Magazine Le Mensuel

Nº 3043 du vendredi 4 mars 2016

general

Déchets. Le plan B du gouvernement: retour au plan A

Après l’échec de l’exportation des déchets, le gouvernement a finalement opté pour un retour au plan Chéhayeb, soit la solution des décharges. Cette première option avait pourtant déjà échoué et justement conduit au fiasco de l’exportation.

Aujourd’hui, comment croire que le plan Chéhayeb pourrait réussir là où il a déjà échoué? Pour Nabil de Freige, ministre d’Etat chargé de la Réforme administrative, le nœud du problème n’était pas de trouver des emplacements pour les décharges, mais uniquement une question politique.
«Nous avons constaté qu’il y a moins de blocage qu’auparavant sur la question des décharges, assure-t-il. Nous prévoyons ainsi de partir sur une période transitoire de 18 mois. Pendant ce temps, les déchets amoncelés dans les rues seront transportés vers des décharges sanitaires qui pourraient, temporairement, accueillir les ordures en attendant que le plan durable se mette en place».
Mais tout le problème du plan Chéhayeb était de trouver des emplacements pour accueillir ces décharges et de convaincre les Libanais de bien vouloir accepter cette option. A cette remarque, Nabil de Freige répète «qu’un déblocage politique serait en cours. Nous avons trouvé entre trois et cinq emplacements, révèle-t-il, mais je ne peux pas encore vous dire où ils se trouvent».
Si le ministre est aussi confiant quant à la résolution de la crise c’est que, selon lui, tous les échecs du gouvernement à la résoudre étaient purement politiques. «Or, aujourd’hui, la priorité n’est plus à l’élection d’un président, mais au maintien du Conseil des ministres et si l’on n’arrive pas à trouver une solution à la crise, il est hors de question que nous restions au pouvoir, nous démissionnerons».
 

«Waste to energy»
A la fin de la période transitoire, les municipalités devront avoir terminé leurs installations, selon le ministre. «Les ordures seront alors transférées des décharges vers ces nouveaux centres de traitement pour certaines municipalités. Pour les grandes agglomérations et Beyrouth, les ordures seront traitées via la technique du «Waste to energy», annonce le ministre, soit «une méthode qui n’a rien à voir avec l’incinération et qui paraît respectueuse de l’environnement».
Ce n’est pas pourtant l’avis d’Olivia Maamari, responsable du programme environnement pour arcenciel. «Le Waste to energy est un procédé consistant à produire de l’énergie à partir des déchets. La méthode proposée par le gouvernement fait partie des Thermal waste to energy technologies, qui englobent l’incinération, la gazéification, la pyrolyse et la torche à plasma. Il s’agit, a priori, donc bien d’incinération».
Selon la spécialiste, cette terminologie peut être trompeuse, car incinérer les déchets au Liban, vu la composition des poubelles, nécessiterait bien plus d’énergie qu’il n’en sera produit.
C’est également l’avis partagé par Antoun Andrea, consultant en développement pour la Fondation Muhanna: «Toutes formes de techniques dites ‘Waste to energy’ impliquent une incinération d’une façon ou d’une autre». «Ces technologies sont par ailleurs émergentes, ajoute Olivia Maamari. Des études poussées doivent encore être effectuées pour évaluer leur faisabilité au Liban».
De son côté, Nabil de Freige justifie la nécessité de recourir à ces techniques par la crainte que les municipalités ne parviennent pas à proposer des solutions au bout de 18 mois. «A l’heure actuelle, nous n’avons toujours aucune proposition des municipalités, il faut trouver un plan B», indique-t-il.
A la question de savoir comment pouvoir faire confiance au gouvernement après ses échecs à répétition, Nabil de Freige répond: «Les citoyens n’ont pas le choix: ou ils acceptent ce qui sera décidé ou ils laissent cette situation perdurer».

Soraya Hamdan
 

La gestion par les municipalités
De nombreuses municipalités n’ont pas attendu le gouvernement pour résoudre ce calvaire sanitaire. «Roumieh en est la parfaite illustration, souligne Antoun Andrea. La municipalité a trouvé avec la société civile une solution à la crise avant la fin de juillet 2015. L’Union des municipalités du Ghareb el-Alaa et du Shahar avait même mis en place un système un an avant le début de la crise». C’est également ce que souligne Olivia Maamari: «Les municipalités ont déjà commencé à mettre en place des solutions locales. Il s’agit de centres de gestion des déchets basiques mais efficaces. Ils sont aménagés ou en cours d’aménagement pour permettre la valorisation des déchets et pour réduire les quantités à éliminer. Certains de ces centres ont été créés en moins d’un mois. Ce qui manque aux municipalités est un texte de loi qui protège leurs décisions d’investir dans un centre de gestion des déchets. La plupart d’entre elles manquent aussi de budget».

Related

Casey Kasem. Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

admin@mews

Abdel-Majid Saleh, député d’Amal. «Un président au 1er trimestre»

admin@mews

Tahsin Khayat. La discrétion des coulisses

admin@mews

Laisser un commentaire