Magazine Le Mensuel

Nº 3046 du vendredi 25 mars 2016

general

Marguerite de Xavier Giannoli. Quand le masque tombe

Projeté en avant-première lors de la 22e édition du Festival du cinéma européen, le film français Marguerite, réalisé par Xavier Giannoli, sort dans les salles libanaises.
 

Paris, les années 20. Une somptueuse demeure en effervescence, un incessant va-et-vient, tout le monde se prépare à un concert donné dans cette espèce de château au profit des enfants orphelins de la Grande guerre. Dans une chambre transformée en loge, la cantatrice principale se prépare. Marguerite Dumont, qui n’est autre que la propriétaire de la demeure parisienne, l’organisatrice bienfaitrice de l’événement. La voilà enfin devant son public, la tête haute et fière arborant une plume de paon. Une première note et le château de cartes s’écroule. Marguerite chante faux, tellement faux. Mais elle ne s’en rend nullement compte. Son public, son entourage, son mari… personne de son cercle intime ne lui a jamais révélé la vérité. C’est que chacun trouve son compte dans cette duperie. Et Marguerite continue à croire qu’elle rend hommage à Mozart, Purcell, Bellini… le chant, la musique étant son ultime passion.
Le film est inspiré d’une histoire vraie, celle de Florence Foster Jenkins qui a vécu aux Etats-Unis dans les années 40. Elle avait l’habitude de chanter devant un cercle d’intimes, mais ces derniers ne lui avaient jamais dit qu’elle chantait faux. C’est en entendant l’un de ses enregistrements à la radio que Xavier Giannoli a eu l’idée de développer cette histoire en film. Et c’est Marguerite qui naît, avec Catherine Frot en tête d’affiche, un rôle qui lui a valu le César de la meilleure actrice. Elle est entourée par André Marcon, Michel Fau, Christa Théret, Denis Mpunga, Sylvain Dieuaide… Mais Giannoli se défend d’avoir réalisé un biopic: «C’est une évocation libre d’un personnage ayant réellement existé…  L’important, c’est d’avoir un regard personnel, de proposer un point de vue sur la vérité humaine qui s’exprime dans un destin aussi original… et après de se sentir libre d’en faire du cinéma».
Séquences gros plan sur le visage de Marguerite, ses traits, ses déplacements et sa gestuelle, Xavier Giannoli dresse le portrait d’une femme dans toute sa pureté et sa tristesse. C’est ce qui dérange peut-être dans le film de Giannoli; au lieu d’exploiter l’excentricité de cette femme atypique, son brin de folie et de détermination, il axe l’intrigue sur le côté le plus gentil, le plus pur et le plus frustré de sa personnalité. Parce que Marguerite est avant tout une femme en mal d’amour, d’attention et de tendresse, entièrement délaissée par son mari à qui elle ne cesse de faire honte. Son seul appui est son fidèle serviteur Madelbos, campé par Denis Mpunga, qui met tout et tout le monde en branle, en tentative de conviction, menaces et chantage, pour bercer les illusions de sa maîtresse, Marguerite, qu’il immortalise à travers son appareil photographique, dans la peau des plus grandes héroïnes d’opéra, costumes et accessoires à l’appui.
Alors quand Marguerite décide de se produire devant un vrai public à l’opéra, la question ne cesse de tarauder le spectateur: lui révélera-t-on finalement la vérité? Jusqu’au bout du film, le spectateur ne sait pas à quoi s’attendre, aucune anticipation possible, le réalisateur tient son public dans l’inconnu, malgré quelques longueurs, et le plongeant dans la beauté restituée de l’époque, avec ses décors somptueux et lumineux. Pourtant, à certains moments, il avait glissé des indices quant au dénouement tragique, fatidique et puissant, aux masques qui tombent. Les illusions s’emboîtent et la réflexion sur la création artistique s’enclenche: jusqu’où, jusqu’à quel subterfuge, sacrifice, voire bassesse et exploitation de l’autre, un artiste est-il prêt à aller pour réaliser ce qu’il considère son ultime œuvre? Lecture personnelle, Marguerite tisse ses différentes couches de perception, au-delà de ce qui se donne à voir, comme une mise en abîme du sujet lui-même.

Leila Rihani

 

Photos: Larry Horricks

Related

Samir Kantar. Une vie de résistant une mort en martyr

admin@mews

Kohar au Liban. Pour l’ultime cause

admin@mews

Pas de solution avant fin 2016. Le dossier libanais tributaire de la région

admin@mews

Laisser un commentaire