Magazine Le Mensuel

Nº 3076 du vendredi 7 avril 2017

Spectacle

13e édition de Bipod. Entre rêve et réalité

La 13e édition de Bipod (Beirut international platform of dance), organisé par Maqamat, se tiendra du 13 au 29 avril à Citerne Beirut.

«Deux semaines de rêve en dehors de la réalité, mais en même temps, ancrées dans notre réalité, et liées à l’initiative et la responsabilité»: c’est ce que nous promet la 13e édition de Bipod, selon les propos de Omar Rajeh et de Mia Habis, respectivement le fondateur de Maqamat et la directrice de Bipod. Du 13 au 29 avril, une centaine d’artistes aborderont le rêve, avec une perspective différente. Avec des compagnies venues de Suisse, d’Espagne, d’Allemagne, de Grande-Bretagne, des Pays-Bas, Bipod accueillera cette année 26 performances, 6 studios, 7 ateliers de travail et deux expositions, ainsi qu’un programme musical en collaboration avec Yukunkun. En parallèle, se déroulera la 6e édition de Moultaqa Leymoun, qui promeut la danse contemporaine dans le monde arabe, du 21 au 23 avril.
Toutes les performances seront accueillies dans un nouvel espace: Citerne Beirut. «Cette année, en effet, est très différente, indique Omar Rajeh, puisque Bipod n’est plus seul». Citerne Beirut est un nouvel espace théâtral, conçu essentiellement pour répondre aux besoins des danseurs et chorégraphes. Situé à Mar Mikhael, il sera inauguré avec Bipod, alors même que toute sa structure, telle qu’elle répondrait à la vision de ses créateurs, n’est pas encore achevée, tellement le projet est grand et ambitieux. Ancré sur son terrain et espace amovible, Citerne Beirut jouit d’une superficie de 1 000 m2, d’une grande scène de 20 par 30 me, pouvant accueillir 500 spectateurs.
Bipod sera ainsi inauguré à Citerne Beirut par Le poids des éponges, une performance de la compagnie suisse Alias, et clôturé par Medea de la compagnie espagnole Thomas Moone Dance. Entre les deux, la programmation de Bipod se distingue notamment par un «focus sur l’Allemagne» avec la présence au Liban de plusieurs figures proéminentes, à l’instar de Lutz Förster et de la compagnie Dance On qui, sous la direction de Christopher Roman, regroupe des chorégraphes et danseurs de renom de plus de 40 ans mais dont le charisme et l’excellence se matérialisent toujours sur scène, comme William Forsythe, Matteo Fargion et Jan Martens. Parmi les œuvres qui seront présentées à Bipod par Dance On, Water between 3 hands de Rabih Mroué. Toujours dans ce cadre, une exposition dédiée à Pina Bausch s’exportera en dehors des murs allemands pour atterrir à Beyrouth.
Un programme riche et diversifié pour une 13e édition qui pour la première fois, introduit dans son programme un hommage, cette année à Abdel Halim Caracalla. Beyrouth se danse en avril!
www.maqamat.org
Billets en vente à la Librairie Antoine.

Related

Hashem Adnan et Samuel Beckett. Dans les ruines d’un texte en perpétuelle renaissance

admin@mews

Passeport no 10 452 de Betty Taoutel. Ou le cri d’une mère

admin@mews

Le Ballet Béjart au Liban. Un ondoiement d’images

admin@mews

Laisser un commentaire