Magazine Le Mensuel

Nº 2980 du vendredi 19 décembre 2014

  • Accueil
  • general
  • L’obésité chez les enfants. Un taux élevé au Moyen-Orient
general

L’obésité chez les enfants. Un taux élevé au Moyen-Orient

Adopter un régime alimentaire équilibré et exercer une activité physique régulière sont les meilleurs moyens de prévenir l’obésité chez les enfants. C’est du moins les résultats d’un colloque sur la vie active saine organisé pour une meilleure sensibilisation autour des taux d’obésité enfantine dans la région.

L’obésité est associée à de nombreuses maladies non transmissibles, notamment le diabète et les maladies cardiaques. Les mauvaises habitudes alimentaires et l’inactivité physique constituent souvent les causes premières de l’obésité chez les enfants. Par conséquent, il est essentiel de partager les informations et les programmes pertinents avec les experts de la santé dans le monde afin de brider toute augmentation des taux d’obésité et d’inactivité physique. Les professionnels de la santé cherchent des méthodes et des solutions pour empêcher et lutter contre l’obésité chez les enfants. Le Réseau international Epode (RIE), le plus grand réseau mondial visant à empêcher le surpoids, l’obésité et les maladies non transmissibles, a pour mission la réduction du taux d’obésité chez les enfants à travers des stratégies durables basées sur des programmes sociaux. A la suite du soutien et des recherches du RIE, les taux d’obésité ont chuté dans un nombre de villes ayant des programmes Epode en cours. Le principal objectif du colloque, organisé par le département de nutrition et des sciences de l’alimentation de l’Université américaine de Beyrouth (AUB) et l’Académie libanaise de nutrition et de diététique, est de montrer que la nutrition et les exercices physiques doivent être le centre d’attention des pays de la région; les statistiques et les études récentes montrent, en effet, que le Moyen-Orient possède un des taux les plus élevés de maladies non transmissibles dans le monde. Le colloque a ainsi fourni la preuve de l’importance du régime alimentaire et du style de vie afin d’assurer une meilleure santé et d’écarter les risques de maladies chroniques, dans une région touchée par un des taux d’obésité, de diabète et de maladies cardiovasculaires les plus élevés.
 

Quid du Liban?
Le programme Ajyal Salima, développé en 2011 par l’AUB, est adopté par plus de 140 écoles et 11 000 élèves libanais. Ce programme a pour objectif de prévenir l’obésité chez les enfants et s’adresse particulièrement à ceux âgés entre 9 et 11 ans. Il a permis aux élèves d’améliorer leurs habitudes alimentaires et de manger plus de légumes. Selon Fadi Yarak, directeur général au ministère de l’Education et de l’Enseignement supérieur libanais, le programme Ajyal Salima s’est avéré un grand succès quatre ans après son introduction dans nos écoles avec le soutien spécialisé offert par une équipe de l’AUB. «Nous sommes actuellement confiants qu’il représente un outil convenable à adopter par le programme de santé scolaire afin de lutter de manière durable contre les taux d’obésité enfantine à la hausse et d’améliorer la sensibilisation nutritionnelle», dit-il. Des études publiées dans des journaux scientifiques ont mis en évidence des différences palpables dans les habitudes alimentaires des élèves ayant complété les sessions du programme en comparaison avec ceux qui ne l’ont pas fait. L’obésité enfantine a doublé au Liban durant les dix dernières années et les mesures préventives doivent débuter tôt dans la vie. Les écoles représentent donc un environnement propice pour la promotion de comportements sains.

Nada Jureidini

Avis d’un expert
«L’obésité chez les enfants est un problème complexe; il nécessite l’implication de plusieurs acteurs à différents niveaux, afin de promouvoir des trains de vie plus sains de manière durable», explique le Dr Jean-Michel Borys. «En 2014, le RIE a regroupé 44 programmes sociaux de 29 pays autour du monde pour partager les expériences et les meilleures pratiques. Les exercices physiques sont un outil puissant pour traiter et prévenir les maladies chroniques, atténuer les effets néfastes de l’obésité et faire baisser les taux de mortalité. Les adultes devraient suivre 150 minutes d’activité modérée à vigoureuse chaque semaine et les enfants devraient en faire au moins 60 minutes par jour».

Related

10e édition de Jabal. Des talents prometteurs

admin@mews

Emigration. 35 000 jeunes Libanais partent tous les ans

admin@mews

Philippe Aractingi. «Le cinéma ne peut réussir qu’avec un état»

admin@mews

Laisser un commentaire