est de rendre les soins accessibles à tous, de prévenir les complications liées à certaines maladies mais surtout de réduire les dépenses relatives aux soins de santé.

NADA JUREIDINI
 


La conférence de presse
La conférence à laquelle ont pris part le ministre de la Santé publique, Ali Hassan Khalil, ainsi que plusieurs personnalités, a mis l’accent sur le plan stratégique adopté par le ministère de la Santé en matière de soins de santé primaires. L’événement a permis par ailleurs de récompenser les actions menées par les différents centres de soins primaires ayant reçu une accréditation. Les centres sont ouverts sept jours par semaine. Pour des infos supplémentaires, composer le 1214.

Related

Infos santé

admin@mews

Virus, infections, troubles nutritionnels et psychologiques. Difficiles conditions des réfugiés

admin@mews

Infos santé

admin@mews

Laisser un commentaire